Sympa
Sympa

“Je veux vivre jusqu’à 105 ans pour le voir obtenir son diplôme” ou l’histoire du médecin argentin qui est devenu papa à 83 ans

Avoir un enfant est l’une des plus grandes joies dans la vie d’un couple, et bien qu’il soit courant de vivre cette expérience entre la vingtaine et la quarantaine, il existe des cas où le miracle se produit beaucoup plus tard. C’est ce qui est arrivé au médecin argentin Alberto Cormillot, marié à une femme qui a 48 ans de moins que lui et devenu papa à l’âge de 83 ans.

Chez Sympa, nous pensons que la vie a encore beaucoup à offrir à un âge avancé, c’est pourquoi nous souhaitons aujourd’hui te raconter l’histoire de cet homme, qui a décidé de miser sur une nouvelle famille avec une philosophie de vie qui brise tous les préjugés.

Une vie dédiée à améliorer la santé de tout un pays

Alberto Cormillot est  le 31 août 1938 à Buenos Aires et il est le médecin nutritionniste le plus célèbre d’Argentine. Tout au long de sa carrière, il a aidé des milliers de personnes souffrant de troubles alimentaires à changer leur vie par le biais de ses institutions spécialisées dans le traitement de l’obésité, ses activités éducatives et ses messages dans les médias.

L’amour le plus pur n’a pas d’âge ni de préjugés

Bien qu’il soit reconnu pour sa grande carrière, sa vie personnelle n’a été rendue publique qu’en 2019, lorsqu’il a annoncé qu’il allait épouser Estefanía Pasquini, une femme qui a 48 ans de moins que lui. “Nous voulons le faire et nous pensons que c’est une bonne idée, peut-être qu’elle ne plaira pas à tout le monde, mais nous avons pris cette décision”, a-t-il expliqué.

Quand ils ont débuté leur idylle, la famille d’Estefanía n’était pas enchantée à cause de leur différence d’âge : “Elle (sa mère) pensait qu’une personne jeune qui était avec une personne plus âgée était là uniquement pour l’argent. Elle ne comprenait pas que je voulais simplement quelqu’un qui m’aime. Mon père m’a même dit de ne plus mettre les pieds à la maison [...]. Ils ont mis plus d’un an avant de le rencontrer”, a confié la jeune femme.

Mais ils ont fini par l’accepter, et désormais, ils forment une grande famille aux côtés des autres enfants du médecin, Adrián et Reneé.

Mais la nouvelle vie de couple n’allait pas s’arrêter là, puisque l’idée d’agrandir la famille était bien présente : “Estefanía est très jeune, elle est heureuse d’avoir son premier enfant et moi aussi. Nous avons abordé ce sujet, ce n’est pas une surprise. Si elle arrive, alors nous serons heureux”, a-t-il avoué.

Et la nouvelle n’a pas tardé à arriver, puisqu’un jour seulement après avoir manifesté cette envie, il a confirmé qu’un bébé était en route.

Face à l’annonce de sa paternité à cet âge, les commentaires négatifs ne se sont pas faits attendre, comme lorsque certains journalistes ont rigolé sur le fait qu’il “allait avoir un enfant orphelin”, et ont questionné combien de temps il allait pouvoir être présent dans la vie de ce petit être.

Mais le couple a su faire face aux critiques, puisqu’ils étaient sûrs de leur décision et que rien ne pouvait entacher leur bonheur. “Tout ce dont les gens parlent cette semaine, nous en avons discuté il y a trois mois [...]. Cette question (de l’âge) ne m’inquiétait pas, mais je la pose maintenant, depuis que les personnes ont commencé à en parler”, a commenté le docteur.

D’autre part, Estefanía Pasquini est consciente que son mari ne sera pas là éternellement, mais elle est prête à affronter cette épreuve au moment venu : “Ils ne disent rien que je ne sais déjà, ou qu’Alberto ne sait pas, ou dont nous n’ayons pas parlé [...]. J’en ai discuté avec mes amis et ils m’ont dit ” Oui, ça va arriver, tu vas avoir un enfant et demain il ne sera plus là, pour des raisons évidentes [...]. Et quand il ne sera plus là, nous serons tous là pour t’aider à aller de l’avant "", a-t-elle confié.

Finalement, le rêve du couple s’est produit le 17 septembre 2021, lorsque le bébé tant attendu, Emilio, est né en parfaite santé. Deux jours plus tard, ils sont rentrés à la maison pour démarrer cette nouvelle aventure.

Alberto Cormillot avait déjà vécu la paternité il y a plus de 50 ans, suite à la naissance de sa fille, Reneé, et plus tard de son fils Adrián. Mais le temps écoulé entre la naissance de son dernier et de son nouvel enfant, lui donne la sensation d’être un jeune papa, puisqu’il découvre les choses modernes des bébés d’aujourd’hui :

“Je ne me souviens plus trop de certaines choses. Hier, nous sommes allés voir des poussettes, puis nous avons suivi un cours dessus. Celles-ci n’existaient même pas, avant elles étaient beaucoup plus simplistes [...]. Avant, il y avait des couches en tissu qui se lavaient et se changeaient, et aujourd’hui, c’est totalement différent”, a-t-il expliqué.

Le troisième âge est comme une nouvelle opportunité de tout faire

Avoir un enfant à 83 ans est un véritable tournant dans une vie. Alberto est le parfait exemple que le troisième âge peut être vécu de façon positive, et il critique la connotation négative véhiculée par la société :

“Les gens ont des préjugés envers les personnes âgées, il y a un cliché : un vieux ne peut pas avoir d’enfants ni s’amuser [...]. Alors on peut avoir un enfant dans une famille monoparentale, mais un adulte d’un certain âge n’a pas le droit. Une personne âgée représente un poids, elle est jetable, même pas recyclable, et beaucoup de gens achètent ça. Et moi je ne l’achète pas ni ne l’ai acheté”, a-t-il avoué.

Malgré son âge, sa manière de l’affronter est remarquable. Il reste actif en dansant et en faisant de la danse aérienne : “J’ai eu deux cancers, ce qui est une maladie liée aux personnes âgées, et les radiographies montrent que mes genoux sont fatigués, comme mes épaules et ma colonne vertébrale. Au total, j’ai accumulé plus de 30 lésions. On dirait qu’il y a une contradiction entre mes antécédents médicaux et ma vie, parce que quand tu me vois, tu te rends compte que je fais toujours les choses que j’ai toujours faites”, a-t-il confié.

Quel que soit son âge, il a dit qu’il espérait vivre jusqu’à 105 ans pour pouvoir son petit dernier être diplômé. “Je ne vais pas pouvoir être comme un jeune de 30 ans, c’est certain, mais je vais faire de mon mieux”, et il a ajouté qu’il a réservé un cadeau très spécial à Emilio quand il sera plus grand : “Je lui ai pris un téléphone avec une ligne téléphonique et je lui envoie des messages sur WhatsApp où je lui enregistre des contes et des histoires, mais également des photos et je lui raconte ce que je suis en train de faire”.

Selon toi, quels sont les points positifs et négatifs d’avoir des enfants à un âge avancé ? N’hésite pas à nous donner ton avis dans les commentaires !

Sympa/Éducation/“Je veux vivre jusqu’à 105 ans pour le voir obtenir son diplôme” ou l’histoire du médecin argentin qui est devenu papa à 83 ans
Partager cet article