Sympa

20+ Preuves que personne n’est à l’abri de situations ridicules au travail

2--5
12k

En moyenne, une personne passe 13 années de sa vie au travail. Et parfois, entre la routine et les actions répétitives, des situations inhabituelles arrivent. Subitement, les clients demandent des services totalement absurdes, les collègues surprennent tout le monde de par leur capacité à résoudre un problème et les spécialistes du bureau d’à côté montrent à quel point l’oubli est une chose merveilleuse.

Chez Sympa, nous avons examiné attentivement les comptes des utilisateurs du réseau social Twitter pour trouver des preuves que tout travail possède ses particularités, sans exception.

  • Au travail, nous avons une collègue très zen. Elle n’est dérangée ni par les personnes, ni par les tâches ingrates. Elle possède une tranquillité qui laisse sans voix. Nous lui avons demandé quel était son secret et sa réponse nous a laissés bouche bée : elle pratique le vumbilding (la musculation périnéale). Tout le monde s’énèrve et elle reste assise en silence. Maintenant, nous regardons son bureau d’une manière différente car nous savons qu’en dessous, d’énormes efforts sont fournis. À en juger par le fait que le bruit dans le bureau a grandement diminué, la moitié des employées ont sans doute commencé à renforcer leurs muscles pelviens.
  • Un collègue du bureau d’à côté est entré pour bavarder. À ce moment-là, quelque part, un téléphone s’est mis à sonner pendant 5 minutes. Mon collègue a craqué et dit : “C’est qui l’idiot qui s’éloigne de son bureau et qui ne répond pas au téléphone ? Quelle insolence !”. Par la suite, il s’est rendu compte de la situation : “Oh, ce n’est pas moi qu’on est en train d’appeler ?”, et il est parti en courant.
  • Je viens de remarquer à quel point la présence d’un chat peut transformer une personne. Un moment, elle criait “Gérard, je t’ai dit de te mettre d’accord avec le nouveau fournisseur !”, et soudain elle a murmuré “Oh, quelle chose si adorable ! Qui est cette boule de poils ? Qui est le plus beau ?”.
  • Les employés se plaignent du bruit de la climatisation (le condensateur est placé sur la partie extérieure), ce qui les “oblige à travailler”, avec la vibration du sol et des conditions de travail infernales. Nous nous sommes rendus sur les lieux pour mesurer le niveau de bruit et de vibration. C’était l’été, dans la rue il faisait plus de 25°C, la climatisation fonctionnait à plus de 20°C et les personnes avaient les fenêtres ouvertes. “Fermez les fenêtres, vous rafraîchissez la rue”. Ils m’ont répondu qu’ils avaient besoin d’air. Nous avons fermé les fenêtres et le bruit avait disparu. “Mesurez-le avec les fenêtres ouvertes !”. Le spécialiste a répondu que cela ne se faisait pas comme ça, parce que la source externe devait s’éliminer. Nous avons mesuré la vibration des tables et nous n’avons rien remarqué. Les ingénieurs ont à nouveau ouvert les fenêtres et se sont plaints des conditions de travail.
  • Aujourd’hui, avec un collègue, nous nous sommes mis d’accord sur l’heure et le lieu de travail. À l’heure prévue, ce dialogue a eu lieu :
    — Je ne te trouve pas.
    — Tu es sorti du côté de l’université ?
    — Oui.
    — Deuxième sortie ?
    — Oui, dans l’Avenue de l’université.
    — Bizarre.
    — ...
    — ...
    — Dans quelle ville ?
    — À Mexico.
    — Je suis à Monterrey.

  • Je travaille à la Direction des Travaux et je reçois toujours différentes demandes. Toutefois, ce matin, j’ai reçu la plus insolite de toutes. Le téléphone a sonné :
    — Direction des Travaux, bonjour.
    — Bonjour, j’ai besoin d’une grue.
    — Pardon ?
    — Je vis au cinquième étage, le dernier du bâtiment. Je vois les branches d’arbres à travers les fenêtres et certaines comportent des feuilles jaunes. Je n’aime pas cette vue ! Appelez un employé pour tailler ces feuilles.
    — Tailler les feuilles ?
    — Oui, j’attends de vos nouvelles.
    Et j’ai raccroché le téléphone.

  • Un jour, je suis entré dans le Département de Comptabilité de notre puissante entreprise. Après le repas, il y a eu une conversation entre le directeur financier (homme), le patron (homme) et la comptable (une femme prénommée Jeanne).
    Je m’assois sur le canapé et ferme les yeux. La porte claque et un client entre dans la pièce. Il nous regarde et nous faisons pareil. Nous attendons. L’homme observe toutes les personnes présentes autour de lui et demande : “Qui d’entre vous est Jeanne ?”, suivi d’un long silence.

