Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration
Sympa

10 Peuples les plus énigmatiques dont les origines et l’histoire nous fascinent

Les Hyperboréens, les habitants de l’Atlantide... Tous ces peuples mythiques ont agité l’esprit des peuples de l’Antiquité. Mais la réalité s’avère toujours plus impressionnante que la fiction. Les scientifiques ont parfois du mal à expliquer les secrets des ethnies qui existent réellement. Par exemple, comment se fait-il qu’il existe encore de vrais païens qui font des sacrifices aux dieux anciens ?

Chez Sympa, nous avons essayé de résoudre les mystères des 10 ethnies les plus énigmatiques du monde.

Les Yéniches

Ces nomades vivent dans les pays d’Europe centrale et occidentale. On les confond souvent à tort avec les gitans. Les Yéniches ont un style de vie qui rappelle celui des tziganes : ils voyagent en caravanes (et autrefois, ils avaient des roulottes). Pendant longtemps, leurs principales activités étaient le commerce, la musique et le travail des métaux. Cependant, d’un point de vue génétique, ils n’ont aucun point commun avec les Roms.

Les scientifiques se demandent encore aujourd’hui pourquoi des Européens ont soudainement commencé à mener une vie nomade. Il existe une version selon laquelle cela s’est produit à la fin du 18e siècle. Les Yéniches sont peut-être les descendants de groupes marginalisés d’une population (principalement germanophone). Mais les représentants de ce peuple affirment qu’ils descendent d’une ancienne tribu celtique qui faisait partie des Helvètes. Elle était installée dans les régions montagneuses de la Suisse et avait combattu l’Empire romain.

Les Basques

Les Basques sont le peuple le plus mystérieux d’Europe. Leurs racines restent encore inconnues aux scientifiques. Il existe une version selon laquelle ces habitants natifs d’Espagne ont des liens de parenté avec les Géorgiens. Certains chercheurs considèrent que la langue basque a des bases communes avec les langues caucasiennes. Mais la plupart des experts ne sont pas d’accord avec cette théorie.

L’analyse ADN des Basques prouve que ce peuple est en réalité apparenté à de nombreuses tribus européennes. Les Basques ont des origines génétiques communes avec les Celtes du Pays de Galles et d’Irlande. Cependant, il reste encore un mystère irrésolu : d’où vient l’euskara ?
La langue basque ou euskara est unique au monde.

Les Kalashs

L’apparence physique de ce peuple intrigue les chercheurs et les amateurs de mystères. De nombreux Kalashs se distinguent des Pakistanais par leur peau et leurs cheveux clairs. Cela a donné naissance à la légende selon laquelle il s’agit des descendants d’Alexandre le Grand.

De plus, ce type de physique se rencontre souvent chez toutes les minorités iraniennes endogames qui vivent isolées pendant des milliers d’années dans les vallées et les montagnes. Le brassage génétique est faible, il est assuré par les ethnies voisines : les Nouristanis, les Dardes, les Pamiris etc.

Ce qui suscite réellement la curiosité des chercheurs est la religion unique des Kalashs. Pendant de nombreux siècles, ils ont côtoyé des peuples musulmans mais la plupart d’entre eux n’ont jamais adopté l’islam et sont restés païens. Selon leurs croyances, les montagnes et les alpages sont les lieux les plus sacrés. Leurs divinités y ont élu domicile avec leurs animaux de compagnie, les chèvres sauvages.

Les Touaregs

Les Touaregs sont le peuple le plus étonnant du continent africain. Les hommes sont obligés de porter le voile et les femmes jouissent d’une totale liberté sexuelle. Ce sont les petites filles qui apprennent à lire et à écrire afin de perpétuer les traditions. De plus, la filiation et l’héritage s’établissent suivant la lignée maternelle. Bref, les Touaregs ont opté pour la matriarchie depuis la nuit des temps malgré le fait que la plupart d’entre eux soient sunnites.

Les Nivkhes

Les Nivkhes et les Basques ont un point commun : une langue unique qui n’a rien à voir avec toutes les autres. Les Nivkhes vivent en Russie, le long du fleuve Amour et sur l’île de Sakhaline. En 2010, on dénombrait 4 652 représentants de cette ethnie.

Les scientifiques présument que les peuples de Polynésie sont liés aux Nivkhes. Mais il existe des théories encore plus intéressantes sur leur idiome. Selon les linguistes japonais Kazuhiko Yamaguchi et Katsunobu Izutsu, ce dialecte est un stade précoce de la langue japonaise. Et le linguiste Serguei Nikolaev a découvert des similitudes avec des langues parlées par les peuples indigènes d’Amérique du Nord.

Les Dogons

Les Dogons ont littéralement choqué les ethnologues avec leurs connaissances sur l’espace. Ils vivent dans le sud-est du Mali (Afrique). Jusqu’au 19e siècle, ils n’avaient aucun contact avec les Européens. Mais dans les années 30, l’explorateur français Marcel Griaule a surpris le monde scientifique : les Dogons maîtrisent l’astronomie. Par exemple, ils connaissent l’étoile Sirius et la croix du Sud qu’ils ont rebaptisés “les yeux du monde”. De plus, ils savent que Jupiter possède plusieurs lunes.

