Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Le médecin hongrois Ignaz Semmelweis a sauvé la vie de millions de femmes dans le monde. Mais il a été rejeté et humilié par ses collègues

----
476

Les progrès technologiques se développent sur toute la planète. Selon certains chercheurs, c’est si rapide aujourd’hui que dans peu de temps, nous ne pourrons plus suivre le rythme. Cependant, cela n’a pas toujours été le cas, car de nombreuses découvertes scientifiques ont été confrontées à une grande méfiance et parfois à une franche hostilité. C’est exactement ce qui est arrivé à Ignaz Philipp Semmelweis, un médecin hongrois considéré comme l’un des fondateurs de l’asepsie.

Sympa a décidé de rendre hommage à cet homme dévoué, dont la découverte a permis de sauver la vie de millions de femmes, mais qui n’a pas reçu la compréhension, considération et reconnaissance de ses collègues.

Ignaz Philipp Semmelweis. Portrait.

Ignaz Philipp Semmelweis est né en 1818 dans la ville de Buda, qui faisait alors partie de l’Empire autrichien. Après avoir obtenu son diplôme, il a intégré la faculté de droit de l’Université de Vienne, mais un an plus tard, il a décidé de se consacrer à la médecine.

En 1846, deux ans après avoir obtenu son diplôme, Semmelweis a commencé à travailler à l’hôpital général de Vienne. C’est là que Semmelweis s’est intéressé à la fièvre puerpérale, une maladie qui a coûté la vie à de nombreuses femmes (le taux de mortalité due à cette infection atteignait 25-30%). Les causes de l’infection à ce moment-là n’ont pas fait l’objet d’études approfondies. On pensait qu’elle était causée par la surpopulation des hôpitaux, une mauvaise ventilation et des gaz toxiques.

Ignaz Philipp Semmelweis.

Il y avait deux maternités à l’hôpital de Vienne où travaillait Semmelweis. Le jeune médecin a remarqué que dans I’une d’entre elles, le taux de mortalité était beaucoup plus élevé que dans I’autre, bien que les mêmes méthodes étaient employées dans les deux. La différence entre les unités résidait seulement dans le fait que dans la première, des étudiants en médecine étaient formés et que c’était à côté de l’unité des maladies infectieuses et de la morgue, où les autopsies étaient effectuées. La seconde maternité était assurée par des sages-femmes.

En 1847, un ami d’Ignaz Semmelweis, Jacob Kolletzka, est décédé. Il avait été blessé accidentellement avec un scalpel lors d’une autopsie. Semmelweis avait relevé qu’il avait les mêmes symptômes que les femmes souffrant de fièvre post-accouchement. Il a suggéré que les étudiants assistant aux accouchements dans la première unité de l’hôpital de Vienne portaient sur leurs mains des “particules de cadavre” qui infectaient les femmes.

Après cela, le jeune médecin a forcé tous les étudiants à se laver soigneusement les mains avec une solution de chlore après une autopsie. Cette mesure a été très efficace : la mortalité dans la première maternité a diminué de près de 10 fois.

Conférence pour les étudiants de l’hôpital clinique central de Vienne

Cependant, en 1849, Semmelweis a perdu son poste à l’hôpital de Vienne. Selon certains, c’était dû à sa participation à des manifestations politiques ; selon d’autres, c’était parce que sa théorie ne plaisait pas au directeur de l’hôpital. Un an plus tard, Semmelweis est retournée à Pest, où il a été responsable de la maternité pendant environ 6 ans et, grâce à ses efforts, le taux de mortalité due à la fièvre puerpérale a été réduit à presque zéro. En 1855, Semmelweis a été nommé professeur d’obstétrique à l’Université de Pest.

Malgré ces succès significatifs, de nombreux collègues d’Ignaz Semmelweis étaient sceptiques quant à sa découverte. L’idée que la seule cause de la fièvre puerpérale provenait des mains sales des assistants était trop révolutionnaire pour son époque. En 1861, Semmelweis a publié son ouvrage le plus important sur l’étiologie, le concept et la prophylaxie de la fièvre puerpérale mais a dû faire face à une franche hostilité et a reçu des critiques accablantes de la part d’obstétriciens de renom. Semmelweis a écrit des lettres ouvertes, a organisé une conférence, mais toutes ses tentatives ont été vaines.

La couverture de l’ouvrage le plus important de Semmelweis :
L’étiologie, le concept et la prophylaxie de la fièvre puerpérale, 1861.

Malheureusement, le rejet de la communauté médicale et les critiques constantes de la part des collègues ont eu un impact négatif sur la santé mentale de Semmelweis. A partir du début des années 1860, il est devenu constamment déprimé ; il se comportait souvent de façon inappropriée en public, et toute sa conversation se bornait au seul thème de la fièvre puerpérale. Sa situation était aggravée par la dépendance à l’alcool.

En 1865, le Dr Janos Balassa, un collègue de Semmelweis à l’Université de Pest, a présenté une pétition pour envoyer Ignaz dans une clinique psychiatrique afin d’y être traité. Le 30 juillet de la même année, Semmelweis est emmené par duperie dans une maison de fous à Debling, près de Vienne. Il a tenté de s’échapper, mais a été arrêté par des infirmières qui l’ont ligoté, lui ont mis une camisole de force et lui ont préscrit comme traitement des bains d’eau froide et de laxatif.

Monument Ignaz Semmelweis

Ignaz Philipp Semmelweis est décédé deux semaines plus tard. Ironiquement, la cause de sa mort était une infection. Elle s’est développée à cause d’une coupure que Semmelweis a reçue pendant l’opération qu’il a subie peu avant l’hospitalisation forcée. Seules quelques publications médicales mentionnent sa mort.

La reconnaissance de Semmelweis n’est arrivée que bien des années plus tard. Aujourd’hui, il est considéré comme l’un des fondateurs de l’asepsie : un ensemble de mesures préventives visant à empêcher la pénétration des microbes dans les plaies. L’Université de médecine et de sport de Budapest porte le nom de Semmelweis ainsi qu’une clinique à Vienne. En 1906, un monument fut érigé en son honneur sur lequel est gravé : “Le Sauveur des Mères”.

Connaissais-tu l’histoire de ce docteur ? Aujourd’hui, connais-tu une histoire similaire qui, selon toi, vaut la peine d’être racontée ? Dis-nous tout dans les commentaires ci-dessous et n’oublie pas de partager cet article avec tous tes amis.

----
476