Il existe certains types de poissons congelés qu’il est préférable de ne pas consommer : 8 conseils pour choisir un produit sain

Conseils
Il y a 5 ans

L'organisation mondiale de la santé a incité les gens à augmenter leur consommation de poisson car cela réduit le risque de développer un cancer. Mais comment choisir un produit sain et de qualité ?

Il existe beaucoup de mythes et de conjectures autour de la consommation du poisson et ceci nous empêche parfois de faire des choix avisés. Pour remédier à cela, Sympa a rassemblé les questions les plus communes et les réponses correctes qui leur correspondent afin que tu puisses choisir du poisson délicieux et vraiment sain.

1. Réfrigéré ou congelé ?

Le poisson réfrigéré, qui est bien présenté dans les magasins, provient de poissons frais, qui sont congelés après la pêche jusqu'à une température déterminée. Il y a trois choses à savoir sur ce poisson :

1. Quasiment tous les poissons réfrigérés proviennent de l'aquaculture, ce qui signifie que le poisson est élevé artificiellement dans des fermes.

2. Souvent, sous l'apparence de poissons frais réfrigérés, les commerçants vendent du poisson décongelé.

C'est pour cela qu'il vaut mieux que tu demandes des clarifications sur le lieu de pêche en achetant le produit : plus celui-ci est éloigné, plus la probabilité que tu sois en train d'acheter du poisson décongelé est importante. Il vaut mieux n'acheter que du poisson réfrigéré local.

3. Enfin, il faut prendre en compte le fait que pour les poissons qui sont élevés dans des fermes - où on leur donne parfois des stimulants pour la croissance et des antibiotiques - il vaut mieux choisir des poissons de petite taille.

2. Comment distinguer le poisson congelé et le poisson frais à leur saveur et à leur composition ?

Une entreprise norvégienne d'études a réalisé une série d'expériences et a déclaré que le poisson congelé ne se distinguait pas du frais par sa composition en vitamines et autres substances précieuses. La saveur du poisson congelé peut-être plus “sèche”, mais au moins il est certain que celui-ci ne contient pas de parasites (ce qui n'est jamais certain quand on achète du poisson frais). Bien sûr, s'il s'agit d'un poisson qui a été congelé et stocké de manière correcte.

Une forme bizarre du poisson, comme par exemple celui de la photo, ne signifie pas qu'il soit de mauvaise qualité. En effet, ils sont parfois congelés sur le bateau avec des blocs et ils perdent ainsi leur forme. Mais attention ! Si un poisson est collé à un autre, cela veut dire que le poisson a été décongelé et ensuite congelé à nouveau. Pour vérifier la fraîcheur du poisson congelé, place dans celui-ci un couteau préalablement chauffé au feu et sens-le ensuite. Si tu humes une odeur forte et désagréable, cela prouve que le produit a été congelé en mauvais état.

Bien sûr, pour conserver au maximum les substances utiles dans le poisson, il faut le décongeler dans le frigo et le préparer tout de suite après sa décongélation.

3. Poisson entier ou filet ?

Selon les données de l'organisation nationale pour la protection des océans du monde, environ 20 % de l’ensemble du poisson que l'on trouve sur le marché est "faux" - c'est-à-dire vendu sous une fausse appellation - et il est bien sûr plus facile de falsifier les filets. Par exemple, il est fréquent que sous le nom de filet de cabillaud on vende du lieu, moins cher. Ainsi, si tu as la possibilité de choisir, emporte le poisson en entier, car il est plus difficile de le falsifier de cette manière.

Voici un autre argument en faveur de l'achat d'un poisson entier : certains fabricants utilisent des substances chimiques pour éliminer les arêtes de certains filets.

Si tu as tout de même choisi d'acheter des filets, prends ceux qui présentent encore des écailles, il te suffit ainsi de te familiariser avant l'achat à l'apparence de la race du poisson que tu veux acheter. Par exemple, le cabillaud a des écailles noires qui prennent des tons verts et une grande strie le long du corps.

4. Quelle quantité de glace le poisson doit-il présenter et qu'est-ce que cela signifie ?

Selon la loi, le glaçage du poisson ne doit pas dépasser plus de 5 % du poids total du poisson, mais souvent, l'information indiquée sur l'emballage ne correspond pas à la réalité. Cogne le poisson sur une superficie dure : si des fissures ou des petites failles apparaissent sur la glace, cela veut dire qu'il contient plus de 5 % d'eau.

