20 Histoires qui vont te faire verser une larme

Histoires
Il y a 1 semaine

Parfois, nous avons l’impression que les nuages s’épaississent, qu’il n’y a que des gens méchants autour de nous, et que même notre chat préféré n’a besoin que de la nourriture. Mais en réalité, le monde est beaucoup plus gentil et lumineux que ce que nous voyons dans ces moments-là. Et la lecture d’histoires réconfortantes nous permet de regarder ce qui se passe sous un nouvel angle et de nous rendre compte que la vie est belle.

  • Mon fils a fait de la danse de salon pendant six ans, puis il a arrêté. C’est un sport coûteux. Ma femme a mis en vente certains de ses costumes, tous en excellent état, pour un prix symbolique (10 fois moins cher qu’un vêtement neuf). Une femme nous a écrit et en a acheté plusieurs, nous lui avons envoyé le colis par la poste. Puis elle a envoyé une photo de son fils, très reconnaissante. Ma femme a discuté avec elle et il s’est avéré que la famille n’avait pas d’argent, mais que le fils était très passionné par la danse. Nous leur avons donc envoyé tout ce que nous avions : des costumes et des chaussures de danse, pour maintenant et pour plus tard. Gratuitement. Nous correspondons encore parfois : le garçon s’entraîne, elle envoie des photos de compétitions, demande des conseils. Cet argent ne nous rendrait pas plus heureux, mais il permet à ce garçon de faire ce qu’il aime. © itscookies / Pikabu
  • J’étais sur le point d’accoucher lorsque le père du bébé a annoncé qu’il avait changé d’avis. Je n’avais pas d’argent et je n’avais pas non plus d’affaires pour le bébé. J’ai accouché et je me suis demandée ce que je devais faire. Les infirmières m’ont dit : “Vous pouvez laisser le bébé. La fille est belle, en bonne santé, il y a déjà des parents adoptifs qui sont intéressés !” J’étais choquée ! J’ai pris ma fille et je suis rentrée chez moi. J’ai ouvert la porte de l’appartement, et là j’ai vu et toute la pièce était remplie d’affaires pour bébé ! Il s’est avéré que pendant que j’étais à la maternité, mon amie a passé un coup de fil à ses amis et connaissances, et ils m’ont donné beaucoup de choses, des biberons aux combinaisons d’hiver pour le bébé. Tout était neuf, de marque, avec des étiquettes ou simplement jamais porté. J’ai presque immédiatement trouvé un emploi à temps partiel en télétravail (comptable), et depuis lors, ma situation économique va mieux, mais j’ai juré et j’ai toujours suivi ce principe : “Ne rien revendre après avoir eu des enfants — tout donner gratuitement”. © Gkarinaa / Pikabu
  • Mon compagnon est né en 1968. Lorsqu’il avait 6-7 ans, il a rencontré un enfant appelé Victor et l’a ramené à la maison. Au cours du dîner, il s’est avéré que l’enfant était orphelin et qu’il s’était enfui pour se promener. À cette époque-là cela ne sortait pas de l’ordinaire. Le père de mon ami était chauffeur de taxi et gagnait assez bien sa vie. Sans même en parler à la famille, il est allé voir le directeur de l’orphelinat et a reçu sa permission pour que l’enfant vive avec eux sans adoption officielle. C’est ainsi qu’ils ont commencé à élever Victor, qui n’a pas tardé à appeler le chef de famille “papa”. Lorsque le garçon a grandi, ils lui ont acheté une maison à côté de chez eux, lui ont trouvé un bon emploi, il s’est marié. Victor a donc eu une vraie famille, dans tous les sens du terme. Navseplevat / Pikabu
  • Lorsque j’avais 4-5 ans, mes parents, qui étaient très jeunes, m’ont emmené à la mer — de la famille éloignée de mon père vivait là-bas. Et nous descendions tous les jours à pied jusqu’au bus en longeant le vignoble. Je crois que c’était en septembre. Le cinquième jour, un monsieur est venu nous voir et nous a apporté trois kilos de raisins blancs et rouges. Il nous a dit : “Chaque jour, vous passez devant avec des yeux affamés, ce n’est pas normal”. C’était la première fois de ma vie que je mangeais du raisin. © Vor4un73 / Pikabu
  • La sœur de ma grand-mère, âgée de 75 ans, est allée au zoo pour la première fois. Elle a dit qu’au début, elle avait honte, car elle n’était plus une enfant depuis longtemps. Et s’il n’y avait pas assez de billets et qu’un enfant ne pouvait pas visiter le zoo à cause d’elle ? Elle a donc décidé de trouver la réponse à cette question. Le personnel du zoo a assuré la grand-mère qu’aucun enfant ne souffrirait de sa visite : ils les accepteraient tous.
