20+ Jeunes femmes ont raconté pourquoi elles ont refusé à tout jamais d’utiliser les services populaires que proposent les salons de beauté

Prendre soin de soi fait probablement partie intégrante de la vie de chaque femme. Les extensions de cils, la manucure, l’épilation du corps et des sourcils, la teinture des cheveux : voici un ensemble type de procédures que font beaucoup de femmes. Et en plus, elles doivent toutes être répétées chaque mois, encore et encore... Il n’est pas si facile que ça de sortir de ce cercle vicieux. Cependant, les tendances de ces dernières quelques années se tournent de plus en plus souvent vers le naturel et l’écologie. C’est sûrement pour cette raison que beaucoup de femmes ont désormais renoncé aux salons de beauté au profit d’une beauté plus naturelle.

Chez Sympa, nous avons trouvé plusieurs femmes qui ont renoncé une fois pour toutes à diverses procédures en salon, et avons découvert pourquoi elles ont décidé de le faire. Et à la fin de l’article, tu retrouveras deux bonus : une photo qui prouve à quel point il est difficile de trouver une bonne manucure après avoir changé son lieu de résidence, ainsi que l’histoire d’une jeune femme qui n’a jamais visité de salon de beauté de sa vie.

Les extensions de cils

  • Julia : J’ai définitivement renoncé aux extensions de cils à cause d’une allergie. Mes yeux devenaient rouges et me démangeaient même lorsque l’esthéticienne utilisait des produits hypoallergéniques. J’ai tenté de poser des extensions plusieurs fois, mais le résultat restait toujours le même... Finalement, je me suis faite à l’idée de vivre avec mes cils naturels. Maintenant, je compte renoncer au solarium. Bien que le teint de ma peau m’embête, je comprends qu’il s’agit d’une procédure nuisible, voire dangereuse.
  • Anna : J’ai renoncé aux extensions et au rehaussement des cils, car les cils artificiels tombaient en emportant les miens. Après les avoir enlevés, il ne me restait que quelques “îlots” inégaux et rares. Bref, après deux procédures, j’ai réalisé qu’il est grand temps d’arrêter. Un autre gros inconvénient des extensions de cils : cela ajoute visuellement de l’âge. Et cela me concerne non seulement moi-même, mais aussi toutes les autres femmes. Quant au rehaussement des cils : au début, c’est cool, mais les cils se tordent ensuite, se retournent, et finissent par se casser.

Les diverses manipulations avec les cheveux

  • Pauline : Au début, j’avais les cheveux lisses, puis j’ai fait une permanente que je renouvelais régulièrement tous les six mois, pendant cinq ans. En fin de compte, j’en ai eu marre de mes boucles et j’ai décidé de faire un lissage brésilien. Je n’ai plus rien fait d’autre à mes cheveux, mais à un moment donné, j’ai remarqué qu’ils sont devenus visiblement plus courts. Une partie de ma longueur se cassait tout simplement lorsque je me brossais les cheveux. Et, bien évidemment, ils sont aussi devenus bien plus rares qu’avant. Sur les photos, il est bien visible comment changent mes cheveux et à quel point ils sont finalement devenus rares suite à toutes les procédures passées.
  • Margot : La lamination des cheveux n’est que de l’argent jeté par la fenêtre. C’était à la mode à une époque et j’ai donc essayé, mais j’ai réalisé qu’il s’agit d’une procédure complètement absurde.
  • Nadine : Après la naissance de mon enfant, j’ai renoncé à la teinture, j’ai laissé pousser mes cheveux naturels, et j’ai remarqué qu’ils sont devenus en meilleure santé et plus beaux. Maintenant, je ne me teindrai plus les cheveux jusqu’à l’apparition des cheveux blancs.
  • Anna : Pendant longtemps, je me suis teint les cheveux en blond. Une fois, je me suis rendue dans un salon de beauté, afin de déjaunir mes cheveux, et cette visite s’est terminée par une crise de nerfs dans le fauteuil de la coiffeuse. Elle m’a dit : “Oups, quelque chose s’est mal passé, ils sont devenus légèrement plus sombres”. En plus, lors du coiffage, elle m’a brûlé une mèche qui est ensuite complètement tombée. Bien évidemment, personne ne m’en a informé et je l’ai moi-même accidentellement découvert. Cela fait plusieurs années que cette mèche repousse. Pour l’instant, je n’ai plus vraiment envie de retourner au salon de beauté.
  • Voici ce que ma sœur a demandé qu’on lui fasse. Ce qu’on lui a fait en salon. Et ce qu’a fait ma mère pour essayer de régler cette horreur. © Unknown user / Reddit
  • Il s’agit d’une excellente leçon : la prochaine fois, allez non pas chez le coiffeur, mais directement chez votre mère. © raiden18 / Reddit
  • J’ai montré cette photo à la coiffeuse en lui demandant de me faire ce motif uniquement si elle est certaine de pouvoir le réaliser. Elle m’a répondu qu’elle en est capable. Je n’ai pas demandé de me rembourser mon argent parce que je me sentais gêné, mais je suis toujours étonné que la coiffeuse n’ait pas eu une once d’embarras lorsqu’elle m’a gâché les cheveux. © prettyshittykitty101 / Reddit
  • Il y a deux ans, j’ai payé 200 dollars pour ce travail, et le salon de coiffure ne m’a pas remboursé mon argent. Ils ont dit que tout a été parfaitement réalisé. Depuis, je ne suis plus jamais retournée au salon de coiffure et je m’occupe moi-même de mes cheveux. © ElfenLied518 / Reddit

