Sympa
Sympa

15 Détails importants de films que nous avons négligés, alors qu’ils en font tout le sel

Les gros plans et les grands écrans de cinéma font du travail de réalisation d’un film une tâche minutieuse : chaque détail compte. Avant le tournage, le réalisateur et son équipe étudient soigneusement le sujet et, si nécessaire, les archives historiques sont également consultées afin de recréer scrupuleusement l’environnement de l’époque.

Chez Sympa, nous aimons remarquer les détails curieux et souhaitons partager avec toi des exemples de cinéastes qui ont vraiment fait des efforts et réfléchi à chaque détail. Сomme bonus, nous te montrons que le travail d’orfèvre n’est pas seulement réservé aux réalisateurs : les animateurs aussi sont tout aussi soucieux de la vraisemblance d’un cliché.

Carol : manteau en vison fabriqué à partir de pièces de fourrure vintage

Le récit du film Carol se déroule dans les années 1950. La garde-robe de l’héroïne principale, une mondaine sophistiquée, a été réalisée à 80 % à partir de zéro. Cela est dû au fait qu’il est très difficile de trouver des vêtements vintage qui résisteraient vraiment à l’examen minutieux inévitable dans un gros plan.

Carol apparaît pour la première fois dans un manteau de vison. Cependant, il était impossible de trouver la pièce idéale, alors la costumière l’a cousue à partir de morceaux de fourrure vintage. Un pardessus de la même époque a été pris comme base pour créer la bonne silhouette. Un foulard corail et un chapeau complétaient le look.

Titanic : la scène avec la toupie est inspirée d’une vraie photo

Lorsque Jack se rend sur le pont de première classe à la recherche de Rose, il voit un enfant qui joue avec une toupie et son père qui le regarde. Cette scène est basée sur une célèbre photographie prise à bord du Titanic par le prêtre Francis Brown. Le garçon de six ans s’appelle Robert Douglas Spedden. Il était l’un des survivants du naufrage du paquebot.

Cléopâtre : la cape et la coiffe couvertes d’or

Ce film hollywoodien sur Cléopâtre était considéré comme l’un des projets les plus coûteux au moment de sa sortie. Près de 200 000 dollars ont été dépensés en tenues luxueuses pour la reine d’Égypte. Et ce n’est pas étonnant, car il fallait lui confectionner 65 costumes différents.

L’un des plus mémorables était la coiffe et la cape en or de 24 carats ressemblant aux ailes d’un phénix. Ils ont été minutieusement assemblés à partir de fines bandes de cuir doré et décorés de milliers de perles, de jais de verre et de paillettes. C’est le seul costume qui apparaît deux fois dans le film. En 2012, la cape a été vendue aux enchères pour 59 365 dollars.

Downton Abbey : la robe avec un secret

Le sujet du film se déroule en 1927. La garde-robe des personnages a été littéralement créée pièce par pièce, à partir de morceaux de tissu vintage trouvés sur des marchés aux puces, ainsi que de robes anciennes restaurées ou recousues.

Mary Talbot porte une robe bleu foncé à taille basse lors d’un goûter avec la princesse. Une jolie gravure avec de petites églises, des haies, des arbres et des champs est représentée sur cette robe. Le costumier a voulu symboliser Downton Abbey, dont l’héroïne est la parfaite incarnation. Cette robe a été refaite à partir de la tenue originale des années 1920. Le costumier du film a déconstruit la robe vintage, restauré son corsage et reproduit l’imprimé sur la partie majeure du tissu.

Boardwalk Empire : le revêtement de sol en bois du quai construit à partir de zéro

L’Atlantic City des années 1920 a été recréée à l’identique pour la série Boardwalk Empire à Brooklyn, New York. Le budget de la première série était de 18 millions de dollars, dont 5 millions ont servi à recréer le quartier de la ville ainsi qu’à construire un revêtement en bois du quai d’environ 91,5 mètres de long. Le réalisateur Martin Scorsese était très exigeant et a insisté pour que les planches du quai soient exactement de la même taille que celles à Atlantic City de l’époque.

The Lighthouse : un vrai phare a été construit pour le film

L’action du film se déroule sur une île rocheuse où un gardien de phare et son assistant habitent. L’équipe de tournage a cherché un phare en état de marche en Nouvelle-Écosse pendant très longtemps, mais sans succès. Ils ont finalement décidé de construire eux-mêmes un objet de 21 mètres. Le résultat a dépassé toutes les attentes : les cinéastes ont en effet érigé un phare fonctionnant sur le cap Forchu, avec une lentille en acrylique et en verre émettant une lumière puissante.

Mad Men : même les fruits ont été soigneusement sélectionnés

La série Mad Men se déroule dans les années 1960. Un jour, le créateur de la série, Matthew Weiner, s’est rendu sur le plateau de tournage et a exigé que les pommes, qu’il jugeait trop grosses, trop brillantes et de forme parfaite, soient remplacées. Ces produits n’existaient pas au début des années 60 : les fruits étaient beaucoup plus petits à l’époque, car on n’utilisait pas de techniques sophistiquées ni de produits chimiques pour les cultiver.

The Witch : le tournage a été réalisé uniquement à la lumière du jour ou à la lumière des bougies

L’histoire du film se déroule dans les années 1630 en Nouvelle-Angleterre. Selon l’histoire, une famille de réfugiés s’installe dans une ferme isolée dans la nature. Le réalisateur a cherché à atteindre un maximum d’authenticité historique, il a donc insisté pour que toutes les scènes soient filmées uniquement à la lumière du jour ou à la lueur des bougies. En outre, les vêtements des personnages n’étaient faits que de laine ou de lin.

The Young Pope : la chapelle Sixtine a été reconstruite pour le tournage en studio

Comme il est interdit de filmer au Vatican, le chef décorateur de The Young Pope a reconstruit en taille réelle et en deux mois, les décors de la chapelle Sixtine sur le terrain d’un studio de cinéma à Rome. Sur l’insistance du réalisateur, les murs ont même été spécialement recouverts de toiles d’araignées pour obtenir plus de réalisme. Comme la toile ne faisait que 5 mètres de haut, à l’exception du mur avec la fresque Le Jugement dernier de Michel-Ange, tout ce qui était plus haut a été terminé pendant la post-production au studio à Londres.

Le Village : un village secret a été construit pour le tournage

Le film a été tourné dans le plus grand secret dans un champ où un village entier a été construit. La moitié de ces bâtiments avaient des intérieurs finis. Le champ voisin contenait des caravanes, des équipements et un grand dépôt. Tous les bâtiments ont été démolis un mois avant la sortie du film, et le terrain a été restauré dans son aspect d’origine.

La Belle et la Bête : la couleur jaune de la robe a été choisie grâce à de nombreux tests vidéo

Pour recréer la robe de bal jaune de Belle, il a fallu procéder à de nombreux essais vidéo. Ainsi, sous la caméra, un jaune était trop mat, un autre trop brillant, un troisième n’avait pas la bonne texture, et ainsi de suite. La structure floue de la robe de bal de Belle a été créée à partir de plusieurs mètres d’organza de soie. Le tissu a été recouvert de feuilles d’or car, dans le film, Madame de Gardarobe saupoudre la robe de Belle de paillettes scintillantes.

Midsommar : tous les symboles runiques prédisent le déroulement ultérieur des événements

Midsommar a été désigné comme l’un des films d’horreur les plus intéressants de ces dernières années. Derrière les images lumineuses et estivales se cache un film d’horreur glaçant, rempli de symboles cachés. En particulier, il y a beaucoup de runes dans le film. Elles sont partout, sur les pierres, les tapisseries, brodés sur les vêtements des personnages. Aucun symbole n’est fortuit : il contient des indices sur le destin des personnages et le développement de l’intrigue.

Par exemple, avant de danser, l’héroïne porte une robe sur laquelle sont brodées les runes Raidō et Dagaz. La première signifie le voyage, mais lorsqu’elle est inversée dans le film, elle peut aussi annoncer la mort. La rune Dagaz est l’une des runes sacrées symétriques, mais sur la chemise de la jeune fille, elle est brodée comme si elle était tombée sur le côté, ce qui n’est pas vraiment un bon signe.

Pretty Woman : de véritables bijoux

Un détail important dans l’histoire emblématique de la Cendrillon moderne est le collier de rubis et de diamants. Le personnage de Richard Gere dit que ce collier a été loué, et c’est vrai : le collier est réel, fourni à l’équipe du film par la marque de bijoux française Fred. Edward prétend qu’il vaut 250 000 dollars, mais à l’époque, le collier était estimé à au moins 440 000 dollars, et sa valeur n’a fait qu’augmenter au fil des ans.

Bad Teacher : les chaussures usées

Dans l’histoire, l’héroïne jouée par Cameron Diaz a quitté son riche fiancé et en cherche un autre. Les réalisateurs ont essayé de le montrer même avec les bottes de la jeune fille. Les semelles rouges des chaussures sont probablement de Christian Louboutin, une marque coûteuse. Mais les bottes sont assez usées, ce qui signifie qu’elles ont été achetées il y a longtemps, et la jeune fille n’a pas assez d’argent pour s’en offrir de nouvelles.

Cruella : La coiffure de Marie-Antoinette

Le film est non seulement rempli de références au dessin animé classique de 1961, Les 101 Dalmatiens, mais il comporte également de nombreux détails ayant un sens caché. Ainsi, dans la scène où l’héroïne arrive sur un camion poubelle à un autre événement exclusif organisé par la baronne, la jeune rebelle a une coiffure de style Marie-Antoinette. Elle doit laisser entendre à son adversaire que Cruella en sait beaucoup sur ses secrets. Après tout, le bal dans le château de la baronne, où la petite Estella s’est retrouvée par hasard et a vu ce qu’elle n’était pas censée voir, a été stylisé à l’époque du XVIIIe siècle.

Bonus : pour le dessin animé Ratatouille, le plat principal a été élaboré par un célèbre chef cuisinier

Le principal défi pour les créateurs du dessin animé était de rendre la nourriture appétissante dans la version dessinée. Le plat titre, que le personnage principal doit préparer pour le critique du restaurant, a été créé par le célèbre chef Thomas Keller.

Selon le scénario, il s’agit d’une ratatouille, un plat traditionnel français de légumes mijotés, mais elle est généralement servie en accompagnement. Comme le chef a réalisé que c’était le point culminant de l’histoire, sous l’apparence d’une ratatouille, il a préparé un plat turc similaire, le confit byaldi, à base de légumes et de ragoût. Keller a tranché chaque légume aussi finement que du papier et a ensuite rassemblé les morceaux en un seul.

Alors, nous parions que tu veux maintenant regarder tous ces films à nouveau pour trouver toutes ces nuances cachées par toi-même ! Et toi, fais-tu souvent attention aux détails lorsque tu regardes un film ? N’hésite pas à partager tes trouvailles dans les commentaires !

Partager cet article