Sympa

Selon une étude, la vitesse à laquelle une personne marche pourrait être liée à son QI

La relation entre la marche et la pensée relève en quelque sorte d’une vieille tradition. La marche invite à contempler, réfléchir, analyser, et cela était déjà bien connu dans la Grèce antique, par le biais de ce qu’on appelait alors la péripatétique. Selon ce principe, le fait de marcher clarifie et ouvre l’esprit. Cependant, nous n’avons pas l’habitude de relier l’intelligence à la vitesse de la marche. Nous avons plutôt tendance à penser que marcher rapidement ne serait qu’une aptitude physique qui n’implique aucunement nos capacités mentales.

C’est pourquoi Sympa va aujourd’hui te présenter une étude qui a établi un lien entre la vitesse de marche et le QI.

Le corps, l’esprit et leurs vitesses respectives

On l’a déjà tous vu dans des films, ou lu dans les livres : un personnage se trouve face à un dilemme, et il se met à faire les 100 pas pour réfléchir. Rappelle-toi le célèbre détective Hercule Poirot, le brillant détective de fiction créé par Agatha Christie, faisant des allées et venues pour analyser les différents éléments liés à ses enquêtes. Qui aurait alors imaginé que cette marche lente soit directement liée à un esprit brillant voué à la plus profonde des réflexions ? Dans l’imagination populaire, des pas lents indiquent la réflexion, la méditation, l’analyse, en bref, l’intelligence. Mais est-ce avéré ?

La scène dont nous venons de parler comporte un piège : c’est une fiction. Et comme tu le sais, elle ne reflète pas toujours la réalité. Un groupe de chercheurs a justement décidé d’étudier la relation entre l’intelligence et la vitesse de marche, et les conclusions auxquelles ils sont parvenus remettent en question ce que beaucoup de gens pensent.

L’étude

Des chercheurs de l’université de Duke, aux États-Unis, ont mené une étude dans laquelle ils ont analysé la relation entre la vitesse moyenne à laquelle une personne marche habituellement et ses capacités cognitives. Ils ont ainsi observé 938 personnes originaires de Nouvelle-Zélande, qui ont été soumises à différents types de tests, aussi bien physiques qu’intellectuels, dès leur naissance, puis à l’âge de 3, 5, 7, 9, 11, 13, 15, 18, 21, 26, 32, 38 et 45 ans.

Pour cette étude, les participants devaient tantôt marcher normalement, tantôt suivre un rythme de marche imposé, afin d’obtenir des résultats basés sur les corrélations. Sur la base des données ainsi recueillies, ils ont pu tirer des conclusions qui, bien que non définitives, pourront être utiles dans de futurs travaux.

Il est important de souligner qu’au début de l’étude, les participants étaient au nombre de 1037, mais qu’en raison du décès ou de l’invalidité de certains d’entre eux survenus au fil des années, le nombre définitif de participants à la fin de l’étude n’était plus que de 938.

Les conclusions

Après une analyse méthodologique des données recueillies pendant toutes ces années, les chercheurs ont constaté ceci :

  • La différence moyenne de QI entre les marcheurs lents et les marcheurs rapides de 45 ans est de 16 points. Cette corrélation est si importante que les scientifiques évaluent la possibilité que des études de ce type conduisent à une détection précoce de la démence.
  • Les jeunes enfants au QI le plus faible, présentant des difficultés linguistiques et émotionnelles plus importantes, ou/et une tolérance très faible à la frustration, étaient plus susceptibles de marcher plus lentement lorsqu’ils atteignaient un âge moyen.
  • D’autre part, les tests IRM ont démontré que le cerveau des marcheurs lents présentait des signes de vieillissement plus importants que celui des marcheurs rapides.
  • Sur la base des réponses d’un panel de huit évaluateurs devant estimer l’âge des différents sujets à partir d’une photographie de leur visage, il a été déterminé que les marcheurs lents semblaient avoir un “âge facial” plus élevé.

En faisant une auto-analyse de ta vitesse de marche et de celle des membres de ta famille, peux-tu nous dire si tu es d’accord ou non avec les résultats obtenus par cette étude ?
N’hésite pas à nous donner ton avis dans les commentaires
et à partager cet article avec les personnes de ton entourage !

Photo de couverture Midnight in Paris / Mediapro