Sympa

7 conseils d’une psychologue et mère paresseuse, dont la méthode parentale a été appréciée par les parents du monde entier

6-55
33k

Anna Bykova est une mère paresseuse. Et elle n’a pas honte de l’admettre. Pour tout dire, la psychologue et auteur de plusieurs best-sellers est même fière de ce “titre” car, à son avis, il donne à l’enfant la possibilité de développer son autonomie. Attention, elle ne parle pas de s’allonger sur le canapé toute la journée, mais de ne pas vouloir tout faire par elle-même. Par exemple, elle est parfois “trop paresseuse” pour faire la vaisselle, mais elle permet à un enfant de sept ans de la faire juste pour qu’il apprenne la coordination. Et peu importe si elle a à sécher l’eau sur le sol ou à refaire la vaisselle quand il ne regarde pas.

Chez Sympa, nous soutenons cette méthode d’éducation intéressante, où il n’y a pas de place pour la sur-protection, et avec la permission de l’auteur, nous partageons plusieurs astuces qui vont faciliter la vie des nombreux parents.

Comment apprendre à un enfant à utiliser le pot

7 conseils d’une psychologue et mère paresseuse, dont la méthode parentale a été appréciée par les parents du monde entier

Comment ? Progressivement et patiemment.

  • Le pot doit être visible à l’enfant et toujours placé au même endroit. En aucun cas, l’enfant ne doit être forcé d’utiliser le pot.
  • Au début, n’oublie pas de faire l’éloge de tout résultat, qu’il reste ou non quelque chose dans le pot ou si il/elle s’est simplement assis(e) pour te faire plaisir.
  • Tu peux aussi asseoir un ours en peluche sur le pot et raconter des histoires sur le fait que c’est merveilleux quand les personnages de contes de fées ont des culottes/caleçons secs. C’est suffisant. Le reste n’est qu’une question de temps.

Un extrait du livre d’Anna Bykova : Un enfant indépendant, ou comment devenir une “mère paresseuse” ?

Comment prévenir les crises de colère chez les enfants

7 conseils d’une psychologue et mère paresseuse, dont la méthode parentale a été appréciée par les parents du monde entier

  • Ôte de la vue de l’enfant ce qu’il ne peut pas avoir.
  • Montre à l’enfant un quelque chose d’autre, offre-lui une autre activité plus intéressante. Moi, j’avais toujours avec moi des bulles ou un ballon que je pouvais commencer à gonfler d’urgence, ou de petits jouets en corde bon marché.
  • Les ciseaux sont un jouet dangereux pour un bébé, mais s’il veut vraiment jouer avec eux, il peut les toucher sous l’œil vigilant de la mère. Trop d’interdictions rendent un enfant nerveux et limitent son développement.
  • Tu peux dire “Bien sûr, mais plus tard” ou “Oui, mais...” en d’autres termes : “Bien sûr, on va jouer, on va juste dormir un peu et puis jouer”.
  • Pour interrompre un jeu à l’heure du repas, nous suggérons que l’enfant nourrisse son jouet. Pour nourrir un jeune constructeur, au lieu de “On laisse les bennes, on va manger de la soupe”, annonce que l’équipe de construction est en pause déjeuner.
  • Nous offrons une alternative, dont le principe est que l’enfant choisira notre manière. Mais cette méthode ne fonctionnera pas toujours : seulement à partir de l’âge où l’enfant peut choisir ou rejeter les deux options.

Comment calmer un enfant si la crise de colère a déjà commencé

7 conseils d’une psychologue et mère paresseuse, dont la méthode parentale a été appréciée par les parents du monde entier

Si tu ne peux plus échapper à la crise de colère, la séquence de tes actions peut être la suivante :

  • Détourner l’attention.
  • Calmer. En règle générale, au fil du temps, chaque famille développe son propre rituel pour calmer un enfant. Il peut s’agir du même poème, conte de fées ou jeu. Par exemple, la mère peut souffler pour sécher ses larmes. Ou donner à l’enfant un verre d’eau “magique” apaisante.
  • Ignorer. Si tu as déjà utilisé toutes les autres méthodes et qu’il n’y a aucun danger pour leur santé (crise d’épilepsie, crise d’asthme), tu peux laisser l’enfant pleurer seul ou simplement ignorer les pleurs pendant un moment. Ne gronde pas, n’enferme pas l’enfant, mais exprime calmement la conclusion : " Tu as probablement juste envie de pleurer maintenant... Quand tu en as assez de pleurer, toi et moi on pourrait [suggérer quelque chose d’intéressant].

Comment nourrir un enfant qui ne mange pas beaucoup ?

7 conseils d’une psychologue et mère paresseuse, dont la méthode parentale a été appréciée par les parents du monde entier

Manger est une nécessité naturelle du corps. Essaie “d’oublier” de nourrir le bébé. Il t’avertira qu’il a faim en poussant un grand cri et il ne se calmera pas tant qu’il n’aura pas mangé. L’enfant sait mieux quand et combien il doit manger.