    La vieille a tellement aimé qu’elle a organisé sa visite avec ses voisins, en disant que c’était intéressant, qu’on pouvait se promener, regarder les animaux, et qu’elle savait que les personnes âgées étaient autorisées à visiter le zoo et qu’il y avait une réduction sur les billets d’entrée le matin. © tikorotaro / Pikabu
  • Je donnais un vieux manteau sur Internet pour en faire des vêtements de poupée ou des décorations. Mais une femme m’a écrit : “Je le porterais bien ! Mais j’habite loin”. Il s’est avéré qu’elle venait de divorcer et que son mari ne la laissait pas récupérer ses affaires. J’ai demandé sa taille : justement celle que j’avais avant de prendre du poids, et dont j’ai beaucoup de nouveaux vêtements avec des étiquettes (je les avais achetés pour me motiver à maigrir : cela n’a pas marché). Eh bien, j’ai rempli une énorme boîte de bons vêtements (vestes, robes, manteau, bien sûr, et des chocolats en plus), et je l’ai envoyée à mes frais. En réponse, j’ai reçu tant de joie et de gratitude ! Elle m’a écrit et m’a appelée : “Ils sont magnifique, tout me va bien. Merci beaucoup ! Je n’ai jamais eu de tels vêtements !” J’écris ça et je souris. Cela m’a fait tellement de bien de l’aider ! Et je me fiche des frais de port. © JenkaSad / Pikabu
  • Lorsque mon fils était en cinquième, son professeur m’a envoyé un e-mail pour me raconter les événements d’une journée. Il y avait dans leur classe un enfant maladroit avec lequel personne n’était vraiment ami. La veille, il avait distribué des invitations d’anniversaire à tous ses camarades de classe et, à la récréation, il s’est levé et a demandé à haute voix qui viendrait à sa fête. La réponse a été un silence de mort. C’est alors que mon fils a annoncé haut et fort : “Je viens !”. Plus tard, plusieurs autres garçons populaires ont suivi son exemple et ont également accepté d’aller à la fête. L’enseignante a dit qu’elle avait failli fondre en larmes lorsque mon fils s’est exprimé, car elle avait vu le soulagement et la joie sur le visage de l’enfant qui fêtait son anniversaire. Parfois, il suffit d’un seul enfant pour faire la différence. Et je suis heureuse que ce soit mon fils qui l’ait fait ce jour-là. Teresa Mayfield / Quora
  • Un soir d’hiver, j’ai trouvé un énorme Doberman gelé dehors. J’ai dû le ramener à la maison. Notre chat siamois n’était pas content de nous. Ce petit chat effronté refusait catégoriquement de partager l’appartement. Nous avons donc cherché de toutes nos forces des propriétaires de Doberman pendant trois mois : sur internet et même dans les journaux avec des annonces. Nous avons ensuite cherché quelqu’un qui adopterait le chien, car le chat ne l’acceptait pas. Mais ce n’est peut-être pas pour rien que l’histoire a commencé la veille de Noël car elle s’est poursuivie selon toutes les lois du genre : comme un conte de Noël. Pendant les vacances de Pâques, un homme allumait un feu avec un journal quand il remarque notre annonce : “Un chien a été retrouvé”. Il a crié à son ami : “C’est ton chien, c’est sûr !”. L’ami a laissé tomber le barbecue et ils se sont précipités pour nous appeler. Le pauvre chien était presque déchiré en deux, à la fois ravi de retrouver son maître et désolé de se séparer d’une nouvelle famille. Il n’a pas eu de crise, et les anciens propriétaires ont offert un chiot à la famille d’accueil. Tante Nyura / ADME
