14 Films cultes dans lesquels les tenues des personnages ont été choisies aussi scrupuleusement que les acteurs

En moyenne, de 9 à 20 000 dollars sont alloués à la création des costumes des personnages d’un film. Souvent, cette somme ne suffit pas et les designers doivent trouver des astuces pour confectionner de beaux vêtements qui correspondent au caractère des héros et qui seront appréciés par le public.

Chez Sympa, nous faisons toujours attention aux tenues portées dans les films. Parfois, elles sont si impressionnantes que nous sommes curieux de savoir qui a créé de telles œuvres d’art. Aujourd’hui, nous allons te parler des stylistes de 14 films emblématiques.

Basic Instinct (1992)

  • Costumes : Nino Cerruti et Ellen Mirojnick

Catherine Tramell, interprétée par Sharon Stone, est une véritable femme fatale. Physiquement, elle ressemble aux blondes classiques des films de Hitchcock, mais les costumiers ont délibérément choisi des couleurs neutres et n’ont pas vêtu l’héroïne de robes décolletées. Au début du film, elle porte même un confortable gilet beige.

Souviens-toi aussi de la robe de la scène culte de l’interrogatoire : grâce à son col roulé, elle n’est pas provocante mais le public comprend malgré tout que Miss Tramell a seulement l’air innocent tandis qu’en réalité, c’est une manipulatrice qui cache sa vraie personnalité à l’aide de ses vêtements.

Atomic Blonde (2017)

  • Costumes : Cindy Evans

Ce thriller d’espionnage reconstitue l’ambiance de l’Allemagne des années 80 et les costumes y jouent un rôle très important. Cindy Evans a étudié de vieilles photographies et a essayé de garder l’esthétique du roman graphique en noir et blanc.

C’est pour cette raison que l’héroïne préfère porter des vêtements noirs et blancs. Elle représente une mode intemporelle et se démarque des autres personnages. D’ailleurs, elle porte des vêtements de marques célèbres : Max Mara, Dior, Yves Saint Laurent, John Galliano.

The Tourist (2010)

  • Costumes : Colleen Atwood

Colleen a réuni la mode vintage et moderne pour créer un monde chic hors du temps : toutes les tenues sont simples mais élégantes et de couleurs neutres.

L’héroïne s’habille très chic. L’allusion au fait qu’elle cache beaucoup de secrets est induite non pas à l’aide des tenues, mais grâce aux petits détails, comme le rouge à lèvres rouge ou le ruban corail qu’elle porte à la taille. Ces accessoires font comprendre qu’il s’agit d’une femme mystérieuse malgré son apparence classique.

Tale of Tales (2015)

  • Costumes : Massimo Cantini Parrini

Le costumier a fait un travail formidable, сréant des tenues pour tous les personnages : des paysans figurants aux monarques que nous voyons tout le long du film. Pourtant, la tâche était difficile car il fallait concevoir des costumes à la fois historiques et fantastiques.

La garde-robe de la reine, interprétée par Salma Hayek, mérite une mention spéciale. Au début, la femme porte des robes sombres qui reflètent ses pensées négatives. Mais lorsque l’héroïne donne naissance au fils tant attendu, elle arbore une robe rouge et noire. Selon l’idée, la tenue était censée éblouir le spectateur et montrer le bonheur de la reine. D’ailleurs, pour fabriquer cette tenue, les designers ont utilisé de la dentelle, des broderies et des boutons originaux du XVIIIe siècle.

La Famille Addams (1991)

  • Costumes : Ruth Myers

Ruth a décidé que les Addams devaient ressembler à des aristocrates. Ainsi, la mère de famille, Morticia, changeait de tenue plusieurs fois par jour : le matin elle portait une tenue discrète, à midi — un peu plus originale, et le soir elle optait pour une robe extravagante décorée de pierres précieuses et de dentelles. Sa tenue la plus chic était le manteau à capuche inspiré d’une robe royale de l’époque édouardienne.

De plus, Ruth voulait que Morticia se déplace de façon mystérieuse. Cet effet a été en partie obtenu grâce aux corsets qui allongeaient sa silhouette.

Pretty Woman (1990)

  • Costumes : Marilyn Vance

Pour comprendre la vie intérieure de l’héroïne, il suffit de regarder ses quatre premières tenues : la combinaison avec des bottes, la robe cocktail noire, la robe à pois et l’élégante tenue blanche. Elles représentent l’évolution de la personnalité de Vivian qui commence à comprendre le principe " moins c’est mieux ".

En créant la première tenue, la costumière s’est inspirée des maillots de bain avec anneau, qui étaient populaires dans les années 1970. Cette astuce a aidé à mettre en valeur la silhouette de l’héroïne. Marylin a ensuite acheté des bottes dans une boutique punk et a trouvé le fameux béret dans sa propre garde-robe.

Casino (1995)

  • Costumes : Rita Ryack, John Dunn

Dans l’un des meilleurs films de Martin Scorsese, les vêtements jouent un rôle très important : ce n’est pas par hasard que les producteurs ont dépensé un million de dollars. Le plus difficile était de créer la garde-robe de l’héroïne incarnée par Sharon Stone qui adore le luxe et le glamour. Au cours du film, elle arbore 40 tenues différentes, qui montrent son évolution sociale.

Autant en emporte le vent (1939)

  • Costumes : Walter Plunkett

Puisque les événements du film couvrent 15 ans, la création des costumes a exigé un minutieux travail de recherche. Plunkett a dû étudier les matériaux historiques, il a fait vieillir les tissus et est même allé en expédition pour ramener des épines qui étaient utilisées à la place des aiguilles à l’époque de Scarlett O’Hara.