  • Lorsque tu offres à un enfant un repas varié et coloré, souviens-toi d’un moment psychologique délicat : l’essentiel est de ne pas commencer à convaincre ! Il vaut mieux attendre que l’enfant ait faim. Lorsque la nourriture n’est associée qu’à des moments positifs, l’appétit est bien meilleur.
  • Si tu veux aussi impliquer l’enfant dans le processus de cuisine, tu vas lui permettre de créer, d’expérimenter avec les ingrédients, de choisir les aliments pour le dîner au magasin, alors le petit chef n’aura aucun problème d’appétit.
  • Et si, encore une fois, la mère veut “suralimenter” un enfant, il vaut la peine de s’arrêter et de penser : “Qu’est-ce qui me pousse à faire ça ? Des stéréotypes du passé ? Mes propres idées que tout doit être mangé dans l’assiette ?” Crois-moi, l’enfant lui-même n’est pas son propre ennemi, il est toujours en contact avec son corps. Il mangera quand il aura faim. Le forcer à manger n’est pas la meilleure chose à faire pour une éducation saine.

Si l’enfant refuse de manger

7 conseils d’une psychologue et mère paresseuse, dont la méthode parentale a été appréciée par les parents du monde entier
  • Si ton enfant “ne mange rien” pendant le repas principal, essaie de le laisser manger des collations entre les repas.
  • Essaie de bannir la nourriture industrielle et les exhausteurs de goût. Lorsqu’un enfant s’habitue à plusieurs “exhausteurs de goût”, un repas sain à la cantine va lui sembler peu appétissant.
  • Moins de sucreries.
  • Plus de marche, plus d’activité physique. Je suis sûre que cela aura un effet favorable sur l’appétit d’un enfant.

Comment endormir un enfant

7 conseils d’une psychologue et mère paresseuse, dont la méthode parentale a été appréciée par les parents du monde entier

Les raisons pour lesquelles il est difficile de s’endormir comprennent l’habitude de s’endormir en pleurant, la perception du sommeil comme punition et l’importance hypertrophiée de s’endormir quand les parents le disent.

Je vais partager mes découvertes et les méthodes que j’ai utilisées lorsque je travaillais à la maternelle.

  • Thérapie corporelle. Je m’asseyais sur la chaise à côté du lit de l’enfant. Je posais une main sur leur cuisse, en fixant doucement leurs jambes, et l’autre sur leur épaule. Puis je faisais des mouvements de balancement très doux. Cela lui permettait de se détendre musculairement et de détendre le système nerveux du corps.
  • Respirer ensemble. Tenant mes mains sur le corps de l’enfant, je m’unissais à sa respiration et je respirais pendant un moment comme lui. Petit à petit, j’approfondissais ma respiration. Puis il commençait lentement à osciller rythmiquement. A cause des mouvements oscillatoires et de la respiration lente, il relaxait et l’enfant s’endormait très rapidement.
  • Lecture monotone. En lisant le texte du conte de fées, j’insérais les phrases sur la relaxation et le sommeil : “Et puis vint la princesse....”. Et le prince... Et ils sont allés se reposer un peu, parce que plus tard, ils avaient beaucoup de choses à faire...". Il est nécessaire de lire longtemps, en expirant, avec des pauses pour une respiration douce et une décélération progressive de la vitesse de la parole. Avec ce type de lecture, il y a aussi un ralentissement de la respiration chez les auditeurs.

Comment apprendre à un enfant à dormir tout seul

7 conseils d’une psychologue et mère paresseuse, dont la méthode parentale a été appréciée par les parents du monde entier
  • Introduis un attribut de sommeil calme. Ça peut être un jouet avec lequel le bébé va dormir. Avec un tel jouet, il est facile de s’endormir non seulement au lit, mais aussi partout ailleurs.
  • Emménager ensemble dans le nouveau lit. Si l’enfant a dormi dans le lit des parents, la mère peut d’abord se déplacer avec le bébé dans son lit. Et puis, il pourra s’habituer d’abord au nouveau lit (à côté de sa mère), puis, quand son lit sera devenu habituel, il pourra dormir tout seul.
  • Crée un stimulant supplémentaire. Si la motivation personnelle n’est pas particulièrement forte, une motivation supplémentaire peut être créée. Pour ce faire, tu peux choisir avec l’enfant une nouvelle literie et quelques accessoires : des étoiles scintillantes au plafond, une belle veilleuse et un talisman pour faire de beaux rêves.

Chaque maman a ses propres secrets quant il s’agit d’élever ses bambins. Quels moyens as-tu employés pour apprendre à tes enfants à utiliser le pot ? Comment as-tu réussi à mettre bébé au lit ou à le nourrir quand il refusait obstinément d’avaler quoi que ce soit ? N’hésite pas à partager tes conseils et tes astuces dans les commentaires ci-dessous.

Illustratrice Xenia Shalagina pour Sympa
6-55
33k