Sympa
Sympa

8 Découvertes médicales géniales qui ont sauvé la vie à des millions de personnes

La médecine n’a pas toujours été telle que nous sommes habitués à la voir et à la concevoir. Il y a encore deux cents ans, la pneumonie et les crises d’appendicite étaient des événements mortels, et les chirurgiens ne savaient pas qu’ils devaient se laver les mains avant une opération. De même, ils ne prêtaient même plus attention aux cris stridents des patients, car l’anesthésie n’existait pas. Mais fort heureusement pour nous, des petits génies ont fait d’incroyables découvertes, malgré parfois les moqueries de leurs homologues.

Sympa te parle dans cet article des avancées médicales majeures qui ont sauvé des millions de vies et qui ont révolutionné le monde.

1. L’anesthésie

Avant l’invention de l’anesthésie, toutes les opérations étaient horriblement douloureuses ou très rapides. Le chirurgien russe Nikolaï Pirogov réalisait des amputations en trois minutes, sinon, les patients mouraient à cause du choc.

Le manque d’anesthésie efficace constituait un frein au bon développement de la chirurgie : les opérations abdominales étaient impossibles. Bien entendu, les médecins réalisaient des expériences avec des infusions de camomille ou de mandragore, et faisaient même des lavements au tabac. Mais aucun de ces remèdes ne pouvait complètement effacer les douleurs, et de plus, c’était extrêmement dangereux pour la santé des patients.

Tout a changé lorsque le dentiste américain William Morton a décidé d’utiliser l’éther éthylique comme anesthésiant. L’idée lui est venue parce qu’il manquait d’argent : par crainte des traitements douloureux, les patients préféraient éviter d’aller chez le dentiste. Le médecin a alors réfléchi à une manière de solutionner le problème de manière responsable : il a d’abord fait l’expérience sur des animaux, puis sur ses amis proches, puis a présenté le médicament au public une fois lui-même convaincu de sa sécurité.

On peut considérer la date du 16 octobre 1846 comme la date anniversaire officielle de l’anesthésie. En présence d’une grande multitude de personnes, Morten a réalisé une opération et a extirpé une tumeur maxillaire. Le patient est resté endormi durant tout le processus, et l’opération a été un véritable succès.

2. L’aseptisation et l’antiseptique

Jusqu’au XIXème siècle, il ne venait même pas à l’esprit des chirurgiens de se laver les mains avant une opération ou un accouchement. La désinfection ? On ne savait même pas de quoi il s’agissait ! Il était normal d’utiliser le même instrument chirurgical sur une douzaine de patients. Par conséquent, la plupart des opérations se soldaient par une suppuration et la gangrène, et les accouchements, par une septicémie. Le taux de mortalité après l’intervention des chirurgiens était extrêmement élevée.

Le médecin hongrois Ignaz Semmelweis a été le premier à obliger ses subordonnés à se laver les mains avec une solution désinfectante à base d’eau de javel. L’innovation de Semmelweis a réduit de sept fois la mortalité chez les mères en couche. Cependant, la découverte n’a pas été valorisée comme elle aurait dû l’être dans le corps médical : la communauté scientifique considérait cette idée comme assez délirante. Semmelweis est mort dans un hôpital psychiatrique, où il a été interné par ses collègues.

Un peu plus tard, l’Anglais Joseph Lister a démontré la nécessité de stériliser les instruments et de désinfecter les blessures. Les découvertes de Semmelweis et de Lister ont permis de sauver des millions de vies.

3. Les rayons X

Avant la découverte des rayons X, les chirurgiens devaient briser les os des patients s’ils étaient mal reliés. Ces opérations étaient douloureusees et bien souvent, elles ne permettaient pas une récupération complète.