La manucure

  • Anna : Une situation qui m’est un jour arrivée dans un salon de beauté m’a enlevé toute envie d’y retourner. La manucure m’a enveloppé les doigts dans du papier aluminium et m’a dit de patienter ainsi pendant 25 minutes. Lorsque j’ai demandé s’il ne serait pas plus judicieux de limer la couche supérieure, puis de poser le coton et le papier aluminium dessus, on m’a répondu : “Vous avez décidé de donner une leçon de manucure à une professionnelle ?” Après sa remarque, j’ai décidé de me taire, mais l’expression de mon visage est restée assez tendue. Lorsqu’elle a commencé à enlever la couche de vernis permanent, elle le faisait avec une lime à ongles et d’une manière assez violente : je voyais bien que la plaque de mes ongles en souffrait beaucoup... Mais j’ai tout de même gardé le silence : le comble de l’exploit pour moi. Et là, elle a soudain levé son regard vers moi et m’a lancé : “C’est quoi cette grimace ? Un problème ?” J’étais, pour le moins qu’on puisse dire, choquée. J’ai répondu que mon visage reflète apparemment toutes mes émotions liées au processus et que je ne pense pas qu’il soit approprié de me faire des remarques du genre. Ensuite, elle m’a demandé : " Finalement, on couvre de vernis ou pas ?" Je lui ai dit qu’on en a fini là et je suis allée voir la gérante pour lui faire part de toute cette situation en gardant tout mon sang froid. Après notre discussion, elle est allée voir la manucure et, quand elle est revenue, elle m’a déclaré : “Pourquoi étiez-vous assise là-bas d’un air mécontent ? C’est de votre faute !” Échec et mat.
  • Christina : L’une des principales raisons pour lesquelles je me méfie des salons de manucure est une trop mauvaise désinfection des instruments. Oui, les outils sont bien évidemment traités d’une façon ou d’une autre, mais je ne suis jamais certaine que tout a réellement été réalisé selon les règles. Et dans notre situation actuelle, j’ai aussi commencé à demander si des purificateurs d’air et des lampes spéciales étaient utilisées, s’ils aèrent la salle, et combien d’employés et de clients peuvent se trouver dans la pièce en même temps. Les réponses sont généralement décevantes... J’aurais bien voulu pouvoir m’occuper de mes ongles moi-même, mais je suis beaucoup trop maladroite pour ça.
  • Natalie : Après avoir déménagé en Allemagne, j’ai arrêté de faire la manucure en salon de beauté parce que j’ai remarqué qu’ici, les salons désinfectent mal les instruments.
  • Iris : J’appliquais du vernis permanent durant de nombreuses années non-stop en m’adaptant constamment à l’emploi du temps de ma manucure. Après la naissance de mon fils, je m’y rendais même en le prenant avec moi. Cette année, je suis enfin sortie de ce cercle vicieux et suis revenue à mes ongles naturels : je ne les couvre plus et ne le ferai plus jamais. Quelle liberté ! Maintenant, je fais ma manucure (sans vernis) soit en salon de beauté, soit par moi-même.

