7 Phrases “innocentes” que les parents prononcent et qui peuvent marquer émotionnellement leurs enfants

Environ 700 000 enfants sont maltraités chaque année rien qu’aux États-Unis. On peut supposer que tant qu’on ne porte pas la main sur ses enfants, cela ne nous concerne pas. Mais ce serait oublier la violence psychologique. Une parole aléatoire que l’on prononce sans même réfléchir peut entraîner de l’anxiété, une faible estime de soi, voire la dépression.

La rédaction de Sympa a voulu savoir quels mots ou expressions nous sommes susceptibles de prononcer avec de bonnes intentions, mais qui peuvent entraîner des problèmes pour les enfants plus tard dans leur vie.

1. Comparer ton enfant aux autres

Si tu compares ton enfant avec le “fils parfait” de ton meilleur ami, il ne pourra pas cerner une image correcte de lui-même et aura l’impression d’être un raté. Le favoritisme au sein des enfants entraîne quant à lui une rivalité inutile entre eux. Plus que cela, l’un d’entre eux se sentira mal aimé tandis que l’autre devra porter le fardeau de l’enfant idéal qui doit tout faire du mieux possible pour garder la préférence de ses parents. Selon une étude, si tu favorises un enfant plutôt qu’un autre, il en résulte davantage de symptômes de dépression lorsqu’il grandit.

2. Ignorer les sentiments de ton enfant

Bien sûr, un jouet cassé peut sembler sans importance par rapport au fait de devoir payer les factures chaque mois, mais cela ne signifie pas qu’un enfant n’a pas le droit de se sentir ému. Si tu le brimes, il apprendra à réprimer sa joie, sa tristesse ou sa colère et grandira en devenant un adulte incapable de s’exprimer ou de construire des relations stables avec les gens. Selon une étude, il peut avoir du mal à supporter des émotions intenses à l’avenir, ce qui peut provoquer une dépression et de l’anxiété lorsqu’il devient adulte.

3. Pratiquer le détournement cognitif ou mentir à tes enfants

Tu pratiques le détournement cognitif lorsque tu remets en question la mémoire de quelqu’un en lui racontant des mensonges ou en modifiant légèrement les informations fournies. Cela peut également se produire lorsque tu prétends n’avoir jamais fait de promesse à ton enfant. Cela l’amènera à douter de lui-même et du monde qui l’entoure, ce qui peut entraîner une faible estime de soi. Cela peut conduire à l’anxiété, à la dépression et, dans des cas extrêmes, à la psychose.

4. Les aimer sous conditions

Il est évident que tu ne cherches pas à faire de mal en prononçant de telles choses. Au contraire, tu souhaites faire progresser ton enfant et le motiver. Mais ce que ton enfant comprend est plutôt : “Nous ne t’aimerons que si tu fais tout parfaitement. Tu n’es pas digne d’amour si tu ne réussis pas”. N’aie pas d’exigences excessives en matière de performances.

5. Remettre en question leurs aptitudes

Cela n’aide pas un enfant à faire plus d’efforts. En fait, cela a l’effet inverse. Plus tu soulignes ses inaptitudes, plus il y a de chances qu’il abandonne. De telles phrases dans la bouche des parents font perdre aux enfants leur confiance en eux, ce qui les conduit à la dépression et à l’anxiété lorsqu’ils grandissent.

6. Les stigmatiser avec leurs capacités mentales et/ou leurs caractéristiques physiques

Alors qu’on dit toujours aux enfants d’ignorer les choses blessantes que leur disent certains camarades méchants, ils ne peuvent pas toujours faire de même lorsqu’il s’agit des paroles de leurs propres parents. Que l’on souligne leurs handicaps physiques ou mentaux, cela déforme l’image qu’ils ont d’eux-mêmes. Il peut en résulter l’apparition de divers problèmes psychiatriques, notamment des troubles alimentaires.

7. Leur faire sentir qu’ils te doivent quelque chose

Bien sûr, tu as probablement fait des sacrifices pour avoir des enfants. Mais c’était ton choix de les avoir. Ne leur en fais pas porter la responsabilité. Ils n’ont pas à se sentir coupables à cause de tes décisions. Dans certains cas, cela peut conduire à une culpabilité pathologique qui, à son tour, est associée à diverses névroses, dont les troubles obsessionnels compulsifs.

Te souviens-tu de certaines phrases prononcées par tes parents qui t’ont heurté(e) psychologiquement ou qui ont diminué ton estime de toi ? Quelles sont les choses que tu ne diras jamais à tes enfants ? Raconte-nous dans les commentaires !

Partager cet article