Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

12 Cas dans lesquels les costumiers ont commis une grosse erreur qu’on a tous remarquée

-11-
12k

Souvent, dans les films historiques, nous découvrons des tenues qui n’ont strictement rien à voir avec l’époque présentée à l’écran, mais ce n’est en aucun cas lié à la négligence des costumiers. Dans la plupart des cas, les cinéastes acceptent délibérément de faire ces sacrifices, afin de donner à l’œuvre une plus grande expression artistique. En effet, mis à part leur conformité à l’époque présentée, les costumes doivent aussi mettre en valeur l’apparence des acteurs, correspondre au concept global du film, et être compréhensibles pour le public moderne. Si l’équipe de production arrive à relever tous ces défis avec succès, l’œuvre est vouée à la réussite.

Chez Sympa, nous avons été fascinés par les merveilleux exemples de costumes dont l’interprétation particulière a permis aux cinéastes de créer de véritables chefs-d’œuvre cinématographiques et de gagner le cœur de plusieurs générations de spectateurs.

Elizabeth : L’Âge d’or

Les créateurs de ce film ont commis un certain nombre d’inexactitudes historiques. Elizabeth I était une grande admiratrice de la dentelle de luxe, des pierres précieuses, et des broderies complexes. Cependant, afin que toute cette beauté ne détourne pas l’attention du spectateur, les costumiers ont délibérément minimisé la quantité d’éléments décoratifs présents sur les tenues de la reine et ont décidé de la différencier des autres personnages à l’aide de textures diverses et de couleurs vives. Finalement, la souveraine nous est apparue à l’écran vêtue de robes riches en couleurs, ce qui n’était pas propre à la véritable Elizabeth I qui préférait bien plus les couleurs pâles.

En outre, les costumes de la reine ont été privés de leur vertugadin : un bourrelet large et plat qui était porté sous la robe dans le but de lui donner plus de volume au niveau des hanches et qui faisait partie intégrante de n’importe quelle tenue des femmes nobles de cette époque. De plus, sans les épaulettes hypertrophiées qui étaient typiques pour le XVIe siècle, la silhouette de Cate Blanchett semble bien plus délicate et frêle que celle de son prototype. Cependant, cette interprétation libre des costumes historiques de la reine d’Angleterre n’a pas empêché les costumiers de créer une apparence convaincante qui leur a permis de remporter l’Oscar de la meilleure création de costumes.

Gatsby le magnifique

Les costumes masculins montrés dans ce film sont très authentiques, mais grâce à la créatrice Miuccia Prada, les tenues des femmes ont subi de considérables changements. À la place des robes droites et amples, très populaires dans les années 20, le spectateur découvre des tenues moulantes, des décolletés en V et des dos couverts.

Une autre liberté que se sont permis les costumiers : des accessoires modernes tels que les collants épais et les chaussures ouvertes à talons aiguilles. Mais le film n’en a pas souffert du tout. Au contraire, grâce aux tenues des héroïnes, il a même gagné un charme particulier.

Deux sœurs pour un roi

Tout comme les créateurs de Elizabeth : L’Âge d’or, les costumiers du film Deux sœurs pour un roi ont dû se refuser l’utilisation du vertugadin. À la place, ils ont décidé de donner du volume aux tenues à l’aide de crinolines, offrant ainsi aux robes des héroïnes la forme d’un dôme, ce qui correspond bien plus à la mode des siècles suivants.

La couleur verte — qui était inhabituelle pour l’époque des Tudor — est une deuxième innovation introduite par les costumiers de ce film. En effet, avant le XIXe siècle, deux couleurs étaient utilisées pour obtenir du vert : le bleu et le jaune, ce qui laissait beaucoup à désirer la qualité de la teinture. Ainsi, il est peu probable que la véritable Anne ait eu la possibilité de porter des tenues d’une couleur émeraude aussi luxueuse. Cependant, c’est exactement cette superbe couleur qui est arrivée à offrir un charme très particulier à ce film.

Marie Stuart, reine d’Écosse

Le sujet du film se déroule au XVIe siècle, mais la plupart des costumes sont cependant en denim, un matériel qui n’a été inventé qu’au XIXe siècle. Selon la cheffe costumière Alexandra Byrne, ces tenues rigides en denim ont rendu l’apparence des personnages plus attrayante et compréhensible pour les spectateurs modernes. Ce matériel pourtant inhabituel pour l’époque présentée, a apporté du piment à l’ère élisabéthaine et une certaine fraîcheur à ce drame historique.

Shakespeare in Love

Le sujet du film est entièrement fictif, par contre, il se déroule autour d’un personnage historique bien réel dans une époque bien précise : l’ère élisabéthaine. Cependant, afin que les vêtements n’entravent pas les mouvements et ne détournent pas l’attention de sur l’héroïne principale, les costumiers ont décidé de simplifier les tenues authentiques et ont réduit au maximum l’énorme quantité de décorations qui étaient incroyablement populaires à l’époque.

