Sympa
Sympa

13 Informations sur la vie au XIXe siècle que les séries et les films ont oublié de nous raconter

Il est fort probable que lorsque tes parents te racontent leur vie à ton âge, tu sois surpris par les énormes changements qui se sont produits en quelques décennies, plus particulièrement à une époque où la technologie fait des pas de géants. À présent, imagine la quantité de transformations dans notre société depuis le XIXe siècle : nous parlons d’un monde totalement différent.

Chez Sympa, nous avons aujourd’hui sélectionné pour toi les habitudes, les personnalités, les modes et les moments historiques qui font que cette époque continue de nous surprendre 200 ans après.

1. La fête des amoureux est née il y a 200 ans

La Saint-Valentin, la fête de l’Amour et de l’Amitié ou des Amoureux, en fonction du pays, est originaire des pays anglo-saxons et date du XIXe siècle. Alors que la mode des cartes postales était à son apogée, les gens ont commencé à s’en échanger avec des messages d’amour. Et au XXe siècle, les cadeaux sont venus les accompagner.

2. Edgar Allan Poe était un athlète

Edgar Allan Poe est l’un des écrivains les plus importants de la littérature en langue anglaise. Ses contes et ses poèmes (et même son image) ont laissé une trace indélébile dans la culture populaire. Son portrait reflète un homme triste et malade ; néanmoins, au-delà d’être un homme convoité par la gent féminine, il était également un grand athlète.

Ses capacités sportives étaient telles qu’il a remporté une compétition de natation de près de 10 kilomètres dans une rivière.

3. Les belles et inconfortables robes larges

Nous arrivons à déterminer un cliché ou une peinture de l’époque victorienne grâce aux robes imposantes portées par les femmes de la haute société. Mais, malgré leur côté glamour, les robes composées d’une crinoline (la structure qui donnait du volume à la robe) présentaient quelques inconvénients.

Par exemple, la gent féminine avait tendance à tomber et à trébucher à cause de ce vêtement. D’autre part, si une personne moins aisée souhaitait suivre la mode, elle pouvait acquérir une version plus économique de cette structure, mais avec du caoutchouc à la place du fer. Cependant, la femme qui portait cette robe laissait derrière elle une odeur très désagréable.

4. La fascination pour l’Égypte

Au XIXe siècle, l’Égypte était sur toutes les lèvres. La découverte d’un ancien monde perdu dans le temps a provoqué des centaines de voyages en Afrique pour avoir des informations sur ce lieu unique. L’arrivée de la photographie a été très importante, puisque quand les explorateurs rentraient au pays avec des clichés des pyramides, tout le monde souhaitait avoir ses propres photos.

À cette époque, la fascination pour l’Égypte ancienne était telle qu’elle a donné naissance à l’égyptologie.

5. Le train a unifié le temps

Avant la révolution industrielle, les villes des États-Unis possédaient leur propre fuseau horaire. L’arrivée du train a obligé le pays à unifier son fuseau horaire pour que les trains soient à l’heure à chaque gare.

6. Tous les bébés portaient des robes

L’une des tendances les plus curieuses de l’époque victorienne est qu’avant l’âge de quatre ans, les garçons et les filles portaient des robes blanches. La couleur blanche représente la pureté de l’enfance, tandis que l’idée de les habiller de la même façon permettait d’économiser de l’argent dans les foyers les plus pauvres.

Suite à la publication d’une peinture du prince Albert, âgé de quatre ans, vêtu d’un costume de marin, de nombreuses familles ont suivi le mouvement pour habiller leurs enfants. Cette mode est toujours en vigueur.

7. La mauvaise odeur de Londres

Durant l’été 1858, une vague de chaleur s’est abattue sur la ville de Londres, avec une température avoisinant les 30 °C. À cause de l’accumulation de déchets dans la Tamise, une terrible odeur a envahi la ville pendant plusieurs semaines.

C’est à ce moment-là que les autorités britanniques ont réalisé à quel point les conditions d’hygiène étaient mauvaises dans leur capitale, et finalement, un processus d’assainissement a été lancé. Il a amélioré la qualité de vie des Londoniens.

8. L’origine des tirelires en forme de cochon

Pendant l’enfance, beaucoup d’entre nous conservions l’argent donné par nos parents dans une tirelire en forme de cochon, mais peu de gens se sont demandés pourquoi ces objets avaient cette forme en particulier.

