Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

9 personnages historiques féminins qui ont dû se faire passer pour des hommes

Dans le passé, il est souvent arrivé que les femmes soient totalement reléguées au second plan : on leur interdisait de voter, de participer à des événements ou à des activités qui étaient considérés comme réservés uniquement aux hommes, d’étudier et une foule d’autres choses encore qui nous semblent folles aujourd’hui. C’est ce qui est arrivé aux personnages de cet article. Mais au lieu de rester les bras croisés, ces femmes de caractère ont cherché un moyen d’obtenir ce qu’elles voulaient, quitte à se faire passer pour des hommes. Grâce à elles, la place et l’influence des femmes ont évolué, et les rapports hommes/femmes ont pu commencer à évoluer vers une plus grande parité. Pour nous, ces pionnières sont toutes des héroïnes.

Sympa veut rendre hommage à ces femmes en te racontant leurs histoires de dépassement personnel et d’ingéniosité.

1. Malinda Blalock

Sarah Malinda Pritchard Blalock est née en Caroline du Nord en 1839. Dès son adolescence, elle a montré son caractère révolutionnaire en épousant Keith Blalock, membre d’une famille rivale de la sienne. Elle s’est fait passer pour un homme pour accompagner son mari à la guerre civile américaine, car elle voulait se battre et ne voulait pas être séparée de son bien-aimé. Cet acte a complètement pris par surprise Keith, car Malinda s’est secrètement enrôlée dans l’armée, s’est coupé les cheveux et s’est habillée avec des vêtements masculins sans dire à personne ce qu’elle était en train de faire. Ils ont décidé qu’elle s’enrôlerait sous le nom de Samuel Blalock, pour se faire passer pour le frère cadet de son mari. Elle a été si bonne comme soldat que lorsque les autorités ont découvert que c’était vraiment une femme, ils ne pouvaient pas le croire. C’est un chirurgien qui a fait l’incroyable découverte lorsqu’il a dû la soigner après qu’elle a reçu une balle dans l’épaule. À la fin de la guerre, Malinda et Keith ont fondé une famille et ont vécu le reste de leur vie en tant qu’agriculteurs jusqu’à sa mort de cause naturelle, en 1901.

2. Margaret Ann Bulkley

Margaret Ann Bulkley, connue sous le nom de James Barry, s’est fait passer pour un homme pour entrer à l’École de médecine. Margaret rêvait de devenir chirurgienne, ce qui était impensable dans les années 1800, alors elle a décidé de vivre toute sa vie comme un homme jusqu’au moment de sa mort. Personne autour d’elle ne la soupçonnait d’être une femme. Ce n’est qu’à sa mort, en 1865, que cela a été révélé. Ce sont les responsables de la préparation du corps qui ont découvert le vrai sexe de Margaret, avec surprise. Son travail en médecine était louable. Elle est devenue chirurgien militaire dans l’armée britannique pendant la bataille de Waterloo, et a été plus tard nommée inspecteur médical de la colonie britannique. C’est à ce poste qu’elle a mené l’une des premières césariennes, à une époque où cette pratique n’était pas très connue. Après ses progrès dans le domaine de la médecine, elle a été nommée premier médecin, mais a dû prendre sa retraite lorsqu’elle a contracté la fièvre jaune.

3. Hannah Snell

Hannah Snell est née à Worcester en 1723 et on raconte que depuis son enfance, elle aimait jouer au soldat. Hannah a épousé James Summs et ils ont eu une petite fille, qui malheureusement, est morte un an après sa naissance. Son mari l’a abandonnée, ce qui l’a poussée à adopter le nom de son beau-frère, James Gray, à porter ses vêtements et à partir à la recherche de Summs, qui avait été assassiné. Après ces durs coups, Hannah a décidé de continuer sa vie comme elle lui plaisait, alors elle a continué sous l’identité de James Gray pour rejoindre la Marine. Après trois ans en tant que soldat, Hannah a décidé de révéler son vrai sexe aux marins afin de réclamer sa pension. Cela a fait d’elle une femme célèbre dont tous les journaux ont parlé. Elle a même eu l’occasion de vendre son histoire pour qu’on écrive un livre sur elle, The Female Soldier. Elle a consacré le restant de sa vie à la gestion d’une taverne, jusqu’à ce qu’elle doive être admise à l’hôpital à cause de problèmes psychiatriques.

4. Dorothy Lucille Tipton

Dorothy Lucille Tipton est née en Oklahoma en 1914. Depuis sa plus tendre enfance, elle rêvait de jouer du jazz, alors quand elle a eu 19 ans, elle a tout quitté et est devenue Billy Tipton. À son époque en effet, seuls les hommes triomphaient en jouant du jazz, or, elle aussi aspirait au succès. Billy est devenu un artiste renommé et a travaillé tout au long de sa vie avec de nombreux musiciens célèbres, notamment en formant son propre groupe de jazz avec deux autres artistes. Elle a joué jusqu’à ce que l’arthrite l’oblige à quitter la scène. Personne n’a connu son vrai sexe jusqu’à sa mort, même sa femme et leurs trois enfants adoptés ne connaissaient pas son secret. La raison pour laquelle sa femme (et d’autres femmes qui ont fait partie de sa vie) ne connaissait pas son sexe, c’est que Billy leur avait dit qu’il avait eu un accident de voiture dans sa jeunesse qui avait déformé ses organes génitaux — et cassé plusieurs de ses côtes. Elle ne voulait donc pas avoir de relations sexuelles ou être vue toute nue. Elle utilisait aussi des bandages pour cacher ses seins.

