Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Ce que les gens faisaient avant que le papier toilette n’existe

2---
470

La Chine a produit du papier toilette en masse au 14e siècle, mais il n’est apparu en Occident qu’au milieu des années 1800. Cependant, il aura fallu du temps et beaucoup d’efforts pour que ce produit révolutionnaire devienne populaire. Les gens préféraient les méthodes traditionnelles et avaient recours à plein d’objets divers pour leur hygiène.

Sympa te présente une liste d’objets et d’éléments complètement inattendus qui étaient (et dans certains cas, sont encore) utilisés pour remplacer le papier toilette.

12. Les panouilles de maïs

Les Amérindiens et les colons du 18e siècle utilisaient les épis de maïs dépouillés des grains et desséchés pour leurs besoins hygiéniques. Ceci peut s’expliquer par le fait que le maïs était abondant et qu’il avait des propriétés douces et absorbantes. Ce n’est probablement pas aussi avancé que du papier toilette doux, mais néanmoins, il représente toujours moins de danger que d’autres objets et est tout de même plus confortable.

11. La neige

Les gens qui vivaient dans des régions plus froides (comme les Inuits) utilisaient la neige après la défécation. L’inconvénient de cette méthode, c’est évidemment le froid. Cependant, le corps peut s’y habituer si la neige est utilisée de manière quotidienne. Cette méthode est curieusement l’une des plus hygiéniques, malgré son exotisme.

10. Les pierres

S’essuyer avec des pierres est l’une des techniques de toilette les plus anciennes. Dans l’ancien temps, les gens optaient pour ce qu’ils pouvaient trouver gratuitement et facilement autour d’eux, dont des pierres et d’autres matériaux naturels. Bien sûr, ce n’est pas la méthode la plus confortable d’un point de vue moderne. Mais c’était probablement une bonne solution, il y a des siècles, alors que rien n’était si évident.

9. Des bâtons de bois

Il y a environ 2000 ans, les gens en Chine utilisaient des bâtons de bois spécifiquement prévus pour l’hygiène, à partir de bambous et d’autres bois, qui ressemblaient à des spatules. Ils étaient traditionnellement appelés salaka, cachou, ou chugi. Les embouts des instruments étaient enveloppés de tissus, certainement pour rendre l’utilisation intime plus confortable.

8. Des tessons de céramique

En Grèce Antique, les habitants utilisaient ce qu’ils appelaient le “pessoi” ou de petits morceaux de céramique. On peut trouver des “pessois” dans d’anciennes latrines tout autour de la Méditerranée. Les morceaux mesuraient de trois à onze centimètres de diamètre et étaient spécifiquement recoupés à partir de tessons de céramique, pour avoir des angles plus doux. Cela pourrait expliquer un vieux proverbe grec se référant à cette pratique : “Trois pierres suffisent à essuyer”.

7. Une éponge au bout d’un bâton

Les gens dans la Rome antique avaient une alternative au papier toilette moderne : c’était le tersorium, une éponge fixée au bout d’un bâton. Le tersorium est même mentionné dans les écrits de Sénèque, mais il y a encore des débats quant à la manière dont il était utilisé. Certains avancent que c’était un objet commun et qu’il était nettoyé après usage à l’aide de vinaigre ou d’eau salée puis réutilisé. Il est aussi probable qu’il ait été utilisé en tant que brosse pour les latrines, et non pas pour remplacer le papier toilette.

6. Les coquillages

Cela peut paraître incroyable, mais les insulaires et les habitants des côtes utilisaient des coquilles de moules pour se nettoyer après s’être soulagés. S’il n’y avait pas de coquilles, ils utilisaient des enveloppes de noix de coco. On dirait qu’elles étaient plutôt inconfortables à cause de leur dureté et de leurs rebords tranchants, mais nos ancêtres n’avaient pas vraiment le choix.

5. Des journaux et des magazines

La nouvelle ère de la “routine des toilettes” a débuté au 18e siècle avec l’arrivée des journaux et des magazines. Ils peuvent probablement être considérés comme les prédécesseurs les plus proches de notre papier toilette actuel. Aux États-Unis, il y avait même des journaux locaux très appréciés, comme le Farmer’s Almanach (l’Almanach de l’agriculteur) et le très populaire catalogue Sears. L’almanach était tellement utilisé que les maisons d’édition avaient même commencé à percer un trou pour faire pendre facilement le journal.

4. De vieux chiffons

Il y a des siècles, en Amérique et en Europe, les gens utilisaient de vieux chiffons pour s’essuyer. Ils étaient lavables et réutilisables, mais un jour, ils finissaient dans les égouts. La douceur du matériau était l’un des avantages de cette méthode. Cependant, l’idée des chiffons réutilisables a été remise en cause, suite aux problèmes sanitaires.

3. De l’herbe

Il est tout à fait logique que nos ancêtres aient utilisé des matériaux naturels pour leur hygiène. Et quoi de mieux pour ce faire que des plantes ? On peut les trouver presque partout, elles sont relativement douces et malléables, sans danger lors de l’utilisation, et on peut en disposer simplement. C’est aussi l’une des méthodes les plus écologiques.

2. De l’eau

En Inde, en Afrique et dans les pays arabes, les gens utilisaient traditionnellement leur main gauche et un peu d’eau pour se nettoyer le derrière. La main était bien évidemment nettoyée après coup. Cette méthode est d’ailleurs toujours utilisée dans certaines parties du globe. Les historiens pensent que cette technique explique pourquoi l’on effectue la poignée de mains avec la main droite.

1. Du sable ou de la poussière

Les différentes conditions climatiques ont eu raison des diverses méthodes d’hygiène. Dans les zones arides où l’on ne trouve rien d’autre que du sable ou de la poussière, c’est ce que les gens utilisaient pour nettoyer leurs zones intimes. C’est probablement l’une des méthodes les moins confortables et les moins hygiéniques. Néanmoins, nos ancêtres savaient utiliser les ressources qu’ils avaient sous la main !

Quelle méthode t’a semblé la plus singulière ? Laquelle n’utiliserais-tu jamais, sous aucun prétexte ?

2---
470