18 Histoires de personnes qui ont le cœur sur la main et qui mériteraient la Palme d’or de la gentillesse

Un proverbe ancien dit : “Fais le bien et jette-le dans la rivière : un jour il te sera rendu dans le désert.” Appelle ça comme tu veux, le karma ou la loi de la conservation de l’énergie, mais sache que les actes désintéressés finissent toujours par payer.

Chez Sympa, nous essayons toujours d’aider les autres. C’est pour cette raison que nous te proposons aujourd’hui une compilation d’histoires de personnes qui ont un jour lancé le boomerang des bonnes actions et ont fait de ce monde un endroit meilleur. Et tu trouveras à la fin de l’article une histoire qui pourra te convaincre du fait que les actes de gentillesse peuvent perdurer éternellement.

  • J’allais au travail. J’ai vu un chiot allongé sur le bas-côté de la route : il était vivant, mais avait les pattes cassées. Mon cœur s’est serré : j’ai pris un taxi pour l’emmener chez le vétérinaire avec le peu d’argent qui me restait, puis je l’ai ramené chez moi. J’étais en train de lui fabriquer un endroit pour dormir, lorsque la porte d’entrée s’est ouverte et le propriétaire de l’appartement est entré. Il était contre les animaux de façon très catégorique, et je me suis déjà préparée à faire mes valises. Peter a regardé le chien, s’est retourné en silence et est sorti. Lorsqu’il est revenu avec un tas de nourriture pour chien, il m’a dit que je n’avais pas à payer de loyer ce mois-là, car l’animal nécessitait des soins.
  • Dans l’entrée de notre immeuble, en juin, j’ai vu une annonce écrite à la main avec une très belle écriture. Elle s’adressait aux voisins qui auraient des bocaux vides et demandait de les laisser sur le rebord de la fenêtre. C’était signé : “Mamie Zoé”. Suite à cela, les jours qui ont suivi, de nouveaux bocaux apparaissaient constamment à l’endroit indiqué. Et au début du mois de septembre, le rebord de la fenêtre était rempli de bocaux de cornichons et de tomates marinées, de compotes et d’autres conserves. Et au-dessus, une nouvelle affichette : “Chers voisins, prière de récupérer vos bocaux”. © Slepoyastronaft / Pikabu

  • Il y a très longtemps, j’ai trouvé un téléphone. J’ai appelé le contact “Maman” et je l’ai rendu à ses propriétaires. J’ai refusé de prendre l’argent qu’ils m’offraient en récompense. Mon mari m’a dit qu’il n’y avait que moi pour faire ça. Je lui ai répondu que le bien que tu fais aux autres te revient toujours. Quelques années plus tard, mon mari a oublié son téléphone sur un banc dans un parc. Des personnes très gentilles le lui ont rendu et n’ont pas voulu prendre l’argent. C’est à ce moment-là que mon mari a reconnu qu’il avait eu tort. © Катя / AdMe

  • L’hiver dernier, j’ai trouvé une belle paire de gants très chauds par terre et je l’ai accrochée à un arbre pour qu’elle ne soit pas piétinée. Avant hier, je courais avec ma poussette pour aller à l’hôpital et mon bonnet est tombé de ma poche. Au retour, je l’ai vu accroché sur le même arbre. Le boomerang, ça marche ! © Olashka / Pikabu

  • Mon grand-père vivait dans un village de montagne isolé. Un jour, des touristes sont arrivés chez lui. Ils étaient fatigués et tout trempés et ont demandé s’ils pouvaient planter leurs tentes dans son jardin sous l’auvent. Mon grand-père les a invités à dormir dans la maison, leur a donné à manger et les a laissés prendre un bain. Le matin, ils les a réveillés pour qu’ils arrivent au bus à temps et est vite parti couper du bois. Il ne voulait pas qu’ils lui donnent de l’argent. Quand il est rentré à la maison, il y a trouvé un grand sac avec des conserves, des pâtes, des friandises et un petit mot “Merci pour votre gentillesse !”. Comme cet hiver-là a été rude, mon grand-père a été très reconnaissant car il avait grandement besoin de cette nourriture.

