Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

“Pour toi papa, qui veille sur moi depuis le ciel” (lettre d’une rédactrice de Sympa pour son père)

Malgré le temps qui passe, certaines blessures restent ouvertes. Bien que tu parviennes à assimiler qu’une personne n’est plus là physiquement, faire le deuil est l’une des choses les plus complexes que nous ayons à vivre. La perte d’un être cher est l’une des situations les plus douloureuses qu’une personne peut affronter, et même si tu y parviens, tu n’arrives jamais à comprendre pourquoi cet individu n’est plus là et pourquoi tu ne pourras plus le prendre dans tes bras. Tu dois continuer à vivre avec des milliers de questions sans réponses et te rappeler de cette personne comme d’un moteur. Je m’appelle Miriam, je suis rédactrice chez Sympa, et lorsque j’ai perdu mon papa, quelque chose s’est brisé à l’intérieur de moi. Depuis ce jour, je ne sais pas comment appréhender son absence...

Chez Sympa, nous savons que dire adieu à quelqu’un que tu aimes et qui faisait partie de ton quotidien n’est pas facile. En hommage à ces personnes qui ne sont plus parmi nous, nous souhaitons partager une lettre dédiée à tous les parents qui nous ont quittés et qui sont toujours avec nous par la pensée.

À l’homme de ma vie, où qu’il soit

Photo de Miriam Ugalde pour Sympa

Avant ma naissance, même longtemps avant que je sois dans le ventre de maman, tu m’attendais. Lorsque je suis née, tu es tombé sous mon charme au premier regard, et depuis ce jour, notre histoire a commencé. Tu étais présent à chacun de mes pas et à chacune de mes aventures, bonnes ou mauvaises. Tu n’as jamais perdu un seul instant pour me gâter et pour m’offrir tout ton amour de la manière la plus sincère et profonde. Même lorsque tes bras s’endormaient après m’avoir portée pendant des heures, tu ne me lâchais pas, parce que tu n’aimais pas que je pleure. Depuis mon plus jeune âge, je suis ta princesse, la petite fille la plus aimée et choyée. Pour ma part, tu as toujours été le plus fort, comme un héros qui ne pouvait être comparé à personne d’autre. Pour moi, tu étais, tu es et tu resteras le meilleur papa du monde.

Photo de Miriam Ugalde pour Sympa

Tu étais présent à chaque étape de ma vie et tu m’as vu évoluer. Tu m’as toujours écoutée et tu me soutenais dans tout ce que j’entreprenais, même si tu n’étais pas toujours d’accord avec ma façon de faire. Tu m’as accompagnée, et même si tu savais que je me trompais, tu étais prêt à me laisser apprendre de mes erreurs. Tu m’as prouvé que les circonstances de la vie importaient peu et que si je voulais obtenir quelque chose, je devais mettre tous mes efforts et mon cœur pour y parvenir. J’ai appris que nous n’avons pas tout essayé lorsque nous n’avons pas épuisé toutes les possibilités.

Photo de Miriam Ugalde pour Sympa

Tu m’as appris qu’exprimer ses sentiments est l’une des choses les plus précieuses que tu peux offrir aux personnes que tu aimes, mais également que tout le monde peut se tromper et mériter une deuxième chance. À tes côtés, j’ai appris que l’imparfait est la définition la plus pure de la perfection et qu’il faut chérir chaque détail et apprendre à l’aimer tel qu’il est.

Dès mon plus jeune âge, j’étais comme toi, espiègle, intrépide et rêveuse invétérée. Tu m’as montré que je ne devais avoir peur de rien, mais que dans le cas contraire, il est important d’affronter ses peurs, que cela me donnerait la force nécessaire pour continuer. Tu m’as appris à être une guerrière, et grâce à toi, j’ai pu dépasser tous les obstacles que j’ai rencontrés dans ma vie, parce que tu étais là pour sécher mes larmes et m’encourager à me relever.

Photo de Miriam Ugalde pour Sympa

Nous avons partagé tellement de choses que ton absence a laissé un vide immense à l’intérieur de moi. Je t’ai vu à de nombreuses reprises dans une chambre d’hôpital, j’ai été témoin de tes pires moments et je t’ai abandonné lorsque tu avais besoin de moi, parce que je ne savais pas comment faire face à cette situation. Un jour, je suis rentrée dans une chambre et j’ai vu l’homme que j’aimais le plus au monde souffrant, mais qui se battait pour rester en vie. Tu dormais et moi, je peinais à rester debout. Je retenais mes larmes, mais à ce moment-là, j’ai compris l’une des choses les plus difficiles : nous vieillissions tous les deux, le temps ne s’arrêterait pas et ta chevelure était couverte de cheveux blancs, j’avais du mal à reconnaître ton visage. Lorsque je me suis rendu compte de ta situation, je ne pouvais pas croire que tu étais mon père, cet homme fort qui était gravé dans ma mémoire.

