Voici pourquoi nous devrions toujours réfléchir à deux fois avant d’utiliser un pronom donné pour parler de quelqu’un d’autre

L’année dernière, l’acteur Elliot Page a fait son coming out en tant que personne transgenre et a déclaré que le pronom qui devrait lui être attribué était “il/iel”. La semaine dernière, Demi Lovato, l’actrice et chanteuse, s’est déclarée non-binaire, et a dit qu’elle souhaitait que le pronom personnel utilisé pour parler d’elle soit “iel”.

Chez Sympa, nous avons essayé de tirer au clair la signification de ces différents pronoms, et d’expliquer pourquoi nous devrions tous faire attention quand nous parlons d’une autre personne.

Les personnes demandent à avoir des pronoms personnels neutres depuis le XVIIIe siècle

Pour comprendre pourquoi les pronoms personnels neutres sont utilisés, commençons par expliquer pourquoi les pronoms sont importants. La tendance est d’utiliser des pronoms masculins, comme “il”, pour identifier les actions d’un genre non-spécifique, cela remonte au XVIIIe siècle et le pronom “il” s’est largement diffusé. Cependant, le Dr. Emma Moore, un professeur en linguistique, dit que l’on ne traite pas le “il” comme un pronom personnel neutre, mais que “l’on pense tout simplement à l’homme”. C’est pour cela que l’on ignore toutes les variations de genres qui existent dans la société, y compris les femmes.

Durant les décennies précédentes, avec la prise de conscience de l’existence des individus non-binaires et transgenres, le problème des pronoms personnels neutres est de plus en plus discuté.

Il est crucial pour des personnes non-binaires d’être appelées par un pronom personnel spécifique

Les individus non-binaires qui ne s’identifient ni comme un homme ni comme une femme ressentent le besoin d’être appelé par un pronom personnel neutre. Généralement, c’est un pronom à la troisième personne du singulier, “iel” (contraction de “il” et “elle”). Cependant, d’autres variants sont aussi utilisés, comme “ze/zir/zirs” en anglais.

En parlant de l’importance des pronoms personnels, Jamie Windust, un écrivain non-binaire, conférencier et mannequin, dit que “certaines personnes ont du mal à comprendre pourquoi les pronoms sont si importants. En fait, c’est un peu comme si tu côtoyais une personne depuis longtemps, et qu’elle ne se souvenait toujours pas de ton prénom”. Demi Lovato, actrice et chanteuse, qui a récemment parlé de son identité, a dit : “Je suis fière de vous annoncer que je m’identifie comme non-binaire et je changerai officiellement mon pronom pour ‘iel’.”

L’utilisation de pronoms personnels corrects est très important pour la santé mentale des individus transgenres

Employer le bon pronom est capital pour les personnes transgenres et non-binaires. Les scientifiques ont remarqué des taux importants de dépression, un amour-propre bafoué et d’autres problèmes psychologiques parmi les femmes transgenres, à cause de l’oppression et de la haine à laquelle elles font face. Témoigner son soutien envers elles peut notamment contrebalancer les effets négatifs, et utiliser le pronom personnel adéquat est un premier pas dans ce sens.

De plus, cela permet aussi l’insertion sociale. Les études ont prouvé que l’usage du bon pronom personnel réduit les biais mentaux envers les femmes et les représentants de la communauté LGBTQ+.

Tu peux soutenir les individus non-binaires ou transgenres en leur demandant par quel pronom ils souhaitent être appelés

Il est important de respecter le droit de chacun à déterminer comment il souhaite être appelé. L’une des manières de soutenir les individus non-binaires est de commencer par mentionner le pronom qu’ils souhaitent qu’on leur associe. Donc mentionner “iel” sur les réseaux sociaux montrera à la communauté non-binaire que tu ne pars pas du principe que parce qu’ils ressemblent à une femme ou à un homme, tu leur attribues automatiquement le pronom “elle” ou “il”.

Et il est tout à fait approprié de demander quel pronom cette personne souhaite que l’on utilise. “Je préfère qu’on me demande poliment quel pronom je veux utiliser plutôt que quelqu’un m’attribue un pronom, et qu’il continue de m’appeler ainsi”, dit Windust.

Demandes-tu les pronoms des autres quand tu communiques avec eux ? Précises-tu ton pronom sur tes réseaux sociaux ou dans les emails que tu envoies ? N’hésite pas à nous donner ton avis dans les commentaires !

Partager cet article