Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

10 Choses que tu ne sais sans doute pas sur les empreintes digitales qui vont éveiller ta curiosité

Les empreintes digitales font partie intégrante de notre corps, elles nous accompagnent tout au long de notre vie, et pourtant on ne sait pas grand-chose à leur sujet. Certains pensent que les humains sont tous dotés d’empreintes digitales et qu’il n’existe pas d’autres êtres qui en possèdent. C’est faux ! Lis cet article pour découvrir ce qui se cache derrière nos doigts.

Sympa te présente, aujourd’hui, 10 éléments que tu ignores sans doute encore sur tes empreintes digitales !

1. La formation commence pendant la grossesse

Les empreintes digitales se créent pendant les 6 premiers mois de grossesse, prenant la forme de ce qu’il y a autour du bébé. De nombreux facteurs entrent en jeu lors du processus de formation, comme par exemple où, quand, comment, le fœtus évolue. Ces caractéristiques sont uniques, c’est-à-dire qu’aucun individu ne peut avoir les mêmes empreintes.

2. Certaines personnes naissent sans empreintes digitales

On appelle “adermatoglyphie” la malformation génétique qui fait que certaines personnes n’ont pas d’empreintes digitales. Uniques, ces caractéristiques sont donc un moyen d’être identifié sans erreur possible puisque, répétons-le, deux individus ne peuvent pas avoir les mêmes empreintes. Cependant, les personnes touchées par l’adermatoglyphie ne peuvent tout simplement pas être identifiées. C’est pourquoi, il existe un nom lorsque ces personnes-là souhaitent voyager ou se déplacer, mais qu’elles ne peuvent pas obtenir de passeport biométrique (besoin des empreintes digitales). On appelle cela “la maladie de l’immigration retardée”, une maladie qui peut compliquer bien des situations pour l’individu touché.

3. Même les jumeaux ont des empreintes uniques

On aurait tendance à penser que les jumeaux sont identiques en tout point puisqu’ils ont la même génétique, mais pas du tout. Ils n’ont pas les mêmes empreintes digitales tout simplement parce que, comme dit précédemment, ces dernières se forment dans le ventre de la mère en fonction de ce qui nous y entoure et de notre façon de bouger. Même si ces deux êtres partagent le même milieu pendant la grossesse, ils ne sont pas en contact de la même manière avec le ventre de la mère.

4. La boucle cubitale, un patron commun

Une étude menée pour déterminer si le sexe et le groupe sanguin avaient une influence sur les différentes empreintes digitales, a permis aux scientifiques d’arriver à une conclusion intéressante. Ils ont constaté que, chez les hommes, une forme de boucle est plus courante, tandis que chez les femmes, on retrouve une forme d’arc. Ils ont également constaté que le modèle le plus courant en ce qui concerne la forme de l’empreinte digitale était la boucle cubitale, qui est caractérisée par le fait que toutes les lignes se rejoignent vers le haut du petit doigt.

5. La première empreinte digitale d’un prisonnier

Après avoir tué ses deux jeunes fils, Francisca Rojas de Caraballo a accusé son voisin Pedro Ramón Velázquez du tragique événement. Toutefois, la police a retrouvé une empreinte appartenant sûrement à l’assassin, sur la boîte aux lettres près de la porte d’entrée.

Sous la direction de Juan Vucetich, un austro-hongrois naturalisé argentin et pionnier dans le domaine de la reconnaissance d’empreintes digitales, la police de Buenos Aires a pu comparer les empreintes de Francisca et celles de la boîte aux lettres, l’identifiant comme la meurtrière et la capturant immédiatement.

6. Les koalas et les singes ont aussi des empreintes digitales

Peu de gens le savent, mais il existe trois espèces d’animaux qui ont, eux aussi, des empreintes digitales : les chimpanzés, les gorilles et les koalas.

En Australie, l’Université d’Adélaïde a découvert comment les empreintes de ces animaux se forment. Vivant dans les arbres et y grimpant pour atteindre des feuilles afin de se nourrir, ces espèces ont développé leurs propres empreintes, leur permettant ainsi de mieux supporter ce contact avec différentes surfaces.

7. La première empreinte a été trouvée au Koweït

En 2016, un groupe d’archéologues a trouvé une empreinte considérée comme la plus ancienne du monde au nord du Koweït. On estime qu’elle aurait près de 10 000 ans. Elle a été trouvée sur un morceau de céramique cassé, et selon les archéologues, elle appartiendrait à l’âge de pierre.

8. Mark Twain avait déjà compris que les empreintes étaient précieuses

Mark Twain est le premier écrivain américain à avoir compris que les empreintes pourraient être précieuses lorsqu’on parlerait de crimes ou de vandalisme. Une passion étonnante pour son époque, mais à laquelle il fait bel et bien référence dans ses livres La vie sur le Mississippi et La Tragédie de Pudd’nhead Wilson et la comédie des deux jumeaux extraordinaires, publiés en 1883 et 1894 comme œuvres théâtrales. Ce n’est qu’au milieu du XXe siècle que la police commencera à prendre en compte cette technique dans ses enquêtes.

9. Pendant la Seconde Guerre mondiale, plus de 70 millions d’empreintes ont été trouvées

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le FBI a décidé de relever les empreintes digitales des citoyens afin d’avoir le contrôle de la population et de maintenir le calme et l’ordre. En 1943, la base de données comptait près de 70 millions d’empreintes appartenant à des travailleurs, des agents et des soldats.

10. Apple met en place une technologie de pointe qui indique si la personne utilisant son empreinte est vivante

La technologie ne cesse d’avancer et Apple n’est pas à la traîne ces dernières années. Ses nouveaux capteurs d’empreintes digitales permettent de savoir si les empreintes appartiennent à une personne vivante ou s’il s’agit de l’empreinte d’une personne décédée. L’appareil utilise deux mécanismes différents : l’un est un capteur capacitif, qui détecte le courant électrique dans le sang, et l’autre est un capteur à fréquence radio, qui perçoit les ondes émises par le tissu vivant. Toute une technologie de pointe contenue dans un téléphone !

Bonus : les empreintes digitales servent aussi dans le monde de l’art

Teri Horton, ancienne conductrice de camion aujourd’hui âgée de 73 ans, a acheté un tableau dans une petite boutique de Californie pour la modique somme de 5 dollars. Ne pouvant l’accrocher nulle part à cause de ses grandes dimensions, elle a décidé de s’en débarrasser en l’exposant dans son garage lors d’une vente d’objets dans son quartier. Une professeure d’art qui passait par là a vu l’œuvre et lui a dit qu’il pourrait bien s’agir de celle du célèbre peintre Jackson Pollock.

Effectivement, après avoir analysé le tableau et retrouvé les empreintes digitales qui étaient dessus, le tableau a été estimé à 15 millions de dollars.

Que penses-tu de cet article ? Savais-tu que tes empreintes pouvaient te donner autant d’informations ? N’oublie pas de partager cela avec tes amis et de laisser un commentaire dans la section ci-dessous !