Sympa
Sympa

Découvre l’histoire géniale de Mayim Bialik, actrice, écrivain, réalisatrice, scientifique et maman

On dit que les opportunités ne se présentent qu’une fois dans une vie, et qu’il faut être prêt à les accepter. Mais il y a des chanceux à qui le destin donne plusieurs chances d’exceller. Ce fut le cas pour Mayim Bialik : elle a commencé sa carrière très jeune avec un rôle vedette, elle s’est éloignée des plateaux, et quelques années plus tard, elle est revenue sur le devant de la scène. Bien que tu puisses dire qu’elle a beaucoup de chance, en réalité, c’est bien plus que cela. Mayim a travaillé toute sa vie et s’est battue contre de nombreux obstacles pour réaliser ses rêves.

Chez Sympa, nous avons aujourd’hui concocté pour toi le récit des moments les plus importants de sa carrière, afin qu’ils puissent servir d’inspiration à ceux qui, comme elle, veulent voir leurs rêves se réaliser.

Mayim est née en 1975 à San Diego, en Californie, dans une famille d’immigrés juifs. Trois de ses grands-parents avaient émigré du vieux continent et avaient élevé toute la famille dans le respect des coutumes et des trahisons juives. Elle se souvient : “Mes parents étaient des Américains de première génération, ils avaient donc une mentalité d’immigrant très stricte”. Bien qu’elle ait commencé à travailler à la télévision en tant que figurante et dans des rôles mineurs à un très jeune âge, ses parents ne l’ont jamais traitée différemment : “Ils m’ont traitée comme une fille normale qui devait aller à l’école, faire ses devoirs et attendre que son frère vienne la chercher.”

À l’âge de 11 ans, après avoir travaillé à plusieurs reprises comme figurante, elle a réussi à jouer dans deux films, Pumpkinhead : Le Démon d’Halloween et Au fil de la vie. Dans une interview, elle a déclaré : “Je ne me considère pas comme une enfant actrice car j’ai commencé à jouer presque au lycée. La plupart des enfants acteurs ont commencé quand ils étaient petits. Ils ont des attentes différentes. J’avais une autre perspective.”

Peu de temps après, à l’âge de 15 ans, elle a eu sa première chance en tant que vedette dans la série télévisée Petite Fleur, une émission en avance sur son temps “C’était une exception en 1990. Il s’agissait d’une jeune fille non conventionnelle, excentrique, intelligente, drôle et courageuse. Cette émission abordait des questions qui étaient très controversées à l’époque : toxicomanie et traitement, séparation, famille sans figure maternelle, rivalité entre frères et sœurs et signification des liens familiaux. Tout cela était au programme.”, a-t-elle déclaré lors d’une interview.

Mayim raconte que malgré le fait d’avoir été sous la lumière des projecteurs pendant toute la durée de la série, de l’âge de 14 à 19 ans, elle est toujours restée “saine” grâce au soutien de sa famille : “Tout était très sérieux sur le plateau, et c’est très important”.

Après cinq saisons de 1991 à 1995, Petite Fleur a pris fin. Dans le dernier épisode, le personnage a fait ses adieux à la série avec ces mots : “La vie n’est pas faite de poésie, de chansons ou de rêves, mais de choses réelles... Voici mon conseil : essaie de la prendre par les rênes”.

Pendant le tournage de Petite Fleur, l’une de ses tutrices lui a inculqué l’amour des sciences. “Je pensais que les sciences étaient difficiles et je supposais qu’il y avait quelque chose en moi qui n’était pas fait pour ça. Elle m’a montré que la science est faite pour les femmes, que c’est passionnant et qu’on peut tomber amoureuse de la science comme de la littérature ou de l’art... Et j’ai commencé à me voir comme une scientifique”, a-t-elle déclaré dans une vidéo.

À la fin de la série, en 1995, elle s’inscrit à l’Université de Californie avec l’intention de quitter le métier d’actrice et de devenir scientifique ou professeure. “J’ai pris la décision de quitter le métier d’actrice car je voulais avoir un diplôme en neurosciences. J’avais d’autres intérêts. Je pense que les femmes devraient être encouragées à essayer beaucoup de choses, surtout avec la sous-représentation des femmes dans les sciences. Cela m’a pris 12 ans, j’ai eu deux enfants et c’est devenu le travail principal de ma vie”.

Après avoir obtenu son doctorat en neurosciences en 2007, le plan de Mayim était de rester dans le milieu universitaire, mais cela a changé après qu’elle soit devenue mère de Miles et Frederick. Elle est tombée amoureuse de la vie de parent, mais a compris que c’était un mode de vie peu compatible avec la vie universitaire. Alors pour la deuxième fois de sa vie, elle a décidé de changer de carrière. “Mettre les enfants à la garderie ou s’éloigner d’eux... ce dernier point a joué un grand rôle dans la décision”, a-t-elle déclaré dans une interview.

