Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

9 Astuces secrètes qui t’aideront à choisir des vêtements de qualité quel que soit leur prix

2-3-
683

Le prix ne veut pas toujours dire la qualité. Surtout s’il s’agit des vêtements. Parfois, les vêtements pas chers sont d’une meilleure qualité que les vêtements achetés dans une boutique de luxe. Pour ne pas se faire avoir, il faut connaître les astuces que les fabricants gardent secrètes mais que nous allons dévoiler dans cet article.

Chez Sympa, nous sommes de vrais adeptes du shopping. C’est pourquoi nous avons dressé pour toi une check-list qui t’aidera à faire la différence entre un vêtement de bonne qualité et celui de qualité médiocre. Va vite la découvrir !

1. Toucher le vêtement

Lors du choix des vêtements en maille, fais attention à leur densité et leur poids. Les producteurs du tricot utilisent la notion de masse surfacique qui définit le poids d’un mètre carré de tissu. Plus cet indicateur est élevé, meilleure est la qualité du tricot.

Tu n’as pas forcément besoin d’outils spécifiques pour mesurer la densité : prend un vêtement dans la main et vérifier si le tissu est assez épais ou pas. Le tissu trop fin et trop léger risque de s’abimer très rapidement. Une autre astuce pour vérifier la qualité d’un vêtement est de le regarder à la lumière. Si la lumière passe d’une manière irrégulière, cela veut dire que la maille est de mauvaise qualité.

2. Examiner la doublure

Un autre indicateur de la bonne qualité est le raccord du motif de la doublure. S’il n’y en a pas, alors le fabricant a décidé de diminuer ses coûts.

Pour qu’un vêtement épouse bien la silhouette, la doublure doit être dense mais souple à la fois. Si la tenue est faite en tissue élastique tel que maille, guipure, velours, sa doublure doit être aussi confectionnée en tissu élastique. Et vice versa.

3. Frotter le tissu

Les bouloches gâchent l’aspect visuel des tissus. Le plus souvent, elles se forment sur des tissus synthétiques, des tissues à fibres courtes, des tissus mélangés (par exemple, un tissu à fibres synthétiques mélangées aux fibres naturelles), de la maille.

Tout d’abord, regarde la composition d’un vêtement. Plus il y a de fibres synthétiques (polyester, élasthanne, acrylique, polyamide, nylon), plus il y aura de bouloches, et elles se formeront très rapidement. Les vêtements en laine peluchent aussi mais les bouloches disparaissent toutes seules avec le temps. Afin de comprendre s’il y aura des bouloches, frotte intensément, deux petites parties du tissu, l’une contre l’autre : si la qualité est mauvaise, tu verras les bouloches se former tout de suite.

4. Vérifier les poches

Avant d’envoyer un article au magasin, un fabricant de bonne foi coud les poches latérales des vestes et des manteaux. Ceci est fait pour s’assurer que le produit ne perde pas sa présentation. Ainsi, les poches cousues ne s’abiment pas suite à de nombreux essayages. En ce qui concerne l’évent, il doit être cousu pour la même raison. Tu peux laisser les poches cousues après l’achat d’un vêtement, mais jamais l’évent, sinon cela fait ringard.

5. Tester avec une lingette

Les vêtements mal teints risquent d’abimer non seulement tes autres vêtements, mais aussi ta peau. Cela concerne surtout les jeans. Il suffit de transpirer ou bien de prendre la pluie, et tes jambes commencent à ressembler à celles d’un Schtroumf. Pour éviter que cela ne se produise, vérifie à l’avance si le tissu va déteindre ou non. Voici l’astuce : prends une lingette et frotte le tissu. Si la lingette se colore, hélas, le tissu déteint.

6. Faire attention aux finitions

Les finitions de mauvaise qualité sont un autre moyen de faire des économies. Les boutons en plastique ou imitation métal, les fermetures à glissière en plastique et les fils qui dépassent trahissent un fabricant de mauvaise foi. Si le vêtement présenté au magasin est de bonne qualité, la fermeture éclair doit être fermée. Sur les pantalons, les jupes et les robes, elle doit être dissimulée ou cachée sous une bordure de tissu afin de la protéger des dommages. Les boutonnières doivent être bien finies et coupées, et il doit y avoir un bouton de rechange.

Si, toutefois, tu as opté pour un vêtement avec des boutons en plastique, vérifie bien qu’ils ne soient pas trop fins et qu’ils se marient bien avec la couleur du tissu.

7. Sentir le vêtement

As-tu déjà remarqué que dans certains magasins de prêt-à-porter, et notamment dans les friperies, il y a une odeur bien particulière ? Il s’agit du formaldéhyde. C’est un gaz organique avec une odeur forte et désagréable. À l’aide de celui-ci, on désinfecte les vêtements et empêche l’apparition de moisissure dessus. De grandes quantités de formaldéhyde sont dangereuses et provoquent des allergies. Mais pas de panique : le gaz disparaît après quelques lavages.

Par conséquent, il faut non seulement toucher et essayer les vêtements, mais surtout les sentir. Les articles de qualité n’ont pas d’odeur ou bien ils sont légèrement parfumés.

8. Examiner les coutures

Après avoir frotté, regardé à la lumière et senti un vêtement, il est temps de l’essayer. Si les jambes des pantalons ou des jeans sont tordues ou bien si la couture sous le genou part de travers, il s’agit d’un vêtement défectueux. Il peut y avoir deux raisons : une coupe mal faite ou un assemblage incorrect de l’article. Non seulement ce n’est pas confortable à porter, mais ce n’est pas beau à voir : Un tel vêtement déforme complètement la silhouette et peut même rajouter visuellement des kilos supplémentaires. Heureusement que de tels problèmes sont réparables avec certaines retouches.

9. Tester avec du feu

Parfois, un fabricant de vêtements dissimule la vraie composition, et au lieu du 100% coton, l’acheteur obtient un mélange de coton et de polyester. Pour déterminer la composition du tissu, il n’est pas nécessaire de le porter au laboratoire pour examen. Tu peux le faire à la maison.

Prends un bout de tissu fourni avec le bouton de rechange ou retire doucement un fil du vêtement et allume-le.

Le lin et le coton brûlent de la même manière. Ils ont un pourcentage élevé de cellulose. Lors de la combustion, le tissu sent le papier brûlé. Les fibres brûlent vivement et rapidement, laissant une petite quantité de fumée blanche.

La viscose est fabriquée à partir de bois naturel selon une méthode chimique. Elle brûle rapidement, sent le papier brûlé et dégage de la fumée grise et des cendres.

La laine et la soie sentent les cheveux ou les plumes brûlés. Elles brûlent lentement et les fibres s’enroulent et s’éteignent rapidement.

L’acrylique brûle avec une flamme jaune vif et de petits éclairs. Une fois refroidis, les restes se transforment en une boule dure.

Les fibres d’acétate (synthétiques) brûlent avec une flamme jaune et une odeur de vinaigre très prononcée.

Le poly brûle avec une flamme jaune terne, dégageant de la suie noire. Une fois refroidis, les restes se transforment en une boule dure de couleur noire.

Il est fortement déconseillé d’exécuter ce test dans un magasin.

Nous espérons vivement que ces astuces te permettront d’acheter des vêtements de bonne qualité sans te ruiner. Et toi, tu connais d’autres critères qui aident à faire la différence entre les vêtements de bonne et de mauvaise qualité ? N’hésite pas à les partager dans les commentaires !

2-3-
683
Partager cet article