Mais ce n’est pas tout : les costumes masculins ont eux aussi été modifiés. Le studio de cinéma craignait que les personnages aient l’air beaucoup trop idiots en justaucorps, et les cinéastes ont donc décidé d’allonger leurs pantalettes. Résultat : le public a finalement eu droit à un mélodrame aux merveilleux costumes qui n’avaient rien à voir avec la réalité. Mais il semble que tout le monde ait été quand même satisfait.

Les Filles du docteur March

Il s’agit de l’histoire des quatre sœurs de la famille March. Le sujet se déroule durant le règne de la reine Victoria, lorsque les jupons, les crinolines et les corsets étaient des attributs indispensables de la garde-robe de toutes les dames. Mais afin de mieux transmettre le caractère de chacune des héroïnes, les costumiers ont décidé de débarrasser Beth et Jo d’une partie de ces éléments. À la place du corset, Jo porte un gilet masculin, et quant à Beth, elle se passe totalement de crinoline.

Cleopatra

Des robes moulantes, des bustiers, des chaussures à talons hauts, une énorme quantité de paillettes et de matières synthétiques, ainsi qu’une coiffure volumineuse qui correspond bien plus aux années 60 : ce film contient tellement de détails qui ne correspondent en rien à l’époque de la célèbre reine d’Égypte, que cette liste n’en finira jamais.

Cependant, aussi étrange que cela paraisse, le glamour des années 60 n’a pas gâché ce film du tout. Au contraire, grâce au travail colossal des costumiers, les spectateurs se sont vu offrir l’incroyable possibilité de découvrir un film monumental dans lequel Cléopatre a changé à elle seule 38 tenues (et il était carrément prévu de lui attribuer 65 tenues !)

Vanity Fair : La Foire aux vanités

Le film se déroule en Angleterre, au XIXe siècle, lorsque la mode était dominée par les tons pastel et pâles, et que les couleurs vives n’étaient utilisées que pour relever une pièce. Cependant, les costumiers ont mis sens dessus dessous tous les canons de la mode de l’époque. Durant tout le film, nous voyons l’héroïne principale vêtue de tenues vives et colorées. Et plus elle montait dans l’échelle sociale, plus ses vêtements devenaient riches en couleurs. Ainsi, grâce à l’approche inhabituelle des costumiers, ses tenues se sont transformées de simples vêtements en un outil qui permet de montrer le caractère et les ambitions croissantes du personnage.

La Courtisane

L’héroïne principale nous apparaît comme une nymphe papillonnante, délicate et fragile. Cet effet a été obtenu grâce à l’utilisation de teintes pastel, de tissus légers et de manches souples.

Mais le fait est que dans la ville de Venise du XVIe siècle, l’époque durant laquelle se déroule le sujet du film, les femmes, y compris les courtisanes, portaient toutes un corset en métal par-dessus leur chemisier. Cela les faisait paraître bien plus grandes qu’elles ne l’étaient réellement. Il n’était donc bien évidemment pas question de grâce.

La basque n’était pas non plus à la mode, mais elle est tout de même présente dans presque chaque tenue de l’héroïne principale. Mais nous devons néanmoins accorder aux créateurs du film que leur désir de moderniser les tenues a non pas gâché l’œuvre, mais lui a au contraire donné une certaine légèreté et du romantisme, qui n’auraient certainement pas pu être atteints avec des costumes authentiques.

Anna Karénine

Le sujet du roman Anna Karénine se déroule dans les années 1870. Par conséquent, dans le film doivent être montrées des tenues de cette époque : des robes à tournure, ornées de diverses finitions telles que des plis, des franges, des froufrous, des volants et bien d’autres choses encore.

Mais contrairement à la réalité, les créateurs du film se sont basés sur la collection haute couture des années 50 et ont mis un accent sur la silhouette de l’héroïne. Finalement, au lieu de robes riches en décorations, les spectateurs ont découvert des robes à crinoline sans détails superflus.

En outre, durant le bal, les héroïnes du film ont été privées de leurs gants, mais à l’époque, danser sans eux était considéré comme l’apogée de l’indécence : cet accessoire ne pouvait être retiré que durant les repas, les jeux de cartes, et lorsque les femmes jouaient des instruments.

Dirty Dancing

L’héroïne de Jennifer Grey a gagné le cœur de tous les spectateurs grâce à son short en denim à taille haute. Cependant, les costumiers n’ont pas tenu compte du fait que dans les années 60 — l’époque durant laquelle se sont déroulés les événements du film — le denim n’était pas encore utilisé dans la création de vêtements décontractés et stylés. En effet, auparavant, le jean était porté lors de travaux difficiles et salissants, et non pas pour se promener et danser.

Orgueil et Préjugés

D’un point de vue historique, les costumes portés par le personnage interprété par Keira Knightley sont presque parfaits. Cependant, cela ne concerne pas les chaussures de l’héroïne : nous pouvons voir dans de nombreuses scènes qu’Elizabeth porte des bottes en caoutchouc qui ne seront inventées que 40 ans plus tard.

Fais-tu attention aux costumes lorsque tu regardes un film ? Penses-tu qu’il soit acceptable de sacrifier leur authenticité au nom de l’expression artistique ? N’hésite pas à partager ton avis dans les commentaires !

-11-
12k
Partager cet article