Sympa
Sympa

15 Personnes ont parlé de leurs parents qui avaient parfois gâché leur enfance avec des actions absurdes

Les actions de nos parents ont pour effet d’affecter la personnalité que nous développons. D’ailleurs, ce n’est qu’avec le temps qu’on prend conscience que certains actes de nos mamans et papas ont plutôt créé des obstacles dans la formation de notre personnalité, au lieu de nous aider.

Chez Sympa, nous sommes tombés sur plein d’histoires qui prouvent que les parents ne sont pas à l’abri des erreurs. En plus, ils ne réalisent pas tous qu’ils ont fait quelque chose de travers. Pour le bonus, nous avons réservé une histoire de notre auteure.

  • Ma relation avec maman est loin d’être bonne. Pourtant, après la naissance de mon fils, j’ai eu l’impression qu’elle est devenue plus douce. Jusqu’au moment où elle a dit que si son petit-fils de douze mois ne venait pas l’embrasser, il fallait “lui donner des fessées plus souvent pour qu’il ait peur et soit plus respectueux”. J’ai alors ajouté : “Et pour qu’il te déteste.” Nous avons aussitôt dit au revoir à maman et sommes rentrés chez nous. Depuis, mon fils ne communique plus du tout avec elle, il se contente uniquement de l’appeler le jour son anniversaire pour présenter ses vœux. © 2.54ovochka / Pikabu
  • Un jour, je suis rentré du collège et j’ai entendu les cris de mon père qui était en train de déballer à maman tout ce qu’il n’aimait pas en moi. Je n’avais pas l’aisance relationnelle qu’il avait et il s’en prenait surtout à ce fait. J’ai été anéanti. Je suis rentré chez moi après une dure journée au collège, pour découvrir que mon père me rabaissait dans mon dos. Ma mère n’avait qu’à rester là et à écouter tout ça, parce que personne ne pouvait contredire mon père. © David Godfrey / Quora
  • Dans mon enfance, je portais des frusques parce que ma mère ne voulait pas acheter de vêtements neufs. Elle apportait des sacs de tenues usagées venant de nos amis, elle n’achetait même pas de culottes. Au collège, j’étais mise à l’écart et harcelée, je n’avais pas d’amis. Au lycée, une connaissance a avoué que tout le monde pensait que je venais d’une famille défavorisée et qu’on m’avait prise en grippe pour ça. J’ai fini par me renfermer sur moi-même, j’ai du mal à communiquer avec les gens. “En revanche, contrairement aux autres, tu sais apprécier les vêtements neufs.” Merci, maman, au moins pour ça. © Entendu / VK
  • Ma sœur a toujours été parmi les meilleurs élèves de sa classe et a également été une pianiste accomplie pendant ses années au lycée. Nos parents ne lui ont jamais fait faire quoi que ce soit dans la maison, pour “garder ses mains pour le piano”, mais pas moi. Ses succès dans les études, dans les clubs et dans le jeu du piano ont entre autres conduit à ce que tout le monde la loue sans cesse. Aujourd’hui, elle est dans la vingtaine, mais elle manque des compétences de base : cuisiner, faire le ménage. En plus, elle est incapable d’accepter la moindre critique, aussi petite soit elle. © ribbitfrog290 / Reddit
  • Au lycée, je mesurais 172 cm et je pesais environ 40 kg. Tout le monde, surtout ma mère, ne faisait que dire à quel point j’étais mince et belle. Mes réalisations pour lesquelles j’ai travaillé vraiment dur, par exemple, la récompense du jeune auteur ou mes études d’art, étaient considérées comme secondaires. J’ai 33 ans et j’ai encore du mal à évaluer mes succès à leur juste valeur. Après tout, ils ont toujours été moins importants que d’être simplement mince et belle. © MadameBurner / Reddit
  • Nous sommes venus chez mes parents avec leur première petite-fille pour deux mois. Au bout d’une semaine, mes parents ont fini par oublier que j’étais adulte et se sont mis à se comporter de la même manière que pendant toute ma vie. Sauf qu’ils ne me battaient pas. J’ai demandé à ma mère de ne pas faire pareil à l’égard de ma fille et d’arrêter de me gronder, surtout qu’elle avait déjà déchargé sur moi toutes les tâches ménagères et les dépenses. Elle en a été offensée et cela fait un an qu’elle ne me parle plus. Ils n’ont même pas vu leur deuxième petit-fils qui a trois mois. Cependant, papa m’envoie des images sur les réseaux sociaux, qui rappellent qu’on ne choisit pas ses parents, et que je vais regretter mon comportement lorsque maman ne sera plus là. Ce sont des parents, ils ont toujours raison. Si jamais on en reparle, ils disent : “Ce n’est pas vrai, tu inventes.” © Nushik / Pikabu
  • Ma fille a fondu en larmes lorsque sa grand-mère a raccroché après avoir lancé : “Alors que je suis à l’hôpital, vous vous amusez.” Ma fille a tout simplement parlé de sa journée. Plus tard, elle m’a dit : “Maman, je ne veux plus rien lui raconter.” J’ai senti ma gorge se serrer et je me suis souvenue de mon enfance et des phrases de maman : “C’est de ta faute”, “Les autres filles sont si sages”. J’ai répondu à ma fille : “Ne pleure pas et rappelle-toi : partage tes joies avec ceux qui sont capables de se réjouir avec toi.” C’est dommage que personne ne m’ait dit ça à l’époque. © nellymilana / Pikabu
