Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

10 Chiens qui ont joué un rôle important dans l’histoire de l’humanité

1-25
904

Il existe énormément d’histoires extraordinaires, toutes dignes d’être racontées, ayant pour vedettes des chiens fidèles et aimants. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’on les considère comme les meilleurs amis de l’homme : certains sont même capables de donner leur vie si nécessaire pour nous sauver. Beaucoup d’entre eux ont même démontré que la mort elle-même ne pouvait avoir raison de leur fidélité.

Sympa va aujourd’hui te raconter les histoires de 10 chiens qui, d’une manière ou d’une autre, ont marqué à jamais la vie de nombreux humains.

1. Laïka

Laïka est le premier chien à avoir voyagé dans l’espace, en 1957, à bord du vaisseau spatial soviétique Spoutnik 2. Cette chienne a été choisie en raison de son poids, de sa taille et de sa docilité, qualités qui faisaient d’elle le membre d’équipage idéal pour ce premier voyage d’essai dans l’espace, avant de le faire avec des humains.

Bien qu’elle ait réussi avec brio tous les tests de préparation, Laïka n’a malheureusement pas survécu au stress et à la surchauffe de sa navette spatiale. Le 14 avril 1958, Spoutnik 2 revint sur Terre avec la dépouille de Laïka à son bord. En effet, la navette avait brûlé en pénétrant dans l’atmosphère. Cette mission funèbre a permis d’établir les bases de l’amélioration des conditions de vol des engins spatiaux suivants. Le 11 avril 2008, un monument a été érigé à Moscou en l’honneur du premier chien cosmonaute.

2. Balto

L’histoire de Balto s’est déroulée en 1925, lorsqu’une épidémie mortelle de diphtérie a éclaté dans le village de Nome, en Alaska. Les hôpitaux ont rapidement été débordés, et ont demandé d’urgence de l’antitoxine diphtérique. Le problème, c’est que cette dernière se trouvait à plus de 1 600 kilomètres de là. Cette distance ne pouvait pas être parcourue par la mer, car elle était gelée et empêchait les bateaux de naviguer. Elle ne pouvait pas non plus être emmenée par voie aérienne, car les tempêtes rendaient les vols impossibles.

La décision a donc été prise de livrer l’antitoxine par train qui partirait de la gare d’Anchorage, pour se rendre à Nenana, puis de continuer le trajet avec des chiens de traîneaux. L’itinéraire total s’étendait sur plus de 1000 kilomètres, et fut nommé la “Grande Course de la Miséricorde”. C’est là que Balto est entré en jeu. Le husky sibérien a géré avec succès la dernière ligne droite, devenant ainsi un héros, car il était responsable de guider les 100 autres chiens.

Le voyage héroïque de Balto a inspiré trois films d’animation pour enfants : Balto, Balto 2 : La Quête du loup, et Balto 3 : Sur l’aile du vent. Actuellement, il y a un monument à la gloire de Balto à Central Park, à New York, qui dit : “Endurance, Fidélité et Intelligence.”

3. Rintintin

Duncan, un soldat qui a survécu à la Première Guerre mondiale, a sauvé deux chiots et leur mère d’un chenil militaire abandonné par les Allemands. Il a appelé les chiots Rinty et Nannette, et une fois que Duncan a pu retourner aux États-Unis, il les a emmenés avec lui. Là-bas, il a continué à les dresser, et plus particulièrement Rinty, à qui il enseigna divers tours pour lesquels le chiot montrait d’incroyables compétences.

En 1921, Duncan réussit à introduire Rinty dans le milieu encore nouveau du cinéma, où il fut surnommé Rintintin. Le chien finit par devenir une icône du cinéma muet. Au bout d’un moment, Rintintin a dû finir par prendre sa retraite, mais plus tard est apparue une série intitulée Les aventures de Rintintin, mettant en vedette un autre chien, mais rappelant toujours l’original à la mémoire des spectateurs.

Dès lors, Rintintin n’était plus un seul chien, mais plusieurs. Tous ont incarné le même rôle tour à tour dans différents films hollywoodiens tournés entre 1922 et 1931. Ce chien fut célèbre dans le monde entier, et il a même eu droit à son empreinte sur le célèbre Walk of Fame, sur Hollywood boulevard, à Los Angeles.

4. Stubby

Plus connu sous le nom de “Sergent Stubby”, ce fut le chien le plus décoré de la Première Guerre mondiale, et le seul à être nommé sergent grâce à ses performances au combat. L’histoire de Stubby commence à l’Université de Yale : il errait dans les jardins du camp où le 102e Régiment d’infanterie s’entraînait.

Alors que le chien regardait les soldats, le soldat de deuxième classe Robert Conroy s’est attaché à lui, à tel point que le jour où il a dû partir au combat, il a pris Stubby avec lui, en le cachant. Lorsque le commandant a fini par découvrir ce petit chien, Stubby l’a salué en levant la patte, comme s’il n’était qu’un simple soldat. L’officier lui a alors permis de rester à bord.