En 2005, elle est revenue à la comédie avec le film Kalamazoo?, et a également joué dans plusieurs séries télévisées telles que Fat Actress et Sept à la maison. À ce sujet, elle a commenté : “J’adore être sur le plateau, j’adore voir les caméras et les lumières. J’adore voir tout cela se mettre en place en action. Je suis une actrice à l’ancienne. J’adore être sur le plateau.”

C’est en 2010 qu’elle est apparue dans le dernier épisode de la troisième saison de la série The Big Bang Theory et qu’elle a retrouvé la célébrité. Dans la saison 4, elle a décroché un rôle récurrent et est devenue l’un des personnages préférés du public. Mais ce n’est pas seulement la joie d’être devant les caméras qui l’a attirée de nouveau vers le métier d’actrice. “La vérité, c’est que je n’avais plus de sécurité sociale et j’ai réalisé que si je pouvais obtenir quelques emplois ici et là, c’était suffisant pour obtenir une assurance de l’association des acteurs. Je ne m’attendais pas à être une actrice à plein temps, mais The Big Bang Theory m’a attirée,” a-t-elle confié.

L’année 2010 a été une année intense pour Mayim, car elle a sorti son premier livre Beyond the Sling : A Real-Life Guide to Raising Confident, Loving Children the Attachment Parenting Way, dans lequel elle raconte son expérience lorsqu’elle a quitté l’université pour se consacrer entièrement à l’éducation de ses enfants. Au fil des ans, elle a publié plusieurs autres livres à ce sujet, ainsi que quelques autres sur l’alimentation végétalienne et le jus nutritionnel.

En août 2012, Mayim a été impliquée dans un accident de voiture lorsqu’elle a été percutée par une autre voiture. Elle a été blessée au niveau du pouce de sa main gauche, ce qui l’a conduite à l’hôpital d’urgence. Quelques heures plus tard, elle a elle-même annoncé qu’elle n’était pas gravement blessée et qu’elle garderait tous ses doigts.

Après la fin de The Big Bang Theory, en 2019, elle a pris quelques années de repos, poursuivant ses projets personnels et ses apparitions épisodiques dans divers jeux télévisés. En 2021, on lui a proposé un rôle principal dans la série intitulée Call me Kat. “Jim Parsons (Sheldon dans The Big Bang Theory) m’a parlé ce projet qu’il avait avec sa société. Il m’a dit : ” Si quelqu’un peut avoir l’air adorable et être un peu agaçant, c’est bien toi ! “". Elle a également déclaré dans une interview : “Pour une femme de 45 ans, je ne veux pas dire que mes jours sont comptés, mais je veux tirer profit des moments où les gens veulent te voir et vivre la comédie avec toi”. La série a été renouvelée pour une deuxième saison.

Au-delà de sa propre série, Mayim a commencé à être plus ouverte sur sa santé mentale. L’année dernière, elle a animé un podcast où elle interrogeait des célébrités sur l’importance d’être en bonne santé. Elle a été honnête : “Mes antécédents familiaux comprennent la dépression, le trouble obsessionnel compulsif, la panique... J’ai cherché des groupes de soutien qui ont été d’une grande aide pour moi et ma famille”. Grâce à son expérience, elle cherche maintenant à aider d’autres personnes comme elle : “Je veux informer et sensibiliser les gens pour rendre le monde de la santé mentale plus compréhensible. Lorsque les gens s’expriment, il est très important qu’on les aide à lutter contre ces maladies. La santé mentale ne fait pas de discrimination, l’argent n’immunise pas”. Son aide ne se limite pas à ouvrir la conversation sur cette question. Lors de son apparition spéciale dans Jeopardy! en tant qu’animatrice, elle l’a fait au nom de NAMI (National Alliance on Mental Illness), ce qui lui a permis de récolter un don important et de pouvoir parler de la maladie mentale au niveau national.

Mayim Bialik continue de vivre sa vie à fond. En 2019, elle a commencé à écrire un scénario pour un film intitulé As They Made Us. Bien qu’il ait connu plusieurs retards, il a finalement pu être tourné au cours de l’année 2021 et il est sorti en avril 2022. C’est un drame familial avec Dustin Hoffman, Simon Helberg (vu aussi dans The Big Bang Theory), Candice Bergen et Dianna Agron.

Mayim n’a pas peur de recommencer, elle l’a déjà fait plusieurs fois dans sa vie, en abandonnant d’abord la célébrité, puis sa vie universitaire pour le bien de ses enfants. Aujourd’hui, elle continue à utiliser le nouvel élan de sa carrière pour générer des actions de sensibilisation et un dialogue sur la santé mentale. Avec tout ce travail, elle prouve qu’il n’est jamais trop tard pour recommencer, tant que tu fais ce que tu aimes et que tu le fais pour les personnes que tu aimes le plus, à commencer par toi-même.

Et toi, quelles autres histoires de vie t’ont inspiré ? N’hésite pas à les partager avec nous dans les commentaires !

Sympa/Gens/Découvre l’histoire géniale de Mayim Bialik, actrice, écrivain, réalisatrice, scientifique et maman
Partager cet article
Ces articles peuvent te plaire