Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

20+ Particularités de la vie en Inde qui rendent les touristes perplexes

L’Inde est un pays qu’il est difficile de décrire car il présente une multitude de facettes et chaque région offre une expérience unique. En fait, les traditions, les plats, les dieux, les vêtements et les langues sont différents selon la région. De plus, ce pays fait face à de nombreux problèmes sociaux, écologiques et autres qu’on ne peut pas laisser de côté.

Sympa préfère se concentrer sur le bon côté des choses. Nous aimerions te montrer l’Inde différente de celle qui figure dans des blogs, mais en même temps sans pousser l’enthousiasme à l’extrême à l’instar de Bollywood. À la fin, tu trouveras un bonus : les témoignages des femmes qui ont épousé un Indien.

Ce ne sont pas seulement les femmes mariées qui portent un petit point sur le front

Le tika, ce point rouge parfait entre les sourcils, est une décoration indienne traditionnelle. Les femmes mariées portent généralement un tika gros, alors que les filles célibataires mettent un petit point. Le tika est créé à partir d’une poudre de curcuma séché, de bois de santal, de safran et d’autres colorants. En plus, on peut acheter des autocollants, ils sont faits de papier velours ou de plastique et on en trouve de toutes les formes et couleurs. Ils se collent facilement et tiennent toute la journée.

La plupart des habitants des zones urbaines parlent un mélange d’anglais et de leur langue maternelle

L’anglais est entré profondément dans la culture indienne, et même ceux qui ne maîtrisent pas cette langue utilisent beaucoup de mots d’emprunt dans leur discours. Les représentants de la classe moyenne de New Delhi parlent le hinglish, un mélange insolite d’anglais et de hindi. Plus la personne est riche et instruite, plus elle utilise de mots étrangers.

On a coutume de décorer les camions et les bus

Cette tradition date de plusieurs décennies. Il est difficile de trouver en Inde un camion qui garde la couleur du fabricant. Les peintures et les éléments de décors reflètent l’origine, les croyances et la prospérité du conducteur. De l’intérieur à l’extérieur, ces véhicules sont ornés de motifs traditionnels, d’images de stars, de politiciens, ou des femmes et des enfants des routiers, ainsi que de textes de mantras, de fleurs et de nattes.

Le premier train-hôpital au monde

Les hôpitaux mobiles ont été mis en service en 1991. Les trains médicalisés sillonnent le réseau ferroviaire des différentes régions du pays pour que les habitants des zones reculées puissent avoir accès aux soins de santé.

Le nombre quotidien des passagers des chemins de fer en Inde est supérieur à la population de l’Australie

En Inde, les trains ne circulent jamais conformément aux horaires. Plusieurs heures de retard sont dans l’ordre des choses. Cela dit, les trains des grandes lignes peuvent arriver à destination avec un jour de retard. Les billets pour les voitures de classe générale n’indiquent pas d’heure de départ et on peut embarquer dans n’importe quel train à condition que le wagon soit de la même classe et que la destination soit bonne. D’ailleurs, les billets pour les voitures de toutes les classes sont vendus sans indication de siège.

Les rames et les trains de banlieue ont des wagons réservés aux femmes

Les hommes ne sont pas autorisés à monter dans ces wagons. Cela est fait surtout pour la sécurité des femmes car elles sont souvent victimes de harcèlement.

Une utilisatrice de Reddit sous le pseudo captain_morgana a raconté l’histoire qui lui est arrivée en Inde : “Je suis une femme, ma peau et mes yeux sont clairs. Partout, on me fixait des yeux, on prenait des photos de moi ou on me serrait la main. Une fois, j’ai dû prendre le métro. Dès que je suis entrée dans la rame, tout le monde s’est immobilisé et s’est mis à me regarder. Je me sentais tellement mal à l’aise que j’ai ri. Mon copain, sans pour autant quitter des yeux son journal, a demandé : ‘Ils sont en train de le faire à nouveau, non ?’ L’Inde m’a impressionnée. J’aimerais y retourner.”

Dans les grandes villes, il existe un système spécial de livraison des repas sur les lieux de travail

Les livreurs (dabbawallah) viennent chercher les repas à domicile si c’est l’épouse qui prépare le déjeuner pour son mari, ou ils les récupèrent auprès de petites entreprises de restauration. En règle générale, un déjeuner se compose de plusieurs plats, et chacun est déposé dans un conteneur à part, puis le tout est emballé dans un sac isotherme. Le système de livraison est très complexe et précis : avant d’arriver au destinataire, la boîte à lunch peut passer par trois ou quatre livreurs qui suivent chacun l’itinéraire qui lui est assigné.

