Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

20+ Faits sur l’incomparable Oscar Wilde qui pouvait se sortir de n’importe quelle situation avec brio

--1-
770

Oscar Wilde est l’un des écrivains anglais les plus populaires du monde. Il est largement connu du public pour ses propos mordants et son célèbre roman Le Portrait de Dorian Gray. Même aujourd’hui, ses pièces restent particulièrement populaires ; elles sont mises en scène dans les théâtres du monde entier, et chacun d’entre nous connaît sûrement plusieurs citations tirées de ses œuvres. Oscar considérait que la beauté est la chose la plus importante au monde. Il refusait de vivre selon ses moyens et de se comporter modestement, et défendait le droit à l’individualité jusqu’au jour de sa mort.

Chez Sympa, nous avons décidé de découvrir les détails les plus intéressants de la biographie de cet incroyable écrivain que les Britanniques considèrent comme étant leur compatriote le plus brillant de tous les temps.

Oscar Wilde durant son enfance. À l’époque, les enfants des deux sexes portaient des robes.

  • Oscar Wilde est né le 16 octobre 1854 à Dublin. Son père, William Wilde, était un médecin ophtalmologiste éminent qui écrivait aussi des ouvrages sur l’archéologie et le folklore irlandais, et qui a ouvert un dispensaire gratuit à l’intention des pauvres.
  • La mère d’Oscar, Jane Francesca Wilde, était non seulement une poétesse, mais aussi une femme très particulière : elle était certaine d’être destinée à faire de grandes choses, et ne le cachait pas. Oscar ressentait lui aussi quelque chose de similaire. En outre, tout comme sa mère, il adorait rectifier la réalité et a même indiqué une fausse date de naissance dans son certificat de mariage, réduisant ainsi son âge de 2 ans.
  • Oscar avait une petite sœur nommée Isola qui est décédée à l’âge de 11 ans d’une méningite, ainsi qu’un frère aîné, William. Les garçons se ressemblaient beaucoup : ils avaient tous les deux une forte corpulence et un regard langoureux. Cela ne plaisait pas du tout à Oscar, qui a même une fois payé son frère pour que ce dernier se laisse pousser la barbe, renforçant ainsi une différence apparente entre eux.
  • Le futur écrivain étudiait à domicile jusqu’à l’âge de 9 ans et a très vite maîtrisé le français et l’allemand. Ensuite, il est entré au Portora Royal School où il est devenu célèbre pour son talent particulier : il adorait donner divers surnoms à toutes ses connaissances et les parodier. En outre, il a été qualifié de prodige pour sa capacité à raconter le sujet d’un énorme roman de trois tomes après l’avoir feuilleté pendant une demi-heure. Après une heure de lecture, il pouvait réciter certaines scènes et dialogues importants. Oscar n’étudiait pas avant ses examens et adorait la littérature. Il était d’ailleurs l’un des meilleurs élèves de son école.
  • Au Trinity College, il a brillamment montré son potentiel dans l’apprentissage des langues anciennes. À cette même époque, le futur écrivain commença à s’intéresser à l’esthétisme (un mouvement dont les représentants considéraient que l’esthétique est supérieure à tout, même à l’éthique), à former son style vestimentaire original et son autodérision, qui est plus tard devenue sa marque de fabrique.
  • En 1874, Oscar Wilde est entré au Magdalene College à Oxford, où il tentait de surpasser tout le monde : il achetait des costumes en tweed dont les carreaux étaient plus gros que ceux de ses camarades et portait des chapeaux aux bords recourbés. Une fois, Oscar s’est même créé la veste dont il a un jour rêvé. Celle-ci avait des reflets bronze et rouge, et vue de derrière, elle ressemblait à un violoncelle. Il s’agissait de la toute première étape de la révolution vestimentaire d’Oscar Wilde.
  • Lorsqu’il était encore à l’école, Oscar adorait porter les chemises écarlates et violettes. De plus, il voulait obligatoirement avoir, non pas des manuels de la taille standard, comme ceux des autres écoliers, mais les éditions grand format. Après être entré à Oxford, il a commencé à accorder encore plus d’importance aux vêtements. Une fois, il a annoncé que même s’il se retrouvait tout seul sur une île déserte, il se changerait quand même chaque soir pour le dîner.

