Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Pourquoi on ne se souvient pas souvent de nos rêves

--5-
405

Tout le monde rêve. Néanmoins, peu de gens parviennent à se souvenir de ce dont ils rêvent, car il existe certains facteurs qui nous font oublier ce qui a été vu pendant le sommeil, quelques minutes seulement après le réveil. Il existe des études qui suggèrent que certains stimuli pourraient influencer les cycles du sommeil ou les intervalles de réveil.

Sympa a mené l’enquête pour savoir quels sont les facteurs qui influencent ce dont nous pouvons nous souvenir dans nos rêves, et comment les stimuli externes peuvent nous aider à nous rappeler d’un rêve sur le long terme.

1. Il est plus facile de se souvenir des scènes vivantes que des scènes statiques

Le processus de sommeil est divisé en trois grandes étapes : la phase d’endormissement ou du sommeil léger, la phase du sommeil lent et profond et la phase du sommeil paradoxal. Lors de la deuxième, nous rêvons d’images statiques et réfléchies, alors que dans la troisième, nous avons tendance à rêver d’images plus dynamiques et vives.

Les rêves dont nous nous souvenons le plus se produisent souvent lors du cycle de sommeil profond, et rien n’est plus simple que de se souvenir des scènes colorées, imagées et émouvantes. Ainsi donc, il existe des intervalles dans lesquels nous rêvons de différentes choses en une seule nuit, en fonction du nombre de fois où nous nous réveillons soudainement.

2. Certains composants et certaines fonctions du cerveau peuvent affecter la mémoire du sommeil

Un expert signale que nous avons tendance à oublier certains rêves à cause de l’un des composants neurochimiques du cerveau qui affecte principalement l’étape du sommeil profond. Mais il peut aussi y avoir une relation avec certaines fonctions cérébrales comme la capacité de stocker ce qui nous semble “digne” d’être remémoré. Ce qui n’est pas essentiel est simplement effacé de notre mémoire.

3. La durée d’éveil après le rêve peut impacter si l’on s’en souvient ou non

Une étude prétend que les stimuli externes détectés par le cerveau tandis que nous dormons sont responsables de la quantité de fois où nous parvenons à nous souvenir de ce dont nous avons rêvé en nous éveillant. C’est pour cela qu’un groupe de personnes a été analysé : on leur a fait écouter une série de sons pendant leur sommeil par intervalles et cela a servi à les réveiller dans le processus du rêve.

En guise de résultat, on estime que c’est la durée du réveil et non pas le stimuli qui permet de codifier le souvenir du rêve pour le garder en mémoire sur le long terme. Plus on arrive à détecter les stimuli externes, plus il y a de chances pour que le cerveau se réactive pour se souvenir du rêve.

4. La suggestion peut déterminer la quantité de fois où l’on se souvient de nos rêves

Une recherche a déclaré que la suggestion pouvait être un facteur clef pour améliorer le nombre de fois où nous nous souvenons d’un rêve. Pour avancer cette théorie, une analyse a été menée sur des personnes divisées en deux groupes : on a dit à la moitié qu’elles possédaient une grande capacité de sommeil, et on a affirmé aux autres qu’elles possédaient une capacité normale sur la base de questionnaires qu’elles avaient complétés.

Les résultats suggéraient que les individus qui croyaient avoir une grande capacité de sommeil avaient montré une fréquence de souvenirs plus élevés que ceux qui avaient une capacité de sommeil moyen. Néanmoins, cela peut aussi être dû à d’autres facteurs tels que la dépression ou l’anxiété, si bien que les recherches nécessitent d’être poursuivies pour obtenir plus d’informations.

Fais-tu partie de ceux qui oublient les rêves ? Si c’est le cas, qu’est-ce que cela te fait ressentir ? Partage ton opinion avec nous dans les commentaires !

--5-
405
Partager cet article