  • J’avais 16 ans et ma sœur en avait 12. Maman avait un anniversaire. À l’époque, nous n’avions pas beaucoup d’argent. Ma sœur et moi avons fait des économies pour offrir une petite machine à café à notre mère, car elle adore le café. Le soir, après le départ des invités, maman s’est mise à pleurer, en disant qu’une collègue au bureau avait également eu un anniversaire quelques jours plus tôt et que ses fils lui avaient offert une machine à laver, alors qu’elle a eu droit à un petit truc basique. Il faut dire que les fils de sa collègue étaient de jeunes adultes qui travaillaient déjà, alors que nous étions des enfants. Tout de même, elle nous a vraiment fait culpabiliser. © Arochka / Pikabu
  • Le souvenir d’enfance le plus humiliant est lié à ma mère. J’ai commencé à avoir mes règles et ma mère le savait. Pourtant, elle m’achetait très rarement des protections hygiéniques ou choisissait les moins chères, qui ressemblaient à de grandes feuilles remplies de coton, ça me gênait terriblement lorsque je marchais. Sinon, je devais me débrouiller avec des chiffons en coton que je coupais moi-même et lavais après utilisation. Je ne comprends toujours pas à quoi servait cette économie. Et je me souviens encore de la sensation de fuite. © Entendu / VK
  • Chez nous, la gardienne du foyer, c’est moi. Une adolescente avec un chignon décoiffé sur la tête, avec les mains qui sentent l’eau de javel, et armée d’une louche depuis l’enfance ! Maman me dit : “Mais c’est pour ça que je t’ai donné naissance !” Puis, elle se rend au travail, dans un centre commercial ou dans un restaurant. Moi, je veux tellement être bien soignée comme mes amies. Mais il est temps de passer la serpillière. © Entendu / VK
  • Ma mère m’a demandé un jour pourquoi mes sœurs aînées ne venaient pas chez elle et leur père. Bien évidemment, je n’ai rien dit, ce n’était pas la peine d’expliquer. Et vous, iriez-vous voir des étrangers ? Maman n’a jamais été présente pour elles : “Si besoin, elles viendront en parler elles-mêmes.” Elle a été très surprise quand chacune de nous a soudainement divorcé : “Ah bon, je croyais que tout allait bien. Vos hommes sont si gentils. Je suppose que ce sont eux qui veulent le divorce.” Loin de là, maman. Ce sont eux qui nous rendaient malheureuses. Mais comment pouvais-tu le savoir ? Après tout, la seule réponse à toutes nos plaintes était : “C’est de ta faute.” © Mama2ix / Pikabu
  • Quand j’étais enfant, j’agaçais ma mère en disant que je deviendrai une célèbre créatrice de mode. Ma mère a fini par craquer et m’a crié dessus, en disant que je deviendrai une couturière de quartier tout au plus. Maintenant, j’ai grandi, j’ai obtenu le diplôme de graphiste et je gagne bien ma vie. Récemment, j’ai découvert que ma mère était également douée pour le dessin et qu’elle avait préparé un portfolio avec ses croquis de mode pour s’inscrire dans une école spécialisée, mais ses parents lui avaient interdit d’y aller. © Entendu / VK
  • J’avais entre six et sept ans. Mon camarade de classe a pris une somme d’argent chez lui. Quand ses parents l’ont découvert, il a menti en prétendant qu’il me l’avait donnée. Ils sont alors venus à l’école et ensemble avec les profs, ils ont cherché à savoir où j’avais caché l’argent. Pour qu’ils me laissent enfin tranquille, j’ai dit que l’argent était chez moi. Une institutrice m’a ramené à la maison et a tout raconté à ma mère. Je me suis fait gronder, j’ai pleuré, mais personne n’a voulu m’écouter. Cet argent n’a jamais été retrouvé. © Shashikant Sharma / Quora
  • Quand un de mes enfants avait des soucis, mon père me conseillait de lui parler des réussites de l’aîné de la famille : “Il a de très bonnes notes, donc tu peux y arriver toi aussi”, “Il ne se comporte jamais comme ça et tu ne devrais pas le faire non plus.” J’en ai eu assez et j’ai dit à mon père que je lui interdirais de voir ses petits-enfants, s’il continuait ainsi. Alors, il a arrêté. Mon Dieu, ça m’a tellement énervé ! Mes enfants sont des êtres à part entière. Ce qui a fonctionné avec l’un ne marchera peut-être pas pour l’autre, donc les comparer ne fera qu’empirer les choses. © bookworm1421 / Reddit
  • J’ai grandi dans une famille où ma mère disait que les hommes ne pleurent pas. Quand je suis devenu adulte, elle a regretté de m’avoir inculqué cette idée. Elle voulait juste me rendre plus fort et m’éviter de me tracasser pour des choses insignifiantes, mais maintenant je n’arrive pas à pleurer du tout. Avec le temps, ma mère s’est rendu compte que montrer ses émotions est normal et même utile. © AnimasMaker / Reddit

Bonus de notre auteure

  • J’avais le droit d’aller aux anniversaires de mes copines uniquement avec ma petite sœur. Quand une fois de plus je me suis présentée avec elle, la grand-mère de mon amie m’a demandé : “Combien de temps encore allez-vous apparaître partout ensemble ?” J’ai dit à mes parents que je ne souhaitais plus l’emmener avec moi. Ils ont simplement répondu que je n’irai nulle part sans ma sœur. Mais le pire, c’est que maintenant ma mère essaie de me convaincre que j’affabule et que cela n’a jamais été ainsi. D’ailleurs, ma sœur, avec qui nous communiquons enfin bien, se souvient de toutes ces situations. Mais maman continue de ne pas y croire.

Et toi, quels gestes de tes parents évites-tu avec tes propres enfants ? N’hésite pas à faire part de ton expérience dans les commentaires !

Photo de couverture Подслушано / VK
Partager cet article