Il semblerait qu’au Moyen Âge, les personnes entreposaient leur argent dans des récipients composés d’argile appelée “pygg”, très similaire au mot “cochon” en anglais. Au XIXe siècle, et grâce aux changements dans le langage, lorsque les gens demandaient aux artisans de leur fabriquer un récipient en “pygg”, ils pensaient que la forme de cochon en faisait partie. Certaines archives précisent que cela est également dû à l’abondance liée à l’animal, car sa viande était très chère à cette époque et que seules les familles les plus aisées pouvaient se permettre de manger du porc.

9. La passion pour la nourriture de la reine Victoria

La reine Victoria a été le personnage central d’une grande partie du XIXe siècle, et c’est grâce à elle que cette période a été nommée “époque victorienne”. Cependant, au-delà de son pouvoir, elle était une femme comme les autres, avec certaines faiblesses.

Après la mort d’Albert, Victoria a abandonné les régimes et son obsession pour son physique, et a commencé à manger de façon démesurée. Mais le deuil n’était pas la seule raison de ces excès. Dès son plus jeune âge, elle a eu une éducation très stricte selon laquelle une femme ne devait pas beaucoup manger. Finalement, en dirigeant l’une des nations les plus puissantes du monde (à cette époque) et sans devoir se préoccuper de son apparence, Victoria est devenue une véritable épicurienne. Il semblerait que son plat préféré était le sanglier avec de l’aspic, qui était aussi le favori d’Albert.

10. Le syndrome d’Asperger de Nikola Tesla

Nikola Tesla était l’un des esprits les plus prodigieux du XIXe siècle. Ses inventions et ses contributions à l’humanité sont encore célébrés, mais ce n’est pas tout, sa personnalité est encore étudiée. Il avait peur des germes, alors il mangeait toujours avec des gants. Son apparence était très importante, et des photos que nous connaissons de lui, il a choisi sa préférée.

Nikola Tesla possédait une mémoire photographie associée à plusieurs comportements obsessionnels. Par la suite, il a été découvert que ces traits caractéristiques étaient liés au syndrome d’Asperger, un trouble qu’il partageait avec d’autres personnalités telles que Isaac Newton et Albert Einstein.

11. Les couleurs foncées pour être assortis au ciel

La reine Victoria est également connue sous le nom de “la veuve de Windsor”, puisqu’après la mort d’Albert, elle s’est vêtue de noir le restant de sa vie. Rapidement, la société anglaise a imité la reine, mais ce n’était pas la seule raison pour laquelle la couleur noire a envahi les rues londoniennes.

À cause de la révolution industrielle, l’air de la capitale britannique était rempli de charbon, alors si tu sortais avec une robe blanche, tu rentrais chez toi avec un vêtement gris. Par conséquent, les couleurs foncées aidaient à cacher la saleté imprégnée dans l’air pollué.

12. Les tatouages au sein de la royauté

Les tatouages étaient très populaires à l’époque, les prisonniers jusqu’aux plus hauts gradés étaient tatoués. Le roi George V possédait un dragon bleu et rouge sur le torse en souvenir de son voyage au Japon ; et son père Édouard VII avait une croix.

Maud Stevens Wagner a été l’une des premières femmes d’Occident à recouvrir intégralement son corps de tatouages, en plus d’être la première tatoueuse professionnelle des États-Unis. À cette époque, elle était très critiquée à cause de grande quantité de tatouages, mais également très admirée, puisque les gens déboursaient des sommes astronomiques pour la voir dans des salons et des cirques aux côtés de son mari Gus Wagner, connu pour être “l’homme le plus tatoué des États-Unis”.

13. Les changements dans la mode féminine sur un siècle

Pendant un demi-siècle, il y a eu deux changements majeurs dans la mode des femmes européennes (dont l’influence s’est propagée dans tout le monde occidental). Dans les 20-30 premières années du siècle, nous retrouvons la “robe empire”, qui a été popularisée par Joséphine de Beauharnais, une robe simple et discrèt. Au début de l’époque victorienne, les robes à crinoline étaient tendance, elles se démarquaient par les structures métalliques qui donnaient du volume au bas du vêtement.

Alors, qu’est-ce qui attire le plus ton attention dans cette période historique ? Quelles choses n’ont pas changé ces 200 dernières années, selon toi ?

Sympa/C’est curieux/13 Informations sur la vie au XIXe siècle que les séries et les films ont oublié de nous raconter
Partager cet article
Ces articles peuvent te plaire