Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Les mères ne veulent pas l’admettre mais elles se sentent constamment coupables (et voici 11 raisons qui expliquent pourquoi)

La vie des jeunes mères contemporaines est significativement différente de la vie de celles d’il y a 30 ou 50 ans. D’un côté, il existe désormais plus de choses qui rendent le quotidien des parents un peu plus simple : les couches jetables, le lait en poudre, les tire-laits entre autres choses. D’un autre côté, la société est devenue plus exigeante envers les mères : elles ne doivent pas se plaindre, et leurs enfants ne doivent ni être vus, ni entendus. Dans de telles conditions, les femmes ont l’impression d’être de mauvaises mères, même si ce n’est pas le cas.

De nombreux auteurs de Sympa sont familiers avec cette sensation. C’est pour cela que nous souhaitons te présenter 11 situations dans lesquelles les parents se sentent complètement coupables en vain.

1. Quand tu grondes ton enfant

Oui, gronder les enfants n’est pas une bonne chose et leur crier dessus est vraiment inacceptable. Mais un parent est une personne et non pas une machine, et il peut ainsi faiblir. Bien sûr, cela ne lui donne pas une justification pour “reprendre” son enfant tous les jours pour faire face à la moindre contrariété, et cela lui donne encore moins le droit de lever la main pour lui infliger une punition physique.

2. Quand tu te reposes, tandis que l’enfant s’amuse seul avec ses jeux

Le petit crée un désordre terrible à la maison, et la mère n’a déjà plus de force pour être avec lui ou pour ranger, et ainsi, à la place de faire cela, elle se met à lire un livre mais commence à se sentir tourmentée par un sentiment de culpabilité. Mais pourquoi cela ? Maman aussi a le droit de se reposer et d’ailleurs si elle ne le fait pas, elle ne pourra pas réaliser correctement les tâches propres aux parents. Au lieu de se sentir coupable, elle peut commencer à sensibiliser son enfant et lui apprendre à ramasser lui-même ses jouets.

3. Ne pas comprendre ce dont ton bébé a besoin quand il pleure

Le petit a déjà mangé, sa couche est changée et il a été porté dans les bras, mais il continue à pleurer toutes les larmes de son corps. Maman ne sait pas comment l’aider, et elle est tellement désespérée qu’elle commence à sangloter elle aussi. Elle a honte et se considère comme la mère la plus terrible du monde parce qu’elle ne comprend pas ce dont son enfant a besoin. Mais est-ce si simple de savoir exactement ce que demande une personne qui ne sait toujours pas parler et qui exprime toutes ses demandes en pleurant ? Tu ne dois pas te sentir coupable si tu ne peux pas satisfaire sans arrêt ton enfant.

4. Quand tu ne peux pas stopper une crise de colère de ton enfant

L’enfant a grandi, il a appris à marcher et à parler et désormais oui : une bonne mère devrait pouvoir stopper ses crises de colères rien qu’en haussant le ton. De nombreuses personnes pensent cela, surtout celles qui n’ont pas d’enfants, et cela génère un malaise pour les autres quand, par exemple, une femme avec un enfant de trois ans arrive au supermarché et le petit commence à se rouler au sol et à crier. La mère dans ces circonstances, souhaite disparaître dans un trou de souris. Non, ce n’est pas une mauvaise mère, mais son fils est simplement entré dans une phase de transition au cours de laquelle il commence à se séparer de ses parents et à découvrir le monde. Il affirme son “moi” et, parfois, il va trop loin. Pour désigner ces enfants qui ont entre un et quatre ans, il existe aussi un terme spécial : toddler. Si ton enfant se roule sur le sol et pique une crise de colère, en exigeant une tablette de chocolat et qu’il fait partie de cette tranche d’âge, alors ne culpabilise pas : il grandira et cela lui passera.

5. Lorsque tu lui donnes le sein dans un endroit public

L’allaitement maternel dans un aéroport, dans les cafétérias et même dans un établissement de santé provoque parfois une tempête d’indignation de la part des autres. Nous n’allons pas expliquer en détail pourquoi ces personnes se trompent mais nous souhaitons juste rappeler aux mamans de ne pas prêter attention à ces personnes et d’alimenter avec calme leurs petits affamés.

