Sympa

Son mari lui a demandé de choisir entre lui et ses chiens : elle a préféré ces derniers

Pour Liz Haslam, le bonheur, c’est de prendre soin et de protéger les chiens en détresse. L’amour et la reconnaissance que ses amis poilus lui prouvent au quotidien la rendent heureuse et fière de son implication. Ce sentiment, elle ne le changerait pour rien au monde.

Sympa tient à te raconter l’histoire de cette femme, qui a pris la décision la plus importante de sa vie en faisant le choix entre sa moitié et ses chiens.

Liz s’est mariée avec celui qu’elle prenait pour l’amour de sa vie

Liz Haslam a épousé Mike, qu’elle a rencontré alors qu’elle avait à peine 16 ans, et ils se sont tous deux installés ensemble. Elle a terminé ses études et a quitté la maison de ses parents pour partager sa vie avec lui dans une maison de deux chambres à Barnham, dans le Suffolk, autout d’un grand jardin de 2 kilomètres carrés. Liz et Mike ont passé 25 ans de mariage, ils ont eu un fils, Ollie. Mais cela ne fut pas suffisant pour que l’amour persiste, et encore moins pour surmonter leurs difficultés de couple.

“C’est les chiens ou moi”

Un beau jour, fatigué d’une situation qui dépassait les limites de sa patience, Mike a interpellé Liz sans imaginer sa réponse. “Mon mari m’a dit : ‘c’est moi ou les chiens’. Depuis, je ne l’ai plus jamais vu”, raconte-t-elle. La raison ? Lorsqu’ils se sont installés dans leur maison à la campagne, Liz avait assez d’espace pour entreprendre un business qui la rendrait heureuse : BedForBullies, un refuge pour accueillir des chiots bulldog terrier. Mais son mari a eu le sentiment qu’il n’y en avait plus que pour les chiens, qui avaient des problèmes médicaux et de comportement, et qui souvent ne pouvaient être replacés dans d’autres foyers.

Depuis toute petite, Liz adorait les chiens

L’amour que Liz éprouve pour ses chiens n’est pas négociable. Pour elle, il n’aurait jamais dû affecter sa relation avec Mike. Elle avait grandi entourée de chiens : sa mère élevait des West Highland Terriers, et son père était le propriétaire d’un magasin d’aliments pour animaux. “Je me suis dit qu’après 25 ans, il devait savoir que je ne pouvais pas renoncer à mes chiens. Il savait, depuis le début, que je ne pouvais pas vivre sans eux, et ce, même avant notre mariage”, raconte Liz.

Leurs objectifs n’étaient plus les mêmes

Et pourtant, il est impossible de juger ni Mike, ni les gens qui n’aiment pas les chiens. Liz savait très bien que, suite à cet ultimatum, il lui faudrait prendre une difficile décision. “Nous nous sommes éloignés de plus en plus. Il travaillait trop et je n’avais pas le choix. Je ne voulais pas vivre avec un homme qui ne songeait qu’à travailler. Nous avons donc pris la décision de nous séparer étant donné que nous n’avions plus les mêmes priorités. Je me suis donc réfugiée chez ceux qui me donnaient de l’amour inconditionnel : mes chiens”, déclara Liz.

Liz, l’ange des chiens

Les besoins et les exigences des chiens ont pourtant relégué Mike loin derrière dans la liste des priorités de Liz. “Ma passion pour ces animaux était insurmontable pour Mike”. Rien d’étonnant, car quand tu t’occupes de 30 chiens qui ont besoin de soins médicaux ou juste de câlins, tu ne peux pas forcément garder du temps pour ta vie personnelle. Liz passe environ 18 heures par jour à s’occuper de ses chiens, elle se promène avec eux quatre fois par jour, et dépense des centaines de dollars en achetant leurs médicaments et autres traitements.

Plus de 200 chiens

Malgré l’envergure de son travail, BedforBullies est une organisation bénévole (qui dépend notamment des dons). D’autre part, Liz accueille des chiens errants que d’autres fourrières n’accepteraient pas. Elle a donc reçu 200 chiens errants au fil du temps, et elle continue à en héberger davantage. Elle offre aussi des hébergements pour les animaux de compagnie dont les maîtres partent en vacances. Ses maigres revenus viennent de là.

Toujours avec ses chiens, peu importe ce que les gens en pensent

À un moment, elle a dû payer une dette de 4500 euros et elle n’a plus pu assumer la maison où elle habitait. Alors elle a été obligée de vivre dans une tente. Liz a pu finalement retrouver un logement et est actuellement très heureuse : “J’ai choisi de faire ce que j’aime”, dit-elle.

Nous ne pouvons que l’admirer et la remercier pour son travail remarquable. Et toi, qu’aurais-tu fait à sa place ?

Photo de couverture Bedsforbullies / Twitter