Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration
Sympa

Découvre l’histoire de la célèbre maison de couture Balenciaga, à laquelle le styliste Demna Gvasalia a donné une seconde vie

-11-
898

Même les personnes éloignées du monde de la mode connaissent sans doute cette marque. Aujourd’hui, lorsque le mot “Balenciaga” est prononcé, de nombreuses personnes l’associent à des baskets massives, des sweat-shirts surdimensionnés et à bien d’autres pièces de la garde-robe moderne. On peut avoir l’impression qu’il s’agit d’une nouvelle marque, apparue dans nos vies relativement récemment et qui a immédiatement occupé une certaine niche, or ce n’est pas le cas. Le fondateur de la maison de couture, Cristóbal Balenciaga, est né au XIXe siècle et a été à une époque un grand couturier admiré par Christian Dior et Coco Chanel.

Chez Sympa, nous avons aujourd’hui décidé de nous pencher sur l’histoire de cette marque et de partager avec toi comment elle a réussi non seulement à renaître, mais aussi à devenir l’une des plus populaires.

  • Cristóbal Balenciaga est né en Espagne le 21 janvier 1895, soit 10 ans avant la naissance de Christian Dior. Ainsi, ces deux génies du monde de la mode sont nés le même jour, mais à 10 ans d’intervalle.
  • Le petit garçon a grandi dans la petite ville de Getaria. Son père était pêcheur et sa mère couturière. Lorsque Cristóbal était encore un enfant, son père est décédé et la famille a connu des moments difficiles. Le futur couturier passait souvent du temps avec sa mère et a appris très tôt à coudre. Dès l’âge de 12 ans, Balenciaga est entré en apprentissage chez un tailleur.
  • Lorsqu’il était adolescent, l’une des femmes les plus influentes de la ville, la marquise de Casa Torres, est devenue sa cliente et sa protectrice. Elle a également envoyé le jeune homme à Madrid, où il a pu suivre une formation professionnelle. Balenciaga était donc l’un des rares couturiers de l’histoire de la mode à pouvoir non seulement créer des vêtements, mais aussi réaliser des patrons, coudre, etc.
  • Cristóbal a rapidement connu le succès en Espagne. Il a ouvert sa propre boutique en 1919 et sa clientèle comprenait des membres de la famille royale espagnole. Cependant, après la guerre civile, il a été obligé de s’installer à Paris où il a aussi rapidement ouvert sa propre maison de haute couture.
  • Sa première collection, inspirée par la Renaissance en Espagne, a connu un succès immédiat en France. C’est d’ailleurs lui qui a introduit dans la mode des détails tels que la basque, qui est toujours utilisée dans les vêtements d’aujourd’hui. La basque est une invention traditionnelle espagnole sous la forme d’une jupe courte et large à la taille, mais c’est Cristóbal qui l’a adaptée à la garde-robe des femmes élégantes de l’époque.
  • Pourtant, le talent du designer ne s’est pleinement révélé que dans les années 50. Cette période a été marquée par ses percées créatives et ses victoires. Plus tard, cette époque sera appelée la “révolution Balenciaga”. En 1947, Christian Dior a introduit la silhouette “New Look” dans la mode, créant l’image d’une “femme idéale” avec une taille fine, des cuisses gracieuses et des épaules élancées. Cependant, le créateur de mode espagnol a décidé de rompre avec cette tendance et a suivi sa propre voie.
  • En 1951, Cristóbal Balenciaga a radicalement changé la relation de la femme avec son corps. Il a cessé de mettre l’accent sur la taille dans ses robes et a élargi la ligne des épaules. En d’autres termes, il a créé une nouvelle silhouette féminine, la rendant plus ample et plus confortable, mais laissant place à la grâce et l’élégance. En 1955, il a conçu un article populaire de la garde-robe — la robe tunique, qui s’est ensuite transformée en robe chemise. Cette manipulation de la silhouette est vue par les experts comme l’une des plus grandes contributions de Balenciaga dans l’univers de la mode.
  • On dit de Christian Dior, le principal concurrent de Balenciaga, qu’il a “habillé des reines”, et de Cristóbal qu’il a “habillé des impératrices”. Le fait est que si tu retournes une robe Christian Dior, elle sera aussi belle qu’à l’endroit. Tu ne verras pas de coutures tordues, de fils qui dépassent ou d’armatures mal faites. Il n’était pourtant inférieur en qualité de couture qu’à un seul homme, Balenciaga. On pensait que la qualité de la confection intérieure de ces robes était plus élevée chez ce dernier.
