Les fonctionnalités cachées à bord d’un avion

C’est curieux
Il y a 5 mois

Les ingénieurs rendent les ailes des avions lisses pour permettre à l’air de circuler facilement autour de leur surface et réduire la résistance pendant le vol. Alors pourquoi ont-ils ajouté ces crochets jaunes convexes ? Ils nuisent évidemment à l’aérodynamisme. Certes, mais ils sont aussi nécessaires pour ta sécurité. Imagine un avion qui fait un amerrissage d’urgence en pleine mer. Tout se passe bien. L’avion glisse sur l’eau. Puis, des canots de sauvetage naviguent jusqu’à lui pour évacuer les passagers. Ces derniers quittent l’avion par les sorties de secours situées au-dessus des ailes.

Avant que la porte ne s’ouvre, le toboggan d’évacuation se gonfle. Les passagers doivent marcher sur l’aile et descendre sur le toboggan. Mais la surface de l’aile est glissante à cause de l’eau. Ils risquent de tomber et de se blesser. Pour éviter cela, les stewards installent une corde de sauvetage. Ils attachent une extrémité à la porte, et l’autre au bord de l’aile, en la faisant passer par ces crochets. Pendant l’évacuation, les gens peuvent s’accrocher à cette corde pour éviter de tomber.

Avec une corde, on peut aussi attacher les canots de sauvetage à l’aile, pour que les courants ne les éloignent pas de l’avion. À propos, l’avion peut flotter pendant 10 minutes à 60 heures, selon le modèle, les conditions météorologiques et les compétences du pilote.

La sortie principale et la sortie de secours ont toutes deux des poignées supplémentaires pour les membres de l’équipage. Pendant une évacuation, les gens peuvent paniquer et pousser accidentellement les hôtesses de l’air. Pour éviter une chute, elles s’accrochent à ces poignées.

La ceinture de sécurité dans un avion a une fonction légèrement différente de celle de ta voiture. Celle du véhicule te protège d’un choc horizontal. Lorsqu’un avion traverse des turbulences, il est secoué de haut en bas. Ta ceinture t’empêche de frapper le plafond avec ta tête.

Les membres de l’équipage ont des menottes pour les passagers à problèmes. Si une personne se comporte mal et perturbe le vol, les agents de bord ont le droit de l’attacher à son siège. Pour ce faire, ils utilisent des menottes de police ou des attaches en plastique. C’est le maximum qui puisse être fait pendant le vol. Ensuite, ils signalent la personne à l’aéroport et la livrent à la police après l’atterrissage.

En cas d’urgence, les masques à oxygène tombent automatiquement. Ils ont une fonction supplémentaire que tu ne connais peut-être pas : égaliser la pression et éviter la panique. La pression de l’air peut changer à cause des turbulences. Donc, entre autres choses, les masques aident les passagers à rester calmes.

Ton siège est ton meilleur allié. Le gilet de sauvetage qui se trouve en dessous t’empêchera de te noyer. De plus, la surface du siège est faite d’un matériau imperméable. Si de l’eau pénètre dans la cabine, le siège t’évitera de geler puisqu’il ne sera pas mouillé. Il est aussi ignifuge. La housse peut empêcher le feu de se propager dans la cabine, et peut te sauver des flammes. Bien sûr, tu n’auras probablement jamais à utiliser cette fonction, mais il est toujours bon de se sentir en sécurité, n’est-ce pas ?

Tu peux utiliser la tablette du siège devant toi pour fabriquer un repose-pieds ! Il suffit d’attacher une ceinture, une couverture ou une serviette autour de la table et d’y suspendre tes pieds !

Tu as peut-être remarqué des triangles noirs sur le mur au-dessus des sièges. Pour toi, en tant que passager, ils peuvent indiquer les sièges qui ont la meilleure vue sur les ailes, où tu peux prendre les plus belles photos de vol. Mais les triangles n’ont pas été créés pour ton appareil photo. Les membres de l’équipage surveillent l’état de l’avion par les fenêtres situées sous ces panneaux. Imaginons que les ailes gèlent, que le moteur prenne feu ou que le pilote reçoive un signal concernant un problème quelconque. Dans ce cas, l’équipage se dirige rapidement vers les triangles et évalue la situation.

Et toi tu es là, assis sous le triangle, à regarder l’aile et à penser : “Pourquoi les ailes sont-elles attachées à la partie inférieure de l’avion ? Ils auraient pu les installer au-dessus des fenêtres ou en plein milieu.” En fait, certains avions les ont au milieu ou encore plus haut. Et chaque emplacement a du sens.

Le moteur et les turbines se trouvent sous les ailes. Il est beaucoup plus facile de les réparer puisqu’ils sont proches du sol. Et en cas d’amerrissage d’urgence, les ailes servent de bouée de sauvetage ; elles aident à maintenir l’avion sur l’eau. Les réservoirs de carburant vides sous l’aile peuvent aussi aider l’avion à flotter à la surface. Mais cette position présente aussi certains risques. Des débris de la piste d’atterrissage peuvent s’introduire dans les turbines.

