Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration
Sympa

16 Expressions québécoises difficilement compréhensibles par les Français

314-
780

Que ce soit grâce à ses nombreux artistes ou à sa réputation chaleureuse et accueillante, les liens de la France avec la plus grande province canadienne n’ont jamais été si forts. À force d’échanges entre les populations, les différences curieuses et amusantes entre les deux langues sœurs font l’objet de beaucoup d’interrogations.

Ainsi, Sympa s’est entretenu avec des Français vivant au Québec, pour découvrir les mots et expressions idiomatiques utilisées par les québécois qui laissaient nos grenouilles françaises bouche bée. C’est un véritable dialogue de sourds entre Molière et Jacques Cartier !

1. À la plage en bedaine

Si le mot bedaine, quoique vieillissant, est toujours employé en France pour désigner le ventre (on emploiera volontiers “avoir de la bedaine”, pour parler de quelqu’un qui a un gros ventre), l’expression “en bedaine” n’est jamais parvenue jusqu’à nous. Elle est pourtant bien pratique, et signifie simplement être torse nu.

2. Allume tes hautes, on n’y voit rien

Si tu t’es déjà emmêlé les pinceaux entre les phares et les codes, c’est peut-être que tu as en toi un peu de sang québécois. En effet, outre-Atlantique, on a trouvé une meilleure façon de décrire les feux de voiture : les hautes, ou lumières hautes, sont celles qui sont en haut (les phares) ; et les basses, les lumières basses, ce sont celles d’en bas : les codes. Pas si bête !

3. Mon tiroir à bobette est vide !

Au Québec, ne dites pas “une culotte”, mais “une bobette”. Le terme a connu son heure de gloire en 2017, grâce au film d’animation “Capitaine Bobette” (Capitaine Superslip en France, Captain Underpants en version originale).

4. Ne t’énerve pas le poil des jambes

Les habitants du Québec sont connus pour être un peuple chaleureux, souriant, accueillant, sympathique. Ainsi, aussi bizarre que cela puisse paraître, lorsqu’un québécois s’énerve, on pense que ce n’est pas vraiment lui qui s’emporte, ce sont ses poils de jambes ! Ce n’est d’ailleurs pas la seule expression dans ce thème : pour dire que quelque chose va prendre du temps, on dit que le poil des jambes a le temps de pousser.

5. Ça fait une secousse

L’expression “ça fait une secousse” signifie “ça fait un moment”. Ainsi, si un québécois te dit “Ça fait une secousse que l’on ne s’est pas vus !”, comprends que tu lui manques. Et si tu habites dans un pays où il y a régulièrement des tremblements de terre, tu peux parfaitement dire : “Ça fait une secousse qu’il n’y a pas eu de secousse.”

6. Ta voiture, c’est un citron

Tirée de l’expression anglaise “lemon car”, sa traduction littérale désigne une voiture qui tombe souvent en panne, qui n’est pas fiable. Et cela ne s’applique pas uniquement aux vieux tacots : une voiture neuve peut tout à fait être un citron. C’est la raison pour laquelle les québécois n’osent pas acheter de voiture jaune : cela pourrait leur porter malheur.

7. Bonne fête !

Si tu fêtes ton anniversaire dans cette contrée lointaine, ne sois pas surpris : là-bas, on ne te souhaitera pas un joyeux anniversaire, mais plutôt une bonne fête !

8. Lui, il ne se mouche pas avec des pelures d’oignons !

Quelqu’un qui ne se mouche pas avec des pelures d’oignons est quelqu’un de prétentieux, de pédant. Faut-il en déduire que les gens modestes doivent se moucher avec ? On ne te le recommande pas...

9. Je te rappelle plus tard, je chauffe

Quel plaisir de chauffer une voiture... Avec une flamme ? Non, ne mets pas le feu à ton véhicule tout de suite. Quand on chauffe, on conduit. En effet, quand en France, le conducteur conduit sa voiture, au Québec, le chauffeur chauffe son char. Ça se tient.

10. On met les valises dans la valise

Le mot “valise” n’est pas un mot-valise, mais il peut toutefois avoir plusieurs sens ! En effet, pour les québécois, la valise, ça peut aussi être la malle, ou la boîte à malle, ou, en bon français : le coffre. Alors forcément, si on te demande de mettre les valises dans la valise, ne joue pas aux matriochkas !

11. Arrête ton char, bien sûr !

C’est un incontournable de la langue française au Québec, car tu ne pourras pas te promener dans les rues sans voir des centaines, des milliers de chars en action. Rassure-toi, le pays n’est pas en guerre : c’est simplement comme cela que l’on appelle une voiture. L’origine du mot s’explique simplement : un char, c’est une charrette à roues, et par extension, le mot fonctionne aussi pour les engins motorisés. C’est même de là que vient le mot anglais “car” !

12. Les pelleteux de nuages

Le rêveur québécois est bien plus actif que le rêveur français. En effet, si l’on dit volontiers d’un français qu’il a “la tête dans les nuages”, au Québec, les étourdis, les distraits, sont carrément des pelleteux de nuages. Des gros travaux d’inactivité donc.

13. Grimper dans les rideaux

Loin de l’ambiance grivoise de cette même expression en France, lorsque l’on parle de grimper dans les rideaux au Québec, on évoque l’idée de s’énerver. De la même façon, pour inviter quelqu’un à se calmer, on lui dit “relaxe tes hormones”. Les peuples des pays froids auraient-ils le sang chaud ?

14. Tomber en amour

Grâce à la proximité des deux pays, il arrive fréquemment que des expressions employées en anglais aux États-Unis soient importées et traduites telles quelles au Québec. Ainsi, on ne dit pas “tomber amoureux”, comme en France, mais bien “tomber en amour”, calqué sur fall in love.

15. Tu me donnes un bec ?

Non, que les oiseaux se rassurent, on ne parle pas de la corne formée sur leur tête ; et on ne parle pas non plus de bonbec (bonbon). Non, il s’agit là de l’abréviation du mot “bécot”, synonyme de bise, bisou. Tu peux donner autant de becs que tu le voudras, aucun animal ne sera blessé durant le processus.

16. N’oublie pas tes gougounes !

Non, cet homme n’est pas exactement prêt pour aller se baigner. Tu l’auras compris, une paire de gougounes, c’est une paire de tongs. Les québécois utilisent également le terme de babouches pour renvoyer à ces claquettes en plastique. On leur pardonne volontiers : le mot a une sonorité sympathique.

Selon toi, quelle est l’expression française la plus originale pour les étrangers ? Partage tes expressions les plus bizarres en commentaires !

314-
780
Partager cet article