  • 2014. Je faisais un long trajet en bus. Un jeune homme était assis à côté de moi et tapait quelque chose sur son ordinateur jusqu’à tard dans la nuit. Nous sommes arrivés à sa destination le lendemain matin. Il s’est levé très rapidement et s’est enfui. J’ai vu qu’il avait oublié son ordinateur portable et j’ai demandé au chauffeur d’attendre, mais le bus était déjà parti. À l’arrêt suivant, je suis allé au bureau de la compagnie et j’ai obligé l’employé à téléphoner au jeune homme. J’ai attendu 20 minutes pour m’assurer qu’on allait bien lui rendre ses affaires. Le jeune homme était vraiment très reconnaissant parce que l’ordi contenait son mémoire pour l’obtention de son diplôme.
    2018. J’allais embarquer dans mon avion à l’aéroport lorsqu’un employé s’est approché de moi et m’a demandé de lui montrer mon ordinateur portable. J’ai ouvert mon sac à dos, mais il n’y avait rien dedans ! Il s’est avéré que les agents de sécurité avaient vu que j’avais oublié mon ordinateur au contrôle de sécurité et m’avaient cherché partout dans l’aéroport pendant une heure et demie. Mon vol a été retardé de 20 minutes pour que je puisse avoir le temps d’aller en courant jusqu’au poste de sécurité. Il y avait ma thèse de doctorat sur cet ordinateur. © Aparna Vicky / Quora

  • Au lycée, presque tout le monde avait une guitare, sauf moi. Pour Noël, ma sœur m’a offert sa guitare qui était déjà vieille et pas chère mais qu’elle aimait beaucoup. Six mois plus tard, elle marchait dans la rue et est passée par hasard à côté d’un jeune homme qui mettait ses affaires dans une voiture. Il déménageait et ne prenait que ce qui pouvait entrer dans sa petite voiture de sport. L’étui avec la guitare n’a pas pu rentrer et le jeune homme l’a simplement donné à ma sœur qui passait à côté. Elle n’a vu que c’était une belle Martin Classical qui valait 4000 dollars qu’une fois rentrée à la maison. © Ann Patrick / Quora

  • J’étais dans un supermarché, deux petits garçons se tenaient à côté de moi. Le plus jeune demande une glace, mais l’aîné lui répond : “Je ne peux pas, Ivan, tu as déjà pris un chocolat, il ne me reste plus d’argent”. Les garçons étaient mal habillés, maigrichons. Je n’arrive pas à le supporter et je dis : “Ivan, prends une glace pour toi et pour ton frère et viens à la caisse avec moi”. En chemin, nous avons aussi pris une bouteille d’eau. Ivan était super heureux, et l’aîné m’a remerciée en regardant ses pieds. Je sors satisfaite du supermarché quand soudain je vois sur le trottoir une grosse boucle d’oreille en or avec une améthyste. Je n’avais jamais rien trouvé dans ma vie auparavant et là, bim ! © Ирина Маденова / Facebook

  • Un sans-abri m’a abordé à la gare et m’a demandé de lui acheter un soda. Nous sommes entrés chez McDonald’s et je lui ai acheté un Coca et une glace. L’homme est parti heureux. Tout de suite après, j’ai trouvé de l’argent dans le distributeur des billets de transport. Il y avait la somme exacte que j’avais dépensée pour le sans-abri. © dreamydinosaur / Reddit

  • Quand j’avais 21 ans, je n’avais pas d’argent et je vivais chez une amie. J’avais trouvé un travail dans un petit café mais j’ai quitté rapidement cet emploi et je me suis retrouvé avec seulement 100 dollars en poche. Le copain de mon amie est tombé gravement malade à ce moment-là. Nous étions très amis et tous très pauvres. Je lui ai acheté pour 80 dollars de médicaments. Avec ce qui restait, j’ai mis de l’essence et j’ai pris deux billets de loterie. Quinze minute après avoir donné tout ce qu’il me restait à mon ami, j’ai gagné 500 dollars. © Kyle Burton / Quora

  • Nous construisions une maison avec mon mari en dehors de la ville et il nous arrivait de rester y dormir. Il y avait un vieux chien très maigre qui vivait à côté, toujours attaché avec une chaîne. Je le nourrissait de temps en temps. Six mois plus tard, le chien m’a renvoyé la balle. Une nuit, il a réussi à casser sa chaîne, à défoncer le petit portail et à rentrer dans notre cour. Il aboyait comme un fou. Nous sommes sortis et nous avons vu deux hommes s’enfuir par-dessus la clôture. Ce n’est qu’après que nous avons remarqué une vitre cassé et avons compris que nous avions failli nous faire cambrioler.

  • Une nuit d’hiver, nous attendions le bus avec mon amie. Soudain, nous avons remarqué que des garçons maltraitaient un chaton. Les mots n’ont pas suffi et nous avons dû nous battre pour libérer l’animal des mains de ces gamins. C’est ainsi que j’ai eu un œil au beurre noir et ma copine, un animal de compagnie. Mais le plus intéressant est arrivé deux jours plus tard. Nous marchions vers le même arrêt de bus et avons vu un billet de 50 dollars sous un lampadaire sur le trottoir. Comme si quelqu’un l’avait mis là exprès. Nous étions de pauvres étudiantes à l’époque et cet argent a été plus que bienvenu.