"La manucure qu'on a faite à ma sœur pour son mariage"

  • Karine : Une fois, j’ai renoncé à la manucure en salon de beauté : j’ai fait une pause d’un an. À un moment donné, tous ces dessins fantaisistes à la mode que font certaines femmes me semblaient être de si mauvais goût... En plus, avant, je perdais énormément de temps à choisir à quoi ressembleront mes ongles pour les quatre semaines à venir. Mais ce qui m’énervait le plus, c’était le sentiment d’être obligée de le faire. Comme si quelqu’un me forçait à aller me faire faire une manucure, alors que personnellement, je n’en avais pas vraiment envie. En plus, j’y perdais un temps précieux. Finalement, je me suis mise à prendre soin de mes ongles moi-même, et les garder au naturel m’arrangeait entièrement. Mais plus tard, j’ai tout aussi soudainement ressenti le besoin de retourner chez ma manucure : les ongles rouges me manquaient, je voulais une manucure ! Mais maintenant, je ne perds plus autant de temps qu’avant, car j’ai enfin compris ce que j’aime vraiment et ce dont je ne me lasse jamais : les vernis rouge et beige, et plus important encore, les ongles courts. Je ne ressens plus aucune irritation et maintenant, lorsque je me rends me faire faire les ongles, je passe tout simplement du bon temps avec une copine : en plusieurs mois, ma manucure et moi sommes devenues bonnes amies.
  • Yasmine : Aucun vernis permanent. Non seulement cette procédure gâte régulièrement les ongles, mais il arrive aussi très souvent que le travail ne soit pas très bien réalisé.
  • Marianne : mon dermatologue m’a dit que, à moins que la plaque des ongles ne soit blindée, l’application constante d’un vernis permanent peut affiner, et même complètement détruire l’ongle. Et cela arrive le plus souvent après l’utilisation de couleurs sombres. Maintenant, je suis réticente à l’idée de me faire faire la manucure ou même la pédicure.
  • Anastasie : Cela fait un an que je ne suis plus retournée dans un salon de beauté. Une fois, lorsqu’on m’a enlevé mon vernis, j’ai découvert qu’une cavité s’était formée sous la moitié de mon ongle. J’ai pensé qu’il s’agissait peut-être d’une mycose et je suis allée à la clinique pour faire un test. J’ai attendu le verdict pendant un mois et, heureusement, le résultat s’est avéré négatif. Apparemment, je me suis accidentellement blessé à l’ongle. Il a repoussé et la cavité s’est refermée. Néanmoins, j’ai encore longtemps eu peur de retourner au salon de beauté : j’avais peur des limes à ongles réutilisables qui n’étaient, dans le passé jamais traitées avec quoi que ce soit.
  • Natalie : J’ai renoncé au vernis permanent au profit de l’écologie. Lorsqu’on t’enlève le vernis à l’aide d’un appareil, il se transforme en poussière qui, en fait, représente des particules de microplastique, tout comme les strass, les paillettes, etc. J’imagine qu’il n’y a aucun besoin d’expliquer à quel point le microplastique peut être dangereux pour l’environnement. En outre, dans les salons de beauté, les manucures utilisent énormément d’instruments jetables : les cotons-tiges, les bâtons en bois d’oranger, les gants, les limes, et bien plus encore. Cela a également un impact négatif sur l’écologie, car ces outils sont difficiles à recycler. Enfin, il est peu probable que les salons de beauté pensent même au recyclage : ils jettent probablement tout à la poubelle sans trier les ordures. Bref, un seul et unique client mène à l’apparition de beaucoup trop de déchets nocifs pour la nature.
  • Je me suis rendue dans un nouveau salon de beauté pour me faire faire une manucure. J’ai fait connaissance avec la manucure, elle m’a indiqué où m’asseoir et nous avons commencé. Par ennui, je me suis mise à regarder tout ce qui se trouvait autour de moi. Sur la table, se trouvait un sachet en papier kraft duquel la manucure avait sorti toutes les fraises pour l’appareil, ainsi que les pinces. En regardant de plus près, j’ai réalisé que l’indicateur était blanc, ce qui voulait dire que le sachet — et donc les instruments à l’intérieur — n’avaient pas été traités.

