Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration
Sympa

12 Particularités de la vie en Turquie dont on ne parle pas dans les émissions sur le voyage

La Turquie possède tout ce dont on a besoin pour passer d’excellentes vacances : un soleil généreux, une mer d’un bleu azur et des plages magnifiques. Ajoute à cela une population locale très accueillante et tu comprendras pourquoi les touristes qui choisissent cette destination tombent amoureux du pays et de ses habitants.

Chez Sympa, nous avons noté tout ce que nous avons découvert sur la Turquie afin de le vérifier une fois sur place. À la fin, tu trouveras un bonus avec des récits de personnes qui ont déjà visité la Turquie et qui ont rapporté chez elles non seulement des souvenirs, mais aussi une histoire vraiment sympa à raconter.

1. Les invités retirent leurs chaussures et les laissent à l’entrée

  • On enlève les chaussures avant d’entrer dans une maison et on les laisse le plus souvent sur le palier ou dans la rue. Il est très important de savoir ça avant d’entrer chez quelqu’un. Dans presque tous les foyers turcs il y a plusieurs paires de pantoufles pour les invités, mais tu peux tout à fait apporter les tiennes, cela n’étonnera personne. © turetskiy.yazik / Facebook
  • Comme tous les Turcs, j’ai pris l’habitude de me déchausser sur le seuil de la porte, pour éviter de faire rentrer toute la saleté de l’extérieur. Par respect pour les invités, pendant qu’ils boivent leur thé sur le balcon, la maîtresse des lieux sort discrètement et retourne leurs souliers de façon que les pointes soient orientées vers la sortie : cela permet aux invités de les enfiler plus facilement au moment de repartir. Cela fait partie de la célèbre hospitalité turque. © OSFERY / Livejournal

2. On considère que toutes les femmes sont belles et que les beautés sont tout simplement différentes

  • Les femmes en Turquie sont très élégantes, la plupart d’entre elles portent des bottes par tous les temps. En Europe, il est très facile de repérer les Turques grâce à ces bottes. © haydamak / Livejournal

  • Si vous avez la peau pâle, les yeux clairs et un petit nez, vous êtes une beauté. Si vous avez la peau foncée, des yeux foncés et un nez droit, vous êtes une beauté turque. Dans les deux cas, des hommes à bord de camionnettes et de voitures vous suivront dans les rues en criant “Maşallah !” Bref, c’est très facile d’être belle en Turquie. © nedorazumenie / Livejournal

3. Les hommes turcs sont impulsifs et ils sont des supporters passionnés

  • Pour un Turc, une seule rencontre suffit pour déclarer le sérieux de ses intentions : il proposera de se mettre en couple, de se marier, ou parmi les options plus simples, d’aller d’emblée chez lui. Cela dit, dans 99 % des cas, les hommes turcs le font en toute sincérité. Souvent, ils font leur déclaration amour ou demandent en mariage lors d’un premier rendez-vous. C’est peut-être le côté possessif, très présent chez les Turcs, qui joue. C’est comme s’ils avaient hâte de crier “Preums !”. © SHKAPYNETA / Livejournal
  • Mon mari est rentré avec la voix complètement cassée, très excité et tout rouge. Il m’a prise dans ses bras. Son équipe préférée avait simplement remporté le championnat de football. © INESA_BARONESSA / Livejournal

4. Les gens sont très hospitaliers

  • J’ai été frappé par l’hospitalité et la gentillesse des gens. J’ai demandé à un homme comment me rendre au bain turc que j’avais trouvé dans un guide. Il m’a dit de ne pas y aller, car c’était un attrape-touristes et il m’a emmené dans un VRAI bain turc. Il a parlé au propriétaire, m’a renseigné sur les tarifs et j’ai bénéficié d’un excellent service à un prix inférieur à celui qui était proposé par les guides de voyage. © Bunny Paine-Clemes / Quora
  • En Turquie, on a facilement l’impression d’être un interlocuteur intéressant, car les locaux sont extrêmement polis. Ils peuvent passer un moment à discuter de tout, avec le sourire et en écoutant comme si tu parlais de choses vraiment importantes. Il arrive aussi d’entendre des compliments, avec lesquels tu es forcément d’accord. Ce n’est que plus tard que tu te rends compte que c’est tout simplement leur manière de communiquer. © osfery / Livejournal
  • Où que nous allions, les gens accueillaient chaleureusement mes enfants et leur donnaient de petits cadeaux, comme une barre de chocolat, des bonbons et même un paquet de mouchoirs jetables quand ils ne pouvaient pas trouver quelque chose de plus sympa. Cette attitude nous a profondément touchés. Ma fille de 7 ans me demande tout le temps de l’emmener dans un endroit où les gens sont “gentils et généreux” comme en Turquie. Nous n’avons jamais vécu ça dans les autres pays que nous avons visités. © Shaban Rashed / Quora

5. Les Turcs ont un code de la route bien à eux

“En Turquie, ils ont construit de nouvelles files bleues et c’est génial ! Certains cyclistes les empruntent, eux aussi, mais il suffit de klaxonner pour les faire partir. Le problème est résolu.”

