Sympa
Sympa

10 Manières de réagir face aux enfants turbulents des autres

Avoir un enfant, c’est acquérir le super-pouvoir de la patience, mais tout le monde n’a pas cet instinct parental qui nous permet de supporter n’importe quelle situation. Supporter les enfants des autres peut provoquer de véritables migraines quand on n’est pas habitué, ou quand ils n’ont pas de limites.

Afin de ne pas finir fâché avec les autres parents parce que tu as osé dire quelque chose sur le comportement de leur enfant, Sympa te propose aujourd’hui quelques conseils pour que tu puisses réagir de façon adéquate face aux enfants qui ne sont pas les tiens.

1. N’interviens pas si ce n’est pas nécessaire

Il est normal que des disputes surgissent entre enfants, c’est parfois pour une raison insignifiante pour nous, adultes, mais pas pour eux. Même s’il te paraît juste d’intervenir, nous te recommandons de ne pas t’impliquer dans la discussion si personne n’est en danger. Si les parents viennent à la rescousse de l’enfant de manière systématique, il n’apprendra jamais à résoudre les situations belliqueuses lui-même.
Mais si le conflit devient de plus en plus agressif, tu dois agir en conséquence et encourager les enfants à communiquer et à exposer leur vision des faits, en rappelant que la violence physique ne résout rien.

2. Prends ta voix de “maître d’école”

Mal parler à un enfant peut être vécu comme un acte de violence, surtout s’il s’agit d’un inconnu. On ne sait pas ce qui se passe dans sa tête, ni quelles pourraient être les conséquences de tes réprimandes.

La meilleure manière de rectifier la situation quand un enfant se comporte mal, d’après les recommandations des experts, c’est d’utiliser ta “voix de maître d’école” ; c’est-à-dire qu’il faut que tu parles haut et fort, avec autorité, mais en restant aimable. Il faut faire comprendre à l’enfant que son comportement n’est pas correct, mais en lui parlant comme tu aimerais que l’on te parle si tu étais à sa place.

3. Redirige la conversation

Il peut y avoir des moments où l’enfant se comporte mal et où les parents, même s’ils sont présents, n’y accordent aucune importance.

Avant de reprocher quoi que ce soit aux parents, tu peux rediriger l’action de l’enfant en lui proposant plusieurs options. Par exemple, s’il joue à l’intérieur et qu’il fait du bruit, ou qu’il court dans la maison, invite-le à aller jouer dehors, propose-lui un jeu de société adapté à son âge ou toute autre activité qui rectifie son comportement.

4. Parle aux parents de ton intervention

Quand un des deux parents n’est pas témoin d’une situation où la sécurité de son enfant ou des autres est en jeu à cause de son comportement, il est évident que tu dois prendre les choses en main. Mais l’enfant réprimé peut mal interpréter ta réaction, et raconter une autre version à ses parents, ce qui te fera passer pour le méchant.

Un travailleur social conseille de raconter aux autres parents ce qui s’est produit avant que l’enfant n’en ait l’opportunité, pour éviter les malentendus.

5. Donne du temps aux parents pour répondre à l’enfant

Il est important de se rappeler que les parents des enfants turbulents sont chargés de les corriger, mais pas toi. Donc si tu es dans une situation où un enfant se comporte mal, les experts recommandent de laisser suffisamment de temps aux parents pour qu’ils se rendent compte de ce que fait leur bambin, et que ce soient eux qui agissent et le disciplinent.

Ne dis pas non plus ce que tu aurais fait à leur place, ou comment ils auraient dû le faire, car ils comprennent leur enfant mieux que quiconque et ils savent quoi faire.

6. Éloigne ton enfant d’une situation où un autre bambin ne se comporte pas comme il faut

Les êtres humains sont des êtres sociaux par nature, mais un enfant peut ne pas se rendre compte du danger ou de la mauvaise influence qu’un autre bambin peut avoir sur lui. Selon une pédagogue, les effets qui résultent de la compagnie d’une personne malsaine dans l’enfance peut avoir des conséquences dans la vie d’adulte. De plus, un enfant influençable peut garder cette caractéristique à l’adolescence.