Les employés de bureau préfèrent ces coffrets-repas au déjeuner dans un café ou un restaurant car ils apprécient l’approche personnelle et la qualité garantie des produits. À propos, le sujet de The Lunchbox, film indien touchant, qui a reçu plusieurs prix au Festival de Cannes, est basé sur ce système.

On peut se faire couper les cheveux par un coiffeur de rue pour 15 centimes

Les femmes en Inde se font rarement couper les cheveux, c’est donc surtout les hommes qui forment la clientèle des coiffeurs, et souvent, ce service est disponible dans la rue dans des salons improvisés. Les coiffeurs n’ont pas besoin de licence, ils peuvent “ouvrir” un salon de coiffure sur le trottoir, une chaise pliante et un coffre avec des outils suffisent.

Beaucoup d’Indiens vivent dans la pauvreté

Selon les statistiques, les deux tiers de la population du pays vivent avec moins de 2 dollars par jour. Pour plus de 30% des habitants ce n’est que 1,25 dollar par jour voire moins. Plein de gens ne font que de petits jobs mal payés et occasionnels. Les enfants et les femmes font partie des plus démunis et ils sont particulièrement touchés. Bien évidemment, les touristes qui profitent des villes littorales ne s’en doutent même pas s’ils ne voyagent pas à travers d’autres régions.

Tout appareil ménager en Inde est assemblé à domicile à partir de ce qu’on a sous la main

La machine à café à l’indienne

En Inde, il existe la notion de jugaad. Ce mot est difficilement traduisible, mais son sens serait le suivant : “équivalent d’un mécanisme fait à partir de moyens disponibles”. De nombreux Indiens ne voient pas l’intérêt de payer pour les appareils que l’on peut facilement assembler soi-même (le plus souvent, ils n’ont tout simplement pas d’argent). Les appareils de musculation, les ventilateurs, les machines à café, les antennes, le jugaad vient se substituer à tout cela et à beaucoup d’autres choses.

Tous les produits affichent le MRP — prix maximum au détail

Le commerçant n’a pas le droit de vendre une bouteille d’eau ou un paquet de riz à un prix plus élevé que celui indiqué sur l’emballage. Ainsi, le même pot de glace dans un village reculé et sur une plage animée coûtera la même chose. Il est à savoir que les produits comestibles élaborés pour les végétariens sont marqués avec un point vert.

Dans les maisons des familles aisées, il y a une pièce dédiée à la femme de ménage et à sa famille

Avoir des travailleuses domestiques (les ayahs) est si courant en Inde que de nombreuses maisons sont pourvues d’annexes où elles peuvent vivre avec leurs familles. Ainsi les ayahs sont toujours disponibles lorsque leur assistance est nécessaire, et elles n’ont pas à se séparer de leurs maris et de leurs enfants pour aller travailler.

Le recours aux employés de maison est si répandu que les centres de loisirs et de divertissement, comme les zoos et les musées, offrent souvent des forfaits qui comprennent 3 adultes et un enfant.

Les enfants dorment dans le lit des parents jusqu’à l’âge de 6 ou 7 ans

Ce n’est pas parce que les parents ne souhaitent pas que leur enfant ait une chambre ou au moins un lit à lui (bien qu’il arrive souvent qu’une famille ne dispose que d’une chambre et d’un lit). Ils n’imaginent tout simplement pas qu’on puisse laisser le bébé seul dans une autre pièce.

On noircit le contour des yeux des bébés

Les paupières et les sourcils sont passés au khôl non seulement pour éloigner le mauvais œil que les Indiens redoutent, mais aussi pour prévenir la conjonctivite. D’ailleurs, les habitants croient que c’est beau.

En Inde, le thé est consommé avec du lait et des épices

Si tu commandes du thé en Inde, il est fort probable qu’il soit servi sous cette forme. Si tu veux un thé noir sans rien, il va falloir le préciser. Le thé au lait et aux épices s’appelle “thé masala”.

Le sari est le vêtement féminin le plus populaire

Un sari est une bande de tissu de 4 à 9 mètres de long. Il existe de nombreuses techniques de s’en drapper. Les femmes sont censées s’envelopper dans ce pan de tissu sans aiguilles ni épingles, mais en réalité, beaucoup d’entre elles en utilisent, sinon, le sari peut glisser, exposant le ventre, ce qui n’est pas toujours esthétique.

