Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

6 Erreurs du film “Les Animaux fantastiques : Les Crimes de Grindelwald” que tu peux t’amuser à repérer en attendant la sortie du troisième volet de la saga

Le mois dernier, Warner Bros. a annoncé que le troisième volet de la saga des Animaux Fantastiques devrait sortir en novembre 2021. Les fans l’attendent avec impatience, d’autant plus que Les Animaux fantastiques : Les Crimes de Grindelwald avait déçu une bonne moitié de ses spectateurs. Malheureusement, J. K. Rowling n’a pas bien tenu son rôle de scénariste, et le film est bien inférieur à ses propres romans.

Après avoir découvert la date de sortie de ce troisième film, Sympa a décidé de jouer les critiques de cinéma. À l’aide des sites web Rotten Tomatoes et Metacritic, nous avons fait une compilation des principales erreurs du deuxième volet de cette saga. Regarde notre analyse ! (mais attention aux spoilers).

1. Il y a trop de personnages secondaires

L’un des principaux problèmes de ce film est la multitude de ses personnages, parmi lesquels on finit par perdre le sens de l’intrigue. Objectivement, éliminer les personnages ci-dessous n’aurait pas changé grand chose au film :

  • Queenie et Kowalski. Bien que dans la première partie, ils formaient un couple charmant, dans le deuxième volet, ces personnages ne sont pas d’une grande importance.
  • Nagini. Bien que son apparence ait eu un impact sur plus d’une personne, l’intrigue des Crimes de Grinderwald n’a pas forcément besoin d’elle. Elle ne fait rien d’important pendant le film, et il est difficile de sympathiser avec elle, surtout parce qu’on sait qu’elle finira par tuer Severus Rogue quelques décennies plus tard.
  • Yusuf. Après avoir vu le film, très peu de gens ont compris qui était vraiment cet homme, ce qu’il faisait et pourquoi, ou d’où il venait.
  • Nicolas Flamel. Ce personnage provoque des sentiments mitigés. D’un côté, c’est agréable d’entendre un nom aussi familier, mais d’un autre, il ne fait rien de tout le film, si ce n’est lancer un sort qui aurait pu être jeté par n’importe quel autre personnage.
  • La nourrice de Leta. C’est assez difficile de comprendre le rôle que joue ce personnage dans le film.
  • Theseus Scamander. Encore une fois, c’est agréable de voir un personnage familier, mais son absence n’aurait rien changé à l’intrigue.

2. Il y a trop d’histoires d’amour ennuyantes

  • Leta Lestrange et Theseus. On ne remarque aucune passion dans leur relation, et même le “je t’aime” prononcé par la jeune femme à la fin du film laisse planer la question de savoir auquel des deux frères il est réellement adressé.
  • Queenie et Jacob. Ils auraient pu devenir le couple préféré des fans, mais tout au long du film, ils ne partagent que quelques scènes. Et si on ajoute à ça le comportement parfois stupide et hystérique de Queenie, alors la touche de romantisme disparaît totalement.
  • Norbert et Porpentina. C’est le couple le plus ennuyeux du monde. Elle se comporte toujours comme un professeur, et lui préfère parler aux animaux.
  • Credence et Nagini. Comment se sont-ils rencontrés ? Pourquoi sont-ils tombés amoureux ? Rêvent-ils d’un avenir ensemble ? Tout cela n’est pas visible à l’écran. De plus, Credence laisse sa bien-aimée seule pour suivre le psychopathe du film, qui, d’ailleurs, l’avait déjà manipulé et trahi une fois.
  • Dumbledore et Grindelwald. Une importante romance entre ces deux personnages avait été mentionnée, mais a fini par générer de la confusion : si les réalisateurs ont voulu inclure une relation homosexuelle dans ce film, pourquoi ont-ils finalement décidé de ne pas en parler ouvertement ?

3. De nombreux personnages se comportent de manière très étrange

  • Queenie. Elle retire toute volonté à ses proches et lit dans leurs pensées sans même leur demander. Mais la question principale est : pourquoi a-t-elle cru Grindelwald ? N’avait-elle pas pensé au fait qu’elle ne serait pas autorisée à épouser un Moldu dans le monde idéal des magiciens ?

  • La bibliothécaire des archives. Elle laisse le complice de Gellert Grinderwald entrer dans les archives secrètes, puis pareil avec Norbert. Mais quand Leta va chercher ses propres documents, la bibliothécaire y entre immédiatement avec les matagots.

  • L’entourage de Lestrange. C’est tout simplement terrible : un aristocrate blanc prend possession d’une femme noire, comme si c’était un objet, et l’épouse de force. Ça ne choque vraiment personne ?

4. On dirait que ce film n’a pas vraiment besoin de Norbert ou de ses animaux

Il y a en effet peu d’animaux fantastiques dans ce film. La première partie de la saga a montré qu’ils pouvaient être utilisés encore mieux que les sorts, mais ce volet n’en contient quasiment pas.