Pour la légendaire robe faite d’un rideau, il a fallu acheter deux types de velours vert et le garder longtemps au soleil pour que la matière se décolore naturellement. Walter a dû travailler dur sur la coupe et revoir ses compétences en couture afin que le public puisse croire que la tenue pouvait être confectionnée en une nuit.

D’ailleurs, le fait que l’héroïne ait cousu une robe à partir de rideaux est historiquement vrai. Il était très difficile d’acheter du tissu à l’époque, donc les femmes cherchaient d’autres solutions pour actualiser leur garde-robe.

Gangster Squad (2013)

  • Costumes : Mary Zofries

Dans ce film, les hommes portent des vestes à épaulettes, des chemises en soie, des cravates courtes et des chapeaux à larges bords : c’est ainsi que les voyous s’habillaient dans les années 40. Pour créer des tenues historiquement fidèles, Mary Zofries a effectué d’énormes recherches.

Emma Stone se fait remarquer parmi les hommes brutaux quand son héroïne apparaît en robe rouge vif. Sa tenue inspirée d’une robe de la légendaire Rita Hayworth, devait incarner le glamour des années 40. Le seul problème, c’est que le corps d’Emma ne correspondait pas aux standards de l’époque. Par conséquent, la robe a été fabriquée en plusieurs morceaux, la taille fine a été mise en valeur à l’aide d’une ceinture et l’accent principal a été mis sur la fente sur la cuisse.

Le monde ne suffit pas (1999)

  • Costumes : Lindy Hemming

Les costumiers qui ont travaillé sur les films sur James Bond ont d’abord lu le scénario, puis étudié les tendances de mode de l’époque et enfin ont discuté des tenues avec le réalisateur. C’est ainsi que les vêtements semblaient non seulement authentiques mais révélaient également le caractère des personnages.

L’emblématique robe rouge d’Elektra King représente son explosion de colère tandis que son châle en soie montre son statut social élevé. En même temps, la couleur rouge distrait l’attention et crée l’illusion qu’Elektra est avant tout une femme, et non une adversaire dangereuse.

D’ailleurs, cette robe a entièrement été fabriquée à la main. Elle a même été présentée à l’exposition " Design 007 : Cinquante ans du style James Bond ".

In the Mood for Love (2000)

  • Costumes : William Chang

Le réalisateur a décidé de se concentrer sur les sentiments des personnages et de ne pas montrer les changements du monde qui les entoure. Par conséquent, toutes les métamorphoses que l’on voit à l’écran ne concernent que les tenues des personnages principaux : Mr Chow et Mme Chan.

Les costumes des héros reflètent la façon dont ils veulent apparaître aux yeux des autres. Cependant, petit à petit, les robes de Mme Chan commencent à transmettre son humeur, tandis que Mr Chow s’adapte au style de sa bien-aimée. On sent une sorte d’alchimie entre Mme Chan et ses vêtements. Les tenues de l’héroïne sont même devenues source d’inspiration pour Roberto Cavalli et d’autres couturiers célèbres.

Coco avant Chanel (2009)

  • Costumes : Catherine Leterrier

Pour recréer le style de la légendaire Gabrielle Chanel, la costumière a étudié des archives photographiques, est allée dans des musées et a cherché les tissus adéquats dans des marchés aux puces. Le public apprend qui était la jeune Coco à travers ses tenues : brillante et talentueuse, mais prétentieuse et très pauvre. La couturière modifiait des vêtements d’hommes, confectionnait des robes à partir de tout ce qui lui tombait sous la main, et elle a débuté sa carrière avec la couture de chapeaux.

Le non-conformisme de l’héroïne se manifeste également à travers ses vêtements. Quand les autres femmes sont élégantes et très féminines, Coco s’habille dans un style masculin et porte des vêtements oversize. Si les autres ont des tenues claires, Gabrielle choisit des couleurs sombres. Grâce à des costumes parfaitement assortis et à la superbe performance d’Audrey Tautou, le personnage principal réussit l’impossible : porter brillamment des tenues simples et modestes.

Dirty Dancing (1987)

  • Costumes : Hilary Rosenfeld

L’un des éléments essentiels présentés dans le film est l’évolution de Bébé. La transformation de l’héroïne, qui passe d’une fille timide à une femme confiante, est montrée à travers la danse et les vêtements. Ces derniers deviennent de plus en plus ouverts, sans jamais être vulgaires. La costumière a énormément travaillé pour créer ces tenues dans le style des années 60.

Johnny joue un rôle décisif dans la vie de Bébé. Dans la scène culte du film, on voit très bien les caractères des personnages. Johnny, en veste en cuir brutal et chemise noire, est définitivement un bad boy, tandis que Bébé, en robe rose délicate (dont beaucoup de filles ont rêvé après le film), représente la pureté et l’innocence.

Matrix (1999)

  • Costumes : Kym Barrett

Les costumes ont esthétiquement enrichi le film, mais ils ont également renforcé son message idéologique. Rappelle-toi à quoi ressemblent les personnages dans le monde réel : ils portent des vêtements déchirés. Mais dans la réalité simulée, ils ont la possibilité d’essayer des tenues futuristes super tendance.

Les réalisateurs avaient une exigence particulière pour le look de Trinity : ils voulaient qu’elle ressemble à une nappe de pétrole car elle défie la gravité, surgit de nulle part et disparaît rapidement. Kym Barrett a trouvé la solution parfaite : elle a conçu des tenues en PVC qui correspondaient au style du film et n’étaient pas très chères.

Et toi, fais-tu attention aux vêtements des personnages dans les films ? Quelle tenue as-tu préféré ? N’hésite pas à nous donner ton avis dans les commentaires !

Photo de couverture The Tourist / Sony Pictures
Partager cet article