Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Ces 10 histoires nous prouvent qu’il n’y a rien de plus fidèle qu’un chien

Il est difficile de penser à un autre animal dans le monde plus fidèle à l'homme que le chien. Les chiens ont un amour inconditionnel pour leur maître et sont prêts à faire absolument tout pour eux.

Aujourd'hui, Sympa a compilé pour toi différentes histoires sur la loyauté canine qui vont très probablement te mettre la larme à l'œil.

  • Il y a quelques jours, je suis allé m'acheter des cigarettes. Sur le chemin du retour, je me suis arrêté pour ouvrir le paquet. A ce moment-là un chien s'est approché et s'est assis en me fixant. J'ai sorti une cigarette et l'ai offerte au chien. Il a l’a reniflée, l’a délicatement saisie avec sa mâchoire et l’a apportée à son propriétaire sans-abri qui était assis tout près. Maintenant, j'aime et respecte les chiens encore plus qu'avant !
  • J'ai l'habitude de plier mon pyjama et le glisser sous mon oreiller avant de faire mon lit. Quand mon chien Abby n’était encore qu’un chiot, il se sentait très seul en mon absence alors il sautait sur mon lit, attrapait mes vêtements, les traînaient dans le couloir et dormait dessus. Il a arrêté de faire ça quand il est devenu plus âgé. Dernièrement, une opportunité de carrière m'a forcé à déménager dans une autre ville. J'ai laissé mon chien avec mes parents, mais je leur rends visite tous les weekends. Néanmoins, mon ami à quatre pattes me manque beaucoup. La semaine dernière, mes parents m'ont appelé et m’ont raconté que lorsqu’ils sont rentrés chez eux après une virée en ville, ils ont retrouvé Abby portant mon haut de pyjama. (Il a dû le trouver sous l'oreiller et mettre sa tête dans le trou du cou). Je ne savais pas si je devais rire ou pleurer quand j'ai imaginé la scène !
  • Le mois dernier, il y a eu un incendie dans notre appartement. Heureusement, moi-même, toute ma famille et notre chien avons réussi à sortir tous à temps. Soudain, j’y ai pensé ... Notre petite tortue de compagnie ! Nous l'avions laissée derrière dans l’appart ! Puis j'ai regardé mon chien et je l'ai vu tenant la petite bête dans sa gueule. Quand il s'agit d'amitié, nous pouvons réellement nous inspirer des animaux !

  • Le pain de mie est la gâterie préférée de mon chien. Il ferait n'importe quoi pour en avoir, et quand il l’a, il ne laisse personne y toucher. Il y a quelques jours, je suis revenu du travail tard complètement épuisé. Je suis entré dans mon appartement en traînant les pieds, je me suis effondré sur le canapé et j'ai commencé à sangloter. Soudainement, mon chien a couru vers moi et a commencé à me lécher les mains, et à frotter son nez contres mes joues. Sans vraiment y prêter importance, j'ai continué à pleurer. Puis il est parti pendant quelques minutes et est revenu, avec un morceau de pain de mie qu’il a posé devant moi. Il s’est ensuite assis près du canapé et m'a regardé.

  • Je dirige une petite épicerie, et un de mes clients réguliers est un caniche royal appelé Tim ! Il appartient à une vieille dame qui a des difficultés à marcher. Chaque jour, je m'émerveille de l'intelligence de ce chien. Il entre, fait la queue et attend patiemment son tour au comptoir, tenant un petit paquet dans sa bouche. Le paquet contient de l'argent, une liste de courses et un filet à provisions. Tout ce que je dois faire est prendre l'argent, remplir le sac avec les marchandises, et le rendre au chien. Chaque fois que je fais ça, une partie de moi s’attend à ce que Tim se mette à compter la monnaie avec ses pattes !

