Sympa

20+ Personnes qui ont offert une journée de travail inoubliable aux employés qui les servaient

Les employés du secteur tertiaire doivent faire face à une multitude de personnages bien différents : il y en a qui sont aimables, polis et gentils, et d’autres qui deviennent les héros de petites histoires et anecdotes que l’on se raconte volontiers entre amis et qui se retrouvent inévitablement sur internet.

Chez Sympa, nous avons trouvé sur les réseaux sociaux des histoires de personnes qui travaillent dans le secteur tertiaire, et nous avons sélectionné pour toi les meilleures d’entre elles.

  • Une fois, alors que je servais des clients en caisse, une femme est revenue au bout de 2 heures avec son ticket de caisse à la main et m’a dit : “Vous m’avez compté ce paquet là, mais c’est celui-ci que j’ai acheté. Regardez ! Il est dans mon sac. Vous me devez 80 centimes”. Je les lui ai rendus, mais la femme a continué à parler, en disant à quel point notre magasin était médiocre. Puis, pour terminer, elle a ajouté : “J’ai dû prendre le bus et traverser toute la ville à cause de votre négligence ! Ça m’a coûté 2 euros à l’aller et ça me coûtera 2 euros au retour”. Eh bien, je me suis dit qu’elle avait vraiment mérité ses 80 centimes. © goodmix / Pikabu
  • Mon chef m’a écrit :
    — Ce client est marrant, il nous a envoyé une liste de remarques, mais il n’y a qu’un seul point d’inscrit, c’est vraiment stupide.
    Je lui ai répondu :
    — Oui, mais il a indiqué dessus que tout est à refaire. © Démonologie laitière / Twitter
  • Un jour, à l’époque où je travaillais comme serveuse, un gars est entré avec sa petite fille et sa femme enceinte. Au moment de payer, sa femme est allée aux toilettes, et tandis qu’il me rendait le ticket de l’addition, j’ai été stupéfaite de découvrir qu’il avait écrit son numéro de téléphone dessus, avec la phrase suivante : “Appelle-moi, bébé”. J’ai attendu que sa femme revienne pour lui rendre la monnaie et lui remettre le reçu avec le petit mot inscrit dessus. © kill4sleep / Reddit

" Ça peut même être effrayant de travailler à la caisse. "

  • Un client avait réservé dans notre établissement. Il n’était pas là et nous l’attendions, quand tout à coup le téléphone a sonné :
    — Où êtes-vous situés ? Comment puis-je vous retrouver ?
    — Nous sommes au cœur du centre d’affaires.
    — Comment ? Quel centre d’affaires ? Je ne vois qu’une usine autour de moi !
    Alors, j’ai commencé à comprendre :
    — Et dans quelle ville êtes-vous ?
    — À Lille.
    — Euh, nous sommes à Lyon. © PapaDenCustoms / Pikabu
  • Un client qui m’avait commandé un logo pour son enseigne m’a récemment contacté après que plusieurs années se soient écoulées. Depuis tout ce temps, je me suis marié, j’ai divorcé, je suis passé trois fois sur le billard, j’ai aimé, j’ai détesté. Et lui, il débarque, comme si de rien n’était, sans même m’adresser un bonjour, et me dit : “Je vous propose de déplacer ce mot un peu plus bas.” © George Bondarev / Twitter
  • Je travaille comme responsable des réparations électroniques dans un service après-vente. Un jour, un client s’est présenté à moi :
    — Votre appareil ne s’allume pas ! Je l’ai acheté il y a un mois, et hier il a cessé de fonctionner !
    — Votre batterie est simplement déchargée. Chargez la batterie ou branchez-le sur secteur à l’aide de l’adaptateur, et il n’y aura plus aucun problème.
    — Jeune homme, ne me dites pas ce que je dois faire ! J’ai perdu du temps pour venir ici, et en plus vous me méprisez !
    Et c’est là que, ne pouvant plus le supporter, je me suis mis à sourire. Évidemment, c’était moi le gredin qui l’avait fait venir jusqu’ici, alors qu’il n’avait qu’à prêter attention à l’indicateur de batterie sur l’écran de son appareil. © TrupDenazawra / Pikabu
  • Dialogue avec une cliente :
    — Ce que vous me donnez là, ce n’est pas ce que je veux ! Je vous ai demandé un chauffage de 500 kW, et celui-ci n’est que de 480 W !
    — Madame, un tel chauffage électrique n’existe pas. Vous voulez peut-être dire 500 watts ?
    — Ne me m’embrouillez pas, j’ai besoin d’un chauffage de 500 kW pour la salle de bain de ma maison de campagne.
    — C’est beaucoup d’énergie, 500 kW, avec ça vous aurez un crématorium électrique dans vos toilettes.
    — Vous savez, là bas, les hivers sont froids ! © HromoiHomyak / Pikabu
  • Je travaillais dans une boucherie. Chaque samedi, une femme venait nous acheter trente cuisses de poulets. Au premier abord, cela peut sembler être totalement inoffensif. Eh bien non, ça ne l’est pas. En effet, elle demandait à ce que le tout pèse exactement 1 kilo. Alors, chaque semaine le même rituel, pendant une demi-heure elle regardait la pauvre caissière qui essayait de se dépatouiller au milieu de ses cuisses de poulets, tout en ayant l’air d’apprécier son boulot. © Sketchetic / Reddit

