Sympa
Sympa

10 Trouvailles fascinantes découvertes grâce à Google Maps

Avec 4,5 milliards d’internautes et 3,8 milliards d’utilisateurs sur les réseaux sociaux en 2020, l’information circule très vite et toutes sortes de connaissances nous sont aujourd’hui accessibles d’un simple clic. D’ailleurs, il est tout à fait possible de s’évader et de voyager virtuellement partout dans le monde, sans pour autant bouger de son canapé. Parfois lorsque nous cherchons tout simplement l’inspiration pour un prochain séjour (et nous en avons bien besoin durant la période difficile que nous traversons actuellement), il arrive que quelque chose nous intrigue au détour d’une recherche. Et ce n’est pas étonnant. En effet, depuis que Google a lancé en 2005 son service Google Maps, des internautes curieux vivant aux quatre coins du monde font toujours plus de découvertes aussi incroyables et intéressantes les unes que les autres : des objets, des dessins, des structures et bien d’autres éléments pouvant avoir une valeur historique ou artistique. Et certaines d’entre elles pourraient aisément être l’œuvre d’extraterrestres.

Chez Sympa, nous avons nous aussi décidé d’examiner la surface de notre belle planète, et nous avons découvert quelques endroits qui font travailler l’esprit et l’imagination. Dans le bonus en fin d’article, tu pourras voir un objet tellement minuscule qu’on se demande comment il a pu être détecté par un satellite.

De mystérieux trous dans la vallée de Pisco au Pérou

Cette bande longue d’environ 1,5 kilomètres, constituée d’environ 6000 trous étranges de différents diamètres et profondeurs, prend sa source dans la vallée de Pisco pour disparaître bien plus loin dans les Andes péruviennes. Elle est très impressionnante, même vue du ciel comme le montre la carte satellite, sans parler des vidéos prises avec des drones.

Il est particulièrement intéressant de noter que, contrairement aux plus célèbres géoglyphes de Nazca (que tu peux observer ici), le but de cette création ainsi que ses concepteurs eux-mêmes reste encore un grand mystère depuis les années 1933, date de la découverte du site. Pour l’instant, il existe plusieurs hypothèses. Par exemple, ces trous auraient été utilisés pour stocker du grain ou en tant que sépultures, car ce lieu aurait pu être une immense nécropole. Mais toutes ces théories ont été sujettes à controverse et c’est pour cela que le mystère perdure encore aujourd’hui et qu’il reste toujours autant de questions sans réponses.

Une île artificielle aux Pays-Bas

L’île au centre du lac de Ketelmeer, aux Pays-Bas, ressemble fortement au pictogramme de géolocalisation. En réalité, il s’agit d’un barrage circulaire d’un kilomètre de diamètre nommé IJsseloog. Il est utilisé comme lieu de dépôt de limon pollué, drainé dans le Ketelmeer par la rivière IJssel entre 1950 et 1990. Pour l’instant, l’assainissement de ce limon n’est pas encore faisable.

Un triangle géant aux États-Unis

Voici un endroit qui peut paraître mystique au premier abord. Ce triangle se situe à Wittmann, dans l’Arizona, et est en réalité une base militaire aérienne des États-Unis qui fut abandonnée autour des années 1956–1966.

Une empreinte digitale géante en Grande-Bretagne

Cette énorme empreinte digitale, nommée Fingermaze, se trouve au parc central Hove à Brighton, en Grande-Bretagne. Malgré le fait qu’elle porte le nom de “Labyrinthe”, il s’agit d’une sculpture plate de carreaux de céramique et de ciment calcaire, créée en 2006. Cette empreinte est l’œuvre de l’artiste Chris Drury et elle symbolise le voyage à travers la vie.