  • Avec ma nièce de 13 ans, nous avions deux sacs de courses et j’ai appelé un taxi. J’ai chargé les courses dans la voiture, j’ai demandé à ma nièce de rester à côté, j’ai promis au chauffeur de taxi de payer un supplément pour l’attente et je suis allée à la boulangerie. Quand je suis sortie, il n’y avait pas de taxi, pas de sacs, ma nièce était là, en train de pleurer. J’ai alors ouvert l’application, me préparant à appeler l’assistance pour me plaindre, quand j’ai reçu un appel du chauffeur. Il a dit : “J’étais dans mes pensées et j’ai conduit jusqu’au point d’arrivée. Je me suis rendu compte que j’avais fait une erreur lorsque je me suis retourné et qu’il y avait des sacs sans passagers à l’arrière.” Il est revenu nous chercher et nous a ramenés chez nous. Je lui ai donné un pourboire pour son honnêteté. HappyTernovnik / Pikabu
  • Pendant l’été, je travaillais pour une famille aisée. Un jour, je suis allé dans la cuisine pour demander de l’eau et la propriétaire de la maison était en train de ranger. Elle a posé un ordinateur portable sur la table et m’a demandé : “Hé, vous avez besoin d’un ordinateur portable ? Personne ne l’utilise.” Maintenant, j’ai un ordinateur portable tout neuf pour mes études. kingJoffi / Reddit
  • En 1995, j’étais à l’école maternelle. Je me souviens que nous sommes allés visiter la tour de télédiffusion. À 110 mètres de hauteur, il y avait un café rotatif : il tournait et on avait une vue à 360 degrés. Récemment, mes camarades de classe m’ont envoyé une vidéo de cette même visite. Je l’ai regardée et j’ai eu des larmes sur les yeux en pensant à ma maîtresse. La situation était la suivante : tous les parents des enfants leur avaient donné de l’argent pour acheter des glaces, mais pas moi, car on était pauvres. Tout le monde a acheté une glace dans ce resto, s’est assis pour la manger, et j’étais le seul à ne pas avoir de dessert. Au bout de cinq minutes, notre maîtresse s’est approchée de moi et m’a apporté une glace. J’ai pensé à ce moment-là que c’était inclus dans le coût du ticket d’entrée. Elle n’a jamais rien dit à ma mère et elle n’a pas demandé un centime pour cette glace, même si, pour une enseignante, ce n’était probablement pas donné non plus. Et je lui suis encore très reconnaissant de ce geste. © renatsharafiev / Pikabu
  • Il y a une trentaine d’années, je suis venu visiter une petite ville. Je suis entré dans une épicerie. Alors que je me familiarisais avec l’assortiment, j’ai observé un garçon mal habillé d’environ 11-12 ans. Il n’arrêtait pas de regarder l’un ou l’autre produit, mais il n’avait manifestement pas assez d’argent. D’après les conversations des vendeurs, j’ai compris que lui et ses deux petits frères sont orphelins, et que le plus âgé veut faire plaisir aux petits. Mais les prix ne sont pas compatibles avec son budget.
    Vers la fin, l’enfant a pris une petite pastèque, mais il n’y avait pas assez d’argent pour cela non plus. Il a jeté la pastèque jurant de rage et de désespoir, retenant ses larmes de colère. Je lui ai donné de l’argent pour qu’il puisse s’acheter quelque chose. Il a demandé avec incrédulité pourquoi je faisais cela. Il avait peur de la pitié et ne savait pas comment “rembourser” plus tard.