  • Il y a environ dix ans, mon père a trouvé un portefeuille avec une somme d’argent très conséquente et une facture de téléphone. J’ai appelé le numéro inscrit dessus et le fils de la femme qui avait perdu son portefeuille a répondu. Je lui ai donné l’adresse de mon père et le gars a conduit sa mère jusqu’à chez nous en voiture. Elle voulait nous donner de l’argent mais nous ne l’avons pas accepté. Quelques années plus tard, mon père est allé faire des courses et a acheté plus que ce qu’il pouvait transporter. Il avait déjà du mal à marcher à l’époque et il est tombé à mi-chemin de la maison. Il a tenté de se relever mais sa cane était tombée trop loin, et les gens passaient à côté sans faire attention à lui. Soudain, un jeune homme s’est approché, a rendu sa canne à mon père, l’a aidé à se relever et l’a fait rentrer dans sa voiture. Lorsque mon père lui a montré où il fallait s’arrêter, il s’est avéré que c’était le fils de la femme du portefeuille. Il a reconnu notre maison. © Хищный ЗаИц / AdMe

  • Je me suis sentie mal dans le bus. Je suis descendue à un arrêt et je me suis assise. Je suis restée là longtemps et j’ai cru que j’allais mourir. Je me sentais de plus en plus mal, j’avais le tournis, et j’étais encore à une heure de chez moi. Une femme était assise à côté de moi. Elle a remarqué que ça n’allait pas et m’a dit : “Pourquoi es-tu aussi pâle ?” Je lui ai expliqué, elle a trouvé de l’eau et a demandé des médicaments à des passants, elle m’a fait boire et avaler un cachet, puis elle a arrêté un taxi qu’elle a payé, m’a aidée à m’asseoir dans le véhicule et s’est envolée ! Je n’ai même pas eu le temps de lui demander son nom ou son numéro de téléphone pour la remercier. J’ai seulement eu la force de balbutier : “Merci, merci, merci de votre aide”. © Подслушано / Ideer
  • Avec une amie, nous sommes allées chez le fleuriste pour acheter des fleurs pour sa mère. Nous avons mis du temps à les choisir. Un homme est entré, il avait l’air pressé. Il a pris un énorme bouquet, puis s’est retourné vers nous et a dit : “Alors les filles, vous avez besoin de fleurs ? Choisissez vite, je les paie” et il a en effet payé notre bouquet de fleurs. Ensuite, il a demandé nos prénoms pour appeler ses filles comme nous. Puis il est parti, l’air heureux. © Подслушано / Ideer
  • Je rentrais tard chez moi après le travail. Lorsque je me suis approchée de l’entrée de mon immeuble, j’ai entendu un grognement. Trois chiens errants se tenaient pas loin et se sont mis à grogner en me voyant. J’ai eu terriblement peur. Et là, j’ai entendu quelqu’un crier méchamment : “Fuh, partez de là!”, c’était un sans-abri. Les chiens se sont enfuis. Soudain, l’homme a dit : “Je me souviens de toi. Tu m’avais donné cinq euros un jour et tu m’avais aussi donné à manger. Bonne nuit.” Après quoi, il s’est de nouveau caché derrière la benne à ordures. Il m’a sûrement confondue avec quelqu’un, mais demain je lui ramènerai à manger et je lui donnerai de l’argent. Les bonnes actions doivent être récompensées. © Палата № 6 / Vk
  • Un homme m’a abordée à la gare et m’a demandé mon numéro de téléphone avec insistance. Il me demandait aussi quel train j’allais prendre. Il me faisait un peu peur. Une jeune femme que je n’avais jamais vue auparavant s’est soudain approchée de moi et m’a dit : “Mon Dieu, Sarah ! Ça fait tellement longtemps qu’on ne s’était pas vues ! Viens dire bonjour à mon copain.” Je lui en suis toujours reconnaissante, car je crois qu’elle m’a aidée à échapper un danger. © emmareddit / Reddit

Bonus : le karma du grand-père Valéry

Tous les ans, Valéry Melnikov créait des “cartes postales” géantes avec des mots chaleureux écrits sur les rivières gelées. Cet automne, le peintre est décédé, mais les habitants locaux ont décidé de continuer son œuvre. Ainsi, un nouveau “tableau” en son honneur est apparu sur une des rivières dans la région de l’Amour.

Et toi, as-tu déjà eu des retours de boomerangs de bonnes actions ? Ou bien crois-tu davantage au proverbe qui dit que “le chemin de l’enfer est pavé de bonnes intentions” ? N’hésite pas à nous donner ton avis dans les commentaires !

Photo de couverture Подслушано / Ideer
Partager cet article