Sympa
Sympa

“Je n’ai jamais ressenti de connexion avec elle”, l’histoire de comment Serena Williams a découvert l’amour pour sa fille après sa grossesse

Serena Williams n’est pas seulement une icône du tennis, mais grâce à la transparence totale qu’elle a eue en partageant différents aspects de sa vie personnelle avec ses followers, elle est une guerrière qui a montré son côté humain et les défis de santé physique et mentale qu’elle a connus en tant que mère. Elle a rendu visible ce que beaucoup taisaient auparavant par peur d’être critiquées et a fait preuve d’empathie envers de nombreuses femmes qui ont vécu des situations similaires.

Chez Sympa, nous allons partager avec toi la confession courageuse de Serena sur sa grossesse et la façon dont elle a vécu les premiers jours avec sa fille. Nous ne pouvons qu’admirer sa résilience et sa ténacité pour continuer et être une maman exemplaire.

Elle a appris la résilience dès son plus jeune âge

Dès son plus jeune âge, le père de Serena, Richard Williams, a décidé de l’élever, elle et ses autres enfants, dans ce qu’il appelle “les valeurs du triangle de la vie : engagement, confiance et courage”. Une chose qui semble très simple, mais qui, dans la vie future de Serena, lui a donné les bases pour pouvoir affronter avec résilience tout ce qu’elle allait vivre dans sa vie d’adulte, tant sur le plan personnel que professionnel.

Les défis en matière de santé auxquels elle a été confrontée

Serena a commencé à manier une raquette de tennis à l’âge de trois ans. Dès son plus jeune âge, ce sport lui a fait subir de nombreuses épreuves : “Je me suis foulé les chevilles, j’ai brisé mes genoux, j’ai joué avec un talon d’Achille bandé et j’ai abandonné la moitié du match à cause de spasmes au dos”. En 2011, elle a souffert d’une embolie pulmonaire, qui lui a fait traverser une situation critique. Elle a subi, comme elle le dit, toutes les blessures imaginables, “je connais mon corps”.

Une vie de rêve

En 2017, tout semblait aller pour le mieux pour Serena. Cette année-là, elle est devenue la joueuse de tennis ayant le plus de titres du Grand Chelem à son actif dans l’ère Open (depuis 1968) avec 23 trophées ; en septembre, elle est devenue maman et en novembre, elle a eu un mariage magnifique avec l’entrepreneur et cofondateur de Reddit, Alexis Ohanian, qu’elle fréquentait depuis 2015. Tout semblait parfait, mais l’histoire de son accouchement était un peu particulière.

Chronique de sa grossesse

Serena a appris qu’elle était enceinte deux jours avant l’Open d’Australie — quel drôle de moment pour découvrir que dans neuf mois un bébé allait pointer le bout de son nez ! Mais maintenant, le corps qu’elle connaissait parfaitement et qui lui avait été fidèle pendant tant d’années allait se consacrer entièrement à développer et nourrir la nouvelle vie qui se développait en elle.

Au cours du premier trimestre, Serena a eu des maux de tête et un goût étrange de fer dans la bouche, mais rien d’alarmant. “J’ai eu une grossesse merveilleuse. Je suppose que je suis une de ces femmes qui aiment être enceinte. J’ai apprécié cette attention positive, alors que j’étais habituée aux critiques et à l’attention négative que me portent les médias.”

L’arrivée d’une lumière dans sa vie

Serena a avoué qu’elle était obsédée par l’idée que sa fille naisse en septembre, et qu’elle a donc pris une pilule pour déclencher le travail à la fin du mois d’août. Les contractions sont arrivées et “c’était génial ! Je sais que ce n’est pas ce que les gens sont censés dire, mais j’appréciais le travail. Je vivais le moment présent. J’ai aimé les crampes, sentir mon corps essayer de faire sortir le bébé.” Cependant, le rythme cardiaque d’Olympia a commencé à monter et descendre. C’était le moment de faire une césarienne.

Serena souhaitait vraiment accoucher par voie basse naturelle, mais elle savait que ce n’était pas possible : “J’ai subi tellement d’interventions chirurgicales, pourquoi résister à une autre ? Être une athlète, c’est contrôler constamment son corps, exercer sa puissance, mais c’est aussi savoir quand abandonner. J’étais heureuse et prête à lâcher prise ; l’énergie dans la salle d’opération a totalement changé. Nous sommes passés d’un processus intense et apparemment sans fin à un plan clair pour mettre ce bébé au monde.”

Elle a fait entendre sa voix

Après la césarienne, Serena a senti qu’elle s’étouffait. Elle ne pouvait pas respirer, alors elle a commencé à tousser pour avoir plus d’air, mais elle a toussé si fort que la plaie de la césarienne s’est ouverte. Elle a dû être opérée une seconde fois. Elle savait que quelque chose n’allait pas, elle a donc demandé au personnel médical de tester ses poumons, mais ils ne lui ont pas prêté attention. Elle n’a cessé de demander jusqu’à ce que le médecin la voie et trouve un caillot dans ses poumons. Heureusement, elle a été entendue et a subi une troisième opération. Elle était épuisée, mais c’était fini.

Faire face à la maternité

Serena était nerveuse à l’idée de rencontrer Olympia, son magnifique bébé. “J’étais nerveuse à propos de la rencontre avec le bébé. Pendant toute la grossesse, je n’ai pas ressenti de connexion avec ce bébé. Alors même que j’ai adoré être enceinte, il n’y a aucun moment où je me suis dit ’oh mon dieu, c’est mon bébé.’ C’est quelque chose dont on ne parle pas, parce qu’on est censée aimer son bébé à chaque seconde et dès la première seconde. J’attendais de ressentir quelque chose à propos de ce bébé pendant ma grossesse mais ça n’est jamais arrivé. Certaines amies de ma mère m’avaient dit qu’elles n’avaient pas non plus senti cette connexion, ce qui m’a aidée à me sentir mieux, mais j’attendais tout de même.”

Un amour et un dévouement profonds pour sa fille

Mais ce que Serena a ressenti pour Olympia lorsqu’elle l’a vue, c’est un coup de foudre : “Quand je l’ai finalement vue, je savais que ce serait une fille, je l’ai aimée. Ce n’était pas exactement instantané, mais c’était là, et cet amour n’a cessé de grandir ensuite. Je ne pouvais pas m’empêcher de la regarder, mon Olympia.”

Que dirais-tu à une future maman qui a vécu ce que Serena a vécu, comment l’accompagnerais-tu dans ce processus de rencontre avec son nouveau fils ou sa nouvelle fille ?

Sympa/Éducation/“Je n’ai jamais ressenti de connexion avec elle”, l’histoire de comment Serena Williams a découvert l’amour pour sa fille après sa grossesse
Partager cet article
Ces articles peuvent te plaire