Sympa
Sympa

15+ Personnes qui ont réussi à atteindre leur objectif là où d’autres auraient renoncé depuis longtemps

“Tu n’y arriveras pas de toute manière.” Avouons-le, après cette phrase beaucoup risquent de perdre courage et de laisser tomber. Mais il y en a toujours qui, malgré le scepticisme de leur entourage, parviennent à réaliser leurs rêves, et même plus encore.

Chez Sympa, nous adorons les histoires avec une fin heureuse et nous espérons que notre article te rappellera qu’il ne faut pas se laisser influencer par l’opinion des autres. Le bonus te prouvera également que la persévérance n’est pas réservée aux gens bienveillants.

  • Il y a exactement 14 ans, j’ai donné naissance à un petit garçon prématuré. Sa couveuse était sous haute surveillance. À l’époque, le dilemme était : moi ou le bébé. Aujourd’hui, j’ai un jeune homme moustachu dans ma cuisine, en train préparer de bons petits plats pour son anniversaire. Je l’ai élevé toute seule, sans l’aide de personne. Et j’ai envie de croire qu’il deviendra quelqu’un de bien. © paranoidLynx / Pikabu
  • J’étais une enfant difficile et une adolescente affreuse. Mes parents ont fait une croix sur mon avenir et ne comptaient rien obtenir de bien de ma part. Mais après mes 20 ans, je me suis prise en main, j’ai commencé à faire du sport, à apprendre des langues étrangères, et à m’investir dans divers domaines qui ne m’avaient jamais intéressée auparavant. Maintenant, j’ai 32 ans, et au cours des dix dernières années, j’ai réussi à faire beaucoup de progrès, j’ai appris l’espagnol et l’allemand à partir de zéro, à jouer du piano, et j’ai bâti ma propre entreprise sans aucune formation ni expérience. Cela étant, je ne regrette en aucun cas ma jeunesse tumultueuse. Je me suis prouvée moi-même que le développement personnel est possible quel que soit l’âge, c’est juste une question de motivation. © Podsloushano / Ideer

  • Une fois, à l’école primaire, j’ai dit qu’un jour je passerais à la télé, et tout le monde s’est moqué de moi. Une série télévisée dans laquelle je joue est sortie en 2018. © BeckyBraunstein / Reddit

  • J’avais toujours voulu apprendre à dessiner, mais ma prof d’arts plastiques me considérait comme un cas désespéré. Chaque évaluation était un calvaire. À 30 ans, je me suis acheté des aquarelles et du papier, et j’ai commencé à m’exercer tranquillement avec des tutoriels vidéo. Et quelle a été ma surprise lorsqu’un jour ma collègue a voulu acheter l’un de mes dessins. Pas pour des millions, bien sûr, mais le simple fait que quelqu’un apprécie mon travail était pour moi la meilleure récompense. Cet argent m’a d’ailleurs servi pour acquérir du nouveau matériel de peinture. © Podsloushano / Ideer

  • Ma mère a toujours été convaincue que je ne pourrais pas réussir ma vie. Elle était persuadée que je ne serais jamais capable de conduire, et elle a été très surprise quand, à l’âge de 33 ans, j’ai finalement pris des leçons de conduite et obtenu mon permis. Elle était certaine que je n’étais pas douée pour travailler sur l’ordinateur et m’a conseillé de chercher un emploi où ce n’était pas nécessaire. Seulement, j’ai trouvé un emploi où c’était justement exigé, et j’y ai travaillé avec succès pendant sept ans. Elle me disait aussi que je ne me marierais jamais, parce que j’étais une piètre cuisinière. Mais il se trouve qu’aujourd’hui je suis mariée, et mon mari ne s’en est jamais plaint. © Hilary Donovan / Quora

  • Il y a quatre ans, j’ai pris mon courage à deux mains et je me suis inscrite au concours pour entrer dans une école prestigieuse. Tout le monde (y compris mes proches) me disait que vu le niveau, je ne pourrais jamais y arriver. Mais aujourd’hui je suis en quatrième année, et j’ai déjà un travail bien payé dans ma branche. © K_Dudka / Twitter