  • Oscar avait de longs cheveux, il méprisait les sports masculins, mais faisait quand même parfois de la boxe. Il décorait sa chambre de plumes de paon, de lys, de tournesols, et de divers objets d’art. Ses vêtements étaient très vifs et colorés, et il avait toujours de grands airs, ce qui a mené les autres à le considérer comme fou, voire même à le mépriser. Une fois, les camarades de classe qui n’aimaient pas Oscar Wilde l’ont saisi, l’ont traîné sur l’une des collines les plus hautes, et ne l’ont lâché qu’une fois arrivés au sommet. Cependant, l’écrivain est sorti de cette situation absurde avec brio : il s’est relevé, a dépoussiéré son pantalon, et a déclaré : “La vue depuis cette colline est effectivement charmante”.
  • Derrière la douceur et l’esthétisme du futur écrivain, se cachait une très grande force physique. Une fois, quatre étudiants ont décidé d’attaquer Oscar et par la même occasion, de saccager son appartement, mais une énorme surprise les attendait : le premier agresseur s’est vu jeté dehors en quelques instants seulement, le deuxième a eu droit à plusieurs coups, le troisième s’est retrouvé en bas de l’escalier, et le quatrième, une véritable perche, a été capturé, ramené dans l’appartement, et enfoncé sous l’un des meubles...
  • Après avoir terminé ses études, Oscar a déménagé à Londres. Grâce à sa langue bien pendue et son comportement d’aristocrate, il s’est très vite intégré à la société. Il était le bienvenu dans n’importe quel salon : tout le monde rêvait de rencontrer cet “Irlandais plein d’esprit”.
  • Un soir, l’écrivain a fait la connaissance de Lillie Langtry qui est devenue plus tard une célèbre actrice (non sans l’aide d’Oscar). Bien qu’elle fût mariée, le jeune homme lui consacrait des poèmes et s’efforçait de passer le plus de temps possible en sa compagnie. Une fois, Oscar a attendu toute la nuit le retour de sa bien-aimée chez elle, assis sur les escaliers. Le mari de Lilly a failli trébucher sur l’écrivain, ne l’ayant pas aperçu dans le noir.

Lillie Langtry

  • En quête de reconnaissance et de gloire, Oscar Wilde a accepté de donner des conférences sur l’esthétique et a entrepris une tournée qui deviendra par la suite très populaire. À son arrivée à la douane, il a annoncé qu’il n’avait “rien d’autre à déclarer que son génie”.
  • La première conférence en Amérique a été un franc succès et le public l’applaudissait, mais certaines autres performances n’ont pas été aussi bien accueillies : la presse, ainsi que les locaux, étaient assez hostiles envers lui, et Oscar a même dû fuir la police lorsqu’il se trouvait à Wall Street.
  • L’écrivain a également eu l’occasion de donner une conférence aux mineurs qui l’ont très bien accueilli. D’ailleurs, lorsqu’on lui a demandé s’il est vrai que les mineurs sont des gens francs et grossiers, l’écrivain a répondu : “Oui, ils sont francs, mais ils sont loin d’être grossiers. Comparés aux personnes que j’ai rencontrées dans les grandes villes, ils sont au contraire très raffinés et polis”.
  • De retour chez lui, Oscar rencontre Constance Lloyd, la fille d’un célèbre avocat irlandais, et l’épouse. Lorsqu’on lui a demandé pourquoi il est tombé amoureux d’elle, l’écrivain a répondu : “Elle parle si peu”.
  • Il s’habillait de manière très provocante et obligeait sa femme à en faire de même, ce qui demandait souvent beaucoup de courage à la jeune femme. Une fois, Constance a dû se rendre à une réception vêtue d’une robe en mousseline blanche affaissée et de collants blancs et jaune vif. L’hôtesse de la soirée a ensuite écrit dans son journal que la tenue de Constance était d’un extrême mauvais goût, et que la femme, quant à elle, était timide et ennuyeuse.
  • Au fil du temps, les sentiments de l’écrivain envers sa femme ont commencé à s’affaiblir, et lorsque cette dernière est tombée enceinte, des rumeurs se sont répandues, selon lesquelles l’écrivain a commencé à ressentir du dégoût à son égard. Oscar a une fois déclaré : “Lorsque je me suis marié, ma fiancée était une charmante jeune fille, blanche et mince, comme un lys. Un an plus tard, cette fleur délicate a fané ; ma femme est devenue lourde, amorphe, et informe”.
  • Néanmoins, le couple a eu deux fils, Cyril et Vyvyan, pour lesquels Oscar inventait des contes de fées. Quelque temps plus tard, il a écrit ces récits sur papier et les a publiés. À cette même époque, l’écrivain est devenu le rédacteur en chef du magazine The Woman’s World, dans lequel il publiait de sérieux articles sur la parentalité, la culture, et la politique.

Oscar Wilde avec sa femme Constance et son fils Cyril

  • Après son voyage en Amérique, Oscar Wilde a renoncé à son précédent style vestimentaire. Il ne restait pratiquement plus rien du gentleman aux cheveux longs qui se promenait dans Piccadilly Circus avec un tournesol à la main. D’ailleurs, à cette occasion, le journal Punch a même publié une annonce moqueuse : “Une grande réserve de lys fanés, de tournesols et de plumes de paon usées, quelques perruques longues, une collection de poèmes incompréhensibles et de peintures inimaginables ont été mis en vente”.
  • Il a décidé de renoncer à ses cheveux longs et de les couper dans le style de la Rome antique. Et pour que le coiffeur comprenne exactement quelle coupe l’écrivain souhaitait, celui-ci l’a emmené au Louvre pour lui montrer un buste en marbre romain.
  • En 1890, Oscar Wilde publie son roman Le Portrait de Dorian Gray, qui lui a valu non seulement un succès sensationnel, mais aussi des accusations pour immoralité. Oscar a alors écrit plus de dix lettres aux rédacteurs en chef de divers journaux et magazines britanniques, expliquant que l’art ne devrait pas être restreint par la morale. Un an plus tard, le roman est sorti avec de nombreux compléments et une merveilleuse préface écrite par l’auteur.
  • Sa gloire vertigineuse a principalement duré entre les années 1891 et 1895. Il a écrit les pièces de théâtre Salomé, L’Éventail de Lady Windermere, Un mari idéal et L’Importance d’être Constant les unes après les autres, et est devenu la personne la plus populaire de Londres. Les journaux l’ont qualifié de meilleur dramaturge moderne et notaient son originalité, ainsi que la perfection de son style littéraire.

