Sympa

8 Faits terribles sur des animaux que nous prenions pourtant pour des créatures sans défense

À l’école, on nous a appris que la nature a doté les animaux dangereux d’une couleur criarde et d’une apparence féroce, si bien que l’on baisse généralement la garde quand nous nous retrouvons face à un petit animal charmant. Mais même derrière le masque d’adorables animaux, des manipulateurs espiègles peuvent se cacher, ou de cruels extorqueurs ou encore même de vrais maniaques. Dans cet article, nous porterons à ta connaissance les principaux vices des représentants du monde animal que nous pensions pourtant être des créatures sans défense.

Sympa avertit qu’après avoir lu cet article, tu ne croiras plus en ces vieux stéréotypes sur ces animaux.

Les koalas

  • Les koalas ont le plus petit cerveau des mammifères par rapport à leur taille ; de plus, leur cerveau est tout à fait lisse. À cause de cette caractéristique, ces créatures ne sont pas des plus intelligentes. Par exemple, ils ne reconnaissent pas les feuilles d’eucalyptus récoltées en tant qu’aliment, et peuvent mourir de faim, même s’ils ont des quantités d’aliments en face d’eux.
  • On croit que la cause du cerveau lisse est l’addiction à l’eucalyptus, qui est une plante très toxique, et presque exempte de valeur nutritionnelle. C’est l’alimentation du koala qui en a fait un animal associal qui dort vingt heures par jour.
  • Malgré leur apparence de nounours, les koalas ont mauvais caractère : les mâles abusent des femelles. Ils ne montrent pas non plus de tolérance envers les autres espèces. Par exemple, les koalas finissent souvent dans des situations dangereuses à cause de leur maladresse, et les gens qui tentent de venir en aide à ces petits animaux se voient souvent griffés.
  • Pourquoi cet animal ne s’est-il toujours pas éteint ? Les koalas sont une espèce protégée, et dans la nature, ils n’ont pas besoin de lutter pour trouver de la nourriture. C’est la seule espèce à pouvoir digérer les feuilles d’eucalyptus. De plus, ces animaux disposent d’un “casque” naturel : le cerveau n’occupe que 61% de leur cavité cérébrale, et tout le reste n’est autre que du liquide céphalo-rachidien qui agit comme amortisseur lorsqu’ils tombent, les protégeant ainsi des lésions.

Les loris paresseux

On pourrait croire que cet animal aux yeux globuleux ne sait pas se défendre par lui-même. Mais, en réalité, le loris est le seul représentant des primates à être vénéneux. Le venin est produit par les glandes dans les extrémités antérieures, si bien que cet animal se lèche souvent les pattes, et applique ainsi le poison sur sa tête et l’accumule dans sa salive. En cas de danger, cette créature tente de griffer son ennemi dans le but de l’empoisonner. Le venin de loris se trouve dans une protéine qui ressemble à “l’allergène de chat” qui provoque l’asphyxie et la mort, non seulement des petits animaux, mais aussi des humains à cause du choc anaphylactique.

Les scientifiques ont aussi affirmé que les loris pouvaient imiter de dangereux reptiles : le venin, les “lunettes” autour des yeux, les sifflements qu’ils produisent lorsqu’ils sont en danger, et leur queue les fait étrangement ressembler au cobra à lunettes.

L’ocelot

Ces gros chats vivent dans la jungle, et ils ressemblent à des animaux de compagnie. Mais leur manière de survivre est insidieuse : lorsqu’un ocelot a faim, il imite le cri de sa proie et l’attrape. C’est le seul félin qui utilise l’imitation vocale pour chasser.

Les dauphins

Les dauphins sont des animaux sociables et actifs, mais dans leur cas, c’est une caractéristique négative. Malgré le fait qu’il existe bien des histoires à propos de sauvetages d’individus et de créatures marines grâce aux dauphins, il existe aussi de “mauvais” énergumènes. Voici leurs particularités négatives les plus importantes :

  • Les dauphins sont agressifs entre eux, et les combats sont tellement acharnés que les survivants doivent s’exiler.
  • Les scientifiques ont observé comment les dauphins intimident et harcèlent les autres espèces marines.
  • Les dauphins ont un faible pour les jeux cruels. Par exemple, il y a déjà eu des cas où ils ont attrapé des oiseaux et les ont noyés sans avoir l’intention de les manger. De plus, seulement pour s’amuser — en toute vraisemblance — un dauphin peut mordre un plongeur ou jouer avec un bébé requin en le lançant comme un ballon.
  • Les jeunes dauphins souffrent d’une addiction : ils chassent sur les côtes d’Australie occidentale et mangent les poissons qui contiennent de la tétrodotoxine dans la peau. Les scientifiques disent qu’ainsi, les dauphins parviennent à un état d’ébriété, causée par ce venin.

Le sassabi

En 2010, le professeur Jacob Bro-Jorgensen de l’Université de Liverpool s’est rendu compte qu’après leur accouplement, les femelles abandonnent les mâles et les mâles trouvent une manière intelligente de retenir leurs bien-aimées. Le mâle court devant la femelle, regarde les arbustes et créé l’illusion du danger : il amène les oreilles vers l’arrière et commence à renifler, comme si un prédateur se trouvait tout près. Ainsi donc, il fait comprendre à la femelle qu’elle sera bien plus en sécurité avec un mâle.

Pourquoi font-ils cela ? La concurrence avec les mâles antilopes est plutôt rude ; ils sont donc disposés à faire de gros efforts pour être choisis par la femelle. De plus, ces animaux ont tendance à se débarrasser les uns des autres de manière assez discutable : les sassabis gardent le silence quand ils voient un prédateur s’approcher de leur concurrent, et ils attendent tout simplement qu’il y ait un mâle en moins.

Le chien de prairie

Regarde bien le chien de prairie. Pourrais-tu deviner que tu as un maniaque du monde animal sous les yeux ? Ils ne représentent aucun danger pour les humains, mais ils sont connus pour tuer les marmottes en éparpillant leurs cadavres dans les prairies, sans explication à ce jour. Les scientifiques ne sont en effet pas parvenus à expliquer ce drôle de comportement car ces rongeurs sont des végétariens convaincus et n’ont aucune raison d’entrer en conflit avec d’autres animaux.

La belette

Les belettes possèdent un avantage qui rendraient jaloux beaucoup d’individus : elles peuvent manger sans grossir. Mais en même temps, c’est leur malédiction : cet animal ne peut cesser de tuer à cause de son métabolisme rapide. Les belettes préfèrent que leurs proies soient grandes (jusqu’à dix fois plus grandes qu’elles) car elles doivent manger chaque jour la moitié de leur propre poids pour se sentir rassasiées.

La loutre de mer

Si l’on devait faire le procès des animaux, les loutres marines auraient été condamnées à perpétuité. Ces créatures apparemment adorables commettent des atrocités sans nom, et en plus, elles sont très rusées. Par exemple, les mâles, lorsqu’ils n’ont pas envie de chercher de la nourriture, prennent en otage les petits des femelles et attendent d’être nourris en guise de rançon.

Laquelle de ces “méchantes” petites bêtes du monde animal t’a le plus surpris ?

Photo de couverture EAST NEWS