Stubby a servi son régiment pendant dix-huit mois en France, et a même participé à quatre offensives et dix-sept batailles. Il a été blessé une fois, mais il s’en est entièrement remis. Il a également réalisé une performance extraordinaire, en sauvant son régiment de nombreuses attaques au gaz toxique, en les avertissant par ses aboiements. Il avait un sens particulièrement aigu de l’odorat, et était capable de retrouver les blessés.

5. Chonino

Chonino appartenait à la Police fédérale argentine en 1977. C’était un chien dressé pour opérer avec les forces de sécurité, mais grâce à sa grande taille et à son incroyable agilité, il a été promu pour faire face à des situations plus risquées.

Le 2 juin 1983, Chonino accompagnait son officier guide et l’officier Jorge Lanni dans une opération dans une zone commerciale du quartier Devoto, à Buenos Aires. Il y a alors eu un affrontement entre les policiers et un groupe criminel, au cours de laquelle différentes personnes ont été blessées et Chonino également. Le chien, agonisant, rampa vers son officier guide pour mourir sur lui. Dans sa gueule, il tenait un morceau de la poche d’un des criminels où se trouvaient ses papiers d’identité. Grâce à cela, la police a pu retrouver et appréhender les membres du groupe quelques jours plus tard.

La dépouille de Chonino repose maintenant dans le Cercle de la Police fédérale argentine. Et depuis, tous les 2 juin, l’Argentine commémore la Journée Nationale du Chien.

6. Smoky

Au milieu de la Seconde Guerre mondiale, des soldats américains ont trouvé une femelle Yorkshire cachée dans ce qui semblait être une tanière de renard. Le soldat qui l’a récupérée pensait qu’elle appartenait aux Japonais, alors il l’a emmenée dans un camp de prisonniers. Mais là, il a réalisé que la chienne ne répondait pas plus aux ordres en japonais qu’à ceux qu’on lui donnait en anglais. Le soldat décida alors de l’adopter, mais alors même qu’ils aient passé plusieurs mois ensemble, il finir par la vendre pour six dollars afin de payer une dette de poker à un autre soldat, Bill Wynne.

C’est ce soldat qui a baptisé la petite chienne Smoky (= fumée) à cause de la couleur de son pelage. Ensuite, ils sont devenus inséparables. Ils ont combattu ensemble durant toute la guerre, Smoky a traversé des jungles, voyagé en avion et en bateau, effectué des missions de reconnaissance, elle a été parachutée, etc...

Smoky a reçu huit médailles avant de retourner aux États-Unis avec Billy, où elle a vécu encore 14 années avant de mourir de manière inattendue. Elle a été enterrée dans une boîte de munitions, et un monument a été érigé en son honneur, disant : “Monument dédié à Smoky, l’assistante Yorkshire, et tous les chiens ayant participé à toutes les guerres.”

7. Greyfriars Bobby

Bobby était un skye-terrier, compagnon de John Gray, un veilleur de nuit de la police d’Edimbourg. On dit que Bobby et son maître furent inséparables pendant deux ans, jusqu’à ce que John Gray tombe subitement malade de la tuberculose et ne décède le 8 février 1858. Il fut alors enterré dans le cimetière des Greyfriars, et son fidèle compagnon Bobby passa le reste de sa vie près de la tombe.

Cela a ému tous les habitants, si bien qu’en 1867, lorsque les autorités ont voté une loi en vertu de laquelle tous les chiens d’Édimbourg devraient être déclarés et identifiés, ou seraient euthanasiés, Sir William Chambers, un noble architecte, a décidé de payer la licence de Bobby, et a fait faire une médaille à l’animal, l’identifiant comme son propre chien, même si celui-ci vivait dans le cimetière.

Bobby mourut en 1872 et fut enterré près de la porte du cimetière où reposait la dépouille de son défunt maître. La vie de Bobby a été relatée dans le roman Greyfriars Bobby, mais aussi dans un film portant le nom de Bobby des Greyfriars, sorti en 1961, ainsi que dans un autre, The Adventures of Greyfriars Bobby, sorti en 2005.

8. Hachiko

Au début de l’année 1924, le professeur Hidesaburō Ueno, de l’Université de Tokyo, a trouvé un chien de race Akita dans une ferme. Au début, il n’était pas sûr de le garder, mais sa fille a insisté pour qu’il le fasse. Le chien a donc dû être transporté dans une cage depuis Akita jusqu’à la gare de Shibuya, ce qui représentait un voyage de deux jours qui l’a grandement déshydraté. Lorsqu’il est arrivé à destination, les employés de l’enseignant lui ont dit que le chien ne répondait pas, mais lorsque le professeur s’est approché de lui avec un bol de lait, le chien a repris immédiatement conscience.