  • En 1957, le designer a eu un conflit avec les médias. Le fait est qu’il a organisé une conférence de presse la veille de la mise en vente de la collection, et non quatre semaines avant, comme cela était admis chez les couturiers. De cette façon, Cristóbal voulait éviter que ses designs soient copiés. Les journalistes n’étaient pas satisfaits de cette décision, mais le maestro était inflexible et il a suivi sa règle pendant 10 ans. Balenciaga était soutenu par son protégé, Hubert de Givenchy.
  • À la fin des années 50, Balenciaga a commencé à effectuer des expériences avec des tissus et de nouveaux matériaux. Il a créé un tissu appelé gazar en collaboration avec l’atelier suisse Abraham. Il s’agit d’une soie spéciale, dense, qui conserve parfaitement sa forme. C’est le gazar qui a permis au créateur de mode de créer des silhouettes uniques pour ses robes, qui ressemblent davantage à des sculptures.
  • À cette époque, on a commencé à appeler les mannequins du designer des “monstres”. Le couturier leur demandait en effet de ne jamais sourire et de ne jamais établir de contact visuel, mais simplement de jeter un coup d’œil par-dessus la tête des clients avec un air hautain.
  • Balenciaga était très respecté, même par ses concurrents. Par exemple, Dior l’a appelé “notre maître à tous”, et Coco Chanel a déclaré qu’il était “un couturier dans le vrai sens du terme. Les autres sont tout simplement des créateurs de mode”, même si, en règle générale, elle n’était pas aimable avec ses contemporains.
  • Contrairement à la plupart de ses collègues créateurs, Balenciaga a toujours essayé d’éviter la cohue médiatique autour de son nom. Il n’est jamais apparu sur le podium à la fin de ses défilés et n’a donné qu’une seule interview complète. C’était en 1971.
  • Le maestro a offert au monde de la mode un grand nombre de pièces emblématiques. En voici quelques-unes : la robe sac, la robe enveloppe, la robe baby-doll, le manteau cocon volumineux. Il convient toutefois de noter qu’à cette époque, il n’y avait pas de pratique de brevetage et que nombre de ses idées ont été utilisées et citées à plusieurs reprises par des concurrents après le décès du maître.
  • Balenciaga a également inventé les uniformes des hôtesses de l’air d’Air France en 1968. Elles ont même été qualifiées d’hôtesses de l’air les plus élégantes de tous les temps. Les tenues ont été réalisées en bleu marine et blanc.
  • Cependant, dans les années 60, Cristóbal Balenciaga a commencé à perdre du terrain petit à petit. Les temps nouveaux ont exigé de nouvelles silhouettes, en particulier, les minijupes ultra-courtes sont devenues à la mode. Hélas, ces pièces ont porté un coup fatal à la maison de couture Balenciaga, qui trouvait la nouvelle mode extrêmement inélégante. Les jupes les plus courtes qu’il produisait couvraient encore les genoux.
  • Balenciaga a dit adieu au monde de la mode en 1968, lorsque la sous-culture hippie est devenue populaire. Bien sûr, dans le monde contemporain, l’esthétique de Balenciaga n’était plus tout à fait actuelle. L’androgynie est devenue en vogue, et les frontières entre les vêtements pour hommes et pour femmes ont commencé à s’effacer. Le concepteur ne pouvait pas s’adapter à cette situation et il a préféré quitter la scène et rester dans les mémoires comme le couturier le plus stylé et le plus élégant.
  • Cristóbal a écrit une lettre d’adieu à tous ses collaborateurs, disant que la mode était morte et qu’il était mort avec elle. Balenciaga ne pouvait tout simplement pas accepter les nouvelles tendances comme les robes de gaze, les chaussures sans talons et les jeans, qu’il méprisait particulièrement. Sa maison de couture a été fermée, et seule une ligne de parfums a continué à être produite.
  • On raconte que lorsque la maison de haute couture de Cristóbal a fermé, son admiratrice dévouée, la célèbre mondaine Mona von Bismarck, a passé trois jours enfermée dans sa chambre d’hôtel, pleurant la perte de son créateur bien-aimé.
  • Le maître a présenté sa dernière œuvre peu avant son décès. Malgré la fermeture de la maison de couture, Cristóbal a accepté de confectionner une robe de mariée pour la petite-fille du dictateur Franco, Maria del Carmen Martínez-Bordiú.
  • Le maestro est décédé en 1972 à l’âge de 77 ans. Apparemment, il n’a pas réussi à vivre plus longtemps sans la haute couture. Le jour de sa mort, le magazine Women’s Wear Daily a publié le titre “Le roi est mort”. La maison Balenciaga est restée fermée jusqu’en 1986.