    Je lui ai répondu la vérité : “Il y a eu un moment dans ma vie où un étranger m’a aidé de la même manière. Et c’est ainsi que je rembourse ma dette. Un jour, tu pourras aider quelqu’un d’autre de la même manière”. Le garçon m’a regardé et a hoché la tête sérieusement. J’espère que cet incident a au moins atténué sa haine pour les imperfections du monde. Désolé, mon garçon. Tinatanda / Pikabu
  • Un jour, j’ai laissé tomber une boucle d’oreille dans un frigo de fromages dans un supermarché. Le vendeur m’a dit que ce frigo n’était pas démontable, c’était impossible de la sortir. C’était très triste de savoir où se trouvait mon objet et de ne pas pouvoir le récupérer. Environ six mois plus tard, j’ai vu une équipe d’ouvrier dans le magasin, qui réparaient un réfrigérateur d’à côté. Je me suis adressée à eux : est-il possible de démonter l’autre réfrigérateur et de récupérer le bijou ? Ils m’ont répondu que si la gérante le permettait, ils le dévisseraient et l’enlèveraient. J’ai trouvé la gérante, et elle, après avoir écouté mon histoire, a elle-même sorti tout le fromage, a enlevé quelques couvercles et a sorti des profondeurs ma boucle d’oreille ! Je l’ai remerciée en lui offrant des chocolats. Fassol / ADME
  • Au début de notre vie de couple, il y a eu un incident que nous racontons à nos enfants et que nous raconterons à nos petits-enfants. J’étais en congé de maternité, mon fils avait un an et demi. Nous vivons dans un appartement de location et n’avions pas beaucoup d’argent. À la maison, il y avait toujours des pommes de terre, des carottes, du chou, notre enfant n’avait pas faim. Mais lorsque nous nous promenions, nous passions souvent par le marché. Un jour, une vendeuse nous a proposé du maquereau qui était très beau et frais. Nous avons refusé, en disant que nous n’avions pas d’argent, que nous aurions le salaire dans deux jours, mais elle a dit : “Prenez-le ! Quand vous aurez de l’argent, vous me l’apporterez”, et elle nous a mis le poisson dans les mains. Nous l’avons donc pris. Et bien sûr, nous l’avons mangé avec des pommes de terre, et bien sûr, dans deux jours, nous avons apporté l’argent. Mais je n’ai jamais mangé un maquereau aussi délicieux que celui-là ! Natalia Zabelina / ADME
  • Un jour, j’étais assis avec ma femme dans un restaurant sympa, nous nous régalions de notre repas après une longue promenade dans la ville. À une table voisine était assise une femme avec trois jeunes enfants. Il ressortait clairement de leurs conversations qu’elle voulait faire plaisir aux petits, mais qu’elle n’avait pas assez d’argent : “un seul dessert pour tout le monde”, “ce plat est cher, ne le prenez pas”, etc. Nous étions sur le point de partir. J’ai dit à ma femme que j’avais besoin d’aller aux toilettes, et je suis allé à la caisse, j’ai demandé qu’on apporte à cette femme et à ses enfants les plats dont ils avaient discuté mais qu’ils n’avaient pas commandés, et j’ai payé leur table en totalité. Je n’en ai pas parlé à ma femme, je n’en ai parlé à personne. Auteur inconnu / Pikabu
  • J’avais cinq ans. Ma mère était à la maternité. À côté de ma mère, il y avait une femme qui s’appelait Paulette. Elle tricotait toujours quelque chose. Lorsque j’arrivais Paulette essayait de me donner quelque chose de bon à manger. Un jour, elle m’a fait signe de m’approcher et m’a tendu un pull tricoté :
    — Prends-le, je l’ai tricoté pour toi.
    Le pull était simple, de couleur marron, avec des rayures sur la poitrine, mais je le trouvais fabuleusement beau ! Je le portais tous les jours. Ma mère et moi l’appelions “pullette”.