  • La circulation en Turquie est spéciale. Le code de la route existe, mais il n’est pas toujours respecté. Le trafic à Istanbul ressemble au mouvement brownien tridimensionnel compte tenu du relief de la montagne. Couper la route, griller un feu rouge, rouler entre deux voies, tourner alors qu’un panneau l’interdit : tout cela est chose courante. J’étais le seul dans la ville à mettre le clignotant ! © unclejosef / Livejournal

6. Ils aiment beaucoup les chats

Un homme nettoie un chat errant en Turquie

  • Qu’il fait bon être un chat à Istanbul. C’est peut-être la ville qui veille le plus au bien-être des animaux errants. Dans plusieurs quartiers, on a non seulement installé des machines à croquettes, mais on a aussi aménagé des abris à chats. Les Turcs sont très heureux de nourrir leurs voisins des rues. © rederika / Livejournal
  • Les chats qui habitent dans des hôtels cinq étoiles tout compris sont des veinards. Voici ce que j’ai lu dans la brochure qui était dans ma chambre : “Notre hôtel dispose d’une maison à chats et se charge de les nourrir. Nous vous prions de ne pas leur donner d’aliments provenant du restaurant.” © igor_salnikov / Livejournal

7. Le chauffage central est inexistant

  • Une vraie déception pour tous ceux qui sont habitués au chauffage central. Les locaux se sont moqués de moi à plusieurs reprises : comment ça se fait qu’une personne de Sibérie grelotte à Mersin ? Les Turcs à Mersin ne se couvrent pas trop en hiver et ont sans cesse le nez qui coule. On voit rarement des gens porter un bonnet. Et même si c’est le cas, le bonnet est plus un élément fashion qu’un accessoire qui protège du froid. Dans les maisons turques, il y a deux types de couvertures chaudes. Battaniye est un plaid pour l’automne, alors que jorgan est une couette épaisse pour les nuits d’hiver. © osfery / Livejournal
  • Dans les régions de Turquie où il fait vraiment froid (notamment les régions de la mer Noire et de la mer de Marmara), il existe un chauffage central au gaz. Beaucoup d’appartements sont dotés de chaudières et le chauffage ne pose aucun problème. Sauf que, bien évidemment, la facture est plutôt salée. Ainsi, pour un appartement de trois pièces de surface moyenne, nous avons payé entre 400 et 500 livres turques par mois (soit 85-110 euros). © irina_calish / Livejournal

8. On ne fête pas les anniversaires

  • Depuis que je me suis installée en Turquie, je ne sens plus l’esprit de nos fêtes habituelles (Noël, Nouvel An, Pâques). Même le jour de mon anniversaire, quasiment personne de ma famille turque ne me l’a souhaité. Mais cela ne me surprend plus. © alaturka_vik / Livejournal

9. Les Turcs sont réputés pour leur générosité, mais pas pour leur économie

Le propriétaire d’un restaurant en Turquie a fait venir les enfants des vendeurs de rue
et a organisé une grande fête pour eux

  • Les Turcs croient que plus tu donnes, plus tu reçois. En d’autres termes, Dieu bénit celui qui donne aux autres. © Mel Burslan / Quora

  • Les futurs mariés turcs, au lieu d’organiser un somptueux banquet pour les invités, ont décidé de donner à manger à 4 000 personnes qui vivent dans la précarité. © mdjunaid2495 / Reddit

  • Ils dépensent leur argent trop facilement, sans penser au lendemain. C’est un trait national. Par exemple, on sait très bien que ceux qui travaillent dans le tourisme gagnent pendant la haute saison et que cela leur permet de vivre le reste de l’année, car en hiver il n’y a pas d’emploi dans les stations balnéaires. Et pourtant, ce qui est gagné pendant la journée est souvent dépensé la nuit. Presque personne ne réfléchit à comment vivre pendant l’hiver. © IRINA_CALISH / Livejournal