  • Au fil des ans, plusieurs stylistes ont tenté de redonner à la maison sa gloire d’antan. En 1992, la maison Balenciaga a conçu les vêtements de l’équipe olympique française pour les Jeux olympiques d’été. En 1997, Nicolas Ghesquière, un assistant de Jean Paul Gaultier, est devenu le directeur artistique de la maison.
  • En 2007, la maison de mode a introduit des leggings-robot composés de centaines de pièces de métal brillant. La même année, la chanteuse Beyoncé les a portés pour sa performance aux BET Awards.
  • En 2012, Nicolas Ghesquière a été remplacé par Alexandre Wang, mais ce dernier n’est resté à son poste que pendant trois ans. En 2015, Demna Gvasalia est devenu le nouveau directeur artistique de la marque, donnant un nouveau souffle à la maison Balenciaga.
  • Demna est né en Géorgie en 1981. Lorsqu’il avait 12 ans, sa famille s’est installée à Düsseldorf, en Allemagne. Gvasalia a ensuite étudié l’économie internationale à l’université d’État de Tbilissi, puis est entré à la prestigieuse Académie royale des beaux-arts d’Anvers et a obtenu une maîtrise en stylisme.
  • En tant que directeur artistique de Balenciaga, Demna Gvasalia a non seulement secoué l’industrie de la mode, mais il a également établi de nouvelles règles du jeu. Demna a très bien compris que le sport et la mode sont presque indissociables de nos jours. Ainsi, lorsque la maison de couture Balenciaga a lancé ses fameuses “baskets moches”, elles ont immédiatement conquis les amateurs de mode du monde entier et d’autres marques ont commencé à les copier.
  • Gvasalia a réussi à réaliser une prouesse : il a changé l’idée de ce qui est beau. Si les créateurs précédents cherchaient surtout à rendre le pied de la femme gracieux, lui a convaincu tout le monde que les chaussures massives étaient la nouvelle tendance de la mode.
  • Balenciaga est devenue l’une des marques les plus discutées dès le premier défilé de Demna. Il est rapidement devenu incroyablement populaire parmi la foule underground et les jeunes, ainsi que parmi les stars et les créateurs de tendances. Des célébrités telles que Kanye West, Kylie Jenner et Bella Hadid portent régulièrement des vêtements créés par Demna Gvasalia.
  • Le nouveau créateur de la maison de couture ne cherche pas intentionnellement à rendre la silhouette humaine plus attrayante. Il a très vite compris que la tendance mondiale de la mode est au style androgyne. Il a misé dessus et ne l’a pas regretté. Aujourd’hui, les différences entre les sexes dans l’habillement s’estompent de plus en plus, surtout chez les jeunes, et Demna a été l’un des premiers à produire de telles collections. Comme l’avait fait Cristóbal Balenciaga, Demna a tenté de défier les règles et de trouver une approche de la beauté qui se situe, comme il le dit lui-même, “à la frontière de la laideur”.
  • Certains experts de la mode affirment que l’importance de Demna Gvasalia pour la mode du XXIe siècle est comparable à l’importance et à l’autorité du couturier Paul Poiret au XXe siècle. Il a été capable de réformer l’idée que l’on se fait de la mode et les silhouettes classiques, et il l’a fait très rapidement.
  • Certains peuvent penser que les designs de Demna sont trop extravagantes et révolutionnaires, mais il ne fait que suivre les traces de son brillant prédécesseur. Les contemporains de Cristóbal considéraient également que certaines de ses idées étaient trop audacieuses, voire folles. Prenez les célèbres robes-ballons, qui, soit dit en passant, ne perdent rien de leur pertinence aujourd’hui. On peut le constater en regardant les collections contemporaines de la maison de couture, où Gvasalia rend souvent hommage à Balenciaga.
  • Demna a également réintroduit un grand logo accrocheur. Si, auparavant, porter des vêtements et accessoires avec le nom de la marque était un manque de goût, aujourd’hui, les pièces portant l’inscription “Balenciaga” sont à nouveau d’actualité et les adeptes de la mode n’ont pas honte de les porter. C’est le logo de la marque qui rend les vêtements de Demna populaires et reconnaissables dans le monde entier.
  • Aujourd’hui, peu de gens associent Balenciaga à son fondateur, mais le nom de Cristóbal continue à vivre et à définir les tendances de la mode. C’est tout ce qui compte.

Alors, connaissais-tu l’histoire de cette maison de couture incontournable dans le monde de la mode ? Et toi, préfères-tu l’approche esthétique de Cristóbal Balenciaga ou les créations de Demna Gvasalia ? N’hésite pas à nous donner ton avis dans les commentaires !

-11-
898
Partager cet article