Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Les scientifiques affirment que le chocolat pourrait disparaître d’ici quelques décennies et voici pourquoi

5--5
409

Peux-tu imaginer la vie sans chocolat ? Ce produit pourrait bien ne plus exister d’ici quelques années, si bien que les scientifiques mettent en garde contre la possible disparition des plants de cacao d’ici 2050. Le problème pourrait être dû au réchauffement climatique et aux parasites. Cependant, tout n’est pas perdu, et pour affronter cette situation, l’entreprise de chocolat Mars, en collaboration avec des chercheurs de l’Université de Californie, cherche des alternatives pour sauver la récolte de chocolat dans les prochaines décennies.

Sympa partage avec toi les raisons qui justifient la théorie selon laquelle nous pourrions un jour vivre sans chocolat.

Les changements climatiques vont réduire la culture du cacao

L’image de gauche montre la zone idéale pour la culture du cacao et les zones actuellement disponibles en vert. A droite se trouve une image de ce que sera la situation en 2050.

Pour que la plante du cacao se développe, certaines conditions de température et d’humidité sont nécessaires, surtout dans un climat caractéristique de la jungle, où il pleut constamment toute l’année, en plus d’être dans un sol riche en azote et où il existe une protection contre le vent.

Les pays responsables de la moitié de la production mondiale du chocolat sont la Côte d’Ivoire et le Ghana. On croit qu’en 2050, le climat ne sera plus le même dans ces zones, notamment à cause du réchauffement climatique, si bien que la production du cacao devra se déplacer vers de nouvelles zones de culture plus adaptées.

La consommation de chocolat ne cesse d’augmenter

  • Entre 2016 et 2017, la demande a atteint 7 450 tonnes, ce qui indique une augmentation de plus de 10% par rapport à il y a cinq ans. Les États-Unis représentent 20% de la consommation mondiale, mais le pays qui mange le plus de chocolat est la Suisse, avec une consommation d’environ 11 kilos par personne.
  • L’offre est supérieure à la demande : cela affecte le prix auquel les producteurs doivent le vendre. Une grande partie de la production provient de pays à faible revenu et les jeunes s’intéressent aux cultures qui leur génèrent plus d’argent, laissant ainsi les personnes ayant 51 ans et plus produire le cacao.

La complexité de la production et la menace des insectes

  • La production du cacao n’est pas simple : une grande partie est cultivée par des entreprises familiales, c’est pour cela qu’elle ne se développe pas beaucoup. C’est un travail complexe, car les fèves de cacao atteignent leur point de maturation en même temps et tous les arbres doivent être constamment surveillés et soignés.
  • Les fléaux sont un autre facteur de menace pour le cacao, car les insectes et les infections générées par les champignons peuvent aussi influencer la qualité de la culture. La seule solution pour traiter un arbre malade est de le remplacer. Le problème réside dans le fait que les plantations peuvent présenter des symptômes des semaines ou des mois après avoir contracté des infections, causant une catastrophe dans le reste des arbres.

La solution proposée est de changer l’ADN des plantes

Bien qu’il reste encore une génération extrêmement importante de plants de cacao, 90% des cultures ne seront plus adaptées d’ici 2050. “Ces changements climatiques devraient se produire dans une quarantaine d’années, ce qui va nuire à la prochaine génération, au lieu de provoquer des dommages sur la génération actuelle des arbres de cacao et sur les agriculteurs. Nous avons le temps de faire quelque chose et de tout adapter”, ont dit les chercheurs.

L’équipe que forment les scientifiques de l’Université de Californie et l’entreprise Mars, connue pour ses barres chocolatées (dont Snickers et Milky Way) travaillent dans des serres pour transformer les plants de cacao. En effectuant un changement dans leur ADN, avec l’aide de la technologie CRISPR, il sera possible de les voir survivre, même dans des conditions climatiques plus chaudes.

Replanter pour baisser la température

Les chercheurs recommandent également la mise en œuvre d’une méthode appelée “cabruca” qui consiste à replanter certains arbres de la jungle tropicale autour des cacaoyers. De cette manière, les replantations pourront fournir de l’ombre aux cultures de cacao, réduisant ainsi la température et l’évapotranspiration. D’un autre côté, les arbres les plus grands pourraient aussi protéger contre l’érosion éolienne et l’érosion du sol. La culture avec cette approche pourrait être moins vulnérable aux épidémies, et le sol pourrait conserver sa capacité à protéger le cacao à long terme. De cette manière, la production pourrait être doublée sans nuire au climat.

Que penses-tu de cette alerte provoquée par le réchauffement climatique ? Crois-tu que la solution proposée puisse fonctionner ? Raconte-nous tes réponses dans les commentaires.

5--5
409