10. Ils consomment beaucoup de thé

  • Le thé est bien plus qu’une boisson, pour nous c’est une occasion de nous réunir, de passer un moment avec nos proches et de prouver l’attention que l’on porte à ceux qui nous tiennent compagnie. © Sophie Demirturk / Quora
  • Les Turcs ne planifient pas leur vie, ils vivent au jour le jour. Dès lors que l’on va bien, que le soleil brille, que le thé est chaud, tout est parfait. À quoi bon se préoccuper de l’avenir ? Si la situation change dans une heure, si le téléphone sonne ou si la pluie commence à tomber, alors on s’y met. Penser à quelque chose à l’avance, anticiper, cela n’existe pas chez eux. © IRINA_CALISH / Livejournal
  • Ce qui m’agace surtout en Turquie, ce sont les “moments thé” qui durent des heures. Avec des conversations sur tout et rien : sur les voisins, les nombreux parents, la politique, qui fait quoi dans son jardin. Parfois, les gens restent chez nous pendant cinq ou six heures. © IRINA_CALISH/ Livejournal

11. Il n’est pas d’usage d’offrir des fleurs lors des mariages turcs

  • En Turquie, il n’est pas d’usage d’offrir des bouquets pour un mariage. Pourtant, cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de fleurs du tout. Les Turcs ont l’habitude d’utiliser des gerbes de fleurs en guise de décoration lors des festivités. Pour moi, elles ressemblent à des compositions funéraires. Des rubans avec les noms des donateurs sont apposées sur les gerbes. Lors de notre mariage, nous avons également eu quelques fleurs de ce type, mais Dieu merci, elles ne se trouvaient qu’a l’entrée de la salle de réception. © osfery / Livejournal
  • Les mariages en Turquie se célèbrent en grande pompe et presque jamais en petit comité. À première vue, on peut même penser que la plupart des invités n’ont rien à voir avec cet événement. Et c’est vrai. Ainsi, une amie de la sœur de mon mari est venue à notre mariage avec sa mère. En fait, les jeunes filles ne sont pas autorisées à assister à ce genre de fêtes sans être accompagnées. Et il y avait aussi des gens que nous ne connaissions même pas. © osfery / Livejournal
  • En Turquie, il est d’usage d’offrir des bouquets classiques pour d’autres occasions. Mais pour les mariages, les fêtes et les funérailles, on apporte des gerbes de fleurs. La seule différence réside dans la couleur. On opte pour des tons pastels ou vifs, cela dépend des cas. Ça choque vraiment les étrangers. © turkeyonair / Livejournal

12. Les Turcs adorent les enfants

  • Je vis en Turquie depuis longtemps, mais je suis toujours gênée par l’attitude des femmes turques envers les enfants d’autrui. J’étais dans la salle d’attente d’une clinique. À côté de moi, une femme montrait à son amie les photos du bébé d’un parent éloigné, le petit venait de naître, il n’avait que cinq jours. L’autre femme ne connaissait pas la mère de cet enfant. J’ai eu des frissons à l’idée que quelqu’un puisse montrer des photos de mon enfant à des inconnus. Prendre les jeunes enfants en photo est très courant. On me montre souvent des portables avec les photos de bambins et on s’attend à ce que je m’attendrisse. C’est pareil lorsqu’un invité vient avec son gosse. Toutes les femmes turques lui tombent dessus avec des cris et des baisers, et elles me regardent avec méfiance : pourquoi je ne fais pas comme elles ? Mais non, désolée, je ne peux pas me résoudre à embrasser un enfant inconnu. © MsFrost / turkeyforfriends.com

Bonus : des histoires d’internautes

  • Voici la quantité de shampoing que nous avons trouvée dans notre chambre d’hôtel en Turquie après avoir laissé trois dollars de pourboire. © Coy0te / Pikabu
  • J’ai passé mes vacances en Turquie avec une amie. Chaque soir, nous sortions dans une boîte où passait un vendeur de roses. Il en apportait à mon amie, de la part des gars. Parfois c’était une seule fleur, parfois des bouquets. Jamais à moi. Le dernier jour, il vient vers nous, mon amie est sur le point d’attraper la rose, mais c’est à moi qu’il la tend. Je demande de qui elle vient et il répond avec fierté : “De moi.” Le vendeur de fleurs a eu pitié de moi. © Подслушано / Ideer

Alors, es-tu déjà allé en Turquie ? Et toi, as-tu découvert des choses qu’on ne trouve pas dans un guide de voyage ? N’hésite pas à nous faire part de ton expérience dans les commentaires !

Partager cet article