Photo de Miriam Ugalde pour Sympa

La peur m’a envahie et je ne savais pas comment l’affronter sans toi, sans ton ombre derrière moi pour me préserver. Cette fois, je devais être là pour toi et comprendre que tu partirais à un moment ou à un autre. Mais je n’étais pas prête, je rêvais de beaucoup de choses et tu en faisais partie. J’ai essayé d’être forte pour toi et pour maman, mais il y avait quelque chose qui me brisait de l’intérieur. Tu sais quoi, papa ? Malgré tous nos désaccords et nos disputes, ma plus grande peur était de te perdre et tu ne m’as jamais appris à vivre en ton absence.

Photo de Miriam Ugalde pour Sympa

À travers ton combat, j’ai su ce que le mot “courage” voulait dire. Même si tu ne pouvais pas continuer, tu as décidé de rester un peu plus longtemps pour nous offrir des moments remplis de joie. Dans les coups durs, tu n’as jamais perdu ton sens de l’humour et tu faisais le maximum pour nous faire sourire. Tu n’as jamais perdu espoir et jusqu’à ton dernier souffle, tu nous as appris que s’avouer vaincu n’était pas une option, mais qu’il fallait se battre jusqu’à la fin !

Photo de Miriam Ugalde pour Sympa

Les jours étaient remplis d’angoisse et d’incertitude. Aller dormir, en sachant que tu ne serais peut-être plus là, était un véritable supplice. Je n’attendais qu’une chose, que tu reviennes à la maison pour me prendre dans tes bras et continuer à rire de la complexité de la vie. Mais ton cœur a fini par se fatiguer et tous nos plans sont tombés à l’eau. J’ai entendu la phrase “Nous pensons qu’il ne passera pas la nuit”, et à ce moment-là, je me suis rendu compte que ma plus grande peur était sur le point de me frapper de plein fouet. Te dire au revoir m’a brisé le cœur. Je ne comprenais pas pourquoi je devais dire adieu à l’homme de ma vie, qui avait partagé chaque moment de mon existence. Cette fois, je n’ai pas réussi à être forte et mes larmes ont coulé. Je ne voulais pas que tu me voies pleurer, mais je ne pouvais pas supporter ce qui se passait autour de moi.

Photo de Miriam Ugalde pour Sympa

Les docteurs se sont trompés, et le jour suivant, j’ai pu te voir, mais en réalité, tu étais déjà parti. Tu n’as pas ouvert les yeux et j’ai pu te contempler pendant ton sommeil. À partir du vendredi soir, j’ai dû me construire un refuge pour me protéger de la tourmente qui approchait. Le dimanche matin, mon grand frère a ouvert la porte de ma chambre sans frapper. À cet instant, j’ai compris que ce moment était arrivé, que je ne pourrais plus te prendre dans mes bras, ni t’entendre dire “ma fille, tout ira bien”. Je savais que le plus compliqué allait arriver et que je devrai trouver la force pour continuer à vivre sans toi.

Photo de Miriam Ugalde pour Sympa

Te voir dans un cercueil m’a fait réfléchir à pourquoi tout devait se terminer de cette façon. C’était la nuit la plus longue de ma vie et ton enterrement a été la chose la plus douloureuse que j’ai pu vivre. Je n’ai pas réussi à te faire un dernier adieu parce que même si tu es parti, tu es partout où je suis. Ta mission était terminée et j’ai eu du mal à l’accepter. J’ai fini par admettre que j’avais du mal à m’y faire. Ton rire me manque, et parfois, j’ai du mal à me rappeler de ta voix. Mon cœur est triste et je continue à me poser beaucoup de questions. Il n’y a pas un jour où je ne pleure pas ton absence, mais tu dois savoir que tu es mon plus grand moteur pour réaliser mes rêves. Je veux que tu sois fier de ta princesse et témoin de toutes mes réussites.

Photo de Miriam Ugalde pour Sympa

J’ai gardé ton sourire, le même que je retrouve lorsque je souris devant le miroir. J’admire l’homme que tu as été, que tu es, et tu seras éternellement dans mon cœur. Bien que tu ne sois pas là physiquement, tu continues à m’enseigner beaucoup de choses de la vie et je suis reconnaissante de tout ce que tu as fait, parce que sans toi, je ne serais pas celle que je suis. Merci de me prendre par la main et de m’apprendre à marcher parmi les obstacles. Si je pouvais faire un vœu, je voudrais passer un moment avec toi pour te prendre dans mes bras et arrêter le temps. Tu me manqueras toujours, rien ne pourra combler le vide que tu as laissé !

Photo de Miriam Ugalde pour Sympa

Les mots ne seraient pas suffisants pour te remercier. Tu seras toujours mon complice et mon meilleur ami. L’homme qui m’a inculqué, à sa façon, la définition de la joie et de l’amour, des promesses, du respect et du dévouement. Maintenant, mon réconfort est de me persuader que tu es devenu une étoile et que je peux t’admirer chaque nuit. Je sais que tu es là-bas, quelque part dans un coin du ciel.

Mon vieux, je t’aime pour toujours !

Et toi, que dirais-tu à cette personne qui n’est plus auprès de toi ? Raconte-nous dans les commentaires !

Photo de couverture Cortesía de Miriam Ugalde para Genial.guru