La mise en scène du spectacle L’Éventail de Lady Windermere dans la Royal Opera House d’après la pièce du même nom écrite par Oscar Wilde, 1945.

  • En 1891, il a fait la rencontre du Lord Alfred Douglas, un jeune homme séduisant et très gâté. Une rencontre qui mènera très bientôt à une tragédie qui changera à tout jamais la vie d’Oscar Wilde. L’écrivain s’est fortement laissé entraîner par sa passion pour Bosie — c’était le surnom d’Alfred — et ne pouvait rien lui refuser, se livrant ainsi à tous ses caprices. La femme de Wilde a commencé à s’inquiéter des terribles dépenses de son mari et de sa constante absence, mais l’homme lui assurait que cela lui était nécessaire pour écrire.
  • Alfred ne voulait pas cacher sa relation avec le brillant Oscar Wilde et exigeait des rencontres en public. De plus, les deux hommes voyageaient souvent ensemble, et bientôt, le père d’Alfred découvrit la relation que son fils entretenait avec le célèbre écrivain. Oscar a été accusé de grave immoralité et condamné à deux ans de travaux forcés.

Oscar Wilde et Alfred (Bosie) Douglas.

  • Oscar Wilde a passé les six premiers mois dans des prisons pour criminels particulièrement dangereux et les un an et demi qui restaient dans la prison de Reading. L’emprisonnement a complètement brisé ce talentueux écrivain. Les conditions de vie difficiles et la mauvaise alimentation l’ont affaibli physiquement : il souffrait de faim, de maladies, et d’insomnies. Le superviseur d’Oscar ne l’aimait pas et le punissait sévèrement pour les moindres petites fautes. Une fois, Oscar est tombé dans la chapelle et s’est blessé au tympan. Cette blessure est ensuite devenue la raison de son décès.

  • Presque tous ses amis lui ont tourné le dos. Bosie ne lui a jamais rendu visite en prison : pendant tout ce temps, le jeune homme vivait à l’étranger, vendant les cadeaux qu’Oscar lui avait offert. Il a même ouvertement écrit : “Si vous ne vous trouvez pas sur un piédestal, personne ne se soucie de vous”. Malgré les demandes de ses proches, la femme d’Oscar Wilde a décidé de ne pas demander le divorce et a même deux fois rendu visite à son mari en prison.

Oscar Wilde à l’étranger après sa sortie de prison.

  • Après sa libération en 1897, Oscar Wilde s’est installé en France. Il était pauvre et vivait de l’argent que lui envoyait sa femme : bien que cette dernière refuse de le voir, elle continuait à l’aider. Finalement, c’est Bosie qui s’est empressé d’aller rendre visite à l’écrivain. Plus tard, Oscar écrira avec regret : “Il s’est imaginé que j’étais en mesure de gagner assez d’argent pour nous deux. J’ai en effet pu obtenir 120 livres, et Bosie menait une vive insouciante, mais lorsque j’ai demandé ma part du gâteau, il est soudain devenu horrible, méchant, mesquin et avare dans tout ce qui ne concernait pas ses propres plaisirs. Lorsque mon argent s’est épuisé, il est parti”.
  • En France, l’écrivain vivait sous le nom de Sébastien Melmoth et a écrit le célèbre poème La Ballade de la geôle de Reading. Il a également publié plusieurs articles avec des suggestions concernant l’amélioration des conditions de vie des prisonniers, dont certaines ont finalement été mises en œuvre.
  • Oscar Wilde est décédé en France le 30 novembre 1900 d’une méningite aiguë, et a été enterré à Paris, dans un tombeau surmonté d’un monument s’inspirant d’un taureau ailé assyrien en l’honneur de son poème Le Sphinx. Avec le temps, une légende a commencé à circuler dans la ville, selon laquelle chaque personne qui embrassera ce Sphinx trouvera son amour et ne le perdra jamais. La pierre tombale du célèbre écrivain est devenue si populaire et recouverte de traces de rouge à lèvres, que le 30 novembre 2011, elle a été entourée d’une clôture de protection, afin d’éviter tous dommages irréversibles.

Et toi, que penses-tu d’Oscar Wilde et de ses œuvres ? Quels romans de cet auteur as-tu déjà lus ?

Photo de couverture EAST NEWS
--1-
770
Partager cet article