Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

10 Splendides costumes de cinéma qui ont aidé à reconstituer l’atmosphère exacte de films historiques

3---
533

Avant de commencer à travailler sur la conception des tenues des personnages d’une fiction ou d’une reconstitution, les costumiers étudient l’atmosphère de l’époque où se déroule l’action du film ou de la série, aussi bien que les couleurs, coupes et textures à la mode. Les créateurs de costumes sont souvent obligés de choisir entre l’esthétique et la véracité historique. Seuls les plus doués sont capables de créer des costumes vraiment époustouflants et rigoureusement respectueux de la réalité historique.

Chez Sympa, nous avons compilé les plus beaux costumes du septième art qui sont absolument fidèles à la mode de l’époque où se déroule l’histoire. Nous sommes en admiration devant les artistes qui ont créé ces vêtements magnifiques.

Outlander : la tenue inspirée par la veste Dior Bar

Dans l’histoire, Claire Randall, alors qu’elle se promenant au milieu des mégalithes de Calanais, en Écosse, en 1940, se retrouve mystérieusement projetée en 1743. Le costumier Terry Dresbach a été chargé de créer les looks de l’héroïne principale en tenant compte de deux réalités. L’une des tenues les plus impressionnantes était celle inspirée de la veste Dior Bar. Elle associe la mode du XVIIIe siècle et les tendances des années 40. C’est le premier look parisien de Claire, différent des vêtements en tons boisés qu’elle portait en Écosse. Cet habit la met en valeur et, en même temps, lui permet de rester fidèle à elle-même.

L’Âge d’or — des collerettes volumineuses et des jupes amples

Le film retraçant l’histoire de la reine d’Angleterre Elizabeth I montre la mode européenne du XVIe siècle d’une manière très précise. L’absence de sourcils, la peau pâle, les corsages serrés pour une silhouette bien dessinée, les collerettes énormes et les jupes amples : chaque jour, les costumiers et les maquilleurs mettaient trois heures à préparer Cate Blanchett, le personnage principal, pour le tournage : préserver les moindres détails était leur défi numéro un. Par exemple, à l’époque d’Elizabeth, on portait des collerettes volumineuses, ce qui aidait à équilibrer les contours des jupes amples et des torses allongés.

Dans le film, la reine Elizabeth et la noblesse étaient habillées selon tous les canons de la mode de la seconde moitié du XVIe siècle. Le créateur de costumes a mis en valeur les volants et les cols, qui ont beaucoup de caractère, et a également utilisé un modèle de robe typique de cette époque : deux triangles inversés qui se joignent au niveau de la taille.

Mad Men — de vrais vêtements du passé

La costumière Janie Bryant a utilisé des vêtements vintage. Des gens lui apportaient leurs affaires qui appartenaient au passé. Par exemple, Jean Bell, une Américaine âgée, a fait don d’un tas de vêtements à la production, y compris tous ses sacs, chapeaux et les cravates de son mari. Ainsi, les créateurs de la série ont pu reproduire des tenues de différents styles, âges, groupes socio-culturels et montrer les tendances des années 60.

Victoria : les Jeunes Années d’une reine — les chemises de nuit de la reine

Les costumes du film Victoria : les Jeunes Années d’une reine ont été conçus par Sandy Powell. Les robes de l’héroïne principale, interprétée par Emily Blunt, sont devenues des œuvres d’art. Elles étaient assurées pour 10 000 livres chacune.

En plus des tenues chics, il y a d’autres vêtements intéressants dans le film : on les voit beaucoup moins souvent, mais ils attirent autant notre attention. Les nuisettes de Victoria, un magnifique peignoir bleu marine, des chemises brodées avec des volants, des corsets à lacets et des sous-jupes, tout a été conçu avec beaucoup d’attention aux détails et un grand respect de l’histoire de la mode.

Phantom Thread — robe en dentelle, couleur lavande

Londres des années 50. L’histoire d’amour entre le couturier Reynolds Woodcock et sa muse Alma a mis au défi les costumiers du film. Mark Bridges a effectué un énorme travail : il a étudié les archives des créateurs de mode Cristobal Balenciaga et Hardy Amies qui ont inspiré le personnage principal. Il a créé plus de 50 costumes exclusifs qui incarnent la philosophie du couturier : le rejet du luxe et la quête de la beauté éternelle. Par exemple, la robe couleur lavande sur la photo est confectionnée avec une véritable rareté : de la dentelle flamande raffinée du XVIIe siècle.

