Sympa
Sympa

9 Phrases à ne pas dire à tes enfants si tu veux garder un bon contact avec eux

L’enfance est une période importante où tout événement, même mineur, compte beaucoup. Toutes les phrases des adultes, positives et négatives, ont de l’importance. Les parents ne se rendent pas toujours compte des conséquences que leurs paroles peuvent avoir sur l’état psychologique de leurs petits.

Chez Sympa, nous avons essayé de comprendre ce qui se cache derrière certaines phrases simples et " banales " que nous utilisons souvent en parlant à nos enfants.

" Arrête de pleurer "

Il est important de laisser les enfants exprimer leurs émotions. Le fait que les parents n’acceptent pas leurs sentiments peut les perturber et même leur couper l’envie de partager leurs problèmes avec leurs proches dans le futur. Les enfants doivent savoir qu’il est normal d’être triste, fâché ou déçu. En plus, si nous ne disons pas aux adultes d’arrêter de pleurer, pourquoi le dire aux petits ?

" Ne fais pas le bébé "

La maturité vient avec l’expérience, et non pas avec les reproches constants d’être immature. Des phrases pareilles peuvent nuire aux enfants car elles dévalorisent leurs sentiments. Il ne faut pas attendre de l’enfant qu’il agisse comme un adulte. Si son comportement ne correspond pas à son âge, il est conseillé de faire attention à la situation : souvent, les enfants se comportent ainsi lorsqu’ils sont stressés ou angoissés. Au lieu de leur faire honte, il faut essayer de comprendre leurs sentiments.

" Pourquoi tu ne peux pas être comme... "

Généralement, les parents utilisent cette phrase pour motiver leur enfant à devenir meilleur. Cependant, ce genre de formule ne les aide pas du tout. Il faut apprendre à accepter ses enfants tels qu’ils sont. Cela ne sert à rien de leur demander de se comporter comme quelqu’un d’autre, ils ne pourront pas le faire. Au lieu de les motiver, cette phrase les poussera à se sentir handicapés à cause des qualités qu’ils n’ont pas.

" Combien de fois dois-je te le dire ? "

Si en parlant à ton enfant tu es obligé de répéter plusieurs fois la même chose, il faudrait changer ta façon de communiquer. Généralement, les reproches ne marchent pas. Il est donc préférable de les remplacer par des questions ouvertes pour essayer de trouver le cœur du problème.

  • Petite, j’étais une canaille : je cassais des jouets et abîmais des vêtements. Un jour, ma grand-mère m’a acheté une très jolie poupée. Je l’ai adorée ! Mais au lieu de me la donner, mamie l’a mise dans un sac en plastique et l’a accrochée au mur en disant : " Tu ne sais pas prendre soin de tes jouets. Je te la donnerai quand tu apprendras à le faire ". Il paraît que selon elle, je n’ai jamais appris à faire attention à mes jouets. Quand j’avais 14 ans, quelqu’un a volé la belle poupée. Je regrette encore de ne pas l’avoir piquée avant. Peut-être que si je l’avais fait, je n’y aurais pas pensé toute ma vie. © sitypen1 / Pikabu

" Viens, sinon je te laisse ici "

Si l’enfant ne veut pas quitter son air de jeux préféré, le parent essaie souvent de lui faire peur en disant qu’il va partir sans lui. Ce n’est pourtant pas une bonne idée car ainsi, il empêche l’enfant de se sentir protégé. Le petit peut décider que ses parents ne seront pas toujours là pour prendre soin de lui ce qui sera vraiment angoissant pour lui.

" Tu ne fais jamais / tu ne fais que... "

Les parents disent souvent des phrases du genre " tu ne ranges jamais tes jouets " ou " tu ne fais que mentir ". Mais ce n’est pas vrai : ils peuvent sûrement se rappeler de beaucoup de fois où leur enfant a fait le ménage et où il a dit la vérité. En utilisant ces formules, ils dévalorisent les efforts que les enfants font pour devenir meilleurs. Ainsi, ceux-ci risquent de croire qu’il est impossible de changer et qu’ils n’y parviendront jamais.

  • Ma grand-mère avait une médaille d’or. Je lui ai demandé si c’était du véritable or et j’ai découvert que c’était juste du métal. Quand je suis rentré chez moi ce jour-là, il y a eu un sacré scandale : il s’est avéré que la médaille avait disparu. À cause de ma question récemment posée, mes parents ont pensé que c’était moi qui l’avait piquée. J’essayais de me défendre mais personne ne m’a cru. Bientôt, toute la famille et même les voisins étaient au courant de " mon délit " et tout le monde était contre moi. Et puis, un miracle s’est produit : la médaille est réapparue chez mamie. C’était l’enfant des voisins qui l’avait volée. Pensez-vous qu’ils se sont excusés ? Pas du tout. Depuis cette situation, je n’ai jamais été proche de mes parents et ils n’ont toujours pas compris pourquoi. © Eugeneios / Pikabu

" Ce n’est pas ta maison "

Les phrases de type " quand tu auras ta propre maison tu pourras... " ou " ce n’est pas ta maison " peuvent soit blesser l’enfant, soit lui servir de prétexte de s’enfuir de chez ses parents. En disant ce genre de choses, les parents, en fait, rejettent toute responsabilité en ce qui concerne l’éducation de leur enfant.

" Tu me rends fou "

L’une des tâches des parents consiste à garder leur calme quoi qu’il arrive. Lorsque nous sommes fâchés, nous disons souvent des choses que nous regrettons plus tard, alors qu’en gardant notre sang froid, nous leur montrons l’exemple du comportement qu’ils devraient adopter dans les situations pareilles.

  • Quand j’avais huit ans, ma mère nous a emmenés au cirque pour la première fois. Nous nous approchions de l’arrêt quand le tram est arrivé, et ma mère nous a dit de courir pour ne pas le manquer. J’ai eu le temps de monter mais ma mère et ma sœur sont restées à l’arrêt quand le tram a fermé les portes et est parti. Je suis descendu à l’arrêt suivant et me suis dirigé vers l’arrêt précédent en espérant y retrouver ma mère et ma sœur mais elles n’étaient plus là. Alors, j’ai décidé de rentrer à la maison et de les attendre là-bas. Mon père s’est étonné que j’étais arrivé seul mais je lui ai tout expliqué et nous avons décidé d’attendre le retour de ma mère et ma sœur. Quand maman est enfin revenue, elle m’a grondé parce qu’elle ne m’avait pas trouvé au cirque et avait dû courir jusqu’à la maison tandis que je regardais la télé, tranquille. Puis, elle a pris ma sœur et elles sont reparties au cirque et moi, j’étais puni et devais rester dans ma chambre. J’ai beaucoup pleuré parce que je ne comprenais pas ce que j’avais fait de mal. © krik1989 / Pikabu

" Tu dois être un exemple pour... "

C’est vrai que les plus petits suivent l’exemple de leurs grands frères et sœurs et peuvent souvent reproduire leurs mauvaises habitudes. Mais il ne faut pas oublier qu’ils copient aussi les autres adultes et que malgré la différence d’âge, les enfants aînés restent des gamins. Eux aussi, ils ne font qu’apprendre et peuvent faire des erreurs. Ce n’est pas juste de les responsabiliser pour le comportement de leurs petits frères et sœurs.

Selon toi, quelles sont d’autres phrases à ne pas dire à son enfant ? N’hésite pas à partager ton avis avec nous dans les commentaires.

Photo de couverture Depositphotos.com
Partager cet article