  • J’ai toujours été en surpoids et j’habite à la campagne, où nous n’avons pas de clubs de fitness. Pendant six mois, je me suis astreinte à une activité physique régulière et j’ai réussi à perdre 10 kilos par mes propres moyens. Cela me motive de voir mon corps s’embellir petit à petit. Mais il y a des gens qui, soit par méchanceté, soit par jalousie, me disent : “Tu ne pourras pas perdre davantage”, “Tu ne deviendras jamais mince, parce que ta constitution ne s’y prête pas”. Leurs paroles ne me vexent pas, au contraire, cela m’encourage encore plus. Lorsque je me regarde dans la glace, je me dis qu’il faut persévérer. Personne ne pourra faire les choses à ta place, tout ne dépend que de ta volonté. © Podsloushano / Ideer

  • Lorsque j’ai raté mes examens d’entrée à l’université, tous mes proches ont cherché à me faire peur en dépeignant un avenir de misère et de chômage. En effet, tout ce que je savais faire à cette époque-là était de dessiner. Et c’est comme cela que j’ai décidé de gagner ma vie dans un premier temps. J’ai réalisé quelques portraits de mes proches, puis, grâce aux réseaux sociaux, j’ai commencé à recevoir des commandes. Un an plus tard, j’ai pu m’offrir mon premier voyage à l’étranger, où je me suis ressourcée tout en continuant à travailler depuis mon lieu de vacances. Ainsi, alors que mes copains croupissaient dans leur studio, en quête de savoir, la tête dans leurs manuels scolaires pendant cinq ans, j’ai réussi à parcourir la moitié du globe, à profiter pleinement de ma jeunesse et à me positionner clairement vis-à-vis de mes futurs projets. Je n’incite personne à abandonner ses études, sache simplement qu’il ne faut jamais abandonner, ta vie est entre tes mains. © Palata № 6 / Vk

  • À la fin du collège, notre professeure principale a demandé à la classe qui parmi nous envisageait de passer plus tard un bac S. J’ai levé la main. La prof a ricané en disant que j’étais trop paresseuse et que c’était une noix bien trop dure à croquer pour moi. Tu peux imaginer ce que j’ai ressenti à ce moment-là devant mes camarades. En fin de compte, j’ai décidé de lui prouver qu’elle avait tort, et j’ai commencé à bosser dur. J’ai terminé la seconde avec la meilleure moyenne de ma classe. © Mary Jeana / Quora

  • Je suis une gourmande invétérée et je suis incapable de passer une journée sans sucreries. D’où, bien sûr, mes problèmes de poids et de santé, mais cette gourmandise est incontrôlable. Il y a un an, on m’a proposé un poste de vendeuse dans une pâtisserie. Ma famille a cherché à m’en dissuader, me disant que l’on ne " confiait pas le poulailler à un renard ". Je comprenais leur avis, mais j’avais besoin de travail et l’envie d’avoir enfin un poste fixe l’a emporté. Au bout de trois mois, le fait d’être entourée de gourmandises en permanence a produit un effet inattendu sur moi : je suis devenue totalement indifférente à toutes ces bonnes choses et j’ai perdu huit kilos. Tu vois, le résultat a été contraire à ce que ma famille avait prédit, et j’en suis heureuse ! © Palata № 6 / Vk

  • Une fois, le directeur de collège a dit à mes parents que j’aurais du mal à réussir dans la vie. Quelques années plus tard, j’ai eu mon bac S avec mention. Et 15 ans après, j’ai obtenu mon doctorat en ingénierie. © Michael Durcan / Quora

  • Ma grand-mère a toujours été convaincue que les filles n’avaient pas besoin de faire les études et qu’il valait mieux être stupide et épouser un homme riche : telle était sa vision du bonheur. Par conséquent, elle a investi toute son énergie et son argent dans l’éducation de mes frères, car, étant une fille, je ne risquais pas de réussir de toute manière. Seulement je n’étais pas du tout d’accord avec elle. Un jour, je me suis retrouvée dans une très bonne école : le directeur a cru en moi, malgré mes notes lamentables. Cela a déclenché en moi quelque chose à quoi personne ne s’attendait. J’ai appris à jouer du ukulélé et j’ai commencé à participer à des tournois d’échecs pendant la pause déjeuner ; il y avait même des élèves qui copiaient sur moi ! Naturellement, mes notes se sont améliorées. À la vue de mes progrès, ma grand-mère a finalement changé d’avis. Elle est devenue plus bienveillante à mon égard et j’ai même reçu son soutien. © Michelle Lin / Quora