5. Dorothy Lawrence

Dorothy Lawrence est née en Angleterre en 1896. À la fin de ses études de journalisme, elle a publié plusieurs articles dans le journal The Times, mais ce qu’elle voulait vraiment, c’était être correspondante de guerre. Elle a écrit à plusieurs journaux pour demander à travailler à ce poste, mais a été rejetée par tous. Après tous ces refus, elle a décidé de travailler comme correspondante indépendante, mais la police française l’a arrêtée et l’a forcée à faire demi-tour. Ces problèmes lui ont fait réaliser que si elle ne se faisait pas passer pour un homme, elle n’atteindrait jamais son but. Dorothy s’est donc déguisée en homme, en portant un uniforme de soldat britannique qu’elle a obtenu d’un ami dans l’armée, et est devenue le soldat Dennis Smith. Peu de temps après, la peur d’être découverte l’a conduite à tout raconter à son supérieur, qui l’a déclarée prisonnière de guerre. Bien que Dorothy ait écrit un livre pour raconter son histoire, il a été censuré dans certaines régions et dans celles où il a été publié, il n’a pas eu le succès escompté. Elle a passé ses dernières années dans un asile psychiatrique.

6. Amantine Aurore Lucile Dupin

Amantine Aurore Lucile Dupin est née à Paris le 1er juillet 1804. Elle appartenait à une famille aristocratique et épousa le baron Casimir Dudevant avec qui elle eut deux enfants, mais après 9 ans de mariage, ils divorcèrent. C’est alors qu’Aurore a commencé à écrire des romans sous le pseudonyme de George Sand, et à s’habiller en homme. Ces vêtements lui permettaient de fréquenter des cercles de personnes auxquelles, étant une femme de sa classe sociale, elle n’aurait pas eu accès. Admirée de personnages célèbres comme Victor Hugo, Eugène Delacroix, Chopin et Jules Verne, Aurore/George Sand devint une écrivaine de renom et connut un grand succès grâce à la multitude de romans majeurs qu’elle écrivit.

7. Kathrine Switzer

Kathrine Virginia Switzer est née à Amberg en 1947 et est connue pour être la première femme à courir le marathon de Boston avec un dossard. Pour atteindre son but, Switzer s’est inscrite au marathon en se faisant passer pour un homme, puisque à cette époque, ils étaient les seuls à pouvoir participer. Elle s’est enregistrée en tant que KV Switzer, pour que personne ne sache qu’elle était une femme. Au fur et à mesure que la course avançait, l’un des commissaires s’est pourtant rendu compte de son sexe et a couru derrière elle pour essayer de la chasser de la compétition. Mais il n’a pas réussi, et tout cela grâce à la collaboration du petit ami de Kathrine et à d’autres coureurs, qui l’ont escortée jusqu’à la ligne d’arrivée. Switzer a continué à participer, terminant première au Marathon de New York en 1974, et deuxième au Marathon de Boston en 1975.

8. Rena Kanokogi

Née en 1935, Rena Kanokogi a été une judoka américaine très renommée. Dès son plus jeune âge, elle s’entraîne aux poids et haltères et fait de la boxe, mais c’est en 1955 qu’elle commence à s’intéresser au judo, grâce à un ami qui le pratique aussi. Elle a essayé de participer à plusieurs concours, mais à chaque fois, elle était rejetée parce qu’elle était une femme. En 1959, elle décide de participer au championnat de judo du YMCA à Utica, dans l’État de New York, en se faisant passer pour un homme. Elle a gagné le championnat, mais sa médaille lui a été retirée lorsqu’on a appris quel était son sexe. En 1962, elle s’installe à Kodokan (Tokyo) pour poursuivre sa carrière de judoka. Cette année-là, Rena est devenue la première femme à être autorisée à s’entraîner avec le groupe des hommes. Jusqu’à sa mort en 2009, Kanokogi s’est entièrement consacrée au monde du judo : athlète, coach et même commentatrice.

9. Elisa Sánchez Loriga

Elisa Sánchez Loriga a dû se faire passer pour un homme pour pouvoir épouser sa compagne, Marcela Gracia Ibeas, à l’église, en 1901. Elisa a dû créer un personnage masculin pour cette occasion, et a décidé de s’appeler Mario. Elle a inventé que ses parents étaient des protestants anglais et qu’elle voulait se convertir au catholicisme, pour que personne ne remette en question son mariage avec Marcela. Après le mariage, plusieurs personnes ont commencé à réaliser que Mario était vraiment Elisa, ce qui a eu d’énormes répercussions, jusque dans la presse internationale. La persécution des médias et de l’Eglise a contraint le couple à fuir en Argentine et à quitter l’Espagne. Aujourd’hui encore, cette histoire continue d’inspirer le triomphe de l’amour sur l’identité sexuelle.

Tu connais l’histoire de ces femmes ? Laquelle d’entre elles te semble la plus courageuse ? Dis-le-nous dans les commentaires ci-dessous !

Photo de couverture ASSOCIATED PRESS / East News