Norbert Dragonneau est un excellent personnage principal, mais il ne fait pas avancer l’intrigue, et il provoque finalement plus de chaos que de bonnes choses. Bref, il refuse tout simplement d’aider le Ministère et Dumbledore. Il tente de sauver Tina et tombe lui-même dans un piège, et il ne fait rien lorsque Queenie et Credence passent du côté obscur. On dirait donc que ses animaux et lui-même ne sont présents ici que pour justifier le titre du film.

5. Il y a beaucoup d’incohérences dans le scénario.

Voici ce que les fans les plus observateurs ont remarqué :

  • McGonagall est soit-disant née en 1935, donc elle ne pouvait certainement pas déjà enseigner dans les années 20.
  • Kowalski se souvient de tout lors qu’il avait reçu un sort d’effacement de mémoire.
  • Dans la version originale, Nagini n’était qu’un serpent, et pas un malédictus.
  • Les parents de Dumbledore sont morts avant la naissance de Credence.
  • Personne n’essaie de se cacher des Moldus. Dans le premier film, c’était une chose pourtant très importante, mais dans la seconde, les personnages utilisent un traducteur, provoquent des ouragans et envoient des dragons, et volent au-dessus de Paris. Et ça ne choque personne là encore ?
  • Le scénario abuse de la potion multi-jus. Dans le film, elle est utilisée trois fois : lors de l’évasion du méchant, lors de la visite de Norbert au ministère, et lors de la saisie des documents de Lestrange. Mais pourquoi les représentants de la loi n’ont-ils pas contrôlé son utilisation, pourquoi n’y a-t-il pas eu d’avertissement au sein du ministère indiquant une tentative de tromperie ?
  • L’évasion de Grindelwald est spectaculaire, mais elle n’en est pas moins convaincante. Pourquoi est-il transporté dans une voiture non sécurisée ? Comment Abernathy a-t-il eu accès à Gellert, et surtout en tant que gardien ? Pourquoi y a-t-il plusieurs personnes dans la voiture, et une escorte de balais volants complètement inutiles ?

Malgré tout, certaines de ces erreurs peuvent être pardonnées, et nous pouvons même en rire. Par exemple, regarde à quel point la vie a physiquement marqué le professeur Dumbledore en 10 ans à peine.

6. La partie la plus inexplicable du film reste la fin

C’est la scène visuelle la plus spectaculaire, et malheureusement, c’est aussi l’une des moins logiques du film. Voici quelques questions que beaucoup de spectateurs se sont posées en la regardant :

  • Pourquoi les protagonistes ne font-ils rien ? Il y a un dangereux criminel, et il faut le capturer à tout prix. Quiconque tente d’empêcher son arrestation doit également être arrêté. Mais au lieu de ça, ils laissent la foule écouter son discours, ils semblent même être passionnés par les idées de Grindelwald, et ce n’est qu’ensuite qu’ils tentent d’intervenir.
  • Pourquoi ont-ils tué l’adepte rousse de Grindelwald ? Elle n’a commis aucun crime, elle était juste là pour l’écouter. De plus, il existe de nombreux sorts dans l’univers d’Harry Potter qui permettent de désarmer, attacher, neutraliser... La pauvre femme a été tuée immédiatement.
  • Pourquoi Leta attaque-t-elle Grindelwald ? Après tout, elle aurait pu deviner qu’elle ne battrait probablement pas le plus puissant des mages, surtout armé de sa baguette et entouré d’un groupe d’adeptes. C’était quoi ? Une forme de suicide causé par sa culpabilité ?
  • Quels sont finalement les “crimes” de Grindelwald ? Durant tout le film, le méchant principal a tué une famille (il ne l’a même pas fait lui-même), un demi-elfe, et un garde durant son évasion. À la fin du film, quelques autres personnages meurent, mais même cela ne justifie pas franchement le titre impactant du film.

Malgré tout, ce film présente trois points vraiment très forts, qui méritent d’être applaudis.

  • La beauté. L’intrigue se déroule en France, ce qui permet aux spectateurs de s’immerger dans le monde magique européen. Nous espérons que les autres volets de la saga perpétueront cette agréable tradition.
  • Les effets spéciaux. Grâce à eux, il y a beaucoup de scènes vraiment spectaculaires dans le film, et qui restent bien dans notre mémoire, comme par exemple le moment où Grindelwald appelle ses disciples.
  • Les acteurs. Difficile d’imaginer quelqu’un d’autre que Jude Law dans le rôle du jeune Dumbledore, même si, avec le temps, il remplacera ses élégants costumes par d’étranges robes pourpres. Que Johnny Depp ait réussi à interpréter le rôle d’un méchant peut être discuté, mais en tout cas, il est bon de revoir ce talentueux acteur dans un autre rôle que celui de Jack Sparrow.

Qu’est-ce qui t’a le plus plu dans ce film ? Et qu’est-ce qui ne t’a pas plu ? Es-tu inquiet pour le troisième volet de la saga ou surtout impatient de le voir ? Laisse ton opinion dans les commentaires ci-dessous, et partage cet article avec les personnes de ton entourage qui aiment Les Animaux Fantastiques !