Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Cette fille a décidé d’aider les loups abandonnés et a montré au monde que les obstacles sur la route ne sont que dans notre esprit.

5--5
563

Anastasia Gaiduk a travaillé comme styliste principale dans de prestigieux salons de beauté, remportant des concours de coiffure internationaux, grâce à son immense talent. Cependant, couper les cheveux des célébrités ne lui a pas semblé être le but noble et digne auquel elle avait toujours aspiré. Ainsi, un jour, sa vie changea radicalement.

Sympa a donc décidé de te raconter aujourd’hui cette version moderne d’une histoire connue de tous depuis notre enfance sur la rencontre entre une fille et un loup dans la vie réelle.

Anastasia n’a pas cessé de gagner des prix dans différents concours du monde de la coiffure : au championnat des pays baltes, celui des pays de l’Europe de l’Est et diverses manifestations de Russie et d’Europe. Par la suite, elle a même ouvert son propre studio. Cependant, tout en continuant de se consacrer à sa profession, la jeune femme n’a pas arrêté de chercher une activité qui pourrait apporter un réel bénéfice à quelqu’un d’autre.

Un soir, Anastasia regardait une série dans laquelle elle a remarqué un loup, dont elle est littéralement tombée amoureuse. L’image de ce prédateur ne quittait plus son esprit. Et elle a décidé d’avoir, non pas un loup, mais un chien qui lui ressemblait beaucoup. Son projet était d’adopter un animal qui avait besoin d’aide (c’était peut-être un objectif noble ?), au lieu d’en acheter un chez un éleveur spécialisé. C’est ainsi que la jeune fille a rencontré un charmant chien hybride, dérivé d’un husky, appelé Blade, qui est rapidement venu vivre avec elle dans sa maison.

Elle ne s’est pas limitée au fait d’avoir un animal de compagnie. Anastasia a commencé à visiter des refuges pour animaux pour y faire du bénévolat. De plus en plus, elle rencontrait des chiens qui touchaient son âme. Au fil du temps, son troupeau a commencé à grandir.

À un moment donné, les chiens de cette fille sont tombés malades. Elle s’est tournée vers différents vétérinaires, puis s’est rendu compte qu’elle voulait soigner elle-même les animaux. D’abord, elle s’est inscrite pour acquérir des connaissances, puis elle a commencé à étudier à l’université.

Anastasia a continué à gagner de l’argent de son propre salon de beauté et le dépensait à étudier et à aider dans les refuges. En 2015, dans l’un d’entre eux, de façon inattendue, elle a rencontré un vrai loup adulte appelé Zorro. Il avait été piégé dans la forêt, puis placé dans une “collection privée” et a finalement fini dans le refuge.

Le loup était âgé, sauvage, asocial, mais l’intrépide fille tenait vraiment à gagner sa confiance. C’est pour ça qu’elle a passé des heures près de sa cage, à lui parler. Finalement, le prédateur l’a acceptée : il s’est laissé caresser, il l’a laissée le nourrir de ses mains, il était heureux de la voir.... Plus tard, elle a réussi à trouver un zoo avec de bonnes conditions pour lui. Les employés lui passaient même des enregistrement de la voix d’Anastasia, “son humaine”, pour qu’il s’y adapte mieux.

Depuis, la jeune fille n’a cessé de penser aux loups, et alors qu’elle se consacrait aux chiens, elle a voulu aussi connaître leurs frères et sœurs sauvages. Un an plus tard, on lui a demandé d’aller chercher un loup en liberté près de la ville, qui vivait auparavant dans une maison. Cela s’est passé la veille du Nouvel An, mais déjà le 2 janvier l’animal était avec cette amante des “chiens sauvages” gris.

Mais lorsqu’elle s’est mise à la recherche d’un foyer pour Odin (c’est ainsi qu’on appelait l’animal), elle a rencontré de nombreuses difficultés : aucun zoo ne voulait l’accepter, car ils avaient tous leurs “collections” complètes. C’est alors que le Petit Chaperon rouge moderne a eu l’idée de créer le premier centre pour loups en Russie et un refuge avec des activités culturelles, éducatives et didactiques ainsi que des excursions.

