Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration
Sympa

Voici un texte qui explique pourquoi les femmes modernes doivent arrêter de chercher à plaire aux autres

La pomme ne tombe jamais loin de l’arbre. Les chiens ne font pas des chats. Tel père tel fils. Ces proverbes font un peu peur, car ils prétendent que l’enfant, quelle que soit sa personnalité, n’a pas d’autre choix que de devenir comme ses parents. Même si une personne aime vraiment ses proches, ses valeurs et son comportement peuvent être très différents de ceux approuvés par sa famille. Cependant, au-delà de nos traits et de nos gènes, nos parents nous transmettent pas mal de choses inconscientes, et nous subissons souvent leur sort, vivons les mêmes histoires d’amour et les mêmes échecs.

Chez Sympa, nous avons adoré les réflexions d’Oksana Lexell sur le destin, les rôles assignés aux femmes et l’impact du contexte familial sur la perception du monde. Nous avons aujourd’hui le plaisir de les publier pour toi, avec la permission de l’auteur.

Quand ma mère a rencontré mon mari, elle n’arrivait pas à croire que les hommes comme lui existaient vraiment. Elle a été surtout surprise par le fait que mon époux utilise souvent le pronom “nous” : “nous” avons acheté une maison, “nous” devrions nous occuper du jardin, “nous” avons beaucoup de vaisselle sale dans l’évier.

Puis, ma maman a rencontré ma belle-mère qui ne l’a pas moins impressionnée.

Maman allait remercier ma belle-mère d’avoir accepté sa fille unique dans la famille, quand la mère de mon mari m’a demandé de lui traduire cette phrase de l’anglais :

— Mon fils a tellement de chance d’avoir votre fille dans sa vie ! Elle est belle, intelligente et généreuse. On dirait qu’il a gagné au loto.

Lorsque maman a entendu ça, elle était sans voix et elle avait même du mal à respirer.

— Il y a un problème ? — a demandé ma belle-mère en s’inquiétant pour ma maman.

— Qu’est-ce que tu as maman ? — ai-je dit.

— Tu sais, ta belle-mère est si gentille avec toi... Je n’aurais jamais pensé cela possible, — a marmonné ma maman qui était encore sous le choc.

Il y a bien longtemps, mon père avait ramené ma mère chez ses parents. Il l’avait présentée à ma grand-mère, qui avait murmuré, l’air méchant :

— Où as-tu trouvé cette rousse moche ? Elle n’est pas assez bien pour toi.

Maman l’a entendue. Elle avait les cheveux roux flamboyants et de belles taches de rousseur qui couvraient tout son visage et même ses lèvres. Elle était incroyablement belle et ressemblait à une star de cinéma, mais elle ne savait pas qu’elle était jolie. À cette époque-là, on pensait qu’on ne pouvait absolument pas faire de compliments à une fille sous peine qu’elle grandisse arrogante ou prétentieuse.

Maman était prête à faire n’importe quoi pour plaire à la mère de l’homme de sa vie : elle s’occupait du potager, portait des sacs de patates sur le dos, lavait les sols tous les jours avec de l’eau glacée du puits, cuisinait pour toute la famille. Mais ma grand-mère était toujours froide avec sa belle-fille et ne manquait jamais l’occasion de dévaluer ses efforts et de l’appeler “vilaine rousse”.

Des années plus tard, alors que grand-mère était alitée et ne pouvait rien faire, c’est ma maman qui s’occupait d’elle dans notre petit appartement. Maman nourrissait sa belle-mère, l’aidait à se laver et à faire ses besoins. La reine des glaces est morte, mais elle n’a jamais dit merci à sa vilaine belle-fille rousse.

Heureusement, les scénarios familiaux peuvent et doivent être réécrits. Dans la plupart des cas, de tels changements ne se réalisent qu’au prix de durs efforts. Ceux qui osent briser les standards appréciés par leur lignée depuis des années, se culpabilisent souvent de l’avoir fait, mais cela ne doit pas les empêcher d’adopter de nouveaux comportements plus productifs.

Cela m’a pris beaucoup d’années et d’énergie pour ne plus me plier sous le poids des scénarios imposés officieusement aux femmes de notre famille : elles épousaient un homme pour qui le mariage n’était qu’une commodité et elles étaient habituées à se sentir comme une moins-que-rien dans leur famille. Maman était convaincue que plus la femme se sacrifiait, plus elle était appréciée et respectée par les autres. Ma grand-mère n’a jamais appris à exprimer ses émotions, et personne ne sait ce qu’elle avait sur le cœur.

Je regrette parfois tout ce temps perdu. Avant, je faisais des histoires et je ne voyais où se trouvaient les vraies valeurs de la vie. Mais quand je regarde ma fille, mes efforts prennent tout leur sens. Ma fille voit enfin les comportements et les modèles sociaux très différents. Je comprends maintenant qu’être le meilleur exemple pour les enfants et leur donner de l’amour sans condition sont les plus grandes responsabilités des parents.

Aujourd’hui, je vois Jerry (ma belle-mère) très rarement. On s’est vues pour la dernière fois le jour de la fête des Mères. Elle est venue me voir en fauteuil roulant, m’a demandé de me pencher et a prononcé tout bas sans que les autres ne l’entendent : “Je te remercie de ton amour pour mon fils”.

J’ai souri et j’ai répondu : “Merci à votre fils de me simplifier la tâche”.

Il y a un moment, on jugeait les femmes par leur capacité à s’occuper de la maison ou à faire plaisir aux autres. Aujourd’hui, c’est la femme qui sait aimer sincèrement et qui donne beaucoup d’amour qui est la plus appréciée.

Alors, que penses-tu de l’évolution du rôle de la femme dans le foyer et dans la société ? N’hésite pas à nous donner ton avis dans les commentaires !

Photo de couverture Depositphotos
Partager cet article