Des dessins mystérieux dans le désert de Gobi, en Chine

Ce dessin semble avoir été réalisé à l’aide d’un immense tampon. Cet élément du désert de Gobi fait depuis longtemps cogiter l’esprit des gens, qui ont élaboré une multitude d’hypothèses plus ou moins farfelues. En effet, beaucoup d’entre elles sont liées à des êtres venus de l’espace. Mais il s’agirait plutôt d’une œuvre produite par la main de l’Homme. Selon Jonathon Hill, chercheur, technicien et planificateur du Centre de vol spatial des missions vers Mars, ce genre de motif est utilisé pour calibrer les satellites espions chinois.

L’étang de potasse de Moab, États-Unis

Ces étangs aux eaux cristallines bleues, qui contrastent avec les reliefs rouges du désert de Moab dans l’État de l’Utah, sont utilisés pour l’extraction du chlorure de potassium, également connu sous le nom de potasse. L’entreprise Intrepid Potash dirige trois sites de ce genre aux États-Unis, mais celui dont est tiré le cliché ci-dessus est le plus remarquable et le plus connu d’entre eux.

Un visage d’extraterrestre en Antarctique

Après la détection de cette anomalie dans les montagnes de l’Antarctique, les conspirationnistes se sont emparés du phénomène pour pouvoir étayer leur thèse, et ils voient une preuve de l’existence, et même de l’invasion sur la Terre, des extraterrestres. Il existe pourtant des explications plus rationnelles à cette anfractuosité singulière. Cela peut être le résultat d’imperfections de la conglutination et de la superposition des cartes satellites, ou il pourrait s’agir tout simplement d’un bête exemple de paréidolie, un phénomène qui consiste, entre autres, à identifier une forme familière dans un paysage, à cause duquel nous croyons voir des images alors que ce ne sont que des illusions. C’est exactement ce qu’il se passait lorsque l’on observait les nuages dans notre enfance en les associant à des animaux.

Un mémorial au milieu du désert du Ténéré en Afrique

Une grosse catastrophe aérienne a eu lieu le 19 septembre 1989 : un vol de la compagnie aérienne française UTA, opéré par un McDonnell Douglas DC-10 et reliant Brazzaville à Paris via N’Djaména, a explosé au-dessus du désert du Ténéré au Niger. Il s’agissait d’un attentat terroriste qui a tué les 170 passagers et membres d’équipages. En 2007, pour le 18e anniversaire du crash, un mémorial a été érigé au milieu du désert. 170 miroirs brisés, symbolisant le nombre de morts, ont été placés tout le long du périmètre d’un cercle. Son coût de 400 000 euros a été couvert grâce aux intérêts des indemnités payées par la Libye.

Le cratère de Lonar, en Inde

À l’origine, le lac Lonar était connu parce qu’il a été créé par l’impact d’une météorite, il y a environ 50 000 ans. Le cratère a un diamètre d’environ 1,8 kilomètre tandis que le lac, d’environ 1,5 kilomètre de diamètre, est situé 137 mètres plus bas que le bord supérieur du cratère.

Début juin 2020, quelque chose d’extraordinaire s’est produit : l’eau du lac a changé de couleur et est passée du vert au rose, presque rouge, pendant 2-3 jours. D’après les rapports reçus par l’institut de recherches d’Agharkar, ce changement de teinte est le résultat du niveau bas de l’eau et d’une forte concentration de sel qui a provoqué le développement de halobactéries et une augmentation de caroténoïdes.

Une cible géante aux États-Unis

Tu pourrais penser qu’il s’agit là d’une blague ou d’une œuvre d’art, mais il existe d’autres hypothèses. Ces marques présentes un peu partout aux États-Unis sont très probablement des cibles de calibrage pour les photos aériennes.

Ce symbole bizarre est certainement une base militaire abandonnée ou les vestiges d’un ancien fort.

Bonus : une voiture au fond de l’eau aux Bahamas

Cette automobile n’a aucune valeur historique ni artistique, mais elle démontre à quel point les cartes satellites sont détaillées.

Et toi, as-tu déjà parcouru notre belle planète en observant les cartes satellites de Google Maps ? As-tu fait des découvertes ? N’hésite pas à partager ton expérience et tes captures d’écran avec nous dans les commentaires !

Photo de couverture Google Earth
Partager cet article