" Notre client le plus important. "

  • Je travaille dans une banque, nous accordons des prêts. Aujourd’hui, un homme très nerveux s’est présenté avec sa femme. Il s’est assis près de moi, et tout en me montrant du doigt, l’homme a dit à sa femme : “Voilà ma maîtresse ! C’est à elle que je remets de l’argent, ici, tous les mois.” Il s’est avéré que l’homme avait décidé de faire une surprise à sa femme en clôturant son crédit immobilier avant l’été. Cependant, durant les trois derniers mois, les sommes avaient commencé à être importantes. Sa femme, ayant constaté que l’argent affecté au budget familial avait diminué, avait cru que son mari allait “voir ailleurs”, et elle lui avait fait un scandale. © Argyntina19 / Pikabu
  • Je travaille au siège d’une grande chaîne d’hypermarchés du pays. Je suis en charge du matériel et des équipements et je reçois fréquemment des courriers de réclamation. Dernièrement : une femme comptait poursuivre un de nos hypermarchés parce qu’elle avait été heurtée par le caddie d’un autre client. En tout cas, voici ce que dit la loi : il n’y a pas de panneaux de limitation de vitesse des chariots dans les magasins. © " Les murs ont des oreilles " / vk
  • Je suis juriste. Un homme que je connaissais a acheté un téléphone dans un magasin et il est tombé en panne une semaine plus tard. Il s’est précipité chez moi, affolé, pour me demander de l’aider. Je lui ai proposé une solution simple, efficace et gratuite. Néanmoins, mon ami a tellement été effrayé par la simplicité et la gratuité de ma consultation qu’il est parti voir un avocat, qui lui a demandé de payer 420 euros pour ses services, alors que son téléphone ne coûtait que 550 euros. Cependant, il est content qu’un véritable avocat se soit occupé de son affaire. © ProvincialLawyer / Pikabu

" De très mauvais clients que ceux qui ont fait ça. "

  • Dans notre magasin, nous avons un client qui a mis au point un ingénieux système pour économiser de l’argent. Il souhaite payer chacun de ses articles séparément. En effet, dans notre magasin, les centimes d’euros sont arrondis à la décimale inférieure. Ainsi, notre visiteur, en bon débrouillard qu’il est, vient généralement une fois par mois et compose un chariot complet où chaque produit aura son propre ticket de caisse. © goodmix / Pikabu
  • Je travaille dans une station de lavage de voitures et nous fonctionnons avec un système de rendez-vous. Souvent, les clients conservent mon numéro de téléphone du travail, en l’enregistrant avec mon nom. Ensuite, ce sont leurs épouses qui m’appellent en colère pour savoir quelle relation j’entretiens avec leur mari. © " Les murs ont des oreilles " / vk
  • Une fille était venue pour acheter une robe de soirée, elle avait choisi la plus extravagante qu’il soit : il y avait des volants, des nœuds, et même des plumes. Elle a fini par se décider à la prendre, et elle a alors demandé :
    — Pourriez-vous retirer tous les accessoires décoratifs de la robe et me les mettre dans des paquets séparés ?
    Tout a été fait et emballé comme elle le souhaitait, elle a payé, puis est partie. Nous étions si troublés que nous ne lui avons même pas demandé pourquoi elle faisait tout cela. © tttt4uu / Pikabu
  • Un jour, alors que je travaillais dans une pâtisserie, une femme est arrivée avec une moitié de gâteau, en disant que son fils qui en avait mangé un morceau la veille, se sentait mal aujourd’hui. Elle m’a tendu la boîte pour constater par moi-même, et lorsque j’ai regardé, je n’ai pas pu me retenir de rire. En fait, à l’intérieur se trouvait un gâteau qui devait dater de plus de six mois. Ils l’avaient gardé depuis tout ce temps... © Romiress / Reddit

" Gus, un client très chouette. "

  • Je travaillais dans un restaurant " bio “, et nous étions particulièrement réputés pour notre grand choix de menus diététiques. Un jour, un homme qui était venu dîner chez nous, nous a dit qu’il était allergique à 11 groupes alimentaires, dont les arachides, les noisettes, les pignons de pins, les fruits de mer, les produits laitiers, les lentilles, les pois et le blé. Finalement, l’homme s’est décidé à commander un steak. Pendant tout son repas, je suis resté vigilant, le téléphone à la main, prêt à appeler les secours. © swansandelephants / Reddit
  • Ma mère est fleuriste. Une fois, pour le 8 mars, un client est venu lui commander deux bouquets. Un pour sa femme, et le second pour sa chatte adorée ! Il a dit : ‘C’est aussi une femme, permettons-lui au moins de mâchouiller un peu’. © ” Les murs ont des oreilles " / vk

Et toi, as-tu déjà été témoin de faits similaires ?
As-tu, toi aussi, des anecdotes ou des histoires rigolotes du même genre à nous raconter ?
N’hésite pas à les partager avec nous dans les commentaires !

Photo de couverture kill4sleep / Reddit