Le port du sari est un art à part entière. Les femmes doivent faire attention à leurs mouvements, sinon cette tenue peut glisser ou se dénouer. Malgré cela, le sari est utilisé comme uniforme dans les compagnies aériennes locales, les hôtels, les banques, les écoles et dans d’autres établissements publics, et certaines femmes qui portent le sari arrivent même à jouer au foot ou à conduire une moto.

En Inde, les McDonald’s ne proposent ni de porc ni de bœuf

L’Inde est le pays avec la plus faible consommation de viande par habitant. Les restaurants McDonald’s dans ce pays sont les seuls au monde à ne pas servir de Big Mac, de Hamburger, de Cheeseburger et d’autres célèbres sandwichs à base de bœuf et de porc. À la place de Big Mac, tu peux goûter Maharaja Mac, sandwich avec une galette de poulet ou de légumes, à ton choix.

La vache n’est pas considérée comme un animal sacré dans tous les États indiens

Kerala, Assam, Arunachal, Mizoram, Meghalaya, Nagaland, Tripura et Bengale-Occidental autorisent l’abattage des bovins, tandis que dans d’autres États, il est considéré comme une infraction pénale. Par exemple, à Haryana, cet acte conduit à une amende et à un emprisonnement pouvant aller jusqu’à 10 ans. En plus, la vente de ces animaux vers d’autres États est également interdite.

Dans les États de Meghalaya et de Nagaland on crée des ponts de racines vivants

Ces ponts sont formés en guidant les racines aériennes et élastiques des arbres à caoutchouc à travers un cours d’eau ou un ravin. Au fil du temps, les racines se soudent et le pont devient ainsi plus solide. Dans des conditions idéales, tant que les arbres sont en bonne santé, un pont de racines peut durer plusieurs centaines d’années.

En Inde, il n’est pas d’usage de se laver nu

La coutume indienne d’enfiler des sous-vêtements spéciaux pour prendre une douche est due au fait que pendant des siècles, il n’y avait pas de baignoires dans les maisons. Les habitants se lavaient tous ensemble dans des rivières. En Inde, une salle de bain à part (ou au moins une pièce fermée pour prendre une douche) est toujours considérée comme un luxe et seulement 55% de la population en disposent.

Sur les plages, les Indiens se baignent également dans des vêtements qui parfois ne sont pas du tout destinés à cela. Par exemple, en jeans et en chemises.

Les parents choisissent les époux pour leurs enfants par le biais des annonces matrimoniales dans les journaux et sur les sites Web

En règle générale, les futurs beaux-fils et les futures belles-filles sont recrutés dans l’entourage de la famille, mais parfois les amis n’ont pas d’enfants de l’âge requis, et l’on se tourne vers les sites Web et les journaux dédiés. Le profil du candidat doit comporter l’âge, la description du physique, l’éducation, le statut social, la caste, ainsi que le montant souhaité de la dot. En outre, les parents n’hésitent pas à préciser que le candidat doit avoir un permis de séjour dans tel ou tel pays ou le salaire à tel ou tel niveau.

Une annonce matrimoniale peut ressembler à ceci : “Pour une jolie fille (24 ans, taille 155 cm, titulaire d’un MBA) d’une famille aisée appartenant à Pillai, une alliance est proposée avec un fonctionnaire, médecin, industriel ou homme d’affaires de la même caste. Sauf programmeurs.”

Établir l’horoscope des mariés avant la cérémonie est indispensable

Si les étoiles disent que les jeunes ne sont pas en parfaite harmonie, les fiançailles seront probablement rompues. Dans certaines régions du nord du pays, la mariée va jusqu’à changer de prénom (et non seulement de nom de famille) pour mieux correspondre au profil astral de son mari.

On oublie de clarifier certains détails importants avant le mariage

Un jour, suivant la recommandation de quelqu’un de la famille, le père a trouvé un candidat convenable. On a discuté tous les détails par téléphone et on s’est mis d’accord sur la dot. On a même choisi le mois pour la cérémonie. La bonne nouvelle sur l’alliance à venir s’est fait connaître dans l’entourage. Enfin, la jeune fille concernée a reçu la photo du fiancé et a dit : “Qu’il est morne... Ou méchant... Et je n’aime pas sa bouche.”