Cependant, les ethnographes qui ont visité le Dogon par la suite n’ont pas confirmé ces informations. Le terme “sigi tolo” (qui selon Griaule faisait référence à Sirius) désigne en réalité n’importe quelle étoile, y compris Vénus et le Soleil. Il est probable que le mythe de Sirius soit simplement une trace de l’influence culturelle européenne.

Les Maris

Les kartes, les prêtres des Maris (fin du 19e — début du 20e siècle)

Les Maris sont qualifiés des derniers païens d’Europe. Ce peuple finno-ougrien vit principalement dans la région de la Volga et de l’Oural. La plupart des Maris sont orthodoxes mais il y a également une grande part de tchimaris, les adeptes de la religion traditionnelle. Ils pratiquent le polythéisme, prient dans les clairières et font même des sacrifices. Les scientifiques n’arrivent pas à expliquer pourquoi des habitants du centre de la Russie n’ont jamais pleinement accepté l’une des religions monothéistes alors qu’ils étaient constamment en contact avec les chrétiens et les musulmans.

Le Marla, la religion des Maris, est basée sur la foi dans les forces de la nature que toute personne doit respecter. Osh Poro Kugu Yumo (littéralement, “le bon grand dieu blanc”) est le dieu le plus important de cette religion. Kérémeth est son homologue des ténèbres. Autrefois, les Maris priaient leurs dieux dans les clairières sacrées (des lieux de culte séparés sont dédiés à ces deux divinités) et sacrifiaient des animaux en leur honneur.

Les Maris ont un attribut de mariage spécial. Il s’agit d’un fouet. Le garçon d’honneur qui surveille le respect des traditions du mariage secoue ce fouet au-dessus de sa tête pendant les danses afin de chasser les mauvais esprits. Il peut également s’en servir pour punir ceux qui jouent les trouble-fêtes. Avant que les mariés ne quittent le domicile parental, le garçon d’honneur ouvre la route d’un coup de fouet. Et à la fin de la célébration, il escorte les jeunes mariés jusqu’au lit matrimonial.

Les Pamiris

Les habitants des hauts plateaux du Pamir ont été séparés par les frontières du Tadjikistan, de l’Afghanistan, du Pakistan et de la Chine. Les Pamiris ont vécu pendant des milliers d’années entourés de peuples turcs, mais ils ne leur ressemblent pas. Ils ont la peau claire et parfois même les cheveux blonds et les yeux bleus. Ceci s’explique par le fait que ce peuple appartient au sous-groupe Pamir-Fergana qui est la branche la plus orientale du type caucasien.

Les Samis

C’est l’un des groupes ethniques les plus mystérieux d’Europe du Nord dont l’existence remonte au moins à 7 000 ans. Autrement dit, les Samis (ou les Lapons) peuvent être considérés comme l’un des peuples les plus anciens de la terre. L’isolation prolongée a contribué au fait que cette ethnie n’ait pratiquement pas changé en une si longue période.

Les scientifiques débattent encore aujourd’hui sur l’origine des Samis. Certains considèrent que ce peuple fait partie du type mongoloïde, d’autres soutiennent que les Samis sont des paléo-européens. Leur langue est classée parmi les finno-ougriennes alors qu’elle contient plus de 10 dialectes qui sont si différents les uns des autres qu’ils pourraient être considérés comme des langues indépendantes à part entière.

Les Samis estiment qu’il existe cinq (et non pas quatre) saisons en Laponie : l’hiver, le printemps, l’été, l’automne et le kaamos. Ce dernier couvre la période allant de la mi-décembre à fin janvier.

Les Hongrois

Qu’est-ce qui pourrait bien être surprenant chez un peuple plutôt connu de l’Europe centrale ?
Sûrement le fait que leurs plus proches parents soient les peuples sibériens Khanty et Mansi. Même le mot “Magyar” (l’une des appellations des Hongrois) est lié au mot “Mansi”.

On ne sait toujours pas pourquoi une partie des éleveurs de rennes nomades est soudainement partie vers le Sud. Dans le premier millénaire de notre ère, les Hongrois ont migré vers le bassin de la Kama puis vers les steppes de la mer Noire et de la mer d’Azov gouvernées à l’époque par les Khazars et les Bulgares. En 896, dirigés par Arpad et Kursan, ils se sont installés en Transylvanie, puis ils ont envahi la Pannonie. Par la suite, ils ont occupé les territoires actuels de l’Autriche orientale et du sud de la Slovaquie.

Selon toi, quel est le peuple le plus mystérieux ?
N’hésite pas à nous donner ton avis et à nous faire part de ton expérience dans les commentaires !

Photo de couverture Math920 / Wikipedia
Partager cet article