Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Les femmes de la Couronne britannique ont montré comment exprimer leur opinion sans dire un mot

4--5
25k

“C’est la robe qu’on salue”, a écrit Jean de La Fontaine dans l’une de ses célèbres Fables, L’Âne portant des reliques. Les membres de la royauté, dont les tenues sont observées dans les moindres détails, en savent quelque chose. D’autant que parfois, c’est leur seule manière de s’exprimer en public : le protocole est tellement strict, qu’ils ne peuvent se permettre de faire connaitre leurs pensées librement. C’est pourquoi les reines et les princesses de la maison royale anglaise utilisent d’autres moyens pour s’exprimer. Leurs vêtements leur servent à envoyer discrètement des messages cachés. Mais il faut être très ingénieux pour décoder ces discrets signaux.

La rédaction de Sympa a examiné les robes luxueuses des reines et des princesses, et a été très surprise de découvrir tout ce qu’une simple robe pouvait parvenir à " dire ".

“La robe de la vengeance” de la princesse Diana

La robe la plus célèbre de Diana, ce n’est pas celle de son mariage mais à l’inverse, celle qu’elle a portée peu avant son divorce officiel. Dès 1992, le mariage de Charles et Diana est terminé, mais le couple doit continuer à remplir ses obligations royales. En 1994, le prince Charles avoue en public, avoir trompé sa femme avec Camilla Parker Bowles. Après cette déclaration humiliante, la princesse de Galles doit apparaître à la soirée du magazine Vanity Fair. Lady Dia a alors une idée de génie.

Il était prévu que Diana vienne à la soirée habillée d’une pièce classique et élégante comme d’habitude, une tenue signée Valentino. Mais à la place, elle décide alors de porter une robe noire et courte, aux épaules découvertes et au décolleté profond, signée d’une couturière grecque nommée Christina Stambolian. Cette tenue, beaucoup trop sexy, est clairement une violation nette du code vestimentaire royal. D’autant qu’elle l’accompagne d’escarpins à talons hauts, elle qui d’ordinaire se doit d’arborer des souliers plats, puisque sinon, elle est plus grande que Charles. Cette tenue osée a tout de suite été nommée “la robe de la vengeance”.

Les accessoires n’étaient pas non plus choisis au hasard : un collier de perles avec un saphir bleu, fabriqué sur commande à partir d’une broche que Charles lui avait offerte pour leur mariage. De cette manière, Lady Di a pu exprimer son caractère fort, faire face à une humiliation publique avec panache et être sublime. L’ex-styliste de Diana, Anna Harvey, a confié que ce jour-là, la princesse voulait paraître à son maximum, et elle a parfaitement réussi.

“La robe espoir” de mariage de la reine Elisabeth II

Si le mariage est un moment emblématique dans la vie de chaque individu, une union royale est un événement clé pour l’ensemble du pays : ce jour-là, tous les yeux sont rivés sur le nouveau couple, attentifs aux moindres détails.

La princesse Elisabeth et le prince Philippe se sont mariés en 1947. C’étaient alors les difficiles années d’après-guerre, le pays était encore en train de se rétablir. A l’époque, la Grande-Bretagne fonctionnait avec un système de cartes de rationnement : les gens étaient approvisionnés en fonction des diverses pénuries et arrivées de biens. Rien d’étonnant donc, que les conditions de ressources pour l’organisation d’un mariage luxueux soient limitées, y compris pour une future reine. Et c’est là que les citoyens Britanniques se sont serré les coudes. Toutes les mariées d’Angleterre ont envoyé des cartes en cadeau à la princesse. Le tissu de la robe de mariage a même été acheté grâce à la générosité des citoyens.

C’est le styliste Norman Hartnell qui a créé la tenue du monarque. Sa source d’inspiration était un tableau de Boticelli, montrant une jeune femme vêtue d’une robe de soie fluide. Il avait commandé le tissu chez un producteur écossais, ce qui a alimenté une rumeur : et si l’étoffe venait en réalité “de vers à soie de l’ennemi italien ou japonais” ? Mais non, Norman est parvenu à persuader tout le monde que ces vers à soie venaient bien de Chine.

Toute la robe de la mariée était brodée de guirlandes de couleur blanche (le symbole de la virginité), de jasmin (le bonheur, la pureté, la sincérité), de la Rose blanche d’York (l’innocence), tandis que les épillets symbolisaient la fertilité. La robe avait encore un détail intéressant : un décolleté en forme de cœur. La tête d’Elisabeth était ornée du diadème de sa mère, qui s’est cassé en deux dans les mains de la fiancée une heure avant la célébration. Un joailler a été trouvé très rapidement, qui l’a réparé en urgence.

En dépit de toutes les difficultés, la future reine d’Angleterre avait l’air digne et belle. Toute son apparence inspirait de l’espoir au peuple, qui en avait tellement besoin. Elisabeth n’avait que 21 ans, mais avait déjà réussi à charmer toute la nation.