Presque au même moment, Anastasia rencontre Svetlana, qui est aussi engagée pour les loups, mais pour les siens. Ensemble, elles ont ouvert le refuge. En mars 2017, avec l’argent économisé, les filles ont placé les quatre premiers loups sauvés dans des enclos fermés en plein air sur des terrains achetés spécialement pour ce projet.

Lorsque le refuge était déjà ouvert, quelqu’un a contacté la coiffeuse, qui est maintenant aussi vétérinaire, pour aider un loup. Celui-ci avait besoin non seulement d’un foyer, mais aussi de soins médicaux professionnels. Ce loup surnommé Léon, était paralysé et avait besoin de soins 24 heures sur 24.

À la recherche de conditions et de spécialistes appropriés, Anastasia rencontra Yaroslav, qui s’était auparavant consacré à l’accueil des loups pendant un certain temps et qui était prêt à l’aider. Il a emmené l’animal malade au travail, où il a eu la chance de garder ce prédateur et a passé des jours et des nuits avec lui. La jeune fille n’avait toujours pas le droit d’entrer dans cette zone d’accès restreinte, alors ils communiquaient beaucoup par téléphone. Au cours de leurs conversations, Yaroslav et Anastasia ont commencé à se trouver des points communs, à partager leurs préoccupations et leurs idées.

Par la suite ils se sont mariés et ont commencé à développer ensemble “l’habitat du loup”, aidant ces prédateurs en détresse. Certains d’entre eux ont tout simplement été abandonnés par les humains parce que ceux-ci ne pouvaient pas s’occuper de l’animal. Certains ont commencé à être laissés pour compte dans le monde du cinéma et des zoos : ces animaux ont été soit enlevés, soit relégués pour vivre dans des conditions terribles, soit sacrifiés. Et certains d’entre eux ont même dû être capturés dans des parcs urbains, lorsque leurs anciens propriétaires ont essayé de rendre l’animal “à la nature” ou, simplement que le prédateur leur a échappé.

Anastasia doit faire face à de nombreux problèmes et essayer de les résoudre. Et ce, pas seulement en ce qui concerne l’aspect financier. Bien que cela soit également important : les loups mangent beaucoup et seulement de la nourriture naturelle. Sans parler du fait que de temps en temps, ils essaient de “modifier” leur habitat, en creusant sous la clôture ou en la mordant. Il y a également des difficultés juridiques, car la législation ne contient toujours pas de règles clairement définies sur la possession de prédateurs sauvages, ainsi que sur les différents organismes d’inspection nécessitant différentes autorisations. Sans compter qu’ils diffèrent les uns des autres.

De plus, les gens qui les entourent les perçoivent aussi différemment : certains craignent beaucoup d’habiter dans le quartier, élaborant toutes sortes d’intrigues, d’autres, au contraire, croient qu’un loup adulte n’est pas plus dangereux qu’un chien domestique commun et, par tous les moyens, tentent de caresser ce “joli prédateur”. Ce n’est pas en vain, malgré tout, que la jeune femme continue d’avancer vers le but qu’elle s’est fixé. Et cette histoire, une fois de plus, montre qu’avec un désir et une foi forte dans son travail, on peut arriver à beaucoup de choses.

Maintenant, Anastasia travaille comme vétérinaire, conseillant les propriétaires de chats et de chiens sur l’alimentation correcte de leurs animaux de compagnie. À l’avenir, elle et son mari ont l’intention de se consacrer à la réintroduction : l’adaptation et la libération des progénitures de leurs loups en pleine nature.

Que penses-tu de la force et de la conviction d’Anastasia ainsi que du travail qu’elle accomplit ? Comment réagirais-tu si tu voyais un loup rôder dans un parc de la ville ? Partage ton opinion avec nous dans la section commentaires de cet article !

Photo de couverture chertogvolka
5--5
563