    Et après moi, mon frère l’a porté pendant longtemps. Je me souviens encore aujourd’hui de cette gentillesse de la part d’une femme inconnue. Kissaya / Pikabu
  • Lorsque j’étais enfant, nous étions pauvres, alors nous faisions souvent nos courses dans les friperies. J’adorais le fait qu’on pouvait y acheter dix livres pour seulement un dollar, alors je m’asseyais devant les étagères et je choisissais ce que je voulais lire. Un jour, une vieille dame m’a vue assise avec des livres et m’a demandé si j’aimais lire. J’ai répondu que bien sûr, j’avais déjà choisi de nouveaux livres qui me plaisaient. Elle a souri, a sorti un dollar de son sac à main, me l’a tendu et m’a dit : “Promets-moi que tu continueras à lire”. J’étais si heureuse que j’ai immédiatement fait cette promesse avec facilité. Elle est partie et j’ai choisi 10 livres que je voulais acheter cette fois-ci. C’était il y a 22 ou 23 ans, mais je pense encore à cette dame chaque fois que j’achète un nouveau livre. © -eDgAR- / Reddit
  • Quand nous étions étudiants, nous n’avions même pas d’argent pour acheter un landau pour le bébé. Nous étudiions à temps plein et mon mari travaillait comme chargeur la nuit pour payer notre appartement et toutes les autres dépenses. Nos parents gagnaient bien leur vie, mais nous ne leur avions jamais demandé un centime. Une seule fois, nous avons demandé à acheter un landau pour notre petite fille. Mes parents ont refusé. Ils ont dit que si nous étions assez âgés pour faire des enfants, nous gagnerions nous-mêmes de l’argent pour acheter un landau. Mon mari a multiplié les services de nuit, a travaillé pendant des semaines sans prendre un seul jour de congé. Et le jour où nous avions déjà prévu d’aller acheter un landau, il s’est cassé la jambe. Nous avons décidé d’économiser de l’argent, car il ne pourrait pas travailler comme chargeur pendant au moins un mois, et nous devions vivre de quelque chose. Et le soir, nos camarades de classe ont appelé, ils ont dit qu’ils allaient passer nous voir (ils ne savaient pas que mon mari s’était cassé la jambe). J’ai fait un gâteau. Et puis toute notre classe est arrivée avec le plus beau landau rose, dont je n’aurais jamais pu rêver ! J’ai pleuré de bonheur et de gratitude. Deux mois plus tard, j’ai donné naissance à ma fille, et le landau nous a servi fidèlement pendant trois ans. Nous avons obtenu notre diplôme universitaire, mon mari a ouvert sa propre entreprise. Tout s’est bien passé. Pour le cinquième anniversaire de notre fille, nous avons réuni tous nos anciens camarades de classe et nous avons payé un voyage dans l’océan, dans les îles. Et nos parents nous ont seulement reproché de ne pas les avoir emmenés en vacances. Chambre 6 / VK
  • Ma mère disait toujours que le bien triomphe du mal et que toutes les bonnes choses reviennent. Sauf que je ne l’ai pas vu dans ma vie : les camarades de classe nuisibles et parfois méchants étaient toujours les préférés des filles. À la fac, des étudiants manipulateurs parvenaient à tricher aux examens et même à obtenir une bourse. Et au travail, en général : le flagorneur joyeux est le favori du patron, et pendant les cinq dernières années, j’ai dû travailler à la fois pour moi et pour lui. Mais il y a trois jours, la grand-mère de ma voisine est morte. Elle était couchée depuis quelques années et les travailleurs sociaux s’occupaient d’elle. Sauf qu’ils n’avaient pas la fonction de “promener le chien”, et c’est moi qui promenais le chien. Et il s’est avéré que la voisine m’a légué un toutou, et en plus 70 000 dollars qui se trouvaient sur son compte. Pour moi, dans notre petite ville, c’est une somme incroyablement élevée ! J’ai décidé de déménager avec le chien dans la capitale. Et à 27 ans, j’ai senti pour la première fois que ma mère avait raison : notre gentillesse nous revient comme un boomerang. © Chamber 6 / VK

Et si tu n’es pas assez ému, n’hésite pas à consulter cet article sur les personnes qui sont nées pour être gentilles.

Commentaires

Notifications
Petit chanceux ! Ce sujet ne comporte aucun commentaire,
ça veut dire que tu seras le premier.
Profites-en !

Lectures connexes