Heureusement, cela a peu de chances d’arriver puisque les pistes sont soigneusement nettoyées. Les avions dont les ailes sont au milieu présentent le moins de résistance à l’air. Les avions de chasse et les avions supersoniques sont conçus de cette façon. Les gros avions cargo ont leurs ailes au niveau de la partie supérieure de la carlingue. Grâce à cela, l’avion est plus proche du sol, et il est ainsi plus facile de charger les cargaisons.

De plus, il est plus sûr d’atterrir sur des pistes non préparées avec des ailes hautes car les débris n’entreront pas dans les turbines. L’aérodynamisme de ces avions fonctionne mieux grâce à de telles ailes. Ils ont moins de résistance à l’air et livrent les marchandises plus rapidement.

L’oxygène à l’intérieur des masques est une combinaison de produits chimiques. Le transport de réserves d’oxygène serait trop cher pour la compagnie aérienne. Elles prendraient beaucoup de place et augmenteraient le poids, ce qui entraînerait une consommation supplémentaire de carburant. Par conséquent, il y a un générateur d’oxygène chimique situé dans le panneau au-dessus de ta tête. Un petit réservoir contient des composés de baryum, de sodium et de potassium, qui se mélangent et créent une réaction chimique chaude qui libère de l’oxygène et le fait passer dans le masque.

Les petits trous dans les hublots empêchent le verre de se briser. La pression de l’air à l’intérieur de l’avion est beaucoup plus élevée que celle de l’extérieur. La différence est si grande que l’air peut tout simplement briser le verre. Pour éviter cela, de petits trous sont percés. L’air y passe et réduit la charge sur la vitre. D’ailleurs, les hublots ont une forme ovale pour la même raison : c’est la forme idéale pour une répartition uniforme de l’air. S’ils étaient carrés ou triangulaires, l’humidité s’accumulerait dans les coins, ce qui pourrait les briser aussi. De plus, toute l’eau est asséchée grâce aux trous.

Les hublots sont faits de triple vitrage. Le verre extérieur encaisse la pression. Celui du milieu fonctionne comme un fusible. La troisième couche protège la deuxième des passagers qui aiment la toucher. Techniquement, l’avion pourrait voler avec une seule couche, mais ce serait dangereux.

Une protection supplémentaire existe pour les roues. Elles subissent des charges énormes pendant l’atterrissage. Mais ne t’inquiète pas, elles n’éclateront pas. Les pneus peuvent résister à une pression 5 à 7 fois supérieure à celle qu’ils subissent réellement.

Tu vois le panneau “Toilettes” sur la porte ? Il y a un loquet secret en dessous. Les membres de l’équipage peuvent déverrouiller la porte de l’extérieur. Donc, ne t’attends pas à une intimité totale. Bien sûr, il est interdit aux autres passagers de le faire, mais le personnel de cabine peut l’ouvrir en cas d’urgence.

Lorsque les agents de bord passent dans la cabine pendant le vol, ils touchent toujours les compartiments supérieurs au-dessus des sièges. Ils ne vérifient pas s’ils sont bien fermés ; le long des compartiments, il y a des poignées en forme d’arêtes dentelées. Les hôtesses de l’air s’y accrochent pour ne pas tomber. C’est plutôt pratique, surtout pour ceux qui n’aiment pas toucher les sièges des passagers assis en allant aux toilettes.

Il y a une raison importante pour laquelle les turbines sont situées sous les ailes. Auparavant, on les plaçait au niveau de la queue de l’avion pour améliorer l’aérodynamisme du vol. Si l’un des moteurs cessait de fonctionner, la cabine ne tremblait pas autant. Car oui, les avions peuvent voler avec un seul moteur.

De plus, les ailes étaient plus fines grâce aux turbines situées au niveau de la queue, ce qui était également meilleur pour l’aérodynamisme. Mais il s’est avéré qu’un tel emplacement entraînait des coûts supplémentaires. Le moteur dans la queue était peu pratique à entretenir. Il était en hauteur, si bien qu’il fallait un équipement spécial et plus de temps pour l’entretenir. Et, bien sûr, cela affectait le prix du billet. On a donc commencé à installer les turbines sous les ailes pour économiser de l’argent et du temps.

As-tu déjà remarqué une lumière clignotante dans la cabine avant le décollage ? Cela se produit lorsque le pilote déconnecte l’avion du réseau électrique de l’aéroport et passe au réseau embarqué. Cette transition rapide peut provoquer des clignotements.

Commentaires

Notifications
Petit chanceux ! Ce sujet ne comporte aucun commentaire,
ça veut dire que tu seras le premier.
Profites-en !

Lectures connexes