Lorsque la manucure s’apprêtait à prendre la pince, j’ai retiré mes mains : “Vos instruments, sont-ils stériles ?” La manucure : “Évidemment, j’ai ouvert le sachet devant vous ! Si vous voulez, je peux de nouveau l’envoyer le faire stériliser ?” J’ai répondu : “Que voulez-vous dire par ‘de nouveau’ ? Il n’a jamais été traité !” Elle m’a regardée comme si j’étais devenue complètement folle et a levé ses yeux au ciel. Elle s’est ensuite tue et ne disait plus rien, pendant que je lui faisais la leçon sur l’importance de la stérilisation des instruments. Et vous savez quoi ? Elle ne m’a plus rien dit à ce sujet : elle n’a juste pas utilisé les instruments du sachet. C’est-à-dire que pour elle, cette situation était tout à fait normale. En effet, pourquoi perdre 40 minutes à stériliser les instruments, s’il est possible de tout simplement les déposer dans un sachet, le coller, puis l’ouvrir devant le client. © Tavi615 / Pikabu

La pédicure

  • Julia : J’ai renoncé une fois pour toutes à la manucure et à la pédicure en salon de beauté. Premièrement, je n’ai aucune envie de passer plusieurs heures en compagnie d’étrangers qui ne me sont généralement pas très intéressants et de perdre, en plus de ça, du temps à faire la route. Deuxièmement, je n’aime pas dépendre de la manucure : si mon ongle tombe ou se casse, je n’arriverai pas à régler ce problème par moi-même en 15 minutes. Je vais devoir l’appeler, prendre rendez-vous, et me rendre au salon de beauté pour qu’on me répare ce fichu ongle, ce qui, soit dit en passant, me fait aussi perdre du temps précieux.
  • Anne : La dernière fois, on m’a très mal réalisé la pédicure. Les ongles de mes gros orteils ont commencé à pousser dans le mauvais sens et à me faire mal. Maintenant, je ne retournerai plus jamais en salon de beauté.
  • Catherine : La seule raison pour laquelle je peux sauter mes visites au salon de beauté, est le problème d’argent. C’est exactement pour cette raison que je ne me suis pas fait faire la pédicure pendant une éternité. Bien qu’on m’y ait une fois “offert” un mycose de l’ongle, cela ne m’arrête pas du tout.

Les soins du visage

  • Naëlle : Je souffre de problèmes de peau depuis mes 18 ans, mais je me rendais rarement chez l’esthéticienne, car le résultat me décevait toujours. Une fois, une nouvelle esthéticienne m’a tout expliqué sur mon type de peau, ses problèmes, comment les résoudre, et m’a expliqué quels soins je devais utiliser à la maison. Non, elle ne m’a pas prescrit de médicaments, mais a plutôt donné un certain plan que je devais suivre. Et maintenant, je choisis moi-même les produits à utiliser en me basant sur leur liste d’ingrédients. J’ai choisi un bon soin domestique et tous mes problèmes de peau ont disparu.
  • Natalie : Une fois, j’ai fait quelques injections d’acide hyaluronique qui m’ont coûté 700 euros, mais je n’ai remarqué aucun effet particulier. Cette procédure doit être réalisée périodiquement et il n’y avait aucun intérêt à la faire une seule fois. Pour l’instant, je n’ai aucune envie de recommencer.
  • Margot : Je n’ai jamais été chez l’esthéticienne de toute ma vie. Et après l’histoire qui est arrivée à mon amie, il est peu probable que j’y aille un jour. On lui avait fait quelques “injections de beauté” et maintenant, toute la zone sous ses yeux est difforme : en fait, pendant la crise, le salon de beauté avait acheté un nouveau produit inconnu, et la peau de mon amie a eu une mauvaise réaction.

L’épilation

  • Anne : J’ai dit adieu à l’épilation à la cire et au sucre. Des poils incarnés, une douleur atroce, les inflammations... Et la procédure en elle-même est, comme nous le savons toutes, très loin d’être agréable. Cela fait quatre ans que je suis passée au laser, et j’en suis entièrement satisfaite. Lorsque les esthéticiennes disent que l’épilation au laser permet de se débarrasser une fois pour toutes des poils, c’est complètement faux : certains cheveux particulièrement résistants tentent quand même de voir le jour.
  • Tania : J’ai une peau très sensible et j’ai donc choisi la méthode d’épilation la plus douce (ce que je pensais) : l’épilation au sucre. J’étais prête à ce que des démangeaisons et des rougeurs apparaissent, mais j’ai carrément eu des bleus ! L’esthéticienne m’assurait qu’il s’agissait d’une réaction normale. J’essayais de cacher mes jambes jusqu’à ce que les bleues passent, mais dès que je m’en suis enfin débarrassée, les poils ont de nouveau poussé et j’ai dû répéter la procédure. Bref, je suis retournée au bon vieux rasoir.
  • Essayez d’arracher ne serait-ce qu’un seul cheveu de votre bras. Ça fait mal ? L’épilation à la cire est basée sur cette même technique, à la seule différence que les poils sont arrachés en grand nombre. Si vous êtes sensible, vous crierez de douleur. Par contre, les séances suivantes sembleront bien moins douloureuses. Un autre problème : les poils incarnés qui deviennent très problématiques s’ils sont ignorés. De plus, les rougeurs, les démangeaisons et les éruptions cutanées ne sont pas rares. Personnellement, je n’arrive pas à supporter tout ça. © Rajkumar Ram / Quora