“La robe union” pour le couronnement d’Elisabeth II

Norman Hartnell, déjà cité précédemment, était le couturier officiel de la cour royale de 1938 à 1952. C’est lui qui a créé pour la reine deux robes emblématiques de l’histoire : sa robe de mariage, donc, et sa robe de couronnement. Le 6 février 1952 à l’âge de 25 ans, Elisabeth est montée sur le trône et est devenue la reine de Grande-Bretagne. Son couronnement a eu lieu plus tard, le 2 juin 1953 à l’abbaye de Westminster, elle avait déjà 27 ans. Sa robe a été fabriquée en soie de couleur crème, avec une broderie sophistiquée, dont les motifs rappelaient les principaux symboles de la Grande-Bretagne et du Commonwealth. La reine a demandé elle-même de rajouter ce dernier trait, le plus important. Voici quels étaient les symboles de sa robe :

  • Angleterre — la rose Tudor ;
  • Pays des Galles — le poireau ;
  • Écosse — le chardon ;
  • Irlande — le trèfle ;
  • Canada — les feuilles d’érable ;
  • Australie — l’acacia d’or ;
  • Nouvelle Zélande — la fougère ;
  • Afrique du Sud — la protea ;
  • Inde et Ceylan — le lotus ;
  • Pakistan — les épis de blé

Par ailleurs, le couturier a caché dans cette robe un petit secret, qui devait porter bonheur à la reine. Là où la main gauche d’Elisabeth touche la robe, était brodé un trèfle à quatre feuilles. Elisabeth II était magnifique et royalement majestueuse dans cette robe de couronnement. En 1977, Sir Norman Hartnell est devenu le premier couturier à recevoir le titre de chevalier.

“La robe invisible” de Camilla Parker Bowles

Charles et Camilla se sont finalement mariés en 2005. A cette occasion, Camilla avait choisi deux tenues : l’une pour la cérémonie civile, l’autre pour la bénédiction nuptiale. Cette dernière était composée d’une robe de couleur bleu pâle en mousseline et d’un manteau brodé de fil doré. Ce choix s’explique non seulement par l’âge du couple mais aussi par la tentative de rendre cette cérémonie discrète, comme invisible. Le public vénérait Diana et ne cachait pas son antipathie envers les nouveaux mariés : ils ont tout fait pour éviter les critiques et ne pas s’attirer les foudres des Anglais.

“La robe provocante” de Kate Middleton

La plupart des Britanniques adorent Kate Middleton, admirent son excellent sens du style et la comparent même à l’éternelle favorite, Diana. Évidemment, chaque sortie de Kate en public est décortiquée par les médias et le public. On connaît son goût pour le recyclage de tenues : elle aime remettre des vêtements déjà portés dans d’autres occasions officielles. Le baptême de son neveu Archie n’a pas fait exception : la duchesse de Cambridge s’y est rendue en robe vintage courte et de couleur vive, déjà portée pour le jubilé du prince Philippe, en 2011. Cela a provoqué un certain mécontentement parmi les admirateurs de la famille royale, car la tenue n’était pas tout à fait en accord avec le protocole vestimentaire.

Certains observateurs ont y vu une réponse aux extravagances de Meghan Markle, peu à cheval sur l’étiquette et capable elle aussi d’assumer des tenues qui ne respectent pas les règles de la cour. Autre point qui a fait jaser : ce jour-là, Kate portait les boucles d’oreilles en perles que la princesse Diana arborait le jour du baptême de Harry. Selon les observateurs et les utilisateurs des réseaux sociaux c’est la femme de Harry qui aurait dû porter ces boucles d’oreilles mais pas Kate.

“La robe de la mémoire” de la duchesse de Cambridge

En 2017, à l’anniversaire du décès de la princesse Diana, Kate Middleton a visité le jardin commémoratif du Palais de Kensington. Pour cette occasion, elle a choisi une élégante robe verte Prada, avec des imprimés coquelicot. En Angleterre, les coquelicots symbolisent la mémoire et l’espoir. Ainsi, la duchesse a souhaité témoigner son respect pour la mère de son mari.

“La robe de la gentillesse” de Meghan Markle

Pour comprendre et apprécier le geste de Meghan, il faut remonter un peu dans le temps, et revenir aux jours qui ont suivi son mariage. La couturière britannique préférée des aristocrates anglais, Emilia Wickstead, a déclaré au Daily Mail que la robe de mariage Givenchy de Meghan à 200 000 £, était en fait une copie d’une robe de sa collection à 7000 £. En outre, la créatrice a critiqué le modèle porté par la nouvelle duchesse de Sussex, laissant entendre que plus une coupe était simple, plus elle devait être parfaite.

Mais ces critiques n’ont pas eu l’écho escompté : la plupart des autres couturiers ont condamné les propos d’Emilia et les réseaux sociaux ont rapporté de nombreuses rumeurs sur tout ce que la couturière elle-même aurait copié à ses célèbres collègues. Finalement, Emilia a cédé et reconnu que Meghan Markle s’était mariée dans une tenue magnifique qui ne ressemblait à aucun modèle de ses collections.

On aurait pu penser qu’après de telles attaques, la nouvelle venue dans la famille royale ne voudrait plus jamais porter en public les vêtements d’Emilia Wickstead. Elle a donc surpris tout le monde en faisant preuve de magnanimité lors d’un événement à Sydney consacré à la fête nationale de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande où elle est apparue dans une robe noire de... Emilia Wickstead.

La robe “body positive” de la princesse Eugénie

L’année dernière en octobre, la sixième petite-fille de la reine Elisabeth II, Eugenie d’York, s’est mariée. Elle a choisi une robe dos nu, sur lequel on voyait une longue cicatrice, souvenir d’une opération dans son enfance. Ce faisant, elle a envoyé un message d’espoir aux personnes avec des cicatrices sur le corps : puisque ces marques sont censées raconter l’histoire de la personne, il faut en être fier et ne pas les rendre taboues. La princesse a aussi expliqué qu’elle souhaitait ce faisant pouvoir ouvrir le dialogue avec les gens qui vivaient des situations identiques.

Et toi, attaches-tu de l’importance à la couleur et aux motifs de tes vêtements ? Quels sont tes moyens de t’exprimer sans dire un mot ? Raconte-nous dans les commentaires.

Photo de couverture MEGA / Mega Agency / EAST NEWS
4--5
25k