Tout le monde était bouleversé, car on avait déjà préparé les tenues de mariage. Tout cela a rendu triste la jeune fille et se sentant coupable, elle a regardé la photo à nouveau et dit : “En fin de compte, un homme ne doit pas être beau. Il se peut qu’il ne soit pas morne, mais sérieux et fiable. Il travaille dans une banque. Il vit dans une ville où j’ai de la famille, ce qui veut dire que je vais les voir souvent. Il y a de nombreux avantages. Mais il reste une chose qui ne va pas avec lui ... Quel âge a-t-il ?” Il s’est avéré que pendant le mois de négociations, les proches n’avaient pas pensé à demander l’âge du futur marié. Ainsi, on a découvert qu’il avait 11 ans de plus que la promise. Mais pourquoi ne pas le clarifier tout de suite ? Après tout, on a rejeté cette candidature. La jeune fille ne voulait pas épouser un homme mûr.

Des “commandos de l’amour” aident les jeunes à s’unir quand leurs familles s’opposent au mariage

On sait bien que la plupart des mariages en Inde sont arrangés. Les parents choisissent scrupuleusement les futurs conjoints pour leurs enfants. Ils doivent appartenir à la même caste, correspondre aux critères de l’âge et du niveau de revenu. Dans les cas où les enfants cherchent à prendre leur destin en main, les familles se séparent souvent du couple et les jeunes se retrouvent sans moyens d’existence. En plus, les crimes d’honneur sont encore courants dans les régions éloignées du pays.

L’organisme bénévole Love Commandos fournit aux demandeurs un logement, une aide juridique et, si nécessaire, des gardes du corps. Chaque jour, les bénévoles répondent à plus de 300 appels venant de tout le pays. L’association est soutenue par le célèbre acteur indien Aamir Khan.

Selon une tradition en vigueur dans les États du sud, le futur mari s’évade de la cérémonie de son propre mariage

Le père de la promise doit courir après lui et le supplier d’épouser sa fille. En plus, la famille de la mariée doit verser une somme considérable aux parents du jeune homme. Célébrer un mariage coûte toujours beaucoup plus cher qu’une famille ne peut se le permettre. Même la cérémonie la plus modeste rassemble 300 invités.

Les invités, même quand ils ne sont pas riches, offrent de l’or et une somme d’argent décente qui est parfois égale à leur revenu de plusieurs mois. Offrir de petits cadeaux est considéré comme impoli. Autre chose insolite, les mères des futurs conjoints ne sont pas autorisées à assister à la cérémonie de mariage.

Les Indiens sont obsédés par le livre Guinness des records

Leur créativité pour inventer des records est prodigieuse, il y a de quoi être jaloux. Ainsi, l’une des dernières réalisations est le plus grand rassemblement de personnes déguisées en Mahatma Gandhi (851 personnes). D’ailleurs, le Livre Guinness des records refuse de valider de nombreuses tentatives soumises, comme le fil de deux kilomètres de cupcakes faits de la bouse de vache ou la séance de yoga de 10 heures à cheval.

Bonus : témoignages de femmes qui ont épousé un Indien

  • Voici ce que dit la traductrice Anastasia sur les particularités de la vie en Inde : “Dans la famille de mon mari tout le monde est bien élevé et cultivé, son père est professeur sanskritiste. Mais cela n’a rien à voir avec la vie quotidienne. Figurez-vous que nous mangions avec les mains, assis à même le sol, et dans la maison, c’était plutôt désordonné.”
  • Une autre internaute a parlé dans son blog “Mariée à un Indien. OM Sri Ganeshaya Namah” de la manière dont elle et son mari gèrent le budget familial : “On me demande souvent comment nous vivons avec mon mari et s’il me donne de l’argent de poche. Je réponds que non. Si, par exemple, on va faire des courses, c’est lui qui a tout l’argent, je n’ai pas un centime. Comment ça se fait ? En fait, nous vivons dans un village où il n’y a pas grand-chose à acheter, à part la nourriture. Mon mari répète souvent qu’il travaille pour nous. Normalement, toutes les dépenses sont destinées à faire vivre la famille et à mener son commerce.”

Nous espérons que cet article t’a fait voir l’Inde sous un autre angle. En fait, as-tu déjà été dans ce pays ou aimerais-tu le découvrir ? Qu’est-ce qui t’a étonné ou frappé le plus ? N’hésite pas à donner tes réponses dans les commentaires !