  • J'ai adopté mon chien dans un refuge animalier au département des "rejets". C’était un magnifique Pinscher avec des yeux intelligents qui gardait un silence total. Et je veux dire en permanence, pas d'aboiement du tout ! Lorsque je l’ai ramené à la maison, il a continué à rester tout silencieux. S’il voulait quelque chose (promenades, toilettes, nourriture), il l'exprimait en courant constamment d'une pièce à l'autre. Puis, une nuit, alors que j'étais à moitié endormi, j’ai entendu des aboiements étouffés qui semblaient venir de loin. Je ne pouvais même pas soulever mes paupières – j’étais réellement épuisé. Finalement et avec beaucoup de difficultés, je me suis levé et j'ai vu que c'était mon chien qui aboyait ! Et puis j'ai réalisé qu'il y avait une fuite de gaz dans la maison. Sans mon chien, je me serais endormi et je ne me serais probablement jamais réveillé. Mon petit sauveur !

  • Il y a près de trois ans, ma mère a été diagnostiquée d'un cancer. Le diagnostic a été confirmé le 30 décembre de la même année. Deux chirurgies et un processus de réadaptation difficile s’en sont suivis. A cette époque, j'étais sur le point de finir l'école. Tout le monde se préparait pour les examens et le bal de promo, et moi, je passais chaque nuit à l'hôpital, allongé à côté de ma mère, faisant de mon mieux pour réviser. Ma mère a réussi à vaincre la maladie et de mon côté, j’ai eu mes examens qui se sont bien passés. Mais juste après le rétablissement de maman, c'est notre chien qui est tombé malade, d'un cancer aussi. Rien ne peut être fait : la tumeur est inopérable. Ma mère est certaine que notre chien lui a "pris sa maladie".
  • J'ai un Dalmatien appelé Sammy. Quand il avait sept mois, nous sommes allés nous promener dans un parc. Soudain et sans raison, Sammy s’est précipité dans l'une des ruelles à proximité. Je l'ai suivi et la scène dont j’ai été témoin m’a glacé le sang : une fillette d’environ 6 ans se cachait derrière Sammy qui lui tournait le dos et faisait face à plusieurs grands chiens errants. Mon chien leur grognait dessus. J'avais vraiment peur, mais j'ai attrapé un bâton et je me suis approché pour les chasser. Ils sont partis me laissant avec la petite fille agrippée à l'une de mes jambes, et l'étreinte de Sammy se pressant contre l'autre. Plus tard, la fille m'a dit que les animaux errants se sont précipités sur elle, et qu’à ce moment-là mon chien est apparu de nulle part et est venu à son secours. C'était la seule fois que je voyais Sammy grogner. Mon héros !
  • Quand j'avais cinq ans, j'ai sauvé un chiot d’un marécage. Après cela, il a vécu avec nous pendant un mois, mais comme ma grand-mère avait déjà deux chiens, nous l'avons donné à nos voisins. Six ans plus tard le chiot est devenu un énorme chien féroce. Un jour, alors que je traînais avec mes amis, il s'est détaché de sa chaîne et a foncé vers nous dans la rue. Je me souviens de mes amis, qui terrifiés, tentaient de s’échapper en courant dans tous les sens, mais moi je suis resté figé. En me voyant, le chien a soudainement ralenti et s’est rapproché tout près, s’est assis, et a enfouit sa tête dans mon estomac. Je l'ai caressé en murmurant : "Merci, mon copain du marécage ! " Ce sont les remerciements les plus sincères que j’ai pu prononcer de toute ma vie.
  • J'ai perdu ma jambe dans un accident il y a un an. À l'heure actuelle, le meilleur soutien psychologique est celui de mon Labrador appelée Princesse. Chaque fois que nous allons nous promener, elle plie délibérément une de ses pattes arrière (passant périodiquement de l'une à l'autre), sautillant sur trois pattes au lieu de quatre. Très clairement, elle le fait pour montrer son empathie.

Et toi ? As-tu vécu des moments forts avec ton chien ? Raconte-nous dans les commentaires !