Sympa
Sympa

La voie du photographe : 4 histoires fascinantes sur le chemin qui mène à l’art visuel

= Cet article est sponsorisé par Depositphotos =

Il est toujours intéressant de découvrir les parcours de vie des gens, leurs hauts et leurs bas, ainsi que les leçons qu’ils ont apprises au fil du temps. Ces récits sont souvent de belles sources de motivation, et permettent de réaliser que vous n’êtes pas seul(e) à affronter des difficultés dans votre activité.
Pour inspirer les professionnels du secteur créatif à atteindre de grands sommets et à poursuivre leurs rêves, Depositphotos, une place de marché de contenu, partage des histoires uniques sur le destin, difficile mais passionnant, qui mène à devenir artiste visuel. Avec ce projet, vous apprendrez comment ces artistes ont obtenu des résultats, quels obstacles ils ont rencontrés en cours de route et quels rêves les ont inspirés à continuer. Lisez pour vous inspirer.

Masis Usenmez

Masis Usenmez est un photographe de rue turc, établi en France, qui préfère la photographie en noir et blanc aux complexités de la couleur. De Turquie, il s’est expatrié en France il y a quelques années. Ne parlant pas français, il a donc eu des difficultés pour faire la connaissance de nouvelles personnes et découvrir leur culture.

Malgré le fait que Masis utilise beaucoup les réseaux sociaux, il s’est senti très seul lors de ses six premiers mois dans ce nouveau pays. " J’ai réalisé qu’il n’est pas si facile d’établir des relations sociales dans les sociétés modernes. Même s’il y a beaucoup de gens autour de nous, nous ne les regardons pas et ne leur parlons pas. Nous sommes seuls dans nos activités quotidiennes “, nous a dit le photographe.
Masis est allé se promener dans la rue pour apaiser son sentiment de solitude. Prendre des clichés dans la rue lui a permis de pouvoir poser des questions et d’obtenir des réponses. ” Mon message, c’est que la solitude n’est pas une mauvaise chose. Ce sentiment peut être votre force. La solitude peut vous aider à créer le style de votre art, il suffit juste de ne pas s’y embourber, " ajoute Masis Usenmez.

Kate Kondratieva

Kate Kondratieva est une artiste visuelle ukrainienne qui partage les histoires des gens au travers de photos puissantes. Elle a abandonné ses études de médecine pour poursuivre ses rêves. Kate prétend que si elle savait où sa vie la mènerait, elle aurait quitté l’université beaucoup plus tôt.

Kate se spécialise dans le portrait psychologique. Une photo comme celle-ci est destinée à illustrer la profondeur du monde intérieur d’une personne, à refléter la plénitude de sa personnalité et à capturer le mouvement sans fin des sentiments et des actions humaines. Kate Kondratieva précise : " souvent, les gens viennent me voir pour guérir après avoir divorcé ou vécu des changements majeurs dans leur vie. Ils veulent se souvenir d’eux-mêmes à ce moment-là, afin de s’en libérer par la suite. Je suis incroyablement heureuse qu’ils me confient leurs moments les plus sincères et les plus personnels, ainsi que d’avoir choisi cette voie il y a huit ans."

Eldar Khamitov

Eldar Khamitov est un photographe de rue basé à New York. Il est venu à New York du Kazakhstan il y a sept ans, a acheté son premier reflex numérique et a commencé à l’emmener avec lui lors de ses promenades en ville. Le photographe était fasciné par de petits détails qui sont probablement très courants pour les New-Yorkais ; pour lui, tout dans la nouvelle ville semblait provenir d’une autre planète.

Eldar est spécialisé dans la photographie de rue authentique et les personnages qui sortent de l’ordinaire. Ses clichés reflètent sa relation avec le monde. " Je suis attiré par les imperfections des apparences qui attirent le regard, imperfections de ceux que l’on peut qualifier d’inadaptés, car c’est ce que j’ai ressenti la plupart du temps toute ma vie, et je suis attiré par les choses qui me rendent triste, car je me trouve être une personne d’humeur maussade et mélancolique ", ajoute Eldar.

Andrey Gudkov

Andrey Gudkov est un célèbre photographe animalier russe dont les œuvres paraissent dans National Geographic et d’autres médias de renommée mondiale. Son travail été reconnu par la Fédération internationale de l’art photographique, la Royal Photographic Society, National Geographic Russia et des dizaines d’autres organisations internationales.

La carrière photographique d’Andrey a été longue et difficile, avec plus de chutes que de victoires. “ Parfois, je me demandais : “Combien de temps est-ce que je continue d’essayer ?” Cette pensée me donnait envie d’arrêter ", nous a-t-il confié.

Andrey se rend maintenant dans les endroits les plus reculés et les plus dangereux pour photographier la vie sauvage. Il nous raconte que les conditions sont généralement loin d’être parfaites. La nature sauvage est rude. Capturer des moments en or peut prendre des années.

" Je photographie la migration des animaux en Afrique depuis 12 ans. Il m’a fallu quatre ans pour photographier des baleines à bosse et trois ans pour organiser une expédition à Cuba. Après trois ans d’essais, nous avons été autorisés à visiter l’une des plus grandes colonies de flamants roses du parc animalier Río Máximo à Camagüey. En passant 10 jours dans le parc, j’ai finalement pu photographier tout ce que j’avais en tête ", a raconté Andrey.

Avez-vous apprécié ces quatre récits que nous partageons avec vous ? Lisez les histoires complètes de Kate Kondratieva, Masis Usenmez, Eldar Khamitov, Andrey Gudkov, ainsi que d’autres photographes du Pérou, de Hongrie, de Mongolie et d’Israël sur le site Web du projet.

Photo de couverture Eldar Khamitov
Sympa/Photographie/La voie du photographe : 4 histoires fascinantes sur le chemin qui mène à l’art visuel
Partager cet article
Ces articles peuvent te plaire