  • J’ai eu mon fils à l’âge de 21 ans (maintenant j’en ai 26), et toutes mes copines disaient entre elles qu’à part mon foyer et mon bébé je n’avais pas d’autres sujets de conversation. Au début, je travaillais à distance, et en parallèle, je confectionnais des gâteaux (je me suis laissée emporter par l’art culinaire). Ensuite, j’ai suivi une formation dans le domaine de l’informatique. Aujourd’hui, j’écris des articles pour un site populaire et je suis propriétaire d’un studio web. Voilà, de quoi peut-on discuter ensemble maintenant, les filles ? © leni_kotik / Twitter

  • Nous avons mis notre appartement en location. Le loyer n’est pas élevé car la voisine est une dame âgée légèrement excentrique, et elle fait fuir les locataires. Un jour, on signe le bail avec un jeune homme et on le prévient à propos de la voisine, puis on attend de voir s’il tiendra longtemps. Un mois passe, puis un an... Au bout de la deuxième année, on est curieux de savoir comment il réussit à y faire face. Il se trouve qu’il a un copain qui travaille dans un studio d’enregistrement, et il a demandé à ce dernier d’enregistrer une variété de sons d’outre-tombe, avec une voix fantomatique qui prononce le prénom de la mamie. Un jour, alors qu’elle est allée embêter le gars pour la énième fois, il lui a dit qu’il avait des alliés dans le monde de l’au-delà qui le protégeaient contre toute personne malveillante. Il a passé ces enregistrements en boucle et au bout de quelque temps la voisine est devenue douce comme un agneau. © Palata № 6 / Vk

  • Personne dans ma famille ne prenait la danse au sérieux : c’est un passe-temps, pas plus. Mais aujourd’hui, j’enseigne la danse aux adultes et aux enfants, je suis chorégraphe et metteur en scène, et l’été prochain, je présente deux nouveaux spectacles. © _lazuri / Twitter

  • Ma fille en CP : “Maman, un garçon de ma classe a partagé des biscuits avec moi. Il a dit qu’il les avait faits avec sa maman, ils sont délicieux ! Maintenant ce garçon me plaît.”

    Ma fille au lycée : “Maman, un gars m’a proposé de sortir avec lui, et il a aussi préparé une glace lui-même et me l’a fait goûter. Elle était tellement bonne que j’ai accepté.”

    Ma fille à 25 ans : “Maman, mon petit ami m’a demandée ma main. Il a organisé un dîner très romantique et il a fait tous les desserts lui-même. Alors, prépare-toi pour le futur mariage.”

    Et à chaque fois, c’était le même garçon. Il a lui-même réalisé le gâteau pour son mariage, car il est pâtissier. Apparemment, dès son plus jeune âge, il avait compris comment conquérir le cœur de la fille qui lui plaisait et il a persévéré pour atteindre son objectif. © Palata  6 / Vk

Bonus : ces sceptiques autour de toi qui n’aiment vraiment pas perdre

  • Il m’est difficile de m’en souvenir sans rigoler. Au lycée, en terminale L, j’avais de réels problèmes avec les mathématiques. Et pourtant, cette dernière année me paraissait un peu plus facile, car j’avais des profs particuliers tous les jours en vue de ma future entrée à l’université. J’ai eu 14/20 à l’évaluation finale, et j’ai dit à la prof : “Je vous ai eue !” Elle m’a jeté un regard sournois et, au lieu de mettre un “14” dans mon bulletin de notes, elle a noté un “11” et c’était tout, l’année était finie, la note était inscrite dans le bulletin, la pire que j’avais jamais eue... Dix ans se sont écoulés, mais je m’en souviens encore comme si s’était hier. © EffieBright / Twitter

Et toi, as-tu déjà réussi des choses malgré les opinions négatives de ton entourage ? N’hésite pas à partager ton expérience avec nous dans les commentaires !

Partager cet article