L'apparence externe de la glace peut en dire beaucoup sur la qualité du poisson. Si sur la superficie de la glace, il y a des fissures ou des petits trous, cela veut dire que le poisson a été congelé puis décongelé plusieurs fois. Une couche jaune ou trouble indique que le poisson n'est pas frais.

5. Que faut-il chercher sur l'emballage ?

De nombreux pays du monde, en particulier les pays membres de l'union économique eurasiatique, doivent suivre les indications qui suivent. Depuis septembre 2007, les informations sur le lieu de pêche et la fabrication doivent être inscrites sur l'emballage du poisson. Ces informations sont particulièrement importantes lors de l'achat de filets : en effet, si le lieu de production est très éloigné du lieu de pêche, cela signifie que le poisson a été congelé pour être transporté puis décongelé pour faire des filets pour être enfin congelé à nouveau pour la commercialisation... La valeur nutritive de ce produit est donc assez douteuse.

De plus, la composition du produit doit être indiquée sur l'emballage et il vaut mieux choisir le produit qui ne contient rien d'autre que de l'eau et du poisson. L'additif E-452 indique que le poisson présente des polyphosphates ; ce sont des substances qui retiennent l'humidité du poisson.

6. Comment repérer les polyphosphates dans le poisson ?

Nombreux sont ceux qui connaissent la situation suivante : après avoir décongelé les filets de poisson achetés, on s'aperçoit qu'au lieu du kilo acheté, le produit ne pèse que 500 ou 600 grammes. L'augmentation artificielle du poids ne se fait pas avec l'aide du glaçage, mais plutôt à l'aide des polyphosphates qui maintiennent l'humidité dans les muscles du poisson. La présence de ces substances peut être révélée par l'observation d'une couleur brillante et intense sur le filet. Lorsque tu feras cuire le poisson qui contient des polyphosphates tu observeras des bulles, et celui-ci prendra une couleur grise.

7. Quelles substances nocives peuvent être contenues dans le poisson ?

Hormis le phosphate, le poisson peut contenir d'autres substances chimiques nocives, en particulier le panga, le tilapia et le poisson-chat, qui sont riches en surprises désagréables, parce qu'ils sont élevés dans la rivière Mékong (sur l'image), qui fait partie de la liste des rivières les plus sales du monde. L'analyse du poisson provenant du Vietnam présente, à part les polyphosphates, un niveau élevé de mercure, d'ammoniaque et d'antibiotique enrofloxacine. De plus, des amines biogènes ont été découverts dans le poisson ; ce sont des substances qui se forment à la suite du stockage et de la conservation incorrects du poisson. La plus dangereuse pour l'homme est l'histamine.

8.Quel poisson ne faut-il pas acheter ?

Hormis le poisson en provenance du Vietnam, il existe d'autres types de poissons, sauvages ou de cultures agricoles, dont la consommation doit être réduite au minimum. Le problème du poisson sauvage est la contagion par le mercure bien sûr : c'est la cause principale de contagion alimentaire de l'être humain par un métal. Plus l'animal est âgé et plus il est grand, plus il contient de mercure. Parmi les poissons affectés, on compte la perche dorée, l'espadon, le requin, le maquereau, le thon et le poisson-montre.

Le problème de l'aquaculture est la composition pauvre en éléments nutritifs liés aux particularités du régime des poissons et de l'habitat. Par exemple, le saumon élevé dans des fermes contient une moindre quantité de bonnes graisses par rapport à celui qui grandit à l'état sauvage. De plus, la probabilité est grande que ce poisson ait ingéré des stimulants pour la croissance et des antibiotiques. Les poissons suivants sont fréquemment élevés dans des fermes : le saumon, la carpe, le poisson-chat, le bar, la dorade, le panga, le tilapia et la sole commune.

Après avoir pris en considération ces informations, voici la question sensée qui se pose : que devons-nous manger ? Le meilleur choix est encore le hareng, le colin, le lieu noir et les sardines. Parmi les salmonidés, il est préférable de consommer les poissons de la famille coregonus, le saumon rouge et le saumon du Pacifique. En effet, les races mentionnées ne sont presque pas élevées dans des fermes, et ces poissons se trouvent aux derniers rangs sur la liste des poissons contaminés par le mercure.

Et toi, quel poisson te plaît le plus ? As-tu déjà commencé à changer ta façon de le consommer pour manger plus sain ?

Photo de couverture eastnews, depositphotos

Commentaires

Notifications
Petit chanceux ! Ce sujet ne comporte aucun commentaire,
ça veut dire que tu seras le premier.
Profites-en !

Lectures connexes