Tout a changé avec la découverte accidentelle de Wilhelm Röntgen. Le physicien était en train de réaliser des expériences avec des tubes cathodiques, et a remarqué qu’une radiation inconnue émanait du lieu de la collision des rayons. Or, cette radiation (que Röntgen a appelés “rayons X”) pouvait pénétrer certains matériaux opaques. Les premières radiographies ont été réalisées par le physicien dans son étude : l’image de la main du Dr. Köllicker, un ami de Röntgen, a été diffusée dans le monde entier en un rien de temps. Cet événement a provoqué une vague d’émotion dans la communauté scientifique, et a terrifié les profanes : les citoyens lambda ont mis beaucoup de temps à s’habituer à ce genre d’images.

Les représentants de beaucoup d’entreprises industrielles ont demandé de manière répétée à Röntgen de leur vendre son invention, mais le scientifique ne l’a même pas brevetée. Et c’est grâce à cette accessibilité de la technologie que le développement rapide des industries reliées a pu se faire : oncologie, pulmonologie, radiologie, et bien d’autres encore.

4. Les antibiotiques

Un monde sans antibiotiques était terriblement dangereux : n’importe quelle infection était potentiellement mortelle. On pouvait se contaminer avec la tuberculose, la coqueluche ou encore la pneumonie, et ces maladies étaient l’équivalent d’une sentence de mort.

L’idée que certains microbes peuvent être combattus à l’aide d’autres microbes existait déjà au XIXème siècle. Mais le premier antibiotique a été découvert par le chercheur écossais Alexander Fleming en 1928. Malgré le fait que Fleming était connu pour ses talents de scientifique, il a fait la découverte la plus importante de sa vie grâce au désordre de son laboratoire. Dans une boîte de Petri laissée pour compte et contenant des staphylocoques, sont apparus des champignons de moisissure qui ont détruit des bactéries pathogènes.

Alexander Fleming a reçu le Prix Nobel pour cette découverte, et grâce à lui, l’humanité peut aujourd’hui combattre la tuberculose, la pneumonie, la malaria et d’autres maladies que l’on considérait comme incurables autrefois.

5. L’insuline

Les organes affectés par le diabète

Aujourd’hui, 450 millions de personnes dans le monde vivent avec du diabète. Avant l’invention de l’insuline, il était impossible pour les diabétiques de profiter d’une vie normale : les complications causées par la maladie conduisaient à la cécité, à une insuffisance rénale et à d’autres conséquences graves.

Au début du XXème siècle, les scientifiques savaient que l’une des causes du diabète était la carence de l’hormone pancréatique appelée insuline. Mais personne n’est parvenu à créer un médicament qui pouvait compenser l’absence totale ou partiale de l’hormone. Ce n’est qu’en 1922 que le physiologue canadien Frederick Banting isola une substance du pancréas des animaux. Le nom international d’insuline a été assigné à cette substance quelques temps après.

La première personne à recevoir des injections d’insuline a été un adolescent de 14 ans. Après la première injection de la drogue, son état de santé s’est significativement amélioré. Le Docteur Banting a reçu pour cette découverte le Prix Nobel, et est devenu l’homme le plus jeune au monde à être récompensé par ce prix. Il avait en effet 32 ans à cette époque.

Cette invention a provoqué une véritable révolution dans l’endocrinologie. À ce jour, l’insuline est toujours le seul médicament disponible et sécurisé pour limiter les effets du diabète.

6. La chimiothérapie

Le traitement du cancer a toujours été dangereux et bien souvent, il se soldait par un échec contre la maladie. Les tumeurs malignes sont assez difficiles à vaincre, car les cellules cancéreuses mutent constamment et créent de nouveaux clones.

Sidney Farber est considéré comme le père de la chimiothérapie moderne. C’était le fils d’un émigré polonais, qui menait un style de vie modeste, ayant payé ses études à l’Université de Harvard en jouant du violon. D’assistant médical jusqu’à directeur de recherche dans les processus tumoraux, le médecin a connu une belle carrière. Le Docteur Farber a été le premier à tester et à breveter un médicament pour combattre la leucémie lymphoblastique aigüe chez les enfants.

Tous les médicaments de chimiothérapie sont des venins cellulaires très puissants. Par exemple, la chlorméthine était initialement utilisée comme arme chimique, ce n’est que plus tard que l’on a découvert l’effet anti-tumoral dans ce composant toxique.