  • J’ai été témoin de la façon dont le vigile d’un supermarché s’est rué sur un alcoolique en criant : “Rendez ce que vous avez pris”. Il a tout nié en bloc. Par la suite, sans faire d’histoires, il a déboutonné le pantalon du suspect et sorti une bouteille de vodka, comme un lapin dans un chapeau. Pour surveiller les coûteuses œuvres d’art, ils devraient engager Pedro, le vigile du magasin.
  • Sais-tu ce qui est le plus stressant dans le métier de professeur ?
    — Bonjour Monsieur.
    — Bonjour Monsieur.
    — Bonjour Monsieur.
    — Bonjour Monsieur.
    — Bonjour Monsieur.
    — Bonjour Monsieur.
    — Bonjour Monsieur.
    — Bonjour Monsieur.
    — Bonjour Monsieur.
    Même dans les lieux les plus inespérés.
  • Dans une conversation au travail : “L’autre jour, j’ai discuté avec un utilisateur. Nous sommes arrivés à la conclusion que les fonctions s’adaptaient à ses besoins, mais que l’homme ne l’avait pas encore compris. Après notre conversation, l’utilisateur a commencé à considérer les fonctions existantes comme accessibles et complètes. J’ai fermé la tâche. Capacité de persuasion : 101 sur 100”.
  • J’ai travaillé en tant que caissière dans un supermarché. Nous avons compté la caisse et il manquait 90€. Avec le patron, nous avons recompté à plusieurs reprises. Il manquait toujours cet argent. À cette époque, mon salaire était de 200€. Le gérant m’a dit qu’il ne réclamerait pas la somme et que peut-être, quelqu’un finirait par rendre l’argent dans les jours suivants. J’étais très triste en rentrant chez moi. Le lendemain, l’homme m’a appelée et m’a dit :
    — Les 90€ sont réapparus !
    — Comment ça ?
    — Hier, tu t’es trompée en rendant la monnaie. La dame est partie toute contente, sans rien dire, et aujourd’hui, elle a ramené l’argent. Elle a dit qu’elle n’avait pas dormi de toute la nuit, qu’elle se sentait coupable. Pour la remercier, je lui ai offert une boîte de chocolats en ton nom.

  • À mon travail, une chaise s’est cassée et j’ai appelé... le technicien informatique, parce que c’était la chaise de l’ordinateur et le technicien pourra certainement la réparer.
  • Je travaille dans le Département Technique d’un petit fournisseur d’internet. La directrice du Département de Ventes m’a appelé pour que je répare le ventilateur de plafond de notre bureau, parce que les filles se plaignaient qu’il ne fonctionnait pas. Je suis allé jeter un coup d’œil et j’ai demandé où il se trouvait. " Dans la cuisine ", m’ont-elles répondu. Je me suis approché du ventilateur et il faisait du bruit, tout avait l’air d’aller. J’ai dit à la directrice qu’il n’y avait aucun problème. Elle a envoyé une fille m’expliquer ce qui ne fonctionnait pas. Elle a regardé et a dit :
    — Il ne fonctionne pas.
    — Pourquoi ?
    — Cela ne se voit pas qu’il est en train de tourner.
    J’ai éteint le ventilateur, il s’est arrêté et les pales étaient visibles. Je l’ai rallumé et elles n’étaient plus là. Je n’ai pas eu à donner plus d’explications.

  • J’ai eu un rendez-vous avec mon gynécologue. À la clinique, il semblait que personne n’était au courant que la vague de froid était présente depuis la semaine passée. En m’asseyant sur le canapé, j’ai dit au docteur : “Il fait froid ici”. Docteur : “Ils n’ont pas allumé le chauffage. J’ai tellement froid que mes mains sont gelées. Elles se réchauffent uniquement au contact de mes patientes”.
  • Beaucoup de personnes ont déjà eu de tels collègues de travail : des hommes qui réclament à d’autres des cigarettes sous prétexte qu’ils ont arrêté de fumer. Maintenant, ils se sont associés aux femmes qui décident de perdre du poids et ils disent : “Je ne vais pas boire de thé/café avec des gâteaux au travail”. Qu’est-ce que font les femmes ? La même chose, elles demandent aux autres des sachets de thé et des gâteaux.
  • Aujourd’hui, mes vacances débutent. Les collègues sympathisants, même les “rabat-joies”, étaient présents. À l’heure du repas, une des employées du chef du Département des Affaires commerciales s’est approchée.
    Elle : “Ne m’oublie pas le matin. Pendant quelques jours, je serai en retard et j’arriverai à 10 heures”.
    Moi : “Aucun problème. L’important est de ne pas l’oublier.”
    Nous nous sommes mis à rire. À ce moment-là, je voulais demander des explications.
    Elle : “Ne t’inquiète pas, tout est ok. Je suis simplement en vacances”.
  • Je travaille dans un service client et je m’occupe des achats de biens immobiliers. Aujourd’hui, j’ai discuté avec un homme. Au départ, pendant environ 10 minutes, il m’a dit qu’il jouait avec son chien. Ensuite, il m’a demandé s’il pouvait louer une maison et vivre là-bas avec son chien. Pour finir, il souhaitait savoir s’il était possible de mettre l’appartement au nom de l’animal. Excellent service, 5 étoiles sur 5.

Quelle est la situation la plus amusante que tu as vécu au travail ? Partage tes anecdotes dans les commentaires.

Photo de couverture Rawen0 / pikabu
2--5
12k