6. Quand tu n’allaites pas du tout

Donner du lait en poudre est une autre raison pour laquelle la mère peut se sentir coupable et écouter les autres la juger. La poitrine appartient à la femme et c’est son droit de décider si elle alimente ou non son enfant avec celle-ci. Si tu as volontairement décidé de donner du lait en poudre à ton enfant, tu ne dois pas te sentir coupable. Et si cela répond à une nécessité impérieuse, tu as d’autant plus raison.

7. Quand la mère ne fait pas suffisamment attention à ce qui est lié à l’hygiène du bébé

Nos parents ont repassé avec précaution toutes couches et les vêtements du bébé et faisaient bouillir avec soin tous leurs biberons. Nous leur sommes reconnaissants mais dans l’actualité, les pédiatres considèrent que l’environnement stérile est nocif pour le bébé et ainsi il n’y a pas besoin de consacrer beaucoup de temps à laver les vêtements et à faire la vaisselle. Ne te culpabilise pas si tu prends soin de ton enfant de manière différente de celle de ta maman. Il vaut mieux que tu consacres des moments de ta journée à passer du temps de qualité avec lui.

8. Quand tu travailles au lieu de rester à la maison avec ton enfant

Les mères qui travaillent sont très inquiètes à l’idée d’avoir très peu de temps à passer avec leur bébé. Si tu travailles parce que tu ne veux pas sacrifier ta carrière professionnelle, ne culpabilise pas. Une mère satisfaite, qui se réalise et qui passe quelques heures avec son enfant par jour vaut mieux qu’une mère qui est à ses côtés 24 heures sur 24 et l’accuse de lui avoir “volé” ses meilleurs années. Si tu travailles seulement pour alimenter ta famille, tu as encore moins de raisons de culpabiliser.

9. Quand ton enfant se développe plus lentement que les autres

L’enfant de la voisine a 3 mois et il marche déjà à 4 pattes ? La fille de ton amie disait des phrases entières à seulement un an et ton petit ne brille absolument pas par ses exploits et, peut être, il est même un peu en retard par rapport à ses pairs ? D’abord, ta voisine comme ton amie peuvent déguiser la réalité en présentant les exploits de leurs enfants. Et ensuite, tu ne dois pas te presser si l’enfant ne présente aucun problème particulier. Tu ne dois notamment pas te sentir coupable du fait que ton enfant ait commencé à faire quelque chose plus tard que les autres enfants de son âge. Toutes les personnes qui t’entourent consacrent leur temps au développement précoce des petits et tu ne consacres toi-même pas ton temps à ces groupes de travail ? Tu ne dois pas en avoir honte. Les experts modernes considèrent que de tels cours peuvent être nocifs pour les enfants, et donc c’est toi qui fait les choses bien et non pas tes interlocuteurs vantards.

10. Quand ton enfant ne remplit pas tes attentes

Tu souhaitais élever une vraie princesse : tu l’as emmené aux cours de danse de salon, à des cours de violon et de tennis. Et elle a monté son groupe de rock et passe son temps avec ses amis à jouer de la guitare dans le garage. Tu te sens coupable ? Pourquoi ? Pour avoir éduqué une personne créative qui a sa propre opinion ?

11. Quand ton enfant est grossier avec toi

Quand l’adolescence arrive, certains enfants deviennent incontrôlables. Ton enfant peut aussi être très grossier avec toi. De nombreuses mères se sentent coupables pour avoir mal éduqué leurs enfants, mais en général, les parents ne sont pas tant les coupables, ce serait plutôt les hormones. Cependant, ce n’est pas une justification pour ne pas prêter attention à leur éducation lors de cette phase.

As-tu déjà expérimenté un sentiment de culpabilité pour la manière dont tu éduques tes enfants ? Désormais comprends-tu mieux par quoi sont passés tes parents lors de ton enfance et ton adolescence ? Dis-nous ce que tu en penses dans les commentaires !