7. Les vaccins

Avant le XIXème siècle, des millions de personnes mouraient chaque année en Europe à cause des épidémies de variole, et les survivants étaient bien souvent en situation de handicap. La variole ne pardonnait pas : gens de la cour, rois ou petites gens, le taux de mortalité atteignait les 80%.

L’idée que les gens pouvaient se contaminer eux-mêmes avec une infection afin d’être immunisé par la suite a fait son apparition au XXème siècle. Les médecins chinois vaccinaient les individus sains avec un liquide contenu dans un récipient que les patients atteints de la variole avaient utilisé. Ceci dit, les taux de mortalité étaient assez élevés ; c’étaient des méthodes plutôt dangereuses.

La première personne qui a réussi à inventer une méthode efficace et relativement sécurisée du vaccin a été le médecin de campagne Edward Jenner. Il a remarqué que les vaches laitières avaient été affectées par la variole bovine, et qu’elles étaient désormais immunisées contre la variole humaine. Il en est donc venu à la conclusion que les vaccins pouvaient sauver de nombreuses vies. Edward Jenner avait raison. Malgré la confrontation de l’Église et le manque de compréhension de la plupart des autres médecins, plus de cent mille personnes ont été vaccinées dans les premières années après la découverte de cette méthode de prévention.

La méthode de Jenner a servi de “source d’inspiration” pour l’élaboration de vaccins contre la rage, le tétanos et la maladie du charbon. Selon les données de l’Organisation Mondiale de la Santé, le vaccin contre la poliomyélite, le tétanos, la coqueluche et la rougeole sauvent la vie de trois millions de personnes chaque année dans le monde.

8. Les vitamines

Le fait que certains produits aident à soigner des maladies était connu des habitants de l’Égypte antique. Ils savaient avec certitude que le foie de poulet aidait à lutter contre la cécité nocturne, mais ils ne savaient pas pourquoi. À l’époque, on supposait que le manque d’aliments nourrissants pouvait conduire à certaines maladies : le scorbut, le rachitisme, et le béribéri. Mais les mécanismes de leur apparition étaient toutefois méconnus.

Au XVIIIème siècle, toute la communauté scientifique se moquait du médecin écossais James Lind. Cet homme curieux pouvait apparemment soigner les marins qui souffraient du scorbut avec du citron et du citron vert. Il se trouve que le temps a démontré que Lind avait raison : le scorbut se manifestait à cause d’un manque important de vitamine C.

Des douzaines de scientifiques de différents pays ont tenté de résoudre le mystère des nutriments, mais le Prix Nobel a été remporté par le docteur anglais Frederick Hopkins et par le Hollandais Christiaan Eijkman. Ils ont finalement réussi à expliquer à l’humanité ce qu’étaient les vitamines. Cette découverte a permis de soigner beaucoup de maladies.

Bonus : les souvenirs erronés

Les scientifiques de l’Université du Massachussetts ont implanté de faux souvenirs dans le cerveau de quelques souris. Les neuroscientifiques ont introduit des informations fictives dans les zones du cerveau responsables de l’information du passé, et ils ont littéralement remplacé les souvenirs authentiques par des souvenirs erronés.

Il y a quelques années, cette découverte était considérée comme incroyable. C’était plus ou moins l’équivalent d’une opération indolore au XIXème siècle. Cependant, aujourd’hui, les opérations sous anesthésie sont considérées comme des événements routiniers. Peut-être qu’un jour, la transplantation de mémoire deviendra une réalité. Et notre vie sera encore plus géniale que ce que l’on voit dans les films de Hollywood !

Quelle information te semble la plus incroyable ? Raconte-nous dans les commentaires !

Photo de couverture EIZO Pin-Up Calendar / Butter
Sympa/Inventions/8 Découvertes médicales géniales qui ont sauvé la vie à des millions de personnes
Partager cet article
Ces articles peuvent te plaire