L’histoire remarquable de David, l’enfant qui a dû vivre à l’intérieur d’une bulle en plastique pour toujours

Gens
Il y a 11 mois

David Phillip Vetter a passé neuf mois dans le ventre de sa mère et, quelques secondes après sa naissance, il a été placé dans une bulle en plastique qu’il n’a jamais quittée. David souffrait d’une maladie rare appelée déficit immunitaire combiné sévère, ce qui signifie qu’il n’avait pas de système immunitaire fonctionnel. Découvrons ensemble comment l’histoire de ce petit garçon ne peut être oubliée, même plus de 50 ans après sa naissance, et comment il a changé la vie de millions de personnes.

David est le troisième enfant que ses parents ont accueilli dans leur vie

David est venu au monde en septembre 1971, au Texas. Il était le troisième enfant de ses parents, Carol Ann et David. Ils ont eu une fille, Katherine, et un fils, David Joseph, qui est décédé en bas âge d’un déficit immunitaire combiné sévère (DICS). Lorsque le couple a appris qu’il allait avoir un autre garçon, les médecins ont dit qu’il y avait 50% de chances qu’il naisse avec la même maladie que son frère.

En 1977, David a reçu un cadeau qui lui a permis de se déplacer librement

EAST NEWS

Les spécialistes pensaient que la mesure consistant à maintenir David dans une bulle de plastique stérile ne serait que de courte durée, le temps de trouver un remède au DICS. Ils pensaient que le garçon se débarrasserait de sa maladie à l’âge de deux ans. Finalement, David a été enfermé dans la bulle toute sa vie pour être protégé des virus et des bactéries qui auraient pu lui être fatals.

Le personnel du Texas Hospital Center, où David a passé les cinq premières années de sa vie, s’est demandé s’il était éthique d’élever un enfant à l’intérieur d’une bulle.

Tout ce que le garçon recevait — nourriture, eau, couches, vêtements, livres — devait être stérilisé et inséré dans des sas. Ces centres d’isolement ont été conçus par les ingénieurs de la NASA, qui ont également créé pour David une combinaison ressemblant à celle d’un astronaute, afin qu’il puisse se déplacer librement.

Grâce à cette combinaison, d’une valeur de 50 000 dollars à l’époque, la mère de David, Carol Ann, a pu prendre son fils dans ses bras pour la première fois le 29 juillet 1977, alors que David avait cinq ans.

Au fur et à mesure que les options médicales progressaient, un nouvel espoir se profilait pour David

En 1983, les médecins ont partagé une nouvelle procédure — une transfusion de moelle osseuse à partir de donneurs qui ne sont pourtant pas parfaitement compatibles. Katherine, la sœur de David, s’est portée volontaire comme donneuse pour tenter de guérir son frère. Malheureusement, quatre mois plus tard, alors qu’il n’avait que 12 ans, David Vetter est décédé d’un lymphome, un cancer dont il a été confirmé plus tard qu’il avait été introduit dans son système par le virus d’Epstein-Barr, qui était dormant dans la moelle de sa sœur.

David aurait été la dernière personne à avoir été placée dans une bulle en plastique

Le Texas Hospital Center a ensuite ouvert le Centre David, consacré à la recherche, au diagnostic et au traitement des déficiences immunitaires. Aujourd’hui, grâce à ce garçon et à l’héritage qu’il a laissé, des lois ont été mises en place aux États-Unis pour autoriser les tests de dépistage chez les nouveau-nés. En outre, de nombreux enfants souffrant de DICS sont diagnostiqués à un stade précoce et peuvent désormais mener une vie saine et normale. Un médecin renommé a déclaré : “Ce que David nous a donné est une leçon puissante dans de nombreux domaines de la médecine — et tout simplement une leçon de vie”.

L’épitaphe de la pierre tombale de David Vetter dit : “Il n’a jamais touché le monde, mais le monde a été touché par lui”.

Photo de couverture EAST NEWS, Texas Children's Specialty Care / Facebook

Commentaires

Notifications
Petit chanceux ! Ce sujet ne comporte aucun commentaire,
ça veut dire que tu seras le premier.
Profites-en !

Lectures connexes