Les diverses procédures liées aux sourcils

  • Pauline : Ce que je ne ferai plus jamais de ma vie, c’est le maquillage permanent. Il y a deux ans, je me suis fait faire les sourcils et je suis restée extrêmement satisfaite, car ils avaient une excellente forme et j’avais enfin la pointe de mon sourcil bien définie. Mais au bout d’un an, la teinte est devenue bleue... J’essaye toujours de m’en débarrasser : j’ai déjà fait quatre traitements au laser, mais la couleur ne part toujours pas. Bien que la forme actuelle de mes sourcils me convienne, je suis constamment obligée de cacher cette teinte bleue avec un crayon. En plus, ça prend beaucoup de temps et d’argent : chaque séance de laser me coûte 150 euros et prend plus d’une heure.
  • Marina : J’ai commencé à me faire moi-même mes sourcils, car cette année, mon salon de beauté était fermé pendant quelque temps. J’ai essayé, et ça m’a plu ! Je les teins quand j’en ai envie et je corrige moi-même la forme. L’esthéticienne qui s’occupait de mes sourcils était excellente, mais il arrivait quand même qu’elle ne fasse pas exactement ce à quoi je m’attendais.
  • Natalie : J’ai renoncé une fois pour toutes au microblading, car le pigment roulait toujours au rouge. Mais j’ai déjà fait deux séances de laser et maintenant, il ne reste presque plus aucune trace. Je peux bien évidemment encore en faire une pour que tout devienne parfait. Concernant les procédures en salon de beauté, je n’y fais maintenant que l’épilation au laser, ainsi que les coupes de cheveux avec soins réparateurs.

Bonus nᵒ 1 : “Le pire, c’est que la manucure me persuadait tout le temps de lui faire confiance”

“Récemment, j’ai quitté le Canada et je me suis installée en Europe. Sur internet, j’avais trouvé une femme qui faisait la manucure. Ses services m’ont coûté 45 euros, et j’ai dépensé encore 65 euros supplémentaires pour réparer son travail. À gauche, vous voyez la manucure que j’avais, et je voulais refaire exactement la même ! Tout a commencé comme d’habitude : elle a appliqué la base. Ensuite, la manucure a utilisé un petit pot de gel et des paillettes qu’elle avait probablement achetés sur AliExpress. Puis, elle m’a appliqué trois couches de top coat qui, même après avoir séché dans la lampe UV, sont tout de même restées collantes”. © sarahtisme / Reddit

Bonus nᵒ 2 : Aline n’a jamais visité de salon de beauté

  • J’ai 26 ans, et je n’ai jamais visité de salon de beauté, je ne me suis jamais fait faire les ongles, les sourcils, ou les cils. Et je ne me suis même jamais rendue chez l’esthéticienne. Non, je ne considère pas que faire des procédures en salon de beauté soit quelque chose de mal, mais c’est juste que je n’ai aucune envie de perdre mon temps à le faire. Le plus important est de se plaire à soi-même, et les soins que je fais moi-même à la maison me suffisent amplement. Je ne ressens aucun besoin d’utiliser les services d’un salon de beauté. Je n’exclus par le fait qu’un jour, j’aurais la soudaine envie de me tourner vers un professionnel du domaine de la beauté : je ne suis pas catégorique concernant les salons de beauté. Mais pour l’instant, je me sens bien sans ça.

Et toi, quelles procédures fais-tu régulièrement en salon de beauté ou à la maison ? N’hésite pas à partager ton expérience dans les commentaires !

Partager cet article