C’est pour cela qu’en tant que parent responsable, tu dois éloigner ton enfant des mauvaises fréquentations, mais tu dois le faire de la bonne manière, en ne lui laissant pas le choix. Par exemple, ne lui demande pas s’il préfère aller jouer dans un autre endroit du parc pour s’éloigner de telle ou telle personne, mais invente un prétexte pour qu’il décide lui-même de quitter les lieux.

7. Quand il y a des enfants au restaurant

Il y a des lieux adaptés aux familles et d’autres qui ne le sont pas, et la présence d’enfants perturbants peut déranger, donc mieux vaut prendre l’initiative de demander à l’avance si le lieu est calme. Tu peux aussi demander à réserver une table dans un endroit plus silencieux ou demander à ce que l’on te propose une table plus isolée si ta patience a atteint ses limites.

Lorsque aucune de ces possibilités ne s’offre à toi, il n’y a pas d’autre choix que de s’armer de patience. Rappelle-toi ce que tu faisais à cet âge-là, ou comment se comportaient tes enfants dans les lieux publics. D’un autre côté, la faute ne repose pas toujours sur les enfants, mais sur les adultes qui les accompagnent et qui ne savent pas les gérer.

8. Quand un enfant que tu n’apprécies pas particulièrement est invité chez toi

Ce qui est peut-être amusant pour ton enfant ne l’est peut-être pas pour toi, adulte. Qu’un ami de ton enfant ne te semble pas de bon ton n’est pas une mauvaise chose ; tu veux le meilleur pour lui. Mais lui interdire de nouer des liens d’amitié avec cet individu n’est pas la solution, car cela ne ferait que renforcer leur connexion. Il pourrait même y avoir des histoires par la suite si cet enfant répète cela à ses parents.

Pour surmonter cette situation, une psychologue donne quelques conseils :

Premièrement, il faut connaître l’enfant pour que tu puisses découvrir ses qualités, et savoir ce qui intéresse tellement ton enfant chez lui.

Ensuite, il faut être un hôte aimable : tu dois montrer à ton enfant qu’inviter des camarades à la maison est agréable ; de plus, tu pourras les surveiller et intervenir gentiment si les choses prennent une tournure qui ne te plaît pas.

Enfin, il faut leur indiquer les règles de ta maison : tu peux leur indiquer quelles sont les règles de convivialité, et ils pourront ainsi les appliquer. Si l’enfant en question ne les connaît pas, il est très probable qu’il ne les respecte pas, et ce ne sera pas de sa faute.

9. Quand il y a des enfants au comportement répréhensible dans un magasin

Faire ses courses peut être difficile pour les petits, car ils ont sous les yeux plein de choses qu’ils aiment, mais ils ne peuvent pas toujours les acheter. Cela provoque généralement pleurs et crises de colère, ce que les parents peuvent avoir du mal à canaliser.

Mais avant de dire quoi que ce soit, rappelle-toi que les parents ont sûrement honte et ne savent sûrement plus quoi faire pour que leur enfant se calme. Donc t’énerver ou leur crier dessus ne fera qu’empirer les choses. Rappelle-toi aussi qu’à cet âge-là, les caprices sont normaux et que les enfants apprennent à bien se tenir dans les lieux publics. Arme-toi de patience, et rappelle-toi que tu seras parti dans peu de temps.

10. Quand un autre adulte se permet de critiquer ton enfant

Tu as désormais quelques astuces pour répondre à un enfant qui se comporte mal, mais que faire quand la situation est inversée et qu’un adulte réprime ton enfant ? Cela te fera certainement bouillonner de l’intérieur. Mais il ne sert à rien de s’énerver, il existe de meilleures manières d’affronter cette situation.

Selon une psychologique, il ne faut pas montrer d’agressivité, car tu enseignerais à ton enfant que c’est la bonne manière pour résoudre des conflits. Tu dois parler avec l’adulte en question pour manifester ton désaccord, mais pas devant l’enfant, pour ne pas le conforter dans son comportement. Surtout s’il s’agit de quelqu’un de proche. D’un autre côté, il ne faut pas oublier de parler avec l’enfant sur ce qui s’est produit pour qu’il comprenne qu’il a mal agi, et que nous sommes sa référence.

Alors, quelle est la situation la plus inconfortable ou amusante que tu aies vécue avec un enfant qui n’était pas le tien ? Et toi, comment l’as-tu résolue ? N’hésite pas à partager ton expérience avec nous dans les commentaires !

Partager cet article