Hidesaburō Ueno le souleva alors et remarqua que ses pattes étaient légèrement arquées, et l’appela donc Hachi, comme le kanji 八 qui en japonais signifie “huit”. Le maître s’est peu à peu attaché à son chien, qui l’accompagnait chaque jour à la gare pour lui dire au revoir lorsqu’il partait au travail. Et à la fin de la journée, Hachi attendait patiemment sur le quai pour l’accueillir. Cette habitude a perduré une année entière, ce que les gens de la gare n’ont pas manqué de remarquer.

Le 21 mai 1925, le professeur Ueno décéda subitement d’un AVC alors qu’il donnait un cours. Ce jour-là, Hachi se rendit comme toujours à la gare pour attendre son maître, mais ce dernier n’arriva jamais. Fidèle à son habitude, Hachi resta assis sur le quai pendant neuf ans, attendant désespérément le retour du professeur. Cette histoire a grandement ému les personnes qui étaient au courant de la mort du maître d’Hachi, et les commerçants, gardiens et même certains voyageurs se sont sentis responsables de l’alimentation et des soins de Hachi pour tout le reste de sa vie. Ils ont même érigé une statue de bronze en son honneur à la gare de Shibuya. Hachi était même présent lors de son inauguration.

Finalement, au bout de dix ans, le 9 mars 1935, Hachi fut retrouvé mort devant la gare. Le chien et son maître reposent en paix dans le cimetière d’Aoyama, où une stèle portant leur nom a été construite. Depuis, ce chien est devenu célèbre sous le nom de Chūken Hachikō (le chien fidèle Hachikō), “kō” faisant ici référence au terme “loyal”.

L’histoire de Hachikō est devenue très populaire, notamment grâce à diverses adaptations cinématographiques, comme le célèbre Hatchi, avec Richard Gere, qui fut adapté aux États-Unis.

9. Barry

Barry était un saint-bernard qui travaillait comme chien de sauvetage dans les montagnes suisses, à l’hospice du Grand-Saint-Bernard. Il était beaucoup plus petit que les Saint-Bernard actuels, mais c’est le plus célèbre de tous, car il a sauvé plus de quarante vies pendant son service.

Son sauvetage le plus connu est celui d’un enfant coincé dans une crevasse, suite à une grosse avalanche dans la montagne. Le jeune garçon était en état de choc, endormi à cause des très basses températures. Quand il le trouva, Barry s’approcha de lui, l’enveloppa de son épaisse fourrure, et il le lécha pour lui transmettre de la chaleur jusqu’à ce que le petit garçon reprenne connaissance.

Lorsque Barry atteignit l’âge de douze ans, un moine l’emmena à Berne, en Suisse, pour qu’il puisse se reposer après tant d’années de travail. Deux ans plus tard, le chien héros est mort.

Le corps de Barry a été transporté au Musée d’histoire naturelle de Berne, où il fut empaillé et est maintenant exposé. Son histoire a inspiré quelques œuvres littéraires, comme le poème de Samuel Rogers The Great St. Bernard (Le Grand saint-bernard). Disney a également réalisé un téléfilm intitulé Barry, le chien des Alpes en 1977. De nombreux livres pour enfants comme Barry : The Bravest Saint Bernard ont également vu le jour.

Barry a maintenant un monument à sa gloire au Cimetière des Chiens, en région parisienne. Et depuis, à l’hospice du Grand-Saint-Bernard, chaque fois qu’un nouveau chien arrive pour travailler, on l’appelle toujours “Barry”.

10. Frida

Frida, une chienne labrador de huit ans, est devenue une héroïne durant les jours qui ont suivi l’un des pires tremblements de terre de l’histoire du Mexique, le 19 septembre 2017. Dans le cadre de son service dans la brigade canine de la Marine, Frida a localisé 53 personnes ensevelies suite à l’effondrement de bâtiments ou lors de glissements de terrain. 12 d’entre elles étaient encore vivantes.

Pendant les jours les plus critiques de cette opération de sauvetage au Mexique, Frida a représenté une lueur d’espoir pour de nombreux Mexicains, car la regarder travailler dans les décombres de la ville a été un moment vraiment émouvant. Elle a rapidement gagné la sympathie des civils, en particulier des enfants, et même des sauveteurs d’autres pays, comme les Japonais, qui l’ont affectueusement appelée “Marina-Chan”.

Aux côtés du capitaine Israel Monteverde Cervantes, Frida a également effectué des sauvetages internationaux avec ses frères, Evil et Ecko. Frida a maintenant une statue en son honneur dans le parc naturel situé dans l’état de Puebla, au Mexique, qui porte l’inscription : “Symboles mémorables de la force que peuvent avoir les Mexicains quand nous décidons de nous unir pour de grandes causes.”

Laquelle de ces histoires as-tu trouvée la plus intéressante ? Connais-tu d’autres chiens célèbres ? Laisse un message dans les commentaires, et partage cet article avec toutes les personnes de ton entourage !

1-25
904