Peaky Blinders : manteau, casquette en tweed et montre en or

La série Peaky Blinders peut servir de guide de la mode masculine du début du XXe siècle. Le sujet est basé sur l’histoire vraie d’un gang de gangsters de Birmingham. Les créateurs de la série ont démontré avec précision le code d’honneur des gangsters, leur style, ainsi que la façon dont le changement de statut se reflétait sur leurs tenues vestimentaires.

  • Thomas Shelby, le personnage principal, porte un manteau en laine avec un col en velours noir et un costume en tweed. Cette association inhabituelle de tissus montre la situation de Shelby : c’est un gangster sans statut social vraiment défini.
  • La casquette en tweed de Tommy est typique de celle des ouvriers de l’époque. Ainsi, il montre que, malgré ses aspirations à faire partie de la haute société, il reste toujours quelqu’un du peuple.
  • Shelby et ses hommes portent des montres à gousset en or. L’argent ne leur convient pas : ça fait “cheap”. Tous les membres du gang ont des chaines en or sortant négligemment des poches : pour eux, c’est un signe extérieur de richesse.

Jackie : tailleur rose Chanel

La costumière Madeline Fontaine a reconstitué les looks de Jacqueline Kennedy avec beaucoup de précision, dans les moindres détails. Le tailleur rose Chanel avec le chapeau assorti est l’une des tenues cultes de Jackie. Pour obtenir la bonne nuance de rose, Madeleine Fontaine a fait plusieurs tests. La marque Chanel a fourni des boutons, le label de leur marque et une chaîne qui était incorporée dans l’ourlet de la veste pour préserver sa forme.

W.E. : la robe de mariée et les bijoux

En réalisant son deuxième film, Madonna a confié la conception des costumes à Arianna Phillips qui a effectué une recherche unique : elle a étudié des différents documents, regardé des extraits de films, interviewé des connaissances du roi Édouard VIII et de l’Américaine Wallis Simpson, le tout pour mieux comprendre ces personnages.

Après cela, Arianna Phillips s’est tournée vers les maisons de couture européennes. Elle a créé de nouvelles tenues et utilisé des anciennes pièces, par exemple, une robe de mariée de Michael O’Connor appartenant au Scottish National Costume Museum. Cartier, la marque préférée d’Edward, a reconstitué une bague de fiançailles avec une émeraude et un bracelet croix. Durant les 119 minutes de film, Wallis Simpson change plus de 60 fois de tenues.

Stranger things : la robe rose pour fille

L’authenticité était le mot d’ordre des costumiers. Les tenues des personnages devaient être des versions réelles et non kitsch de ce que les gens portaient dans les années 1980 et l’imagerie que l’on en garde. Kimberly Adams-Galligan et son équipe ont écumé les magasins vintage pour trouver des vêtements précis des marques qui étaient à la mode à l’époque. Souvent, il était nécessaire de faire confectionner certains articles afin d’obtenir le look parfait pour un personnage. La robe rose d’Eleven fait référence aux robes pour enfants Polly Flinders, très à la mode dans les années 1980. Comme l’héroïne a eu beaucoup de succès, sa robe est ensuite devenue le costume le plus populaire de la fête d’Halloween.

Frida : la robe rouge décolletée

La costumière Julie Weiss a abandonné l’idée de reproduire les tenues de la célèbre peintre. Elle s’est tournée vers la source d’inspiration de Frida : le costume traditionnel mexicain des femmes. Dans un premier temps, elle a utilisé les couleurs préférées de l’artiste : fuchsia, rouge foncé et vert tropical. Cependant, comme l’a admis Julie Weiss, cette idée n’a pas fonctionné : ces couleurs auraient dû rester sur les toiles de la peintre. Ainsi, la robe qui était initialement prévue pour la scène du tango, a été remplacée par une robe rouge vif, plus décolletée.

Angélique et le roi : la robe dorée légendaire

La robe en brocart d’or, qu’Angelica porte à la réception en l’honneur du roi Louis XIV, a impressionné à la fois le roi et les spectateurs. Le brocart est venu en Europe de Chine, c’était le tissu préféré des fashionistas du XVII siècle. Le brocart est parfois appelé tissu d’or, et c’est presque vrai : le fil principal était de la soie et le fil transversal était en or.

Quels looks iconiques de personnages de films et séries historiques aimes-tu le plus ? Traduisent-ils l’esthétique de l’époque ? N’hésite pas à